Navigation – Plan du site

« Familles plurilingues dans le monde, Mixités conjugales et transmission des langues », Langage et Société, n° 147, 2014

Joanne Walker
Familles plurilingues dans le monde
Christine Deprez, Beate Collet, Gabrielle Varro (dir.), « Familles plurilingues dans le monde. Mixités conjugales et transmission des langues », Langage & société, n° 147, 2014, 177 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1608-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans une ère de globalisation et de multiplication des échanges, interroger les pratiques linguistiques et leur transmission permet d’analyser les logiques et les identités sociales en voie de consolidation ou de transformation. Dans ce contexte, comment saisir les interactions entre les parcours, les histoires individuelles et l’environnement social plus large agissant sur les pratiques plurilingues ? Ce dossier thématique de Langage et Société positionne son regard au niveau des pratiques plurilingues des unités familiales « mixtes », et présente six articles se basant sur des enquêtes qualitatives effectuées dans divers pays du monde. Coordonné par la sociolinguiste Christine Deprez et les sociologues Gabrielle Varro et Beate Collet, le dossier est animé par la volonté de puiser dans les ressources des deux disciplines et de construire des passerelles entre elles.

2Plus que plurilingues, les familles linguistiquement mixtes sont classées selon les langues qu’elles utilisent et selon les pratiques linguistiques spécifiques qu’elles développent dans l’espace familial, interprétées comme cristallisant des différences « socialement significatives » qui marquent ses membres. Comme l’écrivent les coordinatrices du dossier dans l’introduction, « l’étude des ensembles familiaux linguistiquement mixtes consiste à s’intéresser aux couples et aux familles dans lesquels le plurilinguisme ne va pas de soi, que ce soit au sein de la famille ou dans ses rapports à l’extérieur » (p. 9). Ces pratiques plurilingues se construisent en articulation avec les rapports au sein d’un couple, au sein d’une famille ou avec l’extérieur. Ainsi, signe du poids des traditions et politiques linguistiques, la mixité linguistique ne s’exprime pas partout sous les mêmes formes. Le choix de mettre en relation des enquêtes effectuées auprès de familles plurilingues dans différents pays permet d’explorer cette mixité dans diverses situations sociales et d’élargir notre appréciation des relations qui la structurent et des forces qui l’influencent.

3La mixité linguistique se construit très souvent suite à une expérience de mobilité de la part d’au moins un des membres de l’unité familiale, mobilité qui peut être physique (entre pays, régions, villes) et/ou sociale. Pourtant, le lien souvent compris comme évident entre mobilité et plurilinguisme est récusé par l’article de Sophie Dalle-Nazébi, qui met en valeur les transformations de pratiques familiales suite à la naissance d’un enfant sourd, évènement qui motive les parents à insister sur l’apprentissage de la langue de signes française (LSF) par tous les membres de la famille. En demandant si l’on peut « s’entendre sans se comprendre » (selon la formule de Véronique Miguel Addisu), l’ensemble des articles montrent comment les pratiques au sein d’une famille dans laquelle une mixité linguistique est constatée, se transforment (souvent de manière inégale) dans le but d’accroître la sécurité linguistique dans la vie familiale.

  • 1 Deprez Christine, Les enfants bilingues, langues et familles, Paris, Didier, 2005.

4Les articles développent le concept de « politique linguistique familiale »1, qui insiste sur la capacité de l’unité familiale à construire de nouvelles configurations et logiques de communication, lesquelles vont parfois à l’encontre des politiques linguistiques nationales ou des normes locales. Mais la politique familiale peut être différemment appropriée par les divers membres de la famille, selon leurs expériences, les relations qu’ils entretiennent et leurs identifications hétérogènes. Par exemple, si les parents d’un enfant sourd imposent l’apprentissage de la LSF afin d’assurer l’égalité dans les communications familiales, cet apprentissage n’est pas vécu de la même façon par tous (y compris les parents, la mère et le père adoptant différentes stratégies pour apprendre). En plus, si les membres entendants de la fratrie marquent parfois une résistance à la politique familiale dans le strict cadre de sa cellule, il en va tout autrement dès qu’ils sont à l’extérieur de la famille, où ils jouent au contraire de leur identité bilingue pour expérimenter le regard porté sur les sourds. Aussi, plusieurs configurations de mise en œuvre du bilinguisme familial apparaissent, selon les familles.

  • 2 L’enseignement dans l’ikastola, école immersive sous contrat d’association avec l’État, est exclusi (...)

