Navigation – Plan du site

Eléonore Challine, Laureline Meizel, Michel Poivert (dir.), L'Expérience photographique

Anne Reverseau
L'expérience photographique
Eléonore Challine, Laureline Meizel, Michel Poivert (dir.), L'expérience photographique, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histo Art », 2014, EAN : 9782859447823.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1L’Expérience photographique regroupe des textes portant sur des phénomènes aussi divers que l’expérimentation formelle et esthétique, les expériences collectives sociales, politiques et institutionnelles, et ce que les auteurs ont appelé « l’expérience disciplinaire » de la photographie face aux autres champs du savoir. Le recueil se termine sur une « expérience émotive », épilogue heureux qui clôt avec légéreté un ouvrage collectif dense, dont l’ambition est de jeter un nouveau regard sur la photographie, de ses origines à ses productions contemporaines.

2Disponible aux Publications de la Sorbonne, L’Expérience photographique appartient à une collection hétéroclite, « Histo.Art », qui publie les travaux de l’école doctorale de Paris I. Aussi les auteurs sont-ils des doctorants ou de jeunes docteurs, dont la plupart ont travaillé sous la direction de Michel Poivert, qui signe la préface de l’ouvrage et le codirige avec Eléonore Challine et Laureline Meizel. L’Expérience photographique se place en quelque sorte sous son égide. L’ouvrage intéressera les spécialistes de la photographie ainsi que ceux qui sont confrontés à la photographie appliquée dans leur recherche en sciences dures, en sciences sociales ou en études culturelles, notamment en études muséales.

  • 1 Voir notamment l’exposition La Subversion des images : Clément Chéroux, Quentin Bajac, Michel Poive (...)

3Considérer la photographie sous l’angle de l’expérience est-elle une approche radicalement nouvelle ? Ces dernières années ont vu se développer des travaux sur la valeur d’usage et les pratiques photographiques1, en opposition à ceux portant sur l’essence de la photographie. L’Expérience photographique se présente comme un pas de plus vers une phénoménologie de la photographie. S’il existe de nombreux témoignages d’expériences photographiques dans les textes littéraires, les autobiographies ou les correspondances, l’approche proposée ici reste novatrice par sa volonté de rapprochement, autour du concept d’expérience, des expérimentations institutionnelles, de la photo expérimentale et d’autres tentatives plus ou moins fructueuses de l’histoire du médium.

  • 2 Cette introduction, ainsi que la table des matières, est disponible gratuitement en ligne : http:// (...)
  • 3 Michel Poivert se réfère à L’Obsolescence de l’homme (1956), texte peu connu de Günther Anders, pro (...)

4Le volume s’ouvre sur une introduction particulièrement convaincante2. Dans « La photographie, expérience démocratique », Michel Poivert explique que le médium a réalisé l’une des utopies du xixe siècle, l’utopie démocratique, que l’on retrouve des origines de la photographie à la conquête de l’instantané, voire jusqu’aux années 1930, qui marquent selon lui une « faillite de l’expérience ». Dans les années 1970, où la photo apparaît comme un instrument d’aliénation3, émerge un nouveau documentaire social qui prône la vérité de l’expérience contre la photo esthétisante, avec par exemple la photographie domestique de François Hers dans Familles en France ou de Bill Owens dans Suburbia. Étudier « quelques aspects d’un régime d’historicité propre aux rapports entre photographie et démocratie sous le sceau de l’expérimentation » (p. 19) : le parcours que propose Michel Poivert est rapide, mais la méthode, qui consiste à refuser l’idée d’une essence de la photographie pour la définir comme « un tandem d’historicité sociale (technique, politique) et esthétique », est efficace.

5La première partie de l’ouvrage porte sur les expérimentations techniques et plastiques. Marc Lenot, que l’on connaît pour ses recherches sur Miroslav Tichý, qui avaient abouti à une exposition au Centre Pompidou de Paris en 2008, propose de définir la photographie expérimentale en s’inspirant de Vilém Flusser. Elle est alors envisagée non comme une technique mais comme une démarche, un refus des règles du dispositif photographique. Marc Lenot signe aussi un intéressant entretien avec Franco Vaccari. Le texte, dense, revient sur le parcours du photographe, connu pour son utilisation du photomaton, en insistant sur le lien entre la photo expérimentale et la politique. Ressort de ces pages la question de la mort de l’auteur dans le champ de la photographie, dans la tradition des ready-made revendiquée par Vaccari. Entre ces deux textes, l’article de Marion Pieuchard porte sur l’appareil électro-photographique d’Ernest Théophile Enjalbert (1889), figure peu connue de l’histoire de la photographie et pionnier de l’automatisme qui triomphera plus tard avec le photomaton. La section se clôt sur un portfolio de Juliette Agnel qui greffe un sténopé sur un reflex numérique de façon à obtenir des portraits aux yeux éblouis, flous et nimbés d’ombre.

