Navigation – Plan du site

Jérôme Aust (dir.), « Le financement de la recherche par projet », Genèses, n° 94, mars 2014

Émilien Schultz
Le financement de la recherche par projet
Jérôme Aust (dir.), « Le financement de la recherche par projet », Genèses, n° 94, mars 2014, 192 p., Paris, Belin, ISBN : 978-2-7011-8989-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Qui renvoie par ailleurs à une série de travaux en sociologie de l'action publique, par ex. Bezes P (...)
  • 2 Deux autres articles en varia s'intéressent respectivement à la catégorie de « sans-papiers » et à (...)
  • 3 Gläser Jochen, « How does Governance change research content? », The Technical University Technolog (...)
  • 4 Par exemple : Latour Bruno, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, La Décou (...)
  • 5 Pour un exemple récent, l'article de Sylvestre Huet sur son blog Science2 : http://sciences.blogs.l (...)

1Ce numéro de Genèses témoigne d'un retour récent des études sur les sciences1 à propos de l'allocation des ressources à travers ce dossier consacré au financement par projet. Celui-ci réunit quatre contributions2 qui proposent de contribuer à « une sociologie et à une histoire politique des dispositifs de gouvernement » (p. 3). Si le financement de la recherche a d'abord été peu identifié comme un objet à part entière, cela relève largement de son incorporation dans deux traditions assez différentes, les sciences studies et les science policy, produisant des réflexions distinctes3. Les études de laboratoires4 ont ainsi pu être critiquées pour le manque d'attention aux choix politiques se déroulant hors de leurs murs. Inversement, les travaux des science policy ont pu sacrifier le détail de la « science en train de se faire » au profit de considérations plus institutionnelles et globales. Dans ce contexte, la réflexion sur l'allocation des financements contribue à réunir l'enjeu de gouvernance de la recherche et sa place dans le quotidien des pratiques professionnelles. Ce n'est donc pas une surprise qu'un certain nombre de programmes de recherche s'en saisissent, à travers une interrogation sur sa forme actuellement la plus visible dans l'espace publique : le financement par projet5.

2Jérôme Aust et Emmanuelle Picard ouvrent ce dossier thématique avec un retour historique sur la genèse et le fonctionnement du Fonds de développement de la recherche scientifique et technique créé en 1961. Ce travail mené à partir d'archives permet d'une part la production d'une étude de cas sur une institution de gouvernance de la recherche replacée dans sa perspective historique. Il apporte aussi, à travers le souci des modalités précises de son fonctionnement, de souligner la spécificité du Fonds et de le mettre ainsi en perspective avec des agences de financement actuelles. Il apparaît alors comme une innovation institutionnelle supplétive confinée à soutenir une recherche émergente en marge des secteurs déjà structurés, dont l'unité de base d'action est le programme scientifique. Celui-ci est confié à un comité scientifique laissé relativement libre dans ses choix, les membres étant eux-mêmes des scientifiques de premier plan du domaine bénéficiant d'une large marge d'initiative. La très forte interconnaissance des acteurs, les choix directs effectués et le suivi minutieux des actions entreprises conditionnent un contrôle fort sur la structuration des laboratoires identifiés. Par la suite cependant, les procédures se formalisent et s'ouvrent à d'autres acteurs, marquant ainsi la focalisation sur l'émergence du domaine.

3L'article suivant nous fait passer du cas français au cas suisse, et du financement de projets à l'échelle des équipes à celui de projets impliquant des universités. Après une partie historique reprenant les enjeux spécifiques que connaît la Suisse dans son organisation cantonale et fédérale, Martin Benninghoff et Philippe Sormani prennent le cas des Projets de coopération et d'innovation (PCI) créés dans les années 2000 pour mettre en évidence les enjeux qui s'installent entre ces deux niveaux de gouvernance. Les deux cas qu'ils utilisent comme illustration montrent ainsi les problèmes de pérennité des projets de coopération entre établissements, et les limites de l'influence que réussit à déployer le comité fédéral. Néanmoins, ils donnent l'occasion de souligner le rôle de concrétisation et de légitimation que peuvent jouer ces financements centralisés dans l'avancement de projets de fusion.

  • 6 Barrier Julien. « La science en projets: financements sur projet, autonomie professionnelle et tran (...)

4Quittant la dimension historique des institutions, l'étude de Julien Barrier, qui s'inscrit dans la continuité de ses travaux sur la « science en projets »6, se concentre sur les relations partenariales entre recherche publique et privée. Le financement par projet devient alors le prisme d'analyse des dynamiques de collaboration entre chercheurs académiques et les entreprises, dans un contexte actuel où les financements nationaux et européens de la recherche valorisent fortement une telle recherche partenariale (c'est le cas de l'ANR en France, ou des programmes cadres européens). En se concentrant sur la dynamique des réseaux relationnels à l'interface entre ces deux mondes de recherche, l'article vient éclairer un aspect encore peu analysé de la sociologie du travail scientifique. Il montre, dans le cas de la recherche en électronique, comment le rapport aux industriels est organisé par les chercheurs sous la forme d'un travail relationnel à part entière, constituant la relation comme une ressource favorisant l'accès à des financements publics. Les chercheurs sont alors engagés dans un travail de captation et de stabilisation de ces relations souvent vécues sur le mode de l'investissement individuel. En insistant sur la tension entre pérennité et rupture des relations de ces interdépendances complexes – exploitant entre autres une cartographie visuelle stimulante des réseaux – il souligne les différents enjeux de cette « concurrence scientifique de 'second rang', structurée autour de l'accès à des industriels » (p. 76).

