Navigation – Plan du site

Lynn Jamieson, Roona Simpson, Living Alone: Globalization, Identity and Belonging

Marion Sarrouy
Living Alone
Lynn Jamieson, Roona Simpson, Living Alone. Globalization, Identity and Belonging, Palgrave Macmillan, coll. « Palgrave Macmillan Studies in Family and Intimate Life », 2013, 328 p., EAN : 9780230271920.
Haut de page

Texte intégral

1Habiter et partager son quotidien avec nul autre que soi-même est souvent interprété comme le résultat d’un individualisme délétère propre aux sociétés occidentales modernes. Tel est le point de départ de Living Alone, qui s’attache à expliciter le phénomène en le saisissant à partir d’une enquête locale et d’une approche comparative internationale. Les processus d’individualisation, caractéristiques de la modernité, sont régulièrement envisagés dans leur déclinaison négative de « repli sur soi » et placés à l’origine d’un affaiblissement des liens sociaux. Le succès public et scientifique au début des années 2000 de l’ouvrage de R. Putnam Bowling Alone cristallise un certain nombre d’angoisses entourant la question. Le livre diagnostique en effet un affaiblissement de l’engagement citoyen, et donc de la démocratie, manifeste dans le déclin des activités de groupe, ainsi que dans l’individualisation croissante des loisirs par la technologie. Comme une réponse à celui-ci, Living Alone propose de se pencher sur divers aspects du quotidien et de la sociabilité des personnes vivant seules.

  • 1 Suivant ainsi la proposition du sociologue, les individus sont envisagés de façon circulaire à la f (...)
  • 2 Jamieson, L, Intimacy: Personal Relationships in Modern Societies, Polity Press, Cambridge, 1998
  • 3 Simpson, R, Contemporary Spinsterhood: Gender, Partnership Status and Social Change, VDM Verlag, Sa (...)

2D’un point de vue à la fois thématique et sociologique, l’ouvrage s’inscrit dans la lignée des travaux d’Anthony Giddens1 sur les développements modernes de l’intimité, et rejoint ceux de Lynn Jamieson sur ce sujet2 ainsi que ceux de Roona Simpson sur les « vieilles filles » en Grande-Bretagne3. Les questions posées par les auteures portent ainsi sur l’interaction entre le vivre seul et les relations - amoureuses, familiales, communautaires-, la construction identitaire et la sécurité ontologique. Envisager la sociabilité à partir des personnes vivant seules et les personnes vivant seules à partir de leur degré d’intégration sociale permet de porter un regard critique sur le diagnostic d’une individualisation croissante des sociétés occidentales.

3On peut regretter que l’ouvrage se dissolve par endroits dans l’impératif quasi-prescriptif de penser le phénomène du vivre seul dans le cadre de la mondialisation. Ceci confère au propos une dimension généralisante et affaiblit par moments la pertinence de l’enquête. Un survol trop rapide des pratiques à l’échelle internationale et le manque de démarche socio-historique tendent à présenter une vision universelle et évolutionniste du phénomène. Pour autant, la solidité de l’enquête empirique qui occupe la majeure partie de l’ouvrage permet d’alimenter les questions propres aux champs évoqués ci-dessus.

4Le travail d’enquête combine une utilisation des statistiques de la Scottish Household Survey avec une série 140 entretiens téléphoniques semi-directifs et de 35 entretiens approfondis en face-à-face, sur un panel d’adultes âgés de 25 à 44 ans (du fait des études existantes sur les populations plus âgées). Les auteures adoptent une démarche intersectionnelle autour des axes de genre, de classe et de localité rurale ou urbaine. Cette dernière variable (plutôt que la variable de race qui vient généralement compléter la trilogie lorsqu’on évoque l’intersectionnalité), fait tout l’intérêt du terrain écossais. Les auteures font en effet de la particularité écossaise (qui se distingue par deux centres urbains dans lesquels se concentre la majorité de sa population et des communes rurales éparses qui constituent la plus grande part du territoire), un élément essentiel de leur travail, pouvant potentiellement apporter des réponses aux problématiques de politiques publiques du vivre et vieillir seul en zone rurale.

5Avec Living Alone, les auteures montrent que le vivre seul n’est pas une variable sociologique fondamentale et le prouve par la négative. En tant que phénomène moderne, le vivre seul ne paraît pas donner naissance à de nouvelles pratiques et nouvelles conceptions des relations ou du rapport à soi. A l’instar des personnes vivant à plusieurs, la stabilité et la continuité des relations aux autres restent fondamentales pour les sentiments d’identité et d’appartenance des personnes vivant seules. Ainsi, celles-ci sont en majorité attachées à une conception de l’amour romantique et de la famille impliquant la cohabitation ; continuent de considérer la famille comme « autre signifiant » principal ; développent un attachement aux lieux en fonction des personnes qui s’y trouvent, et éprouvent des difficultés à effectuer seules les activités éminemment sociales que sont manger et partir en vacances.

