Navigation – Plan du site

« Les dominations », Savoir/Agir, n° 26, décembre 2013

Olivier Cléach
Les dominations
« Les dominations », Savoir/Agir, n° 26, décembre 2013, Éditions du Croquant, ISBN : 9782365120401.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son numéro de décembre, la revue Savoir/Agir1, revue académique et, si ce n’est militante, au moins engagée politiquement (plutôt à la gauche de la gauche, en tout cas contre le néolibéralisme) et sociologiquement (la mise en avant des travaux de P. Bourdieu), présente ses rubriques2 habituelles : un dossier, le grand entretien, quelques chroniques française et européenne, etc.

2Le dossier, coordonné par la politologue Annie Collovald, se compose d’articles issus principalement du 5ème congrès de l’Association Française de Sociologie qui se tenait à Nantes en septembre 2013. Il est consacré à la thématique de la domination, définie comme une « relation sociale qui répartit et hiérarchise les groupes sociaux, discrimine les forces sociales en structurant leur dissymétrie tout en contribuant à l’acceptation de l’ordre existant » (p. 10). La coordinatrice justifie le choix de cette thématique (la revue a déjà consacré un numéro – le n°19, mars 2012 – à cette question) par des éléments de contexte, par l’actualité : la crise qui favorise « … la montée des inégalités, de la précarisation et du chômage » (p. 9), les « Printemps arabes », le mouvement des indignés, etc. Tous ces éléments ne sont-ils pas des brèches dans l’ordre néolibéral et masculin dominant ? Chaque texte, dans des univers et des contextes différents (le métier d’assistante maternelle comme figurative d’une position sociale dominée, la Première Guerre mondiale, la crise de la virilité, les classes supérieures, l’Europe…), cherche à apporter une réponse à cette question.

3Une partie des articles (par exemple ceux de J. Rowell, de N. Mariot, de M. de Lassalle) s’intéresse moins à la situation des dominés (leurs conditions, leur degré de résignation et/ou de résistance…) qu’à certains déterminants sociaux et à l’action des dominants (une sorte de travail de domination), déterminants et actions qui participent in fine à la reproduction de l’ordre existant. Chacun d’eux montre également les difficultés, les obstacles qui existent pour remettre en question un système de dominations (économiques et/ou sociales) ou même simplement pour résister, notamment quand on ne dispose pas des ressources nécessaires pour le faire. C’est ce que montre par exemple M.-H. Lechien dans son article « Stratégies de défense ou de résistance à la domination. Le cas des assistantes maternelles » : « La position des assistantes maternelles dans l’espace hiérarchisé des métiers de la petite enfance et plus largement dans l’espace social reste ainsi une position dominée (…) au sens où les assistantes maternelles peinent à protéger leurs intérêts : leur salaire, leur temps et leur espace privé potentiellement contaminés par leur travail, leur propre définition du métier d’assistante maternelle » (p. 21). Leur métier, alors même qu’il répond à un besoin de société, est si peu valorisé que les assistantes maternelles « sont souvent amenées à défendre l’idée qu’il s’agit bien d’un travail face à leurs proches qui ne les prennent pas totalement au sérieux (« Avec les enfants, tu t’amuses quand même pas mal, tes journées ne sont pas trop dures ») » (p. 21)

  • 3 Courpasson D., L’action contrainte, Paris, PUF, 2000.

4La plupart des textes illustre bien les mécanismes insidieux de la domination qui permettent, au final, à l’ordre existant de se reproduire, souvent avec l’acceptation des dominés, ce que D. Courpasson appelle la domination douce3. Ils montrent que cette emprise n’a rien de naturel, qu’elle nécessite un travail de légitimation qui génère un certain coût afin que le système se maintienne, mais aussi pour ceux qui en sont les « victimes » (À ce titre, l’entretien de Gilles, ouvrier ayant gravi les échelons dans une papeterie en cours de démantèlement qui se bat pour une « fermeture honorable », dans la rubrique Paroles, aurait eu toute sa place dans le dossier).

  • 4 Par exemple, J. Rowell, dans son texte intitulé « Domination autoritaire et circularité entre savoi (...)

