Navigation – Plan du site

Luca Greco (dir.), « Recherches linguistiques sur le genre, Bilan et perspectives », Langage & Société, n°148-2, 2014

Lucy Michel
Recherches linguistiques sur le genre
Luca Greco (dir.), « Recherches linguistiques sur le genre. Bilan et perspectives », Langage & Société, n° 148, juin 2014, 170 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1609-6.
Haut de page

Texte intégral

1Le titre du numéro 148 de la revue Langage & société, « Recherches linguistiques sur le genre, Bilan et perspectives », peut, à la lecture, paraître trompeur. En effet, les articles consacrés à la thématique « genre et langage » ne sont qu’au nombre de quatre et n'apparaissent que dans la section thématique.

  • 1 Luca Greco mentionne notamment Langage, genre et sexualité (dir. A. Duchêne & C. Moïse), La face ca (...)
  • 2 Réseau devenu récemment l'association Genres, sexualité, langage

2L'article de Luca Greco, qui inaugure le numéro, semble au mieux répondre aux attentes suscitées par l'intitulé général : il fait le point, avec beaucoup de clarté, sur les recherches linguistiques sur le genre en France, sur ses retards et insuffisances, mais aussi sur son récent essor. L'auteur propose en effet un retour sur l'histoire de ce domaine, depuis les recherches de R. Lakoff à Berkeley sur le « langage des femmes » comme « marque du patriarcat » (p. 15) jusqu'à la traduction en français de Gender trouble de J. Butler en 2005, et aux travaux qui ont suivi celle-ci1. Ce faisant, il croise parcours historique et parcours théorique, en retraçant le basculement d'un point de vue essentialiste – centré sur les notions de domination et de différence et présentant le risque de promouvoir une théorie de l'incommunicabilité entre hommes et femmes – à un point de vue post-structuraliste centré sur la notion de performance et sur l'idée que le langage est au cœur de la construction du social. C'est cette conception nouvelle, arrivée en France avec la traduction de l'ouvrage de J. Butler, qui est à l'origine de la création de réseaux de recherches comme le Réseau Genre et Langage (dont L. Greco fait partie)2 ou encore le réseau Glam (créé par J. Abbou et A. Coady), et qui conduit L. Greco à encourager à « sortir du placard le genre, les sexualités et les corps en en faisant enfin des objets linguistiques » (p. 22). L'avenir des recherches linguistiques s'inscrit donc, pour l'auteur, dans la lignée de celles et ceux qui ont permis la rupture avec une conception fixiste du genre.

  • 3 Qui n'est réalisé que par les pronoms personnels de troisième personne (sujet : he, she ; régime : (...)
  • 4 Tous les substantifs français sont dotés d'un genre, ainsi que la plupart des pronoms et certaines (...)
  • 5 Varia, pp. 107-123

3La réflexion de Marie-Ève Arbour et Hélène de Nayves, toujours dans la section thématique, se concentre sur un point précis du trajet présenté par L. Greco, en revenant sur la question centrale et bien connue de la féminisation des noms de métier dans la francophonie. Dans leur article, les deux auteures partent d'une comparaison entre système linguistique anglophone et système linguistique francophone : le premier permet, du fait de la présence limitée du genre grammatical3, d'envisager un cheminement vers un genre commun ; dans le second, le genre grammatical, quasi omniprésent, ne semble pouvoir être aisément dépassé4. C'est de cette opposition première que découlent les différentes solutions proposées pour remédier au sexisme dans le lexique : d'une part, l'effacement de l'opposition en genre, d'autre part, la visibilisation du genre grammatical féminin et le rééquilibrage de la langue. Et cette visibilisation passe, entre autres, par la féminisation de certains noms. Le sujet a souvent été traité, par des angles d'attaque divers et originaux, mais on constate une fois encore que la francophonie évoquée, tout comme dans l'article de Catherine Brissaud & Pascale Lefrançois5 sur les évaluations ministérielles, ne prend pas en compte la francophonie africaine. Néanmoins, le travail proposé par les deux auteures a le mérite de ne pas se limiter à une simple analyse lexicographique : celle-ci est systématiquement confrontée à un corpus journalistique assez large, qui permet une appréhension précise, bien que loin d'être exhaustive, de la question. On peut de plus regretter que cette étude de corpus ne donne pas lieu à une réflexion plus critique : d'une part sur les effets de la féminisation des noms sur les représentations des métiers concernés, d'autre part sur le fondement théorique différentialiste de toute entreprise de masculinisation ou de féminisation d'un nom de personne.