5Mais plutôt que simplement choisie, la politique linguistique familiale se construit dans un rapport affectif à la communauté ou à la culture associée à la langue en question. Kyung-mi Kim rend ainsi compte de Coréennes du Sud émigrées qui, ayant subi des discriminations dans leur pays d’origine du fait d’un mariage exogame, rejettent la langue coréenne. Anne Unterreiner montre que les individus qui avaient déjà établi une relation forte avec le pays d’accueil avant leur migration ne transmettent pas toujours leur langue maternelle ; il en va de même des personnes qui veulent rompre avec le pays d’origine. Isabelle Lacroix et Madhura Joshi soulignent que les familles peuvent transformer leurs pratiques pour mettre en avant leur volonté d’intégrer un nouvel environnement social, en admettant la valeur symbolique et pratique d’une des langues du milieu. Dans un article sur la scolarisation d’enfants dans une ikastola2 au Pays basque français, Lacroix souligne que certains parents non basques choisissent ces écoles immersives afin que leurs enfants apprennent le basque et se sentent ainsi intégrés à la communauté linguistique qui, selon ces parents, définit le Pays basque. En plus, facteurs affectifs et facteurs pragmatiques se combinent pour influencer les pratiques. Par exemple, Madhura Joshi analyse la transmission ou la non-transmission des langues en Inde par les couples linguistiquement mixtes qui ont choisi leur conjoint dans un groupe connoté comme socialement différent (en fonction de leur caste, région, religion, ou langue). Elle montre que le rejet de l’union par les parents de l’épouse peut isoler cette dernière et entrainer la perte des locuteurs nécessaires pour la poursuite de la communication dans sa langue.

6Les politiques linguistiques familiales qui régissent la mixité linguistique dépendent ainsi des normes sociales de l’environnement extérieur à la famille : le rôle et le statut des femmes contribuent à fortement structurer les rapports. Dalle-Nazébi montre ainsi qu’en France, la mère est souvent le moteur de la politique des familles avec un enfant sourd. En Inde et en Corée, le statut social des femmes ainsi que les normes de pratique et de transmission de la langue de l’époux structurent les rapports des couples, analysés respectivement par Joshi et Kim. Véronique Miguel Addisu met en évidence quant à elle une asymétrie frappante des pratiques d’apprentissage et d’adaptation linguistique dans trois couples mixtes à Addis-Ababa, sur lesquels porte son enquête. Ce sont les épouses éthiopiennes qui, attirées par le statut international du français, mais réagissant aussi aux difficultés qu’éprouvent leurs maris à apprendre l’amharique, adoptent la pratique de la langue française au sein du couple et permettent ainsi à ce dernier d’évoluer vers une vie communicative plus sécurisée.

7Les politiques linguistiques familiales se construisent en dialogue avec les politiques linguistiques nationales et locales. Comme le montrent Lacroix et Dalle-Nazébi, malgré la capacité de la famille à créer ses propres politiques de plurilinguisme familial, elle est parfois dépendante des possibilités proposées par des structures de promotion des langues et des cultures (associations, écoles bilingues), ainsi que par leur accessibilité, pour mettre en œuvre cette politique. L’article d’Anne Unterreiner est également éclairant quant au rôle des politiques publiques. D’une part, elle montre comment les expériences personnelles d’un parcours migratoire et les liens affectifs et pratiques avec les pays d’origine et d’accueil structurent les choix de transmission et situations de réception des langues. D’autre part, elle souligne aussi que les politiques d’intégration du pays d’origine créent des conditions spécifiques qui influencent ce transfert de pratiques. Par exemple, en France, où la politique d’immigration a historiquement cherché à ancrer les migrants et leurs descendants dans le pays d’accueil, les situations de transmission « faible » de la langue parentale sont plus fréquentes qu’en Allemagne. En effet, on constate davantage Outre-Rhin des transmissions « fortes », les parents souhaitant que leurs enfants acquièrent une bonne maîtrise de leur propre langue. Selon l’auteur, cela tient à la fréquence des migrations pendulaires en Allemagne et à une politique d’immigration qui percevait pendant longtemps les migrants comme des Gastarbeiter, « des travailleurs invités ». Au Royaume Uni en revanche, Unterreiner observe les deux modèles de transmission des langues.

8L’ensemble des articles combine des approches sociolinguistique et sociologique pour offrir de nouvelles perspectives d’étude de la mixité linguistique des familles. En effet, l’analyse des pratiques plurilingues peut déborder les frontières disciplinaires, en même temps qu’elle interroge les frontières étatiques, linguistiques et identitaires. Ce dossier donne un bon aperçu des multiples réalités linguistiques vécues par des familles dans des pays marqués par des politiques et des histoires linguistiques très différentes, dont certaines sont peu connues en France. Comme le soulignent les coordinatrices, les régularités visibles dans les divers cas présentés dans les articles semblent soutenir l’existence de facteurs « universaux » qui sous-tendent les pratiques plurilingues en familles mixtes ainsi que leur transmission. La richesse apportée par l’étude comparative de différents contextes nationaux et familiaux met d’autant mieux en valeur les résultats originaux des articles.

Haut de page

Notes

1 Deprez Christine, Les enfants bilingues, langues et familles, Paris, Didier, 2005.

2 L’enseignement dans l’ikastola, école immersive sous contrat d’association avec l’État, est exclusivement en langue basque en maternelle et au CP. Ces écoles assurent aussi l’apprentissage de la langue française à partir du CE1.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanne Walker, « « Familles plurilingues dans le monde, Mixités conjugales et transmission des langues », Langage et Société, n° 147, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14752

Haut de page

Rédacteur

Joanne Walker

Doctorante en sociologie à l’Université de Nantes.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page