Navigation – Plan du site

« Travail-famille : une question d’équilibre ? », L’Observatoire, n° 78, 2013

Myriam Chatot
Travail-famille : une question d’équilibre ?
« Travail-famille : une question d’équilibre ? », L'Observatoire, n° 78, 2014, Liège, L'Observatoire ASBL, ISBN : 977-0779-3670-0-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En effet, les contributions de ce numéro proviennent d’un colloque organisé dans le cadre de la sem (...)
  • 2 Pailhé Ariane et Solaz Anne (dir.), Entre famille et travail. Des arrangements de couple aux pratiq (...)

1Ce dernier numéro de l’Observatoire porte sur un objet abondamment étudié en sociologie : la question de la conciliation entre travail et famille ou entre vie publique et vie privée, c’est-à-dire l’articulation de deux activités : « gagner sa vie sur le marché du travail (et de bénéficier d’une protection sociale) et d’assurer les soins aux personnes dans sa sphère privée » (p. 5). Cependant, ce numéro ne se limite pas à une approche sociologique, puisque la moitié des contributions proviennent d’acteurs institutionnels intervenant dans cette conciliation comme des membres d’associations (Aidants proches et Cultures&santé) ou comme « coach du stress et du burn-out dans un service de santé mentale », ce qui constitue une approche originale. Ainsi, une part importante des articles de cette revue ne se contentent pas de « diagnostiquer le social » : ils s’adressent également à des professionnels ou des bénévoles intervenant auprès de personnes confrontées à des difficultés de conciliation1, conformément à la philosophie de cette revue qui met en relation savoirs théoriques et pratiques des acteurs du social. Il s’agit donc d’identifier l’origine des difficultés de conciliation qu’éprouvent les individus, et tenter de les résoudre. Dans les contributions, l’accent est mis sur la question de la flexibilité (temporelle ou spatiale) exigée par le monde du travail et sur la celle du stress et du burn-out (là où la plupart des travaux sociologiques portant sur ce sujet2 mettent davantage l’accent sur les inégalités entre hommes et femmes dans la conciliation).

  • 3 C’est d’ailleurs la perspective adoptée par la majorité des articles.

2Le titre de la revue, l’illustration de la couverture et l’éditorial posent les problèmes de conciliation comme un conflit entre deux instances : le travail et la famille (entendue ici comme une famille nucléaire hétérosexuelle)3. Cette conciliation se poserait non sur le mode du cumul (s’investir dans sa vie professionnelle et familiale) mais sur le mode de l’alternative (l’un ou l’autre). De plus, les individus souffriraient d’« une culpabilité permanente de ne pas être là ou suffisamment là où il leur semble qu’ils devraient être » (p. 41) : quand ils sont au travail, ils pensent à ce qu’ils devraient faire pour leur famille et, inversement, lorsqu’ils sont en famille, ils pensent à leurs impératifs professionnels. Cependant, si conflit il y a, celui-ci pèse sur l’individu et non sur les entreprises, qui semblent les grandes gagnantes de l’injonction à la flexibilité. En effet, si la flexibilité peut théoriquement bénéficier aux salariés (par exemple, par le biais d’un temps partiel qui permet à un parent d’aller chercher ses enfants à l’école), en pratique elle permet aux entreprises d’imposer à leurs salariés des temporalités atypiques, des contrats jugés plus flexibles comme le travail intérimaire, ou une mobilité géographique qui ne prend pas en compte leurs situations personnelles. De plus, l’intensification du travail, qui va de pair avec le développement du capitalisme financier, peut entrainer un tel épuisement d’un salarié (dépression, burn-out) qu’il est incapable de « mettre entre parenthèses » sa vie professionnelle dans sa vie privée.

3Cependant, d’autres articles viennent complexifier la notion même de conciliation, en parlant de « sphère privée » plutôt que de « vie familiale ». En effet, les responsabilités privées qui pèsent sur les individus ne se limitent pas à la prise en charge du travail domestique (tâches ménagères, éducation et soin des enfants), elles peuvent également inclure l’aide d’un proche malade ou vieillissant ou encore l’investissement dans un engagement bénévole (associatif, syndical, politique)… Ces responsabilités sont également sensibles aux évolutions qu’ont connues les formes familiales : les mères qui élèvent seules leurs enfants doivent souvent faire face à des pressions temporelles et financières accrues. De même, si la conciliation est généralement pensée comme un problème qui doit être réglé entre les entreprises, les salariés et l’État, certaines contributions montrent le rôle que peuvent jouer des associations, des coachs ou des soignants.

  • 4 En facilitant le recours aux congés auxquels les salariés ont droit, en allongeant la durée des con (...)

