Navigation – Plan du site

Baudouin Dupret, La charia. Des sources à la pratique, un concept pluriel

Pierre Prud'homme
La charia
Baudouin Dupret, La charia. Des sources à la pratique, un concept pluriel, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 208 p., ISBN : 9782707174246.
Haut de page

Texte intégral

1Selon plusieurs théologiens musulmans, la charia n’est pas connaissable : relevant de la connaissance de Dieu, elle n’est pas accessible à l’entendement des hommes. Baudouin Dupret tire habilement de cet axiome un précepte méthodologique qu’il qualifie non sans humour de « posture agnostique », par lequel il s’attache à observer uniquement non ce qu’elle est, mais ce que les hommes la font être.

  • 1 Voir à ce sujet la recension du dernier ouvrage dirigé par Baudouin Dupret sur les usages de la cha (...)

2L’ouvrage poursuit un travail entamé depuis plusieurs années sur les usages en contexte de la référence à l’islam, particulièrement de la normativité islamique de la charia1. Son analyse part de l’observation de la diversité des usages et de la pluralité des significations que confèrent les acteurs à ce terme. Aussi, plutôt que de procéder à une casuistique – qu’il dénonce par ailleurs – qui soupèserait les pratiques de l’islam à l’aune de l’érudition islamologique orientaliste, fait-il de la réalité empirique le point de départ de sa méthode et de son argumentation.

3À travers une étude comparative diachronique et synchronique, Baudoin Dupret revient ainsi sur une série de constructions juridiques, politiques et sémantiques qui modèlent les contenus du terme charia que nous n’évoquerons qu’à titre d’illustration tant l’ouvrage, pourtant relativement court, foisonne d’exemples et de descriptions. Dans les premiers chapitres, il commence par analyser la construction progressive des sources de la Loi, à savoir le Coran et la Tradition prophétique (les Hadiths), en décrivant les enjeux liés à leur systématisation par leur mise à l’écrit durant les premiers siècles de l’islam. Les usages formalisés de la Loi à travers les pratiques de l’ijma, le consensus, et du raisonnement analogique, sont également passés sous le crible du comparatisme, ce qui permet de mettre en évidence les procédures de hiérarchisation des sources et des méthodes dans chacune des constructions politiques et des systèmes juridiques « musulmans ». Il poursuit en détaillant systématiquement les principaux domaines d’application de la normativité islamique : le culte, le statut personnel et le droit de la famille, les échanges et les peines, pondérant dans chaque cas l’importance donnée à ces domaines dans des situations spécifiques. Il procède ensuite, dans les quatre derniers chapitres, à une déconstruction des notions de « justice en islam » (formulation qu’il qualifie d’emblée de substantialiste) et de « droit musulman » en montrant respectivement la diversité des systèmes judiciaires, des instances de décisions et d’arbitrages dans différents systèmes administratifs, leurs insertions différenciées au sein des États-nations modernes, ainsi que dans les situations où les musulmans sont en minorité. Forgée à travers une série de débats formulés au XIXe siècle entre chercheurs orientalistes et administrateurs coloniaux pour prendre en compte les normativités islamiques des sociétés colonisées, la catégorie de « droit musulman » a subi un processus constant de naturalisation, faisant elle-même l’objet de reformulations tant par les juristes musulmans que par les observateurs extérieurs. En outre, la charia comme source de la législation (des personnes, civile, constitutionnelle, et pénale dans une moindre mesure) constitue un phénomène relativement récent qui procède par une incorporation des techniques juridiques issues du droit positif occidental.

4Le bilan que l’auteur tire de ce travail comparatif extensif est une sévère critique des études en sciences sociales sur « l’islam ». La charia est avant tout un mot, rappelle-t-il en introduction ; un mot arabe : sharî’a, qui n’empêche pas sa francisation : charia, ni sa traduction : Loi divine. À ce titre, deux constats. D’une part, ce que ce mot désigne fait l’objet d’appropriations, de reformulations de sens, de sélections hiérarchisées dans le répertoire normatif qu’il charrie. Ce faisant, l’auteur s’étonne – et on ne peut manquer de s’étonner avec lui – du fait que « s’agissant de charia, tout le monde semble constamment obsédé par la chimère de sa définition » (171). Le ton est ainsi donné : ce livre ne prétend pas définir la charia, ni l’islam, ni ses usages, car une telle opération va à l’encontre des objectifs des sciences sociales. Il prend au contraire leçon du biais essentialiste qui consiste à figer dans des définitions des termes construits, utilisés et reformulés par les acteurs dans des contextes politiques et des configurations de pouvoirs variés. Au contraire, ce sont, justement, ces définitions contextuelles données au terme charia, c’est l’articulation des contenus qu’il désigne dans chaque situation, qui doit être l’objet de la recherche, d’autant plus que « le vocabulaire de l’islam constitue une ressource majeure » du politique dans nombre de sociétés contemporaines. Un constat presque banal, qui amène souvent les observateurs à qualifier les sociétés à population majoritairement musulmanes, et faisant usage de ce vocabulaire, de « sociétés musulmanes ». L’usage d’un tel prédicat conduit néanmoins trop souvent à conférer aux individus des intentions produites selon les règles d’un déterminisme islamique, en même temps qu’il véhicule, dans sa portée essentialiste, un ethnocentrisme reléguant les musulmans dans l’altérité (pour les non-musulmans) ou dans l’identité (pour les musulmans qui s’en réclament) par l’attribution d’une essence.