5Mais, il demeure, selon nous, un travail de théorisation à faire (qui n’est qu’amorcé dans l’introduction du dossier), certains textes (ceux de J. Rowell, de N. Mariot par exemple) restant davantage au stade de la description qu’à celui de la discussion théorique. De ce point de vue, on peut regretter que les travaux de certains auteurs incontournables (nous pensons essentiellement à ceux de James Scott) ne soient guère – voire pas4 – mobilisés et discutés, au profit de ceux de P. Bourdieu lequel exerce une domination théorique quasi hégémonique ! Ainsi, le lecteur reste un peu sur sa faim par rapport à la discussion de la notion de domination. De plus, selon nous, il est parfois difficile de voir le rattachement de certains textes à la thématique de la domination (par exemple celui de G. Mauger sur l’histoire du gauchisme).

6Le grand entretien est consacré à Christian Topalov, chercheur engagé, qui raconte son parcours atypique qui débute dans le contexte des événements de 68. Son récit nous apporte un nouveau témoignage sur l’édification de la sociologie française depuis les années soixante, sur le métier de sociologue. Son évocation met en parallèle la construction de sa carrière de chercheur (sur contrat, au CNRS) et son engagement militant de gauche (qui se fait jour encore maintenant, notamment face aux réformes de l’enseignement supérieur, face à l’immixtion du nouveau management public). Il est d’ailleurs dommage que ces accointances (militantisme et recherche), ces itinéraires concomitants et leur « naturalisme » (leur rapprochement ne semblant pas poser question) apparent ne soient pas plus interrogés (par exemple autour de la question de la neutralité, de leurs influences réciproques, des fins de la sociologie et de son instrumentalisation au service d’une cause idéologique).

7D’autres rubriques s’intéressent davantage au champ politique : à travers la chronique de la gauche de la gauche (consacrée au Front de gauche), l’entretien de Myriam Martin, militante qui énonce, en autres, les raisons qui l’ont fait quitter le Nouveau parti anticapitaliste – NPA – pour adhérer au Front de gauche, nous permettant ainsi de mieux comprendre les méandres de ces différentes organisations qui composent « l’extrême gauche » ou encore l’article de G. Mauger qui revient sur les raisons de la montée du Front national, sur sa stratégie de « dédiabolisation ».

8Au final, l’intérêt de ce numéro est de produire des connaissances sur des thématiques d’actualité. Par exemple, le texte de Rémi Lenoir dans la rubrique Idées qui clôt la revue revient sur le mouvement autour de la défense de la famille « traditionnelle » à l’occasion du mariage pour tous (tout en nous rappelant que des mouvements plus anciens étaient porteurs des mêmes préoccupations : la lutte autour du divorce, le PACS…). R. Lenoir montre la diversité des enjeux de ce mouvement – économiques, sociaux, moraux, mais aussi politiques – et les luttes symboliques, idéologiques, politiques menées par certains acteurs (en l’occurrence une frange des classes supérieures plutôt de droite) pour imposer leurs représentations de la normalité, de la conformité et donc d’un certain ordre social (« ce qui est fondamentalement en cause à propos de la famille dans le champ politique est le mode de reproduction de la structure sociale », p. 119).

Haut de page

Notes

1 cf. http://rt30.free.fr/MetzgerlecturecritiquerevueSavoirAgir.pdf

2 Nous ne rendons pas compte ici de tous les textes qui composent les rubriques de cette revue.

3 Courpasson D., L’action contrainte, Paris, PUF, 2000.

4 Par exemple, J. Rowell, dans son texte intitulé « Domination autoritaire et circularité entre savoir et pouvoir » (p. 29 et suivantes) ne mentionne pas M. Foucault (et notamment son ouvrage L’Archéologie du savoir) ou M. Crozier, lorsqu’il décrit les jeux bureaucratiques en RDA. Lignier utilise également de façon « subliminale » les approches de l’analyse stratégique, sans y faire explicitement référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « « Les dominations », Savoir/Agir, n° 26, décembre 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 mai 2014, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14528

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Sociologue, enseignant-chercheur, Socioethique (socioethique@free.fr)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page