Navigation – Plan du site

Sébastien Roux, Gisèle Sapiro, Christophe Charle, Franck Poupeau (dir.), « Raisons d’État », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 201-202, 2014

Mauricio Aranda
Raisons d'État
Sébastien Roux, Gisèle Sapiro, Christophe Charle, Franck Poupeau (dir.), « Raisons d'État », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 201-202, mars 2014, Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-115379-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour visionner l’ensemble des tables rondes de la journée d’étude « Penser l’État avec Pierre Bourd (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, Sur l’État, Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d’agir ; Seuil, (...)

1Raisons d’État est issu de la journée d’étude organisée au Collège de France, le 23 janvier 20121, à l’occasion de la publication posthume des cours de Pierre Bourdieu (1930-2002) sur la genèse de l’État2. Ce numéro des Actes se scinde en deux parties : « Actions d’État » et « Actualité de Sur l’État ». La première partie – davantage fournie que la deuxième – réunit des recherches empiriques sur l’État et, plus précisément, sur ce qu’il « fait, produit ou exerce ». Dans ces articles, la référence aux travaux de Bourdieu peut être fondamentale ou, au contraire, relayée au second plan. Toutefois, tous les textes s’inscrivent – à des degrés divers – dans son programme de recherche dont nous pouvons distinguer trois perspectives (non exclusives).

2La première perspective s’essaye à penser l’État au prisme des concepts de Bourdieu. Se voulant « programmatique », l’article de Vincent Dubois propose de considérer la théorie des champs comme un moyen de dépasser les écueils relevant de l’analyse « dominante » des politiques publiques. Ces derniers concernent la constitution d’un lexique spécifique, dont les notions sont souvent très éloignées de la sociologie, de même que la formation d’un domaine de recherche clos sur lui-même, qui serait séparé de l’analyse de l’État et de l’administration. L’auteur envisage par la suite l’action publique comme « un objet à part entière de l’analyse sociologique ». Il montre que cette théorie permet de rendre compte non seulement d’espaces sociaux spécifiques engagés dans la fabrication d’une politique (champs bureaucratique et culturel pour la politique culturelle, par exemple) mais également de relations entre différents espaces sociaux (champs bureaucratique, politique, patronal, syndical, journalistique, etc., dans le cadre des réformes sociales, par exemple). Dubois en conclut que « l’action publique est fondée socialement sur ces relations et contribue en retour à les structurer ».

  • 3 Cette enquête a fait l’objet d’un livre : Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de (...)

3Une deuxième perspective s’attache à élaborer une sociologie des agents qui font l’État et de leurs rapports de force. Brigitte Gaïti propose d’interroger autrement le « tournant libéral » que la plupart des analystes situent en 1983 avec le plan de rigueur du gouvernement Mauroy, ou à partir de la moitié des années 1970 avec le passage supposé d’un référentiel modernisateur à celui du marché. L’auteur s’intéresse au « moment keynésien » en mettant la focale sur le groupe des planificateurs, entrés dans la haute fonction publique après la Libération. Elle constate que s’ils ont eu une influence certaine dans les années 1950, ils se voient concurrencés par des ingénieurs-économistes dès le début des années 1960, dont le poids d’« expertise » auprès des ministères devient de plus en plus important. De manière générale, au cours de cette décennie, les agents de la haute administration orientent leurs pratiques vers la réduction des dépenses publiques. Gaïti cherche ainsi à montrer la conversion très brève de l’« élite politico-administrative » au keynésianisme. Pour sa part, Didier Fassin se donne pour objet le « chèque en gris » fourni par l’État à la police. L’insularisation de cette dernière aurait été le mécanisme le plus efficace conçu par le pouvoir pour l’instrumentaliser. Cette hypothèse résulte en premier lieu d’une ethnographie de l’État : l’accompagnement des patrouilles de la brigade anti-criminalité et l’observation de leur travail quotidien dans une banlieue parisienne3. Fassin fait part de l’utilisation du fort pouvoir discrétionnaire – et potentiellement discriminatoire – exercé par les agents de l’ordre, dans le sens où les contrôles se réalisent de manière inégale selon les catégories de population qu’ils identifient. L’auteur lie par la suite ces constats empiriques à des transformations structurelles récentes, notamment les politiques sécuritaires durant les différents mandats de N. Sarkozy (2002-2012) et la « politique du chiffre ».

  • 4 Norbert Elias, The Germans: Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Tw (...)

4La troisième perspective interroge la place du « symbolique » au sein de l’État. Joseph Jurt s’intéresse au rôle des symboles nationaux dans la construction de l’État brésilien. Contrairement à d’autres contextes, les symboles de la République du Brésil (née en 1889) ne sont pas en rupture radicale avec le régime monarchique antérieur (l’Empire du Brésil 1822-1889). Si la période de l’Empire a été relativement limitée en symboles (l’empereur lui-même étant le plus important), elle a tout de même mis en place des symboles dont la trace perdure. C’est le cas du drapeau qui garde dans sa version républicaine les couleurs vert et jaune, correspondant aux couleurs de deux dynasties royales européennes. Par ailleurs, cet article nous permet d’apprécier comment, derrière les symboles nationaux, se trouvent de petits groupes mobilisés qui cherchent, malgré leurs intérêts divers, à construire l’« unité nationale » à partir de leur propre interprétation de celle-ci. À son tour, Abram de Swaan discute dans un encadré le concept de « violence symbolique » à l’aune de « la violence physique de masse » (jamais traitée par Bourdieu). Il remarque par exemple que, dans ces contextes, les dominés n’acceptent pas la vision qu’ont d’eux les dominants. Au-delà de ces réflexions qui remettent en question la légitimité donnée à la violence physique par le pouvoir symbolique, l’auteur cherche à comprendre le phénomène de l’« extermination de masse » à partir de l’émergence des États. Il rappelle que la monopolisation de la violence légitime par l’État s’accompagne d’un « processus de civilisation » et d’un phénomène d’identification nationale, mais aussi de dés-identification par rapport aux autres nationalités ou groupes considérés comme étrangers vivant sur le même territoire. Ce phénomène serait possible, selon lui, par la compartimentation de la société sous la forme d’une séparation à tous les niveaux du « groupe cible » par rapport au « groupe dominant ». Au lieu de parler d’« effondrement de civilisation »4, l’auteur développe l’idée d’un « processus de décivilisation localisé », qui se traduirait par des îlots de destruction en dehors desquels même un État social pourrait exister.