  • 2 D’ailleurs, les traductions du Coran ne sont-elles pas présentées par les éditeurs comme des « trad (...)

5Cette même posture éthique amène Baudoin Dupret, d’autre part, à revendiquer la traduction des termes d’une langue à l’autre (de l’arabe au français, par exemple). Le fait de conserver les termes arabes peut certes faire preuve d’un souci d’authenticité et de maintien du sens2, mais s’inscrit néanmoins dans un contexte discursif global – en Occident du moins – où l’islam fait débat. Dans un tel contexte, les termes qui se réfèrent à l’islam connotent bien souvent plus qu’ils ne dénotent, et véhiculent de la même manière des représentations de l’altérité qui tendent à reconduire, voire à renforcer des antagonismes sociaux, politiques et identitaires à travers une terminologie religieuse. La pondération morale dont est empreint le terme charia dans le débat contemporain, positivement pour ceux qui s’en revendiquent, négativement pour ceux qui le décrient, ne manque pas d’être alimentée par les usages essentialistes que peuvent en faire des discours sous couvert de scientificité ou d’érudition. En outre, la traductibilité d’un terme pose d’autant moins de problème lorsqu’il est justement polysémique. Le travail qui incombe au chercheur reste dans tous les cas à en restituer le sens en contexte, et non pas le sens intrinsèque.

  • 3 Ferrié, Jean-Noël. 2010. « Les formulations de l’islam : pour une approche déflationniste de la rel (...)

6Conscient que ses choix méthodologiques à teneur politique ne pourront « satisfaire aucun dogmatisme », « irriteront les littéralistes » et « frustreront les positivistes de tous poils », l’auteur cherche donc à dépasser certains types de postures, qui ne font qu’alimenter les débats autour de la charia (par surinterprétation, procès d’intention, assignations, essentialisation, simplification, réification, déterminisme) plutôt que de les décrire – un objectif principal des sciences sociales, pourtant trop souvent sous-estimé. D’aucuns reconnaîtront la facture ethno-méthodologique développée par les chercheurs du Centre Jacques-Berque, à travers l’analyse qu’il propose des jeux de langages et de la grammaire du terme charia, dans une approche « déflationniste »3 de la religion. Si les plus curieux regretteront l’absence de références bibliographiques que nécessite pourtant l’ampleur des faits historiques décrits ou mentionnés (du VIIIe siècle à 2014, des Etats-Unis à l’Indonésie), cette lacune s’explique par le fait que le livre se présente moins comme une étude érudite que comme un essai à vocation tout autant éthique qu’épistémologique ; dont la lecture vaccine contre les raccourcis de sens et les métonymies faites entre les catégories de religion et de politique quand il s’agit de parler d’islam. Un pari dédicacé – ou écrit ? – « à l’encre de Zamzam », au demeurant réussi.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet la recension du dernier ouvrage dirigé par Baudouin Dupret sur les usages de la charia : Rachid Id Yassine, « Baudouin Dupret (dir.), La charia aujourd'hui. Usages de la référence au droit islamique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 6 avril 2012, consulté le 24 avril 2014. URL : http://lectures.revues.org/8083

2 D’ailleurs, les traductions du Coran ne sont-elles pas présentées par les éditeurs comme des « traductions des sens » du Coran ?

3 Ferrié, Jean-Noël. 2010. « Les formulations de l’islam : pour une approche déflationniste de la religion ». Socio-anthropologie, n25-26 : 81‑101.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Prud'homme, « Baudouin Dupret, La charia. Des sources à la pratique, un concept pluriel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 avril 2014, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14497

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page