Navigation – Plan du site

Ilan Lew et Daniel Bonnard (dir.), « Anthropologie historique des violences de masse », Émulations, n° 12, 2013

Nicolas Haesler
Anthropologie historique des violences de masse
Ilan Lew, Daniel Bonnard (dir.), « Anthropologie historique des violences de masse », Emulations, n° 12, printemps 2013, Presses universitaires de Louvain, EAN : 9782875582669.
Haut de page

Texte intégral

1La violence est un acte éminemment humain, commis par l’homme contre l’homme. Cette affirmation pourrait paraître totalement triviale. Mais elle précise la dimension anthropologique de la démarche présentée dans ce dossier et contient un véritable apport épistémologique que l’historien suisse Jakob Tanner décrit comme « une histoire de l’être humain concret, centrée sur ses expériences, qui vise à en connaître la corporéité, les dispositions mentales et les pratiques sociales » (p. 7). La violence de masse est donc abordée ici comme un fait social total, dans toute sa largeur, profondeur et contingence. Ce numéro d’Émulations se pose donc au-delà de la qualification des violences et cherche « à mettre en perspective des formes de violences collectives » (p. 10).

  • 1 À ce propos, il est intéressant de mentionner ici le dernier ouvrage de l’éminent spécialiste allem (...)

2Pour ce faire, le numéro est divisé en trois parties. La première partie est consacrée à la dimension symbolique de la violence. Les auteurs s’y posent la question suivante : quelle image de l’autre est présupposée et créée par l’acte violent ? Cette première partie commence par un entretien avec l’historien français et spécialiste de la première guerre mondiale, Stéphane Audoin-Rouzeau. L’entretien met en lumière le fondement de la violence sur des représentations collectives de l’Autre. Ces représentations sociales sont désignées par la notion de « culture de guerre », chère à Stéphane Audoin-Rouzeau. Selon lui, la haine (et la peur comme corollaire1) serait un des éléments fondamentaux et invariants de l’activité guerrière.

3Juliette Courmont approfondit dans sa contribution cette problématique de la représentation de l’Autre en s’intéressant à la perception olfactive des Allemands par la population française et à la représentation que ces derniers ont fait de leur voisin d’Outre-Rhin au début de la première guerre mondiale. Dès l’année 1915, le médecin Edgar Bérillon « théorise la réputation odorante des Allemands » (p. 24) et montre qu’une odeur fétide émanait des corps des Allemands. Ainsi, Bérillon « participe à la construction d’une figure d’altérité hostile qui animalise l’adversaire » (p. 25). Or, au moment où Bérillon ancre scientifiquement les Allemands malodorants du côté de l’animalité, les troupes allemandes avaient déjà envahi la Belgique et le Nord de la France. Certaines troupes y commirent des massacres sur la population et laissèrent dans certaines maisons occupées leurs excréments en guise d’humiliation ultime du corps social du pays occupé. Or, ces pratiques provoquèrent l’inverse de l’effet escompté. Au lieu d’être perçues comme une humiliation ultime, les déjections laissées par l’occupant dans les demeures belges et françaises furent interprétées comme des preuves de la bestialité des Allemands. De ce fait, les « atrocités allemandes » commises en Belgique et en France purent être mises sur le compte de leur sauvagerie biologique. La puanteur des Allemands contribuait donc finalement à créer une représentation collective de l’adversaire « porteuse de haine [car] affirmer que l’ennemie pue, c’est le rejeter au plus loin de soi et légitimer l’expression d’une violence verbale et physique sans limite » (p. 28). Juliette Courmont relève finalement qu’il est difficile de savoir si la puanteur des Allemands était objective ou inventée. Le fait est que l’expérience olfactive a été mobilisée et mise au service d’une représentation haineuse de l’Autre qui légitimait donc toute violence.

  • 2 On peut relever ici que, d’un point de vue historique, l’enlèvement n’est pas un acte guerrier si i (...)

4L’article de Chloé Rabanes clôt la partie sur l’ordre symbolique de la guerre. L’auteur s’intéresse à une « forme inédite de la violence de guerre » (p. 42), la pratique des enlèvements durant la guerre du Liban2. Ce phénomène encore mal étudié soulève des questions intéressantes sur les représentations symboliques de cet acte guerrier. D’une part, l’enlèvement sert très concrètement une stratégie et une logique de guerre. D’autre part, l’enlèvement crée un « Autre menaçant ». Outre la violence physique de l’enlèvement, il permet de « traduire physiquement et symboliquement [un] contrôle » spatial (p. 41). L’adversaire invisible qui enlève, qui ôte donc littéralement quelqu’un d’un espace pour le transposer dans un autre, contribue à un floutage spatial total. La menace pouvant être partout recrée physiquement et symboliquement de nouvelles frontières en poussant les gens à éviter ou quitter certaines zones dangereuses. Ainsi, Chloé Rabanes identifie quatre dynamiques à l’œuvre dans cette production de « frontières physiques et symboliques […] : homogénéiser, protéger, purifier, contrôler » (p. 44).

