Navigation – Plan du site

Hana Aubry et Lia Marcondes (dir.), La culture du risque en question. Des inondations aux débordements nucléaires

Éric Vauthelin
La culture du risque en question
Hana Aubry, Lia Marcondes (dir.), La culture du risque en question. Des inondations aux débordements nucléaires, Paris, La Dispute, coll. « Tout autour de l'eau », 2014, 235 p., ISBN : 978-2-84303-243-1.
Haut de page

Texte intégral

1Nous vivons dans un monde de plus en plus sûr, mais dans un même temps nous assistons à une prolifération des risques dans notre quotidien. C’est à ce paradoxe que s’attaque cet ouvrage collectif coordonné par Hana Aubry et Lia Marcondes. L’ouvrage interroge les liens entre le risque et le développement des techniques de la société occidentale qui les produit, en même temps qu’elle conceptualise des outils, des dispositifs et des catégories qui prétendent l’en protéger.

2Outre l’article d’ouverture intitulé « Une pétrification foudroyante. Le temps d’après la collision Fukushima », le livre est divisé en quatre parties thématiques : « Connaissances et pratiques des inondations », « Savoirs construits et politiques des catastrophes », « Crises environnementales et gouvernement des opinions » et « Systèmes techniciens et racines idéologiques des risques » ; chaque thématique est composée de deux articles. Le livre nous permet ainsi de parcourir différents terrains, entre le XIXe et le XXIe siècle.

3Dans un prologue, Michel Tibon-Cornillot propose une interprétation anthropologique de l’accident nucléaire de Fukushima. Selon l’auteur, cet accident nucléaire résulte d’un choc entre l’histoire des techniques et l’histoire géologique. La collision entre ces deux temporalités ouvre sur le temps des isotopes radioactifs. Cette nouvelle faille temporelle est d’une extrême complexité car elle est sans commune mesure avec les échelles de temps de la vie humaine. Le futur de la centrale est condamné par l’impossibilité d’intervenir dans les réacteurs.

4La première partie porte sur les politiques et pratiques de prévention du risque inondation en Île-de-France. À partir du cas concret des inondations, deux regards sur ce risque naturel sont confrontés : celui des ingénieures et techniciennes du Val-de-Marne et celui d’une géographe.

5L’article de Magali Reghezza-Zitt montre que la « culture du risque zéro inondation », construite sur la maîtrise scientifique et technique des éléments naturels, a conduit à l’effacement du risque inondation chez les riverains. Face à ce constat, les pouvoirs publics ont développé une nouvelle culture du risque, consistant à impliquer davantage les riverains. Il ne s’agit plus de combattre les inondations, mais d’en minimiser ses conséquences, grâce à l’information, la sensibilisation des habitants. Ainsi, le risque devient un compromis social entre ce que les pouvoirs publics et les habitants peuvent supporter.

6À partir de leur expérience professionnelle, Sophie Giacmazzi, Ève Karleskind et Mélinda Tellier montrent que gérer le risque inondation c’est aussi assurer la continuité des services publics. Faire face à un aléa majeur suppose d’acquérir les bons réflexes, tant chez les administrateurs et techniciens que chez les habitants. Ainsi, depuis 2007, un exercice de simulation annuel a lieu pour tester les procédures en place et le matériel prévu. Cette simulation est l’occasion d’expérimenter des scénarios mettant à l’épreuve la capacité de résilience des réseaux d’assainissement, mais aussi la culture du risque des populations.

7À partir de l’histoire des catastrophes, la deuxième partie de l’ouvrage montre que la construction de la culture du risque repose sur des enjeux de pouvoir. Les notions qui composent le vocabulaire des catastrophes sont apparues progressivement. Les auteures affirment que les politiques des catastrophes sont aussi le théâtre d’affrontement entre différents savoirs en présence.

  • 1 Ulrich Beck, La société du risque, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 2008. Selon cette th (...)

8Dans son article, Sandrine Revet montre que les catastrophes et la prolifération des risques sont loin d’être une fatalité. En effet, l’étendue des dégâts est le reflet de la vulnérabilité d’une société : une vulnérabilité liée aux conditions économiques, politiques et sociales. Ce concept a permis une meilleure prise en compte de la complexité des terrains locaux, avec l’implication des populations dans les politiques de réduction des risques. Cependant, ce champ d’étude a eu des résultats contrastés sur les outils de prévention, alors même que la thèse de la « société du risque » converge vers une conclusion similaire1. Par exemple, le tsunami dans l’océan Indien en 2004 et le tremblement de terre d’Haïti en 2010, ont éclipsé l’attention sur les conditions de développement et ont eu pour effet de recentrer l’effort sur la question de l’urgence et des secours.