  • 4 Les auteures se réfèrent ici aux travaux de M. Castells sur la société en réseaux.
  • 5 Morgan, D, Acquaintances: The Space Between Intimate and Strangers, Open University press, McGraw H (...)

6Les relations à distance que permettent les technologies de la communication ne viennent pas non plus remplacer les relations de face-à-face4 mais contribuent plutôt à établir un modèle relationnel diversifié qui pose que les relations en co-présence, les relations à distance et les relations quotidiennes de connaissance peuvent toutes contribuer à la sécurité ontologique de l’individu. Un des résultats inattendus de l’enquête est en effet de montrer en quoi, en plus des relations familiales et amicales, les interactions quotidiennes peuvent prendre une place importante dans la consolidation de ce sentiment. Les « petits fragments d’intimité »5 avec des personnes connues et desquelles l’individu est connu, en ce qu’elles peuvent être typiques (mais pas seulement) de la vie d’une communauté rurale, contribuent et parfois suffisent à éviter à la fois isolation et solitude.

7Il est intéressant, dans le cadre d’une problématique de l’isolation/intégration sociale de constater que vivre seul équivaut rarement à une situation d’isolement. L’intégration des personnes vivant seules dans des réseaux de sociabilité proches et lointains semble indiquer que le modèle traditionnel de la famille cellulaire a perdu de sa force normative et de sa capacité de marginalisation. D’un autre côté, l’expérience positive des femmes seules venues s’installer en milieu rural contraste avec celle de marginalisation des enquêtés homosexuels ayant grandi dans ces localités. Ces expériences en apparence contradictoires appellent de futures recherches sur le lien entre urbanisation et libéralisation des mœurs, sens de la communauté et communautarisme.

8Au sein des relations familiales, on retrouve une répartition sexuée des rôles. Même seules, les femmes continuent en effet d’être plus impliquées qualitativement et quantitativement dans des réseaux familiaux, et sont également plus souvent susceptibles d’entretenir des relations avec des enfants dont elles ne sont pas le parent. Comme on peut s’y attendre, les femmes sont plus fréquemment engagées dans des relations de soin aux personnes proches, bien qu’une part non-négligeable d’hommes le soit aussi. Cependant, comme à plusieurs reprises au cours de l’ouvrage, l’appartenance rurale ou urbaine s’attache à celle de genre pour complexifier ces différences. Il est ainsi intéressant de constater que les hommes en milieu rural sont dans des rapports de soin hors des relations familiales, fournissant aide et compagnie à leurs voisins âgés.

9Aux extrémités du spectre malgré tout, certains individus sont plus à même d’envisager un avenir seuls ou sans enfants. On trouve dans cette situation des hommes ayant des problèmes socio-économiques ou de santé, pessimistes quant à la possibilité de trouver un ou une partenaire. A l’inverse, celles qui sont le plus susceptible d’apprécier leur vie et un possible avenir seules sont les femmes de classe moyenne impliquées dans leur carrière. Ces résultats révèlent un déséquilibre dans le rapport au couple, qui fait écho aux observations de Durkheim sur les liens entre suicide, genre et mariage. Plus généralement, les auteures observent une corrélation entre le vivre seul et un éloignement du modèle de la famille patriarcale qui nous invite à penser le phénomène non pas en termes d’individualisation (au sens de repli sur soi), mais plutôt dans une dialectique relationnelle d’autonomie et d’égalité entre les sexes.

10Ainsi le vivre seul n’est pas en soi un signe d’anomie. Il doit être envisagé de manière complexe, en interaction avec d’autres facteurs tels que le genre, la parenté ou la localité. Vivre seul peut parfois être lié à une faible intégration sociale, le plus souvent pour des hommes, mais est parfois à l’inverse facteur d’une sociabilité accrue, le plus souvent pour des femmes. Pour autant, d’autres problématiques se posent, comme celle, avancée par les auteures, de la viabilité pratique du vivre seul dans un contexte où la croissance et le rapport aux ressources ont un besoin urgent de reconfiguration.

Haut de page

Notes

1 Suivant ainsi la proposition du sociologue, les individus sont envisagés de façon circulaire à la fois comme modelés par et acteurs du changement social.

2 Jamieson, L, Intimacy: Personal Relationships in Modern Societies, Polity Press, Cambridge, 1998

3 Simpson, R, Contemporary Spinsterhood: Gender, Partnership Status and Social Change, VDM Verlag, Saarbrucken, 2009

4 Les auteures se réfèrent ici aux travaux de M. Castells sur la société en réseaux.

5 Morgan, D, Acquaintances: The Space Between Intimate and Strangers, Open University press, McGraw Hill, 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Sarrouy, « Lynn Jamieson, Roona Simpson, Living Alone: Globalization, Identity and Belonging », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 mai 2014, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14638

Haut de page

Rédacteur

Marion Sarrouy

Doctorante au département d’anglais de l’Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page