5La seconde partie du numéro est consacrée à la discussion des cours de Bourdieu sur la genèse de l’État. Étant donné l’objet de ces cours, il n’est pas étonnant que les contributeurs de cette partie soient essentiellement des historiens (c’est le cas de trois auteurs sur quatre). Ces derniers constatent que Bourdieu accorde une place importante à l’historiographie dans ses réflexions, tout en critiquant – parfois fortement – le métier d’historien (qui se caractériserait selon lui par un refus de théorisation, compensé par une érudition absurde). En tout cas, l’intérêt de cette partie réside dans la mise en avant des points faibles du travail de Bourdieu.

6Historien spécialiste de la Chine, Pierre-Étienne Will s’efforce de penser l’État dynastique chinois à partir des réflexions du Cours. Il constate sur plusieurs plans que la théorisation de ce dernier concernant la genèse de l’État ne peut pas s’appliquer à son objet d’étude. L’auteur remarque par exemple que, dans la Chine traditionnelle, « la croyance » ne repose pas sur l’État mais sur l’empereur et la dynastie, de même qu’aujourd’hui elle s’appuie principalement sur « le parti ». À son tour, Jean-Philippe Genet réalise une synthèse non exhaustive des principaux développements du Cours, tout en les replaçant dans un contexte intellectuel plus large. Vers la fin de son article, l’auteur évoque les travaux que Bourdieu aurait gagné à mobiliser. Il déplore par exemple ses lacunes concernant l’Antiquité romaine, dans le sens où les liens entre l’Église et l’État (ce dernier naissant en quelque sorte de la première) auraient permis de pousser plus loin les réflexions sur la légitimité étatique et le consentement qu’elle produit. Dans la même dynamique, Christophe Charle considère que les choix bibliographiques de Bourdieu l’ont conduit à construire ses généralisations à partir du cas français. Or, affirme l’historien, il existe d’autres modèles de fonctionnement de l’État, notamment les « États polycentriques, où la violence légitime ou non est partagée entre des niveaux territoriaux disjoints, où une large fraction des fonctions publiques ordinaires de l’État, du moins dans la tradition française ou continentale, est abandonnée à des instances privées, religieuses ou non, pour le profit ou non […] ». Enfin, George Steinmetz situe dans leur contexte intellectuel les réflexions du Cours, ce qui lui permet d’affirmer que Bourdieu a négligé les débats et les travaux les plus poussés concernant l’État, particulièrement ceux relatifs à l’autonomie de l’État vis-à-vis du marché.

  • 5 De manière générale, ce numéro des Actes vient rejoindre un ensemble de travaux qui réfléchissent s (...)

7Ces dernières critiques réalisées au travail de Bourdieu ne remettent pas en cause son apport théorique concernant l’État. L’ensemble des auteurs de ce numéro pensent d’ailleurs qu’il faut plutôt approfondir – voire reformuler – certaines de ses analyses et surtout les mettre à l’épreuve du terrain. Les cours Sur l’État, à notre sens, peuvent être pensés comme une « boîte à outils ». S’il est possible de prendre toute la boîte, il est également intéressant d’en sélectionner des éléments pour alimenter une réflexion théorique et pratique. Les articles de ce numéro vont dans cette direction et invitent à réfléchir avec Bourdieu5.

Haut de page

Notes

1 Pour visionner l’ensemble des tables rondes de la journée d’étude « Penser l’État avec Pierre Bourdieu » : http://www.college-de-france.fr/site/pierre-bourdieu/_audiovideos.jsp (consulté le 13 juillet 2014). Tous les auteurs de ce numéro des Actes y ont participé, à l’exception de George Steinmetz (absent) et de Didier Fassin.

2 Pierre Bourdieu, Sur l’État, Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d’agir ; Seuil, 2012. Voir la note critique de Jean Ferrette pour Lectures : http://lectures.revues.org/7823.

3 Cette enquête a fait l’objet d’un livre : Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil, 2011. Voir le compte rendu d’Éric Marlière pour Lectures : http://lectures.revues.org/6899.

4 Norbert Elias, The Germans: Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentieth Centuries, New York, Columbia University Press, 1996.

5 De manière générale, ce numéro des Actes vient rejoindre un ensemble de travaux qui réfléchissent sur les apports et les limites de la sociologie de Pierre Bourdieu. Pour ne citer qu’une contribution récente, située plutôt du côté de la critique, mais non sans intérêt : Michel de Fornel, Albert Ogien (dir.), Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, EHESS, coll. « Raisons pratiques », 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mauricio Aranda, « Sébastien Roux, Gisèle Sapiro, Christophe Charle, Franck Poupeau (dir.), « Raisons d’État », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 201-202, 2014  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 16 juillet 2014, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15159

Haut de page

Rédacteur

Mauricio Aranda

Doctorant en science politique à l’Université Paris Ouest Nanterre et membre de l’Institut des sciences sociales du Politique (UMR 7220-CNRS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page