9Alors que les catastrophes naturelles font moins de victimes que dans le passé, nous semblons découvrir, actuellement, un sentiment de renouveau des catastrophes. Dans sa contribution, Anne-Marie Granet-Abisset soutient que cette nouvelle représentation des catastrophes est le produit d’une culture technocratique du risque. En effet, le développement des techniques et connaissances géophysiques a progressivement nourri l’idée que la maitrise des aléas était possible. Par ailleurs, ce nouveau sentiment de vulnérabilité est renforcé par l’effacement des savoirs locaux sur le risque, et par la modification de la composition des populations résidentes dans les zones montagneuses. En l’espèce, si les « anciens » ont appris à vivre avec les risques d’avalanche, d’inondation ou d’éboulement de terrain grâce à leur expérience du territoire, les nouveaux riverains méconnaissent la réalité de ces aléas, tout en voulant être protégés.

10La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse de la crise environnementale sous l’angle de l’histoire environnementale et de l’écologie politique. Les contributeurs, historien pour l’un et militant écologiste pour l’autre, rediscutent la pertinence de la réflexivité écologique actuelle à l’aune de l’histoire environnementale et de ses enjeux politiques et sociaux.

  • 2 Le climat est entendu au XIXcomme l’ensemble des caractéristiques qui fondent la nature d’un lieu (...)

11À l’heure où la lutte contre le changement climatique devient une doxa des politiques environnementales, Fabien Locher se demande, dans son article, si la responsabilité des hommes dans les variations du climat est nouvelle. Contrairement au récit de la réflexivité environnementale, l’auteur affirme que, dès le XIXe siècle, des hommes ont forgé des catégories pour penser leurs univers, grâce auxquelles ils agissaient et transformaient la nature. À partir de la notion de climat2, des savants soutiennent que la coupe des arbres réduirait les pluies et accroissent la sécheresse, c’est la théorie de la dessiccation. Par exemple, cette théorie a été mobilisée dans l’administration des forêts durant la Révolution française.

12L’article de Guillaume d’Allens porte sur la critique de l’écologie culpabilisatrice. Alors que l’écologie politique était une pensée critique et hétérodoxe dans les années 1960-1970, elle tend à s’effacer derrière une morale consensuelle et une éthique des bons sentiments. La résolution des problèmes écologiques repose de plus en plus sur les capacités d’action individuelles des citoyens, notamment grâce à la politique des éco-gestes. Or, la cristallisation des enjeux environnementaux autour des comportements individuels inhibe les pratiques susceptibles de mettre radicalement en question nos modes de vie.

13L’industrie nucléaire, emblème du fantasme de la maîtrise du monde par la science et la technique mais aussi de son anéantissement, nous conduit sur le terrain de l’anthropologie fondamentale. Dans cette dernière partie, les auteurs s’emparent de la question des dégâts du progrès et se demandent si nous serons capables de sortir du prométhéisme technoscientifique ?

14L’article de Guillaume Grandazzi montre que le déchaînement atomique sur Hiroshima le 6 août 1945 n’a pas suscité l’effroi et l’indignation chez les contemporains de cet évènement. Bien au contraire, cette explosion a porté à leur comble les désirs et les fantasmes de maîtrise du monde par la science. Mieux, la mise en garde des lanceurs d’alerte (Hannah Arendt, Günther Anders) n’a pas empêché la prolifération nucléaire. Cependant, les accidents nucléaires de Tchernobyl et de Fukushima ont troublé cette confiance. À partir de ces cas typiques, l’auteur propose une socioanthropologie du risque nucléaire. Cette approche combine l’analyse catastrophiste de l’accident nucléaire avec une ethnographie des installations et des territoires nucléaires.

