Navigation – Plan du site

Enrica Colusso, Home sweet home

Dorothée Serges
Home Sweet Home
Enrica Colusso, Home Sweet Home, Les Films d'ici, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Home sweet home, est le récit narratif d’une épopée immobilière contemporaine, celle d’Heygate Estate, dans le quartier londonien d’Elephant and Castle, situé dans l’arrondissement de Southwake. Étymologiquement, home désigne l’abri, le logement, qui fait de nous ce que nous sommes. Ce documentaire suit, comme fil conducteur principal, les paradoxes entre un projet de réhabilitation urbaine de grande envergure et ses conséquences, dont l’expropriation des résidents.

2L’histoire de ce quartier est liée à celle de la politique urbaine du Royaume Uni. Dès 1965, dans une ville comme Londres, en plein essor industriel et démographique, il faut construire des logements à grande échelle, faits de « bric et de broc », donnant naissance tant à des espaces pavillonnaires qu’à des zones urbaines plus sensibles, dont Heygate Estate. Il s’agit d’un quartier de logements sociaux, réservé aux publics les plus démunis, qui devient rapidement un quartier « ghettoïsé », à forte ségrégation, tant sociale que raciale. Pour déjouer ce clivage, et par l’intermédiaire de la loi sur la décentralisation de 1999, Heygate Estate fait l’objet d’une régénération urbaine visant à raser les 3 000 logements sociaux pour en construire 2 500 nouveaux, dans le but de permettre l’installation d’une classe moyenne plus aisée et d’en tirer des bénéfices. En 2010, l’approbation de cette planification est effective et les résidents expulsés.

3Enrica Colusso, documentariste, vit à Heygate Estate depuis 20 ans et tient, depuis 2008, un journal de terrain visuel. Le film Home sweet home est un support à la mémoire, un élargissement des observations spontanées et une ouverture vers de nouvelles discussions et orientations thématiques, données par le terrain. L’image animée rend ainsi compte d’une autre lecture du social. La voix off de l’auteur sert de guide aux spectateurs, elle est un repère temporel, présentant l’histoire du quartier, le projet de rénovation et le dévoilement des antinomies discursives. Elle révèle tour à tour les incohérences entre les propos sur le projet et leur (ir)réalisation. Les matériaux utilisés proviennent de sources d’archives télévisuelles ou radiophoniques, de vidéos postées sur Youtube ou encore d’observations, d’entretiens et de réunions filmées.

4Les acteurs de ce documentaire rendent compte de points de vues différents, oscillant entre le macro et le microsocial. On retrouve parmi eux Margaret Thatcher, présentant sa nouvelle mesure en matière de politique urbaine, le « right to buy ». Cette mesure vise le « droit d’acquérir » un logement avec l’aide de subventions publiques en permettant notamment aux familles de racheter des logements sociaux. Cependant, très rapidement, l’État providence ne parvient plus à subventionner ces achats et s’opère un remplacement du foncier public par du foncier privé, conformément à la loi du libre marché du nouveau parti des travaillistes de Tony Blair (1997). Les militants écologistes et les et syndicalistes débattent, rappelant que le droit au logement est inscrit dans la loi britannique (Housing Act, 1977, révisée en 1996). Enfin, les résidents tels que Evelyn, ou Merig, sont filmés avec plus de proximité, afin que le spectateur les suive dans leurs démarches quotidiennes de lutte contre les promesses illusoires de relogement qui leur ont été faites. Ils nous présentent leur habitat, parlent de leurs familles, de leurs attentes ou encore de leur avenir.

5Derrière le récit d’expropriation de certains des locataires, se lisent en filigrane des inégalités et injustices sociales, que l’auteur dévoile et commente. Par exemple, Evelyn dénonce les discriminations raciales et institutionnelles. Arrivée il y a plus de trente ans de Jamaïque, pour des motifs économiques, elle a d’abord cherché un logement stable et, après plusieurs dizaines de vaines tentatives, s’est adressée à une assistante sociale qui lui a permis de s’installer à Heygate Estate. Elle a ensuite trouvé un travail, fait venir ses enfants et construit sa vie ici, avec ses repères, son cercle de relations sociales. Evelyn est la deuxième femme noire à résider dans ce quartier, avant que les vagues migratoires ne contribuent au remplacement progressif de la classe ouvrière blanche par une classe paupérisée noire.

6L’entrecroisement des différents matériaux filmiques permet au spectateur de prendre la mesure des initiatives politiques en matière de rénovations et de réhabilitations urbaines, comportant des aspects positifs, comme la mise en place d’espaces verts, et des aspects négatifs comme les expulsions de résidents. On peut regretter l’absence de témoignages de personnes satisfaites de ces réhabilitations urbaines mais apprécier la proximité établie par l’auteur avec les plus anciens des résidents, ou encore les longs plans séquences sur l’architecture d’Heygate Estate, offrant une vision esthétique des blocs de béton enclins à disparaître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorothée Serges, « Enrica Colusso, Home sweet home  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 avril 2014, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14406

Haut de page

Rédacteur

Dorothée Serges

Dorothée Serges est docteure en sociologie, ayant soutenu une thèse sur l’insertion économique des migrantes brésiliennes en 2011. Depuis, elle a travaillé auprès de plusieurs instituts de recherche. L’Observatoire hommes-milieux (CNRS/INEE), en tant que responsable d’une étude sur le développement durable à Vila Vitoria (2012) ; l’INED, en tant que chargée de mission pour l’enquête qualitative « Migration, famille et vieillissement » (2013). Elle est actuellement chercheure associée au Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (CREDA, UMR 7227), dans le projet ANR blanc DURAMAZ 2, vers un observatoire de la durabilité.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page