  • 6 L'expression pourrait être traduite par « statut de 'gens ordinaires', considéré comme allant de so (...)

4L'article de Déborah Cameron, qui clôt brillamment la section thématique, explicite le lien évoqué par L. Greco entre les disciplines sociologique et linguistique, et plus particulièrement entre les pratiques langagières et l'appartenance à un groupe social. Pour ce faire, elle s'intéresse au langage des hétérosexuels. Cette étude se fonde sur l'idée que les groupes dominants bénéficient d'une invisibilisation qui leur permet souvent d'échapper à l'observation sociologique : comme le précise très justement D. Cameron, il n'y a pas de coming out hétérosexuel, et personne ne prétend parler « au nom de la communauté hétérosexuelle » (p. 76). Ainsi, la richesse de cet article repose entre autres sur une analyse minutieuse et critique des pratiques langagières d'individus bénéficiant très largement d'un « taken-for-granted status as 'just regular folks' »6 (p. 76) : la réflexion de D. Cameron participe donc de la déconstruction d'un donné social trop souvent pris pour norme indiscutable. Son analyse permet notamment de percevoir plus finement la différence entre ce qui constituerait un gender appropriate speech (fondé sur les stéréotypes de genre), et les manifestations langagières liées à l'affirmation de l'hétérosexualité (qui reposent souvent sur un discours homosocial).

5À l'autre extrémité du spectre, se trouve la proposition de Régis Schlagdenhauffen. Plus original, et aussi plus éloigné de la ligne proposée par L. Greco, cet article centré sur un corpus daté (les journaux intimes d'Eugène Wilhelm, rédigés entre 1885 et 1951) ouvre une réflexion inattendue sur l'« écriture du désir bisexuel » (p. 53). Bien que son propos soit consacré à un seul écrivain, R. Schlagdenhauffen aborde la question plus vaste d'un vide langagier répondant à une non-reconnaissance sociale : dans ses journaux, Eugène Wilhelm ne parvient jamais pleinement à se situer sur le spectre des sexualités reconnues, inscrites en langue. Les multiples phases du désir expérimentées par le diariste sont exprimées comme autant de tensions vers des objets divers, mais la source de ce désir, son explicitation comme manifestation d'une orientation sexuelle ne sont jamais évoquées, si ce n'est au travers du prisme social d'« un certain type de bourgeoisie protestante » (p. 59), dont le diariste est issu. Comme le suggère déjà R. Schlagdenhauffen en conclusion de son article, cette réflexion trouverait sans peine des échos et compléments dans d'autres corpus, mais aussi, sûrement, dans des énoncés relevant de la communication spontanée : l'idée centrale de l'article de R. Schlagdenhauffen déborde donc le corpus proposé.

6Le premier constat qu'on peut faire, à la seule lecture de la section thématique de ce numéro, concerne la diversité des approches et des analyses proposées : l'ouvrage est bel et bien pluridisciplinaire, mais la promesse d'un bilan et de perspectives nouvelles concernant les recherches linguistiques sur le genre n'est pas exactement tenue. En effet, l'article de R. Schlagdenhauffen, bien que très riche, ne propose ni véritable bilan (du fait de son corpus restreint), ni perspective nouvelle (autre qu'un élargissement du corpus), et l'étude de M-E. Arbour et H. de Nayves n'intègre pas la dimension critique qui serait nécessaire à un état des lieux de la féminisation des noms de métiers dans la francophonie. Les articles de la section thématique de ce numéro, malgré leur intérêt certain, ne semblent pas présenter d'unité véritable.