  • 3 À ce propos on pourrait s’interroger sur la position de cet article, dont le sujet est moins l’ancr (...)

5La deuxième partie se consacre à la spatialité de la violence. La question posée ici est de savoir comment la violence modifie un espace. Le premier article de Michaela Christ s’intéresse aux modifications que connut la ville ukrainienne de Berditchev dès 1941 durant les trente mois d’occupation nazie. Elle montre comment à travers les modifications urbanistiques, « la spatialité donne forme à la violence » (p. 52) : nom des rues changés, construction du ghetto, appropriation et modification des usages d’espaces publics comme les parcs par exemple. Ces modifications urbanistiques créaient des espaces dans lesquels l’entreprise génocidaire pouvait se dérouler et limitaient les espaces dans lesquels les juifs pouvaient se protéger. Dans la seconde contribution, Barbara Martin s’intéresse au ravin de Babi Yar, dans lequel la SS avec l’aide de la Wehrmacht exterminèrent 33 771 juifs les 29 et 30 septembre 1941. Martin montre la «lente et chaotique transformation de lieu de violence de masse en lieu de mémoire» (p. 68) en analysant les difficultés que connut ce lieu pour se constituer comme lieu symbolique3. Après l’omerta stalinienne, les premières tentatives de commémoration dans les années soixante et finalement les travaux urbanistiques de Kiev ont fait de ce ravin un lieu de mémoire désuni, aux « identités multiples » et « concurrentielles », bref un symbole gâché.

  • 4 Le concept de « cadre de référence moral » est emprunté au sociologue allemand Harald Welzer. Welze (...)
  • 5 Il aurait été intéressant ici de comparer cette problématique de sociétés frappées par des faits de (...)

6La troisième partie s’intéresse au rapport entre violence et morale, autrement dit au cadre de référence moral (Referenzrahmen4) présupposé et créé par la violence. Pour répondre à cette question, le premier article d’Ilan Lew se penche sur les discours d’auteurs d’actes violents massifs de deux contextes historiques distincts (l’Allemagne nazie et la dictature militaire de Pinochet). Il part du constat qu’il existe bel et bien un « ordre moral » chez ces bourreaux. Il en distingue trois dans une logique diachronique. L’ordre moral présent avant l’acte violent est le fruit du milieu culturel et de la socialisation de la personne concernée. L’ordre moral énoncé en amont ou durant la violence dénote chez les auteurs d’une certaine valeur « corporatiste ». Cela signifie que les bourreaux soumettent à un jugement moral non pas les activités propres liées à la fonction qu’ils occupaient, mais seulement des actes adjacents. L’exemple du commandant du camp d’extermination de Treblinka, Fritz Stangl, est édifiant à cet égard. Dans ses entretiens avec la journaliste Gitta Sereny, Stangl évoque un épisode où un juif vient se plaindre auprès de lui à son arrivée dans le camp. Il rapporte au commandant qu’un gardien polonais lui aurait promis à boire en échange de sa montre. Le prisonnier a donné sa montre mais n’a pas obtenu à boire. Fritz Stangl, voulant mener son « enquête », a immédiatement demandé aux gardiens de vider leurs poches devant les prisonniers afin de retrouver la montre. Pour Stangl le cadre moral est respecté. Il ne supportait pas le « chapardage ». Mais l’immoralité du contexte (le camp de mise à mort systématique de juifs) est totalement esquivée. Stangl ne se souvient d’ailleurs pas ce qu’il est advenu du plaignant (dont la mort l’aurait confronté à sa propre immoralité). Pour finir, l’ordre moral énoncé après les actes violents quant à eux servent à « sauver la face ». Les bourreaux s’y référent souvent à l’argent, aux biens et à l’usage irraisonné de ces biens qui leur est intolérable (par exemple le gaspillage ou la corruption). Le dernier article de cette troisième partie s’intéresse à la problématique de la coexistence entre auteurs et victimes de violences après une période de guerre. Friederike Mieth a entrepris une enquête de terrain en Sierra Leone en interrogeant les gens sur leur vie après la guerre civile. Suite à un bref rappel des faits historiques, l’auteur relève la forte volatilité des discours par rapport à l’acceptation, au deuil ou à l’oubli des actes de violences et de ceux qui les ont commis dans la population contemporaine. Friederike Mieth montre que l’on ne peut pas tirer de conclusion générale à partir des avis exprimés par les personnes interrogées, quelles que soient leurs origines et classes sociales. La forte hétérogénéité des discours sur la problématique du « forgive and forget » soulève surtout le problème des programmes de réconciliation et d’intégration5.