4S’adressant aux professionnels de la santé et de la relation d’aide, les contributions de cette revue cherchent à apporter des solutions, ou du moins des pistes, pour atteindre « l’équilibre » annoncé par le titre. Il s’agit d’apaiser le conflit qui pèse sur les individus, d’une part en rendant le travail plus supportable pour les salariés, et d’autre part en allégeant les responsabilités familiales qui pèsent sur ces derniers. Cet apaisement pourrait ainsi être atteint par la « décommodification » de la force de travail, par le biais du développement de congés4, de la revalorisation des minima sociaux ou du recours au télétravail. De même, les entreprises et l’État pourraient agir pour « défamilialiser » la force de travail, en externalisant une partie des charges de l’économie familiale, via des politiques d’accueil de la petite enfance ou l’offre de services à destination des ménages financés en partie par l’entreprise. Cependant, comme le souligne Caroline Colson, les entreprises « family friendly » optent le plus souvent pour le second type de politique d’apaisement, en proposant divers services à leurs salariés (aides ménagères, accès privilégié à des clubs de sport, participation aux frais de stage des enfants, etc.). Or, si ces offres ont un coût (largement déductible fiscalement) pour les entreprises, elles ne remettent pas véritablement en cause l’organisation du travail et permettent donc à certaines entreprises de s’offrir une bonne publicité à moindre frais. Ainsi, seule une démarche active, basée sur la mise en place d’espaces de dialogue entre les salariés et les dirigeants, assorti de mesures concrètes (possibilité de travail à domicile, accompagnement des salariés par des psychologues en cas d’événements traumatisants, etc.), peut avoir de réels effets positifs sur la conciliation. De plus, comme le soulignent les porte-paroles de l’entreprise Securex, de telles mesures présentent des bénéfices pour l’entreprise, puisque leurs salariés sont moins stressés et plus productifs. Cependant, on peut regretter le caractère vague des conseils donnés aux entreprises par ces représentants (« une vision stratégique soutenant le bien-être », « la création d’un contexte favorable au bien-être », p. 53). Du côté des individus, il s’agirait de trouver un équilibre entre l’investissement et le lâcher-prise, tout en se déculpabilisant.

  • 5 Weber Florence, Gojard Séverine, Gramain Agnès (dir.), Charges de famille. Dépendance et parenté da (...)
  • 6 Par exemple, sur les implicites du terme « conciliation », voir Pailhé Ariane, Solaz Anne, « Concil (...)

5En conclusion, cette revue est une contribution intéressante à la littérature qui porte sur la thématique de la conciliation travail-famille. En effet, certains articles soulignent que la conciliation ne se limite pas aux impératifs de gestion de la charge professionnelle et des enfants puisqu’elle peut également recouvrir pour l’individu la prise en charge de ses parents5 ou son implication dans un engagement bénévole. Cependant, on peut regretter que cette volonté de prendre le terme de « conciliation » dans un sens large aille de pair avec une multiplication des dénominations employées d’un article à l’autre, au détriment d’une réflexion sur l’emploi des termes6. Cette ambivalence contribue également à un certain amalgame entre deux types de problèmes causés par une demande excessive des entreprises aux salariés : les difficultés de conciliation vis-à-vis de la prise en charge des enfants et des proches, d’une part, et les risques en termes de santé (stress, burn-out) d’autre part. Ainsi, certaines contributions ne mentionnent pas la conciliation à proprement parler. En outre, puisque la revue ne se contente pas d’établir un diagnostic, mais tente également de proposer des solutions, des pistes concrètes, on peut être un peu déçu par le caractère parfois très général des conseils prodigués et par le fait qu’ils ciblent des publics très particuliers. Plus largement, on a le sentiment que les solutions proposées ne résolvent pas le problème principal (les entreprises en demandent trop à leurs salariés). En effet, la plupart des pistes proposées par les contributions ne s’adressent pas aux entreprises, mais à l’État et à l’individu.

  • 7 Cette notice souligne que dans cette image, l’homme est représenté comme étant distrait par sa conj (...)

6Par ailleurs, on peut s’étonner que le caractère genré de la conciliation (laquelle pèse le plus souvent sur les femmes) prenne si peu de place dans les contributions. Le genre est en effet mis en avant dans l’éditorial et dans la notice d’explication concernant l’image de couverture (« un homme travaillant à la maison est distrait par sa famille »)7, mais peu au sein des contributions. Ainsi, on peut regretter que seules les deux premières mettent en relief l’inégale répartition du travail domestique au sein du couple hétérosexuel, là où la plupart des contributions ne prennent pas en compte le sexe et parlent « du travailleur », de « l’individu » ou de « la personne ».

Haut de page

Notes

1 En effet, les contributions de ce numéro proviennent d’un colloque organisé dans le cadre de la semaine antistress et destiné aux professionnels de la santé et de la relation d’aide.

2 Pailhé Ariane et Solaz Anne (dir.), Entre famille et travail. Des arrangements de couple aux pratiques des employeurs, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2009 ; Nicole-Drancourt Chantal (dir.), Conciliation travail-famille : attention travaux, Paris, L’Harmattan, coll. « logiques sociales », 2009

3 C’est d’ailleurs la perspective adoptée par la majorité des articles.

4 En facilitant le recours aux congés auxquels les salariés ont droit, en allongeant la durée des congés existants voire en en créant de nouveaux.

5 Weber Florence, Gojard Séverine, Gramain Agnès (dir.), Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui/enquêtes de terrain », 2003.

6 Par exemple, sur les implicites du terme « conciliation », voir Pailhé Ariane, Solaz Anne, « Concilier, organiser, renoncer : quels genre d’arrangements ?», Travail, genre et sociétés, n° 24, 2010, p. 29-46. Compte rendu de Sandy Torres pour Lectures : http://lectures.revues.org/5204.

7 Cette notice souligne que dans cette image, l’homme est représenté comme étant distrait par sa conjointe alors qu’il tente de travailler chez lui. Or, comme l’écrit Colette Leclercq, si les rôles étaient inversés, la femme serait probablement représentée comme échevelée, jonglant entre son ordinateur, ses enfants, un aspirateur et un tube de rouge à lèvres. La famille serait donc un obstacle au travail de l’homme, tandis qu’elle constitue une responsabilité parmi d’autre pour la femme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Chatot, « « Travail-famille : une question d’équilibre ? », L’Observatoire, n° 78, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 09 juillet 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15122

Haut de page

Rédacteur

Myriam Chatot

Doctorante en sociologie à l'EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page