Navigation – Plan du site

Gilles Dostaler, Keynes par-delà l’économie

Laurent Femenias
Keynes, par-delà l’économie
Gilles Dostaler, Keynes, par-delà l’économie, Le Bord de l'eau, coll. « 3e culture », 2014, 90 p., ISBN : 9782356872982.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On pourra se référer par exemple à Gilles Dostaler, Les grands auteurs de la pensée économique, Alt (...)
  • 2 Gilles Dostaler, Keynes et ses combats, Paris, Albin Michel, 2005. Une nouvelle édition révisée et (...)
  • 3 Le lecteur intéressé par le sujet pourra se référer au travail monumental de Robert Skidelsky, aute (...)
  • 4 Si le grand public ne connaît le plus souvent que sa seule Théorie générale de l’emploi de l’intérê (...)

1Gilles Dostaler fut l’un des plus éminents spécialistes francophones de l’Histoire de la pensée économique1 et un très fin connaisseur de John Maynard Keynes en particulier. Né en 1946 (l’année justement de la mort de Keynes), Dostaler fit l’essentiel de sa carrière au département des sciences économiques de l’Université du Québec à Montréal. En 2005, il publia un essai tout à fait passionnant intitulé Keynes et ses combats2. Ni manuel d’économie, ni véritable biographie3, ce livre avait l’ambition d’apporter un regard éclairé sur celui qui fut certainement l’économiste le plus célèbre du siècle dernier, référence incontestable tant pour ses admirateurs que pour ses détracteurs. Or, ce que l’on sait moins, c’est que la vie de Keynes ainsi que ses convictions et son caractère (rejet de la morale victorienne, goût pour l’art, pragmatisme certain, etc.) allaient fortement marquer son œuvre par ailleurs considérable et finalement méconnue4.

2Trois ans après la mort du regretté Gilles Dostaler, les éditions « Au bord de l’eau » ont l’excellente idée de remettre en avant une version courte de cet ouvrage sous le titre Keynes par-delà l’économie. Il faut noter que ce livre est en fait la réédition d’un petit opus paru en 2009 aux éditions Thierry Magnier (aujourd’hui épuisé). À travers ce très court texte (moins de 90 pages) le lecteur est donc invité à la (re)découverte d’un Keynes dont la vie et l’œuvre dépassent de loin, comme l’indique fort justement le titre de l’ouvrage, ce qui est habituellement présenté de lui dans les manuels de théorie économique.

3Si les spécialistes de Keynes n’apprendront rien de nouveau ici, ce livre a l’immense mérite de s’adresser à un large public : lycéens, étudiants, mais aussi plus généralement toute personne curieuse de mieux connaître un homme dont chacun a entendu le nom, mais dont beaucoup peinent à se faire une image précise, au-delà des habituels clichés (la promotion de l’interventionnisme de l’État par exemple). Et l’exercice de vulgarisation est parfaitement réussi : le texte, fort bien écrit et facile à lire, évite le jargon économique superflu, et sait faire acte de beaucoup de pédagogie pour nous présenter un Keynes subtil, intelligent, aux multiples facettes.

  • 5 On ne citera à titre d’exemple que les propositions faites par Keynes à Bretton Woods en 1944. Keyn (...)

4Les concepts économiques clés développés dans la Théorie générale (demande effective, préférence pour la liquidité, etc.) trouvent bien sûr une place dans l’ouvrage, mais cette dernière est relativement réduite. Car l’essentiel est ailleurs : Dostaler vise surtout à nous montrer combien les apports et messages de cet homme, pourtant pleinement ancré dans un XXe siècle britannique secoué par deux guerres mondiales, qui a influencé un nombre incalculable d’économistes et d’hommes politiques à travers le monde, que l’on a annoncé mort et dépassé à de nombreuses reprises, restent au final aussi forts et pertinents aujourd’hui qu’ils l’ont été de son vivant5.

  • 6 Société secrète de l’Université de Cambridge qui a vu passer dans ses rangs une partie de l’élite i (...)

5Pour ce faire, Dostaler combine les aspects contextuels, biographiques et analytiques des contributions de Keynes. Il montre ainsi comment la jeunesse de ce dernier à Cambridge et ses années d’étude, au cours desquelles il rejoindra la Société dite « des Apôtres »6, exerceront une influence déterminante sur l’homme et sa philosophie toute sa vie durant. Il en est de même de son appartenance, avec d’autres jeunes gens parmi lesquels la romancière Virginia Woolf, au fameux groupe de Bloomsbury (du nom d’un quartier de Londres où les membres du groupe se réunissaient) qui deviendra une véritable seconde famille pour Keynes. L’émulation intellectuelle née au sein de ces deux communautés (Apôtres, Bloomsbury) contribuera grandement à faire mûrir la pensée de l’auteur du Treatise on money ou de la Théorie générale.