6La seconde section aborde les pratiques photographiques comme autant d’expériences sociales. Elle s’ouvre sur un texte de Marianne Le Galliard à propos de Jacques Henri Lartigue et la notion de « loisir ostentatoire » qui fait le lien entre la photographie et la performance sociale. Il est suivi d’un texte de Laetitia Barrère sur la photographie sociale dans le New York des années 1930, notamment sur la Photo-League, volet urbain de la section photographique de la Farm Security Administration, moins étudié et tout aussi passionnant pour qui s’intéresse aux esthétiques documentaires. L’article de Julie Jones sur les satires hollywoodiennes présente ensuite deux livres de photographies, où l’approche expérimentale sert une critique de la société : In Pictures. A Hollywood Satire, aux montages audacieux, publié par Will Connell en 1937, et California and the West d’Edward Weston et Charis Wilson (1940), qui fait alterner récit et photos.

7La section « Essais institutionnels » s’ouvre avec un portfolio de Gilles Raynaldy sur le chantier des Archives nationales, et, si l’on ne perçoit pas forcément au premier abord le lien entre la photo comme expérience et les enjeux abordés, les articles réunis ici forment un ensemble cohérent sur la passionnante histoire institutionnelle de la photographie. Eléonore Challine livre une étude sur les frères Mayer et l’idée de musée photographique, présente dès les origines du médium, qu’elle qualifie d’« anti-expérience » à cause de sa non-concrétisation. C’est ensuite Héloïse Pocry qui aborde l’enseignement de la photographie à travers les expérimentations pédagogiques du xxe siècle, comme le modèle pluridisciplinaire de l’école Louis-Lumière de Paris, fondée en 1926, ou celui de l’académie des beaux-arts de Düsseldorf en 1976. Enfin, Alice Gerosa s’intéresse à la « rhétorique de l’expérience » dans la photographie russe, entre autres aux tableaux synoptiques qui répondaient à des objectifs pédagogiques.

8La dernière section s’intitule « L’expérience disciplinaire » et porte sur les usages et les définitions de la photographie. Après une série d’images de Stéphanie Solinas représentant des médaillons mortuaires, Laureline Meizel fournit une étude extrêmement documentée sur un sujet peu connu, l’histoire de la discipline scientifique de l’archéologie, ses querelles, son internationalisation, cadre dans lequel « la publication de résultats basés pour une grande part sur la reproduction de matériaux iconographiques devient un enjeu politique et économique majeur » (p. 194). Anaïs Feyeux se penche ensuite sur l’histoire de la photo ouest-allemande des années 1950 dans une période qualifiée de « no man’s land entre deux périodes de gloire » (p. 198). Cette Subjektive Fotografie est marquée entre autres par un « déplacement de la production vers la diffusion », de la forme vers ses usages. Il est question pour finir du discours théorique sur la photo, avec une étude de Marie Gautier sur les Chroniques de l’art vivant, qui porte sur les positions de Jean Clair et la façon dont le médium photographique devient un « modèle théorique de l’art contemporain » (p. 215) dans les années 1970, et avec le parcours de Rosalind Krauss, analysé en détail par Camille Debrabant, en particulier la reconquête progressive du concept moderniste de médium qu’elle avait d’abord tenu à distance.

  • 4 Au sujet du cours de François-Franck (Collège de France, 1900-1902) voir ce billet sur le site de l (...)

9Expérience de regard sur la photographie au sens propre, le dernier texte propose une ouverture : Marc Aufraise collecte plusieurs réactions face à une image ancienne tirée du cours de François-Franck sur les émotions, image qui montre le visage d’une aliénée en camisole, caressé par un opérateur4. Ce témoignage offre un contrepoint bienvenu à l’ouvrage collectif, notamment parce qu’il aborde de front l’expérience du regardeur, expérience photographique la mieux partagée, finalement peu présente dans l’ensemble des contributions.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment l’exposition La Subversion des images : Clément Chéroux, Quentin Bajac, Michel Poivert et Guillaume Le Gall (dir.), La Subversion des images. Surréalisme, photographie, film, cat. expo. Centre Pompidou, Paris (23 septembre 2009 - 11 janvier 2010), Paris, Centre Pompidou, 2009, ou les travaux de Michel Poivert, par exemple L’Image au service de la révolution. Photographie, surréalisme, politique, Cherbourg, Le Point du jour, 2006.

2 Cette introduction, ainsi que la table des matières, est disponible gratuitement en ligne : http://hicsa.univ-paris1.fr/page.php?r=59&id=713&lang=fr.

3 Michel Poivert se réfère à L’Obsolescence de l’homme (1956), texte peu connu de Günther Anders, proche des situationnistes.

4 Au sujet du cours de François-Franck (Collège de France, 1900-1902) voir ce billet sur le site de l’ARIP : http://arip.hypotheses.org/100. Ajoutons qu’une partie du fonds est en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/ead.html?id=FR075CDF_000CDF0045#!{%22content%22:[%22FR075CDF_000CDF0045_e0000018%22,true,%22%22

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Reverseau, « Eléonore Challine, Laureline Meizel, Michel Poivert (dir.), L'Expérience photographique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 21 octobre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15904

Haut de page

Rédacteur

Anne Reverseau

Post-doctorante du FWO (Research Foundation - Flanders) à l’Université de Leuven (Belgique), groupe de recherche MDRN

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page