Navigation – Plan du site

Josiane Jouët, Rémy Rieffel, S’informer à l’ère numérique

Cédric Calvignac
S'informer à l'ère numérique
Josiane Jouët, Rémy Rieffel (dir.), S'informer à l'ère numérique, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2013, 200 p., ISBN : 978-2-7535-2858-1.
Haut de page

Texte intégral

1Au cours de la dernière décennie, les modes d’accès à l’information ont considérablement évolué. Le développement d’Internet et de son emploi en mobilité ont notamment permis d’entrevoir de nouvelles perspectives d’usage tant en matière de communication interpersonnelle qu’en matière de recherche et de partage de contenus. Les façons de s’informer se sont progressivement diversifiées via l’adoption d’outils et de services numériques de plus en plus performants. L’ouvrage coordonné par Josiane Jouët et Rémy Rieffel se donne pour objectif de mesurer l’influence de ces médiations techniques sur les modes de réception et de traitement de l’information ainsi que sur l’activité citoyenne et politique des individus. Autrement dit, il cherche à comprendre comment les dispositifs numériques d’information sont saisis par nos concitoyens et investis par eux tant dans leur relation à l’autre que dans leur engagement dans la vie de la cité.

2L’équipe de recherche fédérée autour de ce projet scientifique s’est principalement appuyée sur des enquêtes qualitatives. Entre 2009 et 2012, les enquêteurs ont interrogé 165 personnes dans le cadre d’entretiens individuels ou collectifs. L’alternance d’entretiens en tête-à-tête et de focus groups leur a permis de comprendre que la navigation dans l’espace informationnel du web relève à la fois d’une activité solitaire faisant appel à des routines personnalisées et d’une coordination sociale fondée sur la diffusion réticulaire des informations et l’appropriation catégorielle de certains types de médias. Pour les besoins de leur enquête, les auteurs ont également mis en place une observation de différents réseaux sociaux et sites d’information sur lesquels l’actualité est en permanence redéfinie, commentée et débattue. L’examen de nombreux fils de discussion leur a donné l’opportunité de qualifier les formes d’expression et registres d’énonciation caractéristiques de ces « arènes numériques ». Enfin, une enquête quantitative vient parachever le dispositif méthodologique en mesurant la fréquentation des sites d’information en ligne, le nombre moyen de pages d’actualités consultées par jour et le temps de lecture généralement consacré à chacune d’elles. Ces données statistiques servent d’utiles contrepoints aux développements antérieurs et permettent de ramener l’activité analysée à ses justes dimensions.

3L’ouvrage débute par la présentation d’importantes données de cadrage. Dès l’introduction du propos, les auteurs ont l’heureux réflexe de resituer la composante numérique de l’activité informationnelle dans le paysage médiatique actuel. À l’appui de données de seconde main, ils montrent que la consultation de sites d’information en ligne ne se substitue pas à l’usage des médias traditionnels qui parviennent peu ou prou à conserver leur audience. Médias traditionnels et numériques s’avèrent complémentaires, ils sont librement associés sous la forme de « combinatoires ».

4Une fois cette complémentarité mise en évidence, les auteurs basculent dans l’analyse de l’utilisation des seuls médias numériques. Ils prennent un grand soin à décrire les agencements techniques des sites d’information, forums et autres réseaux sociaux. Ils démontrent que les reconfigurations techniques à l’œuvre sont à l’origine d’une transformation significative du contrat de lecture passé entre éditeurs, journalistes, commentateurs et lecteurs. En se renouvelant, les formats de lecture laissent davantage de place à la présentation mosaïque des faits d’actualité, à la mise en forme d’articles plus concis et inter-référencés, à l’ajout d’encarts réservés aux commentaires des lecteurs, et encore à l’intégration de vidéos et infographies éclairant sous un nouveau jour l’actualité. Ces multiples transformations du contrat de lecture requièrent une adaptation conséquente du lectorat, dont certains de ses représentants n’hésitent pas à faire part de leur difficulté tant sur le registre de l’acclimatation à l’ergonomie de ces nouvelles fenêtres d’actualité (inconfort de la lecture sur écran, arborescence insondable du site) que sur le registre de la hiérarchisation des informations entre elles et du coûteux contrôle de la crédibilité de leurs sources. En définitive, la « polyphonie » médiatique, née d’une participation élargie à la production d’informations, « fragilise davantage les frontières entre le compte rendu et le commentaire, l’information et le divertissement, le professionnel et l’amateur ». Ces changements indisposent une part des internautes qui soulignent les dangers d’un tel mélange des genres.

