Navigation – Plan du site

Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard, 100% Rumeurs

Michael Perret
100 % Rumeurs
Véronique Campion-Vincent, Jean-Bruno Renard, 100 % Rumeurs. Codes cachés, objets piégés, aliments contaminés... La vérité sur 50 légendes urbaines extravagantes, Paris, Payot, 2014, 424 p., ISBN : 978-2-228-91051-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Campion-Vincent Véronique et Renard Jean-Bruno, Légendes urbaines. Rumeurs d’aujourd’hui, Paris, Pa (...)
  • 2 Campion-Vincent Véronique et Renard Jean-Bruno, De source sûre. Nouvelles rumeurs d’aujourd’hui, Pa (...)

1Pourquoi croit-on aux rumeurs ? Pourquoi les colporte-t-on plus loin ? Le nouvel ouvrage de Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard entend y répondre par l’exemple. Les auteurs poursuivent leur réflexion, entamée avec Légendes urbaines (1992)1 et De source sûre (2002)2, sur les rumeurs et sur les croyances qui tournent autour, en décortiquant « 50 légendes urbaines extravagantes ».

2Les auteurs combinent trois méthodes pour les étudier : la collecte ethnographique des données, l’étude de la véracité de la rumeur et l’interprétation sociologique. Dans un premier temps, la collecte s’opère via les nouveaux moyens de communication : récits modernes, rumeurs « tendance » et autres légendes urbaines circulent et se propagent par e-mail ou sur les réseaux sociaux. Internet et les nouveaux médias étant désormais au cœur du phénomène rumoral, les auteurs consacrent un chapitre entier aux liens entre la propagation de rumeurs et l’usage de Twitter. La collecte ethnographique permet aussi de faire ressortir les thèmes récurrents. Dans un deuxième temps, les auteurs croisent à cela la détermination du degré de véracité d’une rumeur. Ils mobilisent alors quantité d’experts et de sites spécialisés, comme Hoaxbuster, pour analyser le processus qui permet l’authentification ou la discréditation d’une rumeur. Enfin, l’approche interprétative est combinée aux deux méthodes précédentes. Selon les dires des auteurs, elle « permet de comprendre pourquoi telle légende a circulé à tel moment dans tel milieu » (p. 12). On présentera trois exemples de rumeurs étudiés, parmi les 50 cas qui constituent l’ouvrage, pour illustrer les choix et le propos des auteurs.

3Le premier exemple renvoie à la coupe du monde de football de 2006 en Allemagne. Six mois avant le début du tournoi, l’organisation internationale de lutte contre le trafic des femmes CATW lance une pétition contre « l’importation » de 40 000 femmes d’Europe centrale et de l’Est venues en Allemagne « servir sexuellement » les spectateurs de la Coupe du monde. V. Campion-Vincent et J.-B. Renard vont s’intéresser à ce chiffre de 40 000 femmes, chiffre qui est repris dans des rumeurs similaires lors de la coupe du monde de football de 2010 en Afrique du Sud, notamment. Ce chiffre, affirment les auteurs, est un bon chiffre dans le sens où il se retient facilement et en impose suffisamment pour faire peur. Cependant, il reste fantaisiste, employé par des pseudo-experts et des militants bien intentionnés certes, mais « mathématiquement illettrés ». Le succès d’une telle légende urbaine tiendrait également du thème, soit la prostitution. Si elle contient deux ingrédients efficaces tels que la sexualité et la transgression, cette rumeur renvoie également dans ce cas-là au mythe de la « traite des Blanches », populaire depuis le XIXe siècle. Tous les composants sont réunis pour donner ce que les auteurs appellent une « légende noire », soit une version aggravée d’un fait dérangeant, qui est souvent reprise telle quelle. C’est pourquoi la fascination l’emporte sur l’examen sérieux d’une telle légende.

4Le deuxième exemple est celui de la vidéo de « l’enfant enlevé par un aigle », qui fit en 2012 un buzz retentissant sur Youtube. La vidéo, qui se veut celle d’un amateur, montre un aigle tournoyer quelques instants dans les airs avant de s’abattre sur un nourrisson de dix-huit mois, de le soulever dans les airs quelques instants puis de le relâcher. Si elle se propage très rapidement sur les réseaux sociaux, la vidéo est vite décriée. On parle de « fake » ; des experts décortiquent image par image ce clip, qui s’avère être une contrefaçon préméditée. À l’origine du projet, on découvre quatre étudiants du Centre national d’animation et de design de Montréal qui s’étaient vu assigner comme projet de fin d’année de réaliser une vidéo piège qui puisse être virale. Les auteurs de 100% Rumeurs expliquent le succès de cette histoire par le fait qu’elle soit une réécriture moderne de croyances plus anciennes. On retrouve dans les histoires populaires des attaques de rapace sur de gros animaux ou de petits êtres humains. La presse régionale, jusqu’il y a peu, relatait des scènes similaires. Mais à l’heure actuelle, le grand public est davantage intéressé à démentir des informations virales, en cherchant les trucages et les supercheries, même lorsque les faits sont établis.