15Dans sa contribution, Jean-Baptiste Fressoz constate que chaque catastrophe industrielle engendre de grandes espérances. Contrairement à la thèse des sociologues qui pensent que nous sommes passés d’une société du progrès à une société du risque (grâce à l’aveu des dégâts du progrès tant sur le social que sur l’environnement), l’auteur observe, à partir des controverses sur le vaccin contre la variole et sur le gaz d’éclairage, non pas des ruptures, mais une continuité dans le gouvernement des risques entre le XIXe siècle et le début du XXIe siècle. Donc d’après lui, « la thèse de la société du risque pourrait bien être l’un des derniers avatars du discours du progrès » (p. 118).

  • 3 Dans sa théorie de la valeur, Aristote oppose l’économie et la chrématistique, la première désigne (...)
  • 4 Mot grec signifiant démesure. Dans l’Antiquité, tout ce qui dépasse la mesure, les limites de la co (...)

16Enfin Michel Tibon-Cornillot propose une interprétation du déferlement technique contemporain à partir du concept de chrématistique3. Dans sa théorie de la valeur, Aristote soutient que la monnaie peut être un instrument d’acquisition et de circulation des biens, mais condamne les pratiques spéculatives. De ce fait, si la technique a joué un rôle fondamental dans le processus d’hominisation en permettant à l’homme de maîtriser le monde, l’engagement actuel des sociétés industrielles dans le boulevard des sciences, de l’industrie, de la finance, est un hubris4. Cette démesure, associée à un désir d’infini par l’agir technique, introduit des perturbations imprévisibles et singulières qui échappent tant aux politiques qu’aux scientifiques.

  • 5 Ulrich Beck, op. cit.
  • 6 Dominique Bourg, Pierre-Benoit Joly, Alain Kaufmann (dir.), Du risque à la menace. Penser la catast (...)

17En conclusion, au terme des différentes contributions, La culture du risque en question est plus qu’un simple ouvrage collectif. En axant les analyses de la culture du risque sous l’angle de la temporalité, l’ouvrage nous conduit vers le terrain de l’anthropologie fondamentale. De ce point de vue, la culture du risque est aussi une tentative de maitrise du temps dans un monde devenu incertain. En cela, l’ouvrage développe, vingt ans après La société du risque5, une approche critique du risque. Cependant, il présente quelques lacunes. En effet, l’approche critique développée dans le livre, perd de sa puissance heuristique par manque de travail de conceptualisation. Le concept de culture du risque aurait mérité davantage de précision et un ancrage théorique plus assuré. De ce fait, les différents chapitres répondent inégalement au but affiché par le titre. Au final, eu égard à d’autres ouvrages6, il est difficile d’en tirer une orientation académique claire.

Haut de page

Notes

1 Ulrich Beck, La société du risque, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 2008. Selon cette thèse, le développement technologique sans limites, dans les sociétés occidentales, produit les conditions de leur propre vulnérabilité.

2 Le climat est entendu au XIXcomme l’ensemble des caractéristiques qui fondent la nature d’un lieu. C’est une catégorie large, assez proche de la notion moderne d’environnement (p. 113).

3 Dans sa théorie de la valeur, Aristote oppose l’économie et la chrématistique, la première désigne l’art de bien administrer une maison et idéalement la cité, la seconde désigne un usage de l’argent détaché de sa fonction d’intermédiaire d’échange pour devenir un objet de désir. Ainsi, la chrématistique désigne l’acquisition d’argent sans limite (Aristote, Politique, Paris, Vrin, 1995).

4 Mot grec signifiant démesure. Dans l’Antiquité, tout ce qui dépasse la mesure, les limites de la condition humaine (Louise-Marie Morfaux, Jean Lefranc, Vocabulaire de la philosophie et des sciences humaines, Paris, Armand Colin, 2011).

5 Ulrich Beck, op. cit.

6 Dominique Bourg, Pierre-Benoit Joly, Alain Kaufmann (dir.), Du risque à la menace. Penser la catastrophes, Paris, PUF, 2013. Sandrine Revet et Julien Langumier (dir.), Le gouvernement des catastrophes, Karthala, coll. « Recherches internationales », 2013 ; compte rendu de Simon Calla pour Lectures : http://lectures.revues.org/12523.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Vauthelin, « Hana Aubry et Lia Marcondes (dir.), La culture du risque en question. Des inondations aux débordements nucléaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 09 septembre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15426

Haut de page

Rédacteur

Éric Vauthelin

Doctorant au Laboratoire de sociologie et d’anthropologie de l’Université de Franche-Comté.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page