  • 6 Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie: des jeunes gens ordinaires confrontés à l (...)
  • 7 Christopher Browning, Ordinary Men: Reserve Police Battalion 101 and the Final Solution in Poland, (...)
  • 8 Fritz Bauer Institut, Sybille Steinbacher (Hrsg.), Holocaust und Völkermorde. Die Reichweite des Ve (...)

7La revue se termine par deux comptes rendus qui illustrent très bien l’actualité et la pertinence des problématiques évoquées dans le champ des recherches académiques. Ainsi, le livre de Claude Juin sur la guerre d’Algérie6, résumé par Brieg Capitaine, montre comment les soldats français sont peu à peu entrés dans une pratique de la violence à laquelle rien ne les prédestinait. Dans la lignée du livre de Christopher Browning sur les policiers du 101e bataillon de réserve de la police7, Juin montre qu’il n’y a pas d’explication causale au glissement de soldats « ordinaires » dans des pratiques violentes mais qu’il faut surtout considérer « le poids de la subjectivité dans le passage à la violence » (p. 116). Le dernier ouvrage8, présenté par Daniel Bonnard, est un ouvrage collectif publié à l’issu du colloque international en octobre 2011 qui démontre la pertinence et l’importance d’une approche interdisciplinaire et comparatiste des violences de masse.

  • 9 À l’image du site internet créé par le politologue Jacques Sémelin, Online Encyclopedia of Mass Vio (...)

8Ce numéro d’Émulations a un double intérêt. D’une part, il présente une coupe synchronique des travaux actuels de jeunes chercheurs européens et permet ainsi de faire un petit bilan de la recherche en sciences sociales et humaines sur la violence de masse. D’autre part, son approche anthropologique permet de désenclaver la recherche sur cette thématique et ainsi de ne pas entrer dans une quelconque forme de polémique mais de se concentrer sur ce phénomène encore riche en zones d’ombre, sur lequel une recherche unie9 à tout à gagner.

Haut de page

Notes

1 À ce propos, il est intéressant de mentionner ici le dernier ouvrage de l’éminent spécialiste allemand, Gerd Krumeich, qui montre très clairement le rôle important joué par la peur dans les schèmes cognitifs des Allemands et plus précisément de l’état major allemand. Ainsi, la peur de l’encerclement, la peur de subir l’attaque initiale a joué un rôle important dans les réflexions et les communications diplomatiques allemandes durant la crise de juillet. Gerd Krumeich, Juli 1914. Eine Bilanz, Paderborn, München, Wien, Zürich, Ferdinand Schöningh, 2014.

2 On peut relever ici que, d’un point de vue historique, l’enlèvement n’est pas un acte guerrier si inédit que cela. Déjà Hérodote s’y réfère dans son premier livre des Histoires en mentionnant le rapt des femmes commis par les phéniciens comme origine des tensions entre grecs et barbares.

3 À ce propos on pourrait s’interroger sur la position de cet article, dont le sujet est moins l’ancrage spatial d’un processus de violence de masse mais plutôt le souvenir du massacre commis dans ce lieu et sa transformation en un lieu de mémoire et donc un lieu symbolique. Il aurait pu être placé dans la première partie.

4 Le concept de « cadre de référence moral » est emprunté au sociologue allemand Harald Welzer. Welzer, qui est également mentionné dans ce numéro de la revue Émulation. Harald Welzer, Täter Wie aus ganz normalen Menschen Massenmörder werden, Frankfurt, Fischer Taschenbuch Verlag, 2005.

5 Il aurait été intéressant ici de comparer cette problématique de sociétés frappées par des faits de violence de masse, en prise à des difficultés de réconciliation, avec le cas du Rwanda et la pratique des gacacas, les tribunaux populaires.

6 Claude Juin, Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie: des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable, Paris, Robert Laffont, 2012.

7 Christopher Browning, Ordinary Men: Reserve Police Battalion 101 and the Final Solution in Poland, New York, Aaron Asher Books, 1992.

8 Fritz Bauer Institut, Sybille Steinbacher (Hrsg.), Holocaust und Völkermorde. Die Reichweite des Vergleichs, Jahrbuch 2012 zur Geschichte und Wirkung des Holocaust.

9 À l’image du site internet créé par le politologue Jacques Sémelin, Online Encyclopedia of Mass Violence : http://massviolence.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Ilan Lew et Daniel Bonnard (dir.), « Anthropologie historique des violences de masse », Émulations, n° 12, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 juillet 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15160

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page