  • 3 Anglicisme utilisé pour décrire un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur Internet.

5On prendra comme troisième et dernier exemple celui de l’acteur américain Bill Murray et de ses « apparitions ». Des anecdotes circulent sur Internet au sujet de la venue inopinée de Murray à des enterrements de vie de garçon ou de fille, à des fêtes, etc. Le schéma se répète chaque fois : quelqu’un vit un événement banal jusqu’à ce que Bill Murray débarque, multiplie les frasques et disparaisse après avoir lâché que personne ne croirait jamais cette histoire. La légende est vite exploitée sur le web : on crée en 2010 un site nommé Bill Murray Stories et les auteurs de 100% Rumeurs n’hésitent pas à désigner ses apparitions comme un mème Internet3. Pour V. Campion-Vincent et J.-B. Renard, les Bill Murray Stories sont des légendes urbaines en ceci qu’elles participent à la fois du réel (les délires de l’acteur sont un fait notoire à Hollywood) et de la fiction ; « même si certaines sont exactes, elles sont trop nombreuses pour être vraies » (p. 77).

  • 4 Aldrin Philippe, Sociologie politique des rumeurs, Paris, PUF, coll « Sociologie d’aujourd’hui », 2 (...)
  • 5 Froissart Pascal, La rumeur. Histoire et fantasmes, Paris, Belin, 2002.

6Campion-Vincent et Renard s’accordent pour dire que si les dispositifs techniques changent au fil du temps dans leur propagation, la nature profonde des rumeurs reste inchangée : « elles sont toujours un miroir grossissant de nos peurs et de nos espoirs » (p. 13). Une telle approche, que Philippe Aldrin nomme l’« approche psychopathologique des rumeurs »4, ne fait pas l’unanimité au sein des sciences sociales francophones. Pascal Froissart soulignait déjà en 2002 les limites de la méthodologie de ceux qu’il appelle des « rumoranciens »5 : interpréter « sociologiquement » une rumeur et la décortiquer pour y déceler la part de vérité revient à la limiter à une seule interprétation, celle des spécialistes. Il y aurait donc deux camps : celui des crédules, des gens qui adhèrent aux rumeurs, et celui des connaisseurs, qui parviennent à trier les informations et à manier des relations de causalité. À trop chercher des explications psychopathologiques aux rumeurs, on élude leur aspect « sérieux » (ce ne sont pas toujours des inventions de l’esprit) ou, au contraire, on élude les jeux qui président à leurs échanges. Le lecteur curieux de connaître « la vérité sur 50 légendes urbaines extravagantes » est averti : l’analyse qui en est faite est du même acabit.

Haut de page

Notes

1 Campion-Vincent Véronique et Renard Jean-Bruno, Légendes urbaines. Rumeurs d’aujourd’hui, Paris, Payot, 1992. Les auteurs présentaient et tentaient de décrypter dans les légendes contemporaines, comme les alligators dans les égouts de New York, « cette modernité qui nous échappe ».

2 Campion-Vincent Véronique et Renard Jean-Bruno, De source sûre. Nouvelles rumeurs d’aujourd’hui, Paris, Payot, 2002. Ici, les auteurs définissaient les ingrédients d’une légende urbaine puis illustraient leur ouvrage en classifiant les nouvelles légendes qui avaient traversé la France à la fin du XXe siècle.

3 Anglicisme utilisé pour décrire un élément ou un phénomène repris et décliné en masse sur Internet.

4 Aldrin Philippe, Sociologie politique des rumeurs, Paris, PUF, coll « Sociologie d’aujourd’hui », 2005.

5 Froissart Pascal, La rumeur. Histoire et fantasmes, Paris, Belin, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Perret, « Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard, 100% Rumeurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 juin 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14998

Haut de page

Rédacteur

Michael Perret

Doctorant en sciences sociales à l'Université de Lausanne et chargé de cours en communication à la Haute-École Arc de Neuchâtel.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page