6Dostaler s’attache aussi à mettre en avant le combat mené par Keynes contre les conséquences désastreuses du traité de Versailles en 1919 qui, comme l’économiste anglais le prévoit déjà, prépare le terrain pour la Seconde Guerre mondiale. Pour Keynes, la seule voie viable pour éviter la catastrophe aurait été une relance économique concertée en Europe. Malheureusement, il ne sera pas écouté.

7Toute sa vie durant, Keynes sera par ailleurs un militant politique, très tôt engagé dans les rangs du parti Libéral britannique. Mais sa pensée politique s’avère complexe et parfois ambigüe, comme le montre clairement Dostaler. En effet, Keynes, qui croit aux vertus du capitalisme, sera constamment à la recherche d’une « troisième voie », qualifiée de nouveau libéralisme, située quelque part entre un laisser-faire conservateur (qu’il condamne vivement) et un socialisme marxiste avec lequel il entretient une étrange relation d’amour-haine.

8Mais si le petit livre de Gilles Dostaler a une grande vertu, c’est celle de mettre en avant ce qui était en fait la véritable et grande ambition de Keynes, ce qui sous-tendait chacune de ses réflexions sur le monde économique et sur le capitalisme, à savoir comment faire en sorte que l’économie parvienne un jour à occuper une place secondaire, permettant de laisser enfin place aux sujets de préoccupation réellement importants (comme l’art !). En écrivant en 1930 ses (fameuses et maintes fois citées) « perspectives économiques pour nos petits-enfants », Keynes pensait que de tels progrès seraient envisageables à l’horizon d’un siècle... soit vers 2030 ! Il s’est certainement montré démesurément optimiste à la lumière des évolutions récentes du monde. Il n’empêche que toute utopique qu’elle soit, cette vision présente l’avantage de considérer l’économie et la politique économique comme des outils au service d’une vision plus large du monde. Ce point était fondamental pour Keynes. Il l’était tout autant pour Gilles Dostaler. Souhaitons qu’il continue à inspirer longtemps les économistes contemporains qui ont parfois tendance à l’oublier.

Haut de page

Notes

1 On pourra se référer par exemple à Gilles Dostaler, Les grands auteurs de la pensée économique, Alternatives économiques, coll. « hors-série poche », 2012. Voir le compte-rendu : http://lectures.revues.org/10550

2 Gilles Dostaler, Keynes et ses combats, Paris, Albin Michel, 2005. Une nouvelle édition révisée et augmentée est parue en 2009.

3 Le lecteur intéressé par le sujet pourra se référer au travail monumental de Robert Skidelsky, auteur d’une biographie de référence en trois volumes et en anglais (John Maynard Keynes : Hopes Betrayed, 1883-1920; John Maynard Keynes: The Economist as Saviour; 1920-1937 et John Maynard Keynes : Fighting for Britain, 1937-1946, tous trois publiés à Londres chez MacMillan).

4 Si le grand public ne connaît le plus souvent que sa seule Théorie générale de l’emploi de l’intérêt et de la monnaie (1936), ses Collected Writings, publiés chez MacMillan comptent trente denses volumes !

5 On ne citera à titre d’exemple que les propositions faites par Keynes à Bretton Woods en 1944. Keynes, présidant la délégation britannique, envisageait la création d’une véritable monnaie internationale, qu’il avait appelé « bancor ». Ses propositions, pourtant fort intéressantes, furent finalement supplantées pour des raisons essentiellement politiques par celles défendues par le représentant des États-Unis, Harry White. Ce faisant étaient jetées les bases du Système Monétaire international de l’après guerre, lequel allait imposer pour bien des années la prééminence du dollar dans l’économie mondiale. La crise actuelle a toutefois amené un certain nombre d’économistes contemporains à réexaminer avec un grand intérêt les pistes avancées par Keynes voici soixante-dix ans !

6 Société secrète de l’Université de Cambridge qui a vu passer dans ses rangs une partie de l’élite intellectuelle de la Grande Bretagne. Elle était alors dirigée par le philosophe George Edward Moore, auteur en 1903 de Principia Ethica, ouvrage qui allait fortement marquer le jeune Keynes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Femenias, « Gilles Dostaler, Keynes par-delà l’économie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 avril 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14481

Haut de page

Rédacteur

Laurent Femenias

Docteur en sciences économiques, chercheur associé au CEMF-LEDi, Université de Bourgogne

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page