5Dans la quatrième contribution de ce numéro, Christian Topalov restitue un épisode de l'histoire de la sociologie, le programme de recherche conduit dans les années 1920 par Robert Park et Ernest Burgess sur « les communautés locales de Chicago ». Il cherche ce faisant à « comprendre pourquoi le vocable 'communauté locale' fut abandonné en 1929' après avoir été adopté en premier lieu. Dans ce contexte, la question du financement par projet se présente comme la toile de fond d'une réflexion sur l'évolution des pratiques sociologiques. En effet, ce programme, initié au sein de l'université de Chicago et financé par la Fondation Rockefeller est un des premiers dispositifs de financement par projet. Il déclencha une nouvelle organisation du travail, favorisant la diffusion de nouveaux usages, « car il fallait désormais annoncer et justifier les projets de recherche » (p. 89). Topalov restitue ainsi le déroulement de ces projets et tire le bilan de leur résultat, dont l'absence de production globale et l'absence de pérennité marque une forme d'échec.

  • 7 Laudel Grit, Jochen Gläser. « Beyond breakthrough research: Epistemic properties of research and th (...)

6Les quatre articles du dossier thématique, s'ils contribuent chacun à nourrir largement la réflexion sur le financement de la recherche par projet, le font néanmoins de manière assez spécifique. Ainsi, la contribution de Barrier mise à part, les articles ont une très forte dimension historique. Cela permet de replacer la réflexion dans une perspective plus large, dissuadant la tentation d’un effet de nouveauté, tout en limitant les possibilités de cumulativité. En effet, les dispositifs abordés se révèlent très variés et correspondent à des instruments d'action publique assez différents. Peut-être que l'absence d'un cadre analytique, qui reste à établir, favorise l'accumulation de cas assez dissemblables sous le label de « financement par projet ». Ces contributions prolongent aussi largement une certaine division entre les études sur la gouvernance et les productions de connaissances : là où Topalov s'intéresse presque exclusivement au contenu des recherches menées, Benninghoff, Sormani ou Barrier abordent peu la relation entre financement et choix scientifiques. Les références relativement interstitielles à la « structuration de communauté » ou à la stimulation que permettent les collaborations industrielles semblent appeler des ressources conceptuelles plus adaptées pour saisir l'articulation entre les formes de gouvernance déployées par les institutions et les acteurs de la recherche. Barrier, en soulignant l'importance de la mise en évidence des « mécanismes sociaux qui sous-tendent le fonctionnement d'une économie de la recherche », s'inscrit en cela dans les travaux récents qui travaillent cette question7.

7Bien qu'en dehors du dossier thématique, les deux articles de varia méritent néanmoins d'être rapidement mentionnés. L'article collectif (Pierre Barron, Anne Bory, Sébastien Chauvin, Nicolas Jounin, Lucie Tourette) sur l'apparition et les significations de la catégorie de « travailleurs sans-papiers » s'inscrit dans la restitution d'une enquête sur les grèves de sans-papiers à la fin des années 2000. Les auteurs suivent comment le durcissement de la législation sur les « sans-papiers » a favorisé l'usage des droits du travail pour rouvrir un espace de revendication, plaçant au centre de l'action collective la question de la grève. Cette dynamique qui a construit le statut du « travailleur sans-papier » à partir de celui, plus ancien, de « sans-papier » a en retour contribué à produire des formes de différenciation mais aussi d'association entre des situations plus ou moins précaires. Dans le second article, Yves Buchet de Neuilly analyse la réception par les acteurs publics de l'affaire des télégrammes diplomatiques révélés par Wikileaks. Dans l'échange entre ces mondes professionnels différenciés, mais interdépendants, la fuite médiatique légitime est un produit transactionnel régulé par des normes. La thèse défendue est que dans le cas de Wikileaks, les « règles du jeu » de la fuite légitime n'ont pas été respectées, ce qui explique – davantage que le contenu – la vive réaction des pouvoirs publics. Les acteurs, journalistes et diplomates, condamnent la pratique comme déviante et requalifient le contenu comme une source de matière brute qu'il convient de traiter.

Haut de page

Notes

1 Qui renvoie par ailleurs à une série de travaux en sociologie de l'action publique, par ex. Bezes Philippe (dir.), Gouverner (par) les finances publiques. Presses de Sciences Po, 2011.

2 Deux autres articles en varia s'intéressent respectivement à la catégorie de « sans-papiers » et à l'affaire Wikileaks, complétée par une socio-analyse que mène Fabien Truong sur sa démarche d'enquête.

3 Gläser Jochen, « How does Governance change research content? », The Technical University Technology Studies

Working Papers, 2012.

4 Par exemple : Latour Bruno, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, La Découverte, 1996.

5 Pour un exemple récent, l'article de Sylvestre Huet sur son blog Science2 : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2014/06/un-futur-directeur-d%C3%A9j%C3%A0-contest%C3%A9-pour-lanr-.html

6 Barrier Julien. « La science en projets: financements sur projet, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques. », Sociologie du travail, 53, no. 4 (2011), 515-536.

7 Laudel Grit, Jochen Gläser. « Beyond breakthrough research: Epistemic properties of research and their consequences for research funding », Research Policy, 2014

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Jérôme Aust (dir.), « Le financement de la recherche par projet », Genèses, n° 94, mars 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 12 août 2014, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15234

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page