7On peut également s'interroger sur la place des articles des autres sections dans un numéro consacré à ces recherches. Où trouver l'unité de cet ouvrage dont les qualités, éparses, sont néanmoins nombreuses ? Il semble que l'introduction de Luca Greco offre la réponse à ces questions : ce qui fédère les différents articles du numéro, ce ne sont pas tant les recherches sur le genre que l'affirmation d'une approche constructiviste, ou du moins anti-structuraliste du langage. Plus précisément, c'est la conception du langage non comme « miroir », mais comme « outil de construction de la société » (p. 7).

  • 7 Débat, Andrée Tabouret-Keller, pp. 97-103
  • 8 Comptes Rendus, Katja Ploog sur l'ouvrage de Patrick Seriot (dir.), pp. 153-157
  • 9 Varia, Aminata Diop, pp. 126-142, sur les « centres d'apprentissage de la langue française »
  • 10 Comptes Rendus, Josiane Boutet sur l'ouvrage de Jacques Guilhaumou, p. 152

8Ce point est particulièrement explicite dans les propositions abordant la question du « nationalisme linguistique », que ce soit concernant l'ouvrage de Léo Spitzer7 ou l'héritage d'Humboldt en Russie8. Mais, plus largement, cette conception transparaît dans tous les textes qui touchent au versant politique du langage. Elle est manifeste dans les réflexions sur la construction du genre par le langage, dans la lignée de la théorie de la performance de J. Butler, mais aussi dans les articles concernant les questions d'intégration par l'assimilation d'une norme langagière, comme dans le cas des jeunes issus de banlieues, des apprenants des CALF9 tchadiennes ou encore des francophones passant leurs examens scolaires. De même, cette ligne théorique est largement perceptible dans la réflexion autour du militantisme et de son inscription dans la langue, qu'il soit question des choix scientifiques et éditoriaux de lexicographes, ou de ces « « sans » qui [ont fait] l'Histoire »10 en mai 1968.

9L'apparente diversité du numéro 148 de la revue Langage & société se résout donc en grande partie dans une compréhension commune du langage, dynamique et pragmatique, qui force au décloisonnement des disciplines : sociologie, linguistique, histoire et études de genre permettent ensemble de percevoir un peu plus finement les intrications du langage avec tout événement social. C'est dans cette lignée que l'ouvrage dirigé par L. Greco situe, à juste titre, les recherches linguistiques sur le genre.

Haut de page

Notes

1 Luca Greco mentionne notamment Langage, genre et sexualité (dir. A. Duchêne & C. Moïse), La face cachée du genre (dir. N. Chetcuti & L. Greco) et Intersexion (dir. F. Baider & D. Elmiger)

2 Réseau devenu récemment l'association Genres, sexualité, langage

3 Qui n'est réalisé que par les pronoms personnels de troisième personne (sujet : he, she ; régime : his, her/hers) et par certains affixes (chairman, chairwoman)

4 Tous les substantifs français sont dotés d'un genre, ainsi que la plupart des pronoms et certaines formes verbales

5 Varia, pp. 107-123

6 L'expression pourrait être traduite par « statut de 'gens ordinaires', considéré comme allant de soi ».

7 Débat, Andrée Tabouret-Keller, pp. 97-103

8 Comptes Rendus, Katja Ploog sur l'ouvrage de Patrick Seriot (dir.), pp. 153-157

9 Varia, Aminata Diop, pp. 126-142, sur les « centres d'apprentissage de la langue française »

10 Comptes Rendus, Josiane Boutet sur l'ouvrage de Jacques Guilhaumou, p. 152

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucy Michel, « Luca Greco (dir.), « Recherches linguistiques sur le genre, Bilan et perspectives », Langage & Société, n°148-2, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 août 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15262

Haut de page

Rédacteur

Lucy Michel

Doctorante contractuelle en linguistique française à l'Université de Bourgogne. Sujet de thèse : La relation entre genre grammatical et dénomination de la personne en langue française. Recherche dirigée par Philippe Monneret, Professeur de linguistique à l'Université de Bourgogne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page