5Dans cet environnement en mutation, un invariant demeure : les pratiques informationnelles des individus dépendent de leur position sociale. En effet, quand les personnes appartenant aux classes populaires adoptent « un rapport détendu aux normes de la légitimité informationnelle » et font montre d’un « goût [prononcé] pour les genres mineurs de l’information », les membres des classes moyennes et supérieures exercent une sélection plus élaborée de l’information et établissent des hiérarchies informationnelles fondées sur la présentation savante des faits d’actualité. Ainsi donc, « l’orientation sociale des goûts demeure puissante », elle discrimine les groupes d’usagers en fonction de leur niveau d’éducation et de leur catégorie socioprofessionnelle d’appartenance.

6Dans le prolongement de cette analyse, les auteurs indiquent que les pratiques informationnelles des internautes dépendent plus spécifiquement de la nature de leurs professions. Une enquête conduite auprès de professionnels de la communication montre par exemple que ces derniers élaborent des stratégies de recherche et de partage d’informations extrêmement sophistiquées. Qu’ils soient journalistes, communicants, consultants, publicitaires, ces profils d’individus « très connectés » déploient des trésors d’ingéniosité et une énergie colossale pour se tenir informés et montrer qu’ils le sont. L’analyse des pratiques de cette sous-population ouvre une réflexion prometteuse sur l’obligation professionnelle de se rendre présent au monde numérique, et sur le sentiment d’urgence ressenti par certains dans leur quête de gains réputationnels au cœur des circuits d’information.

7Cette compulsion informationnelle relève moins d’une volonté d’infléchir le traitement de l’information que d’une volonté de montrer son habileté à dénicher telle ou telle actualité inédite. Elle participe ainsi davantage à « agiter la toile », à lui donner vie, qu’à orienter le lectorat vers des contenus choisis. Sous ce rapport, l’animation prime sur l’intention. C’est ainsi que les fils d’actualité se succèdent à une cadence infernale et que le lecteur se laisse aller à « butiner », à adopter un rapide survol des principales actualités de la journée. Les données statistiques présentées dans l’ouvrage sont édifiantes : l’internaute consulte en moyenne 9,2 pages d’actualités par jour et consacre moins d’une minute à chacune d’elles, « ce qui apparaît être un temps de lecture relativement faible pour un article ». Il semblerait donc que la plupart des articles soient lus de façon transversale, sans se soucier des arguments de fond qu’ils présentent.

8Ces moyennes cachent néanmoins de fortes disparités. En effet, si une majorité d’internautes survolent les actualités sans jamais les commenter, ce n’est pas le cas d’une poignée d’usagers qui, au contraire, font du web un espace d’expression ouvert, un monde où les avatars numériques peuvent dire tout haut ce que leurs propriétaires pensent tout bas. Les modes d’expression des internautes ont leurs spécificités. Les « vifs débats observés [sur la toile] se développent hors des cadres convenus de la mise en discussion politique. Les interactions, rarement motivées par une tentative de délibération et une recherche de consensus, distinguent fortement les plateformes participatives de l’espace public, régi par les principes de la rationalité des arguments ». On est donc face au développement d’un espace mu par des prises de parole spontanées faisant la part belle au registre émotionnel, et à une lecture subjective des faits. Ces espaces de discussion font également office de formidable catalyseur cathartique où domine l’expression des indignations les plus vives, des sentiments d’injustice les plus forts.

9Au fil de leur navigation, les internautes ordonnent et évaluent les informations qui leur parviennent. Si la différence d’attention accordée aux prises de parole expertes et profanes apparaît clairement dans l’ouvrage, les modulations d’attention entre les différents supports informationnels mériteraient d’être examinées de plus près. Le niveau de confiance accordé par le public aux différents médias, aux différentes éditions, devrait faire l’objet d’une exploration plus systématique. De la même manière, les auteurs se penchent relativement peu sur les effets de saturation de l’attention. Pourtant, mobiliser les apports de l’économie de l’attention aurait sans doute été profitable. Devant l’hypertrophie d’un système d’information polymorphe, il semble nécessaire de s’interroger sur l’épuisement progressif de l’attention des individus, sur la surcharge cognitive induite par la répétition ad nauseam d’un même corpus d’actualités tournant en boucle sur nos postes télé, radio, ordinateurs et smartphones. C’est en effet du côté du trop-plein informationnel qu’une part de l’explication semble résider. Ainsi, le faible temps consacré à la lecture des articles en ligne peut s’expliquer par le fait que les informations consultées ont été vues, entendues, lues par ailleurs. Et si, ces dernières années, le nombre de pages d’actualités consultées sur la toile s’est accru, c’est sans doute parce que, passant à toute vitesse sur les informations rebattues, les internautes se mettent à la recherche d’informations inédites en misant sur les effets bénéfiques de la sérendipité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Calvignac, « Josiane Jouët, Rémy Rieffel, S’informer à l’ère numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 avril 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14449

Haut de page

Rédacteur

Cédric Calvignac

Maître de conférences en sociologie, CUFR J.‑F. Champollion d’Albi.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page