Navigation – Plan du site

Dietrich Jung, Marie Juul Petersen et Sara Lei Sparre, Politics of Modern Muslim Subjectivities. Islam, Youth, and Social activism in the Middle East

Abdessamad Belhaj
Politics of Modern Muslim Subjectivities
Dietrich Jung, Marie Juul Petersen, Sara Lei Sparre (dir.), Politics of Modern Muslim Subjectivities. Islam, Youth, and Social Activism in the Middle East, Palgrave Macmillan, coll. « The Modern Muslim World », 2014, 228 p., ISBN : 9781137380647.
Haut de page

Texte intégral

1À ce jour, il y a eu peu d’études sur l’action sociale en Islam. Nous connaissons bien la dimension politique de la société civile dans nombre de pays musulmans, mais moins ses aspects sociaux. D’une manière générale, la recherche sur les sociétés musulmanes a eu tendance à se concentrer sur le politique et le religieux plutôt que sur le social. En outre, la plupart des études dans le domaine de l’activisme social ont porté sur la question du genre. Par conséquent, notre compréhension des dynamiques du changement social dans les sociétés musulmanes reste très limitée. Par exemple, nous savons peu de choses sur le caritatif musulman et son rôle dans la mobilisation de la jeunesse. À cet égard, l’ouvrage Politics of Modern Muslim Subjectivities: Islam, Youth, and Social activism in the Middle East est une contribution à la réflexion sur la charité et sa fonction sociale dans les sociétés arabes.

L’ouvrage défend l’idée forte selon laquelle il y a similitude entre les modèles et l’évolution de la modernité en Occident et dans les sociétés musulmanes. Les auteurs considèrent que l’activisme social musulman révèle les mêmes phénomènes que l’activisme social des sociétés occidentales, dans leurs relations respectives à la religion, à la modernité et à la globalisation. Ils démontrent que les organismes caritatifs en Jordanie et en Égypte charrient des conceptions du sujet et de la solidarité parfaitement compréhensibles pour un observateur européen. On pourrait distinguer trois moments importants de cet ouvrage. Le premier moment, théorique, nous fait découvrir les théories de la modernité et de la formation du sujet moderne ainsi que les différentes présences de la religion moderne : la religion comme système, les organisations religieuses et l’action sociale religieuse. Un deuxième moment est consacré à l’étude des subjectivités musulmanes en Jordanie. Il explore la relation entre l’État et l’’islam en Jordanie, qui se trouve rapidement contestée par les Frères musulmans, notamment sur le plan caritatif. Il s’agit aussi d’introduire les principales organisations de bienfaisance et de protection sociale en Jordanie : celles qui sont dirigées par la monarchie jordanienne, celles qui dépendent des Frères musulmans ou encore les petites organisations indépendantes. Les auteurs y soutiennent aussi qu’à chaque type d’organisation correspond une conception différente de la modernité et du sujet. Le troisième moment couvre le cas de l’Égypte. Il met en perspective la question du rapport entre l’État et l’islam en Égypte. En outre, il s’agit d’étudier les nouvelles organisations de jeunesse en Égypte et leurs contributions à la construction du « professionnel musulman ». Les auteurs se concentrent sur les trois rôles discernables dans le caritatif égyptien : les dirigeants, les organisateurs et les bénévoles.

En particulier, les auteurs utilisent la distinction entre la première et la seconde modernité pour classifier les organismes caritatifs musulmans. Les organisations qui s’adressent à une classe moyenne supérieure, souvent soutenus par l’État, développent une tendance à combiner les traditions musulmanes avec les valeurs du pluralisme et de l’individualisme qui caractérisent la seconde modernité. En revanche, les institutions caritatives de la classe moyenne inférieure perçoivent la modernité comme modèle social organisé et collectif. On pourrait observer l’exemple de ce modèle dans les organismes caritatifs des Frères musulmans. Les auteurs mobilisent un arsenal théorique considérable et une analyse rigoureuse des cas d’organismes caritatifs en Jordanie et en Égypte. Pourtant, à notre avis, la faiblesse de leur argument apparaît dès les premières pages ; la variable religieuse, étant centrale dans ce qu’ils appellent première modernité dans les sociétés musulmanes, sépare l’histoire européenne et l’histoire de l’islam. Évidemment, il est possible d’observer des éléments de la première modernité européenne chez les Frères musulmans, surtout au niveau de la rationalité organisationnelle. Néanmoins, une différence de taille entre la première modernité européenne et « la modernité islamique » consiste dans l’absence de la laïcisation dans les sociétés musulmanes. Sans laïcisation, il ne serait judicieux d’évoquer la modernité.

2Pour cette étude, les auteurs ont eu recours à la théorie sociale et à un travail de terrain remarquable. Dietrich Jung, qui poursuit individuellement un projet de lecture critique de l’orientalisme et de la pensée musulmane à partir de la théorie sociale, a rédigé la partie théorique. Il a notamment emprunté la notion de « provincialisation de l’Europe » à Dipesh Chakrabarty, celle des modernités successives à Peter Wagner et les trois idéal-types du sujet (le sujet bourgeois, le sujet axé sur le groupe de pairs et le sujet post-moderne) à Andreas Reckwitz. Pour ce dernier, le sujet axé sur le groupe de pairs inaugure l’ère de la première modernité alors que le sujet post-moderne, individualiste et pluraliste, définit la seconde modernité. Ces notions et bien d’autres ont permis à Jung d’inscrire le livre dans l’histoire sociologique et critique des intellectuels musulmans. Les données ont été recueillies à partir de plusieurs sources à divers points de temps. En particulier, en 2007, Marie Juul Petersen a mené des recherches en Jordanie alors que Sara Lei Sparre a exploré le terrain en Égypte. Des observations participantes et des interviews avec 180 membres des organisations gouvernementales et non-gouvernementales dans les deux pays forment l’essentiel des données primaires utilisées dans cette enquête.

3Cependant, selon nous, quelques imperfections sont à relever dans ce livre. Á commencer par le déséquilibre entre le cadre théorique et historique et les cas d’analyse. Il faut attendre la page 60 pour découvrir les premiers éléments sur les organismes caritatifs. Ensuite, le lecteur reste sur sa faim en ce qui concerne la genèse et la durabilité de l’humanitaire social ainsi que les modèles systémiques qui régissent la charité dans les sociétés jordanienne et égyptienne. Enfin, l’optimisme des auteurs les conduit à exagérer les changements véhiculés par le « printemps arabe ».

4Ces faiblesses n’entament pas la qualité de ce travail. L’ouvrage est un excellent exercice d’application de la théorie sociale aux sociétés musulmanes. Les sociologues et les anthropologues apprécieront, en particulier, la manière dont le livre met en évidence la fertilisation des notions acquises dans les sciences sociales occidentales par des mutations sociales qui surviennent dans un contexte non-occidental.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdessamad Belhaj, « Dietrich Jung, Marie Juul Petersen et Sara Lei Sparre, Politics of Modern Muslim Subjectivities. Islam, Youth, and Social activism in the Middle East », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 07 octobre 2014, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15706

Haut de page

Rédacteur

Abdessamad Belhaj

Chercheur en islamologie et sciences sociales, Groupe de recherche sur les cultures religieuses, académie hongroise des sciences/Université de Szeged, Hongrie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page