Navigation – Plan du site

Sébastien Darbon, Les fondements du système sportif. Essai d’anthropologie historique

Delphine Moraldo
Les fondements du système sportif
Sébastien Darbon, Les fondements du système sportif. Essai d'anthropologie historique, Paris, L'Harmattan, 2014, 240 p., ISBN : 978-2-343-04038-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notamment Sébastien Darbon, Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon. De l’histoire évèneme (...)
  • 2 Allen Guttmann, From Ritual to Record. The Nature of Modern Sports, New York, Columbia University P (...)

1Dans la lignée de ses travaux antérieurs sur la diffusion des sports britanniques1, Sébastien Darbon s’intéresse dans cet ouvrage, toujours dans une veine anthropo-historique, au passage des « jeux athlétiques » pré-sportifs à ce qu’il appelle le « système sportif », système qui perdure aujourd’hui. En proposant une révision du schéma classique de cette transformation, celui élaboré dans les années 1970 par Allen Guttmann2, il conceptualise ainsi plus avant l’analyse qu’il menait en 2008 dans Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon.

2Allen Guttmann recensait sept caractéristiques principales pour distinguer le « sport moderne » des formes sportives antérieures desquelles il a progressivement émergé au cours du XIXsiècle : le remplacement du sacré par le séculier, l’apparition de critères d’égalité (dans l’accès à la compétition et entre les pratiquants), la spécialisation des tâches, la rationalisation de l’activité, l’organisation bureaucratique, la quantification, et la quête des records. En cela, on peut trouver chez Guttmann plus de points communs entre les jeux antiques et les sports modernes qu’entre les mêmes jeux antiques et les jeux médiévaux, pourtant tous deux antérieurs à la véritable révolution que constitue l’avènement du « système sportif ». Sébastien Darbon reproche ainsi à Allen Guttmann d’occulter la différence fondamentale qui existe entre ce que ce dernier appelle des « jeux pré-sportifs » (qui n’étaient pas des sports) et le « sport moderne » (qui, par définition, ne peut être que moderne). Plutôt que de parler de « sport moderne », l’auteur préfère ainsi utiliser l’expression de « système sportif » pour mettre en avant la configuration, stable, de plusieurs traits pertinents liés les uns aux autres, ayant émergé pendant la même période, et ayant rendu possible la transformation des « jeux athlétiques » en sports. Ces critères constitutifs du système sportif, liés les uns aux autres et se renforçant sans cesse, sont : l’émergence de règles du jeu à vocation universelle (1), encadrées par des institutions bureaucratiques (2) qui tentent de maintenir l’égalité entre les adversaires (3) ; une rationalisation et une quantification de l’activité (4), qui s’accompagnent de la mise en place d’un cadre spatio-temporel spécifique de la pratique sportive (5). L’auteur oppose ce système aux « jeux athlétiques » antérieurs, qui ne s’inscrivaient pas dans une telle configuration.

3Cependant, Sébastien Darbon ne cherche pas tant à nous donner une définition du « sport » ou du « système sportif » qu’à nous montrer la « formidable transformation culturelle qui a vu, en l’espace d’un siècle environ, un système de jeux athlétiques céder la place à un système sportif » (p. 10). En effet, comme il le précise, ces cinq critères ne constituent pas un cadre indépassable et rigide. Au contraire, « ils se dégagent empiriquement de l’accumulation d’une multitude de faits historiques mis en évidence dans la littérature spécialisée » (p. 212), faits historiques qu’il détaille abondamment dans son livre. Au fil des chapitres, qui reviennent tour à tour sur l’émergence de chacune des cinq caractéristiques du système sportif, on voit le processus de sportivisation de diverses pratiques (en particulier les sports de première génération que sont le football et le rugby, l’aviron, le cricket, le golf et le tennis) en marche. Du fait que Sébastien Darbon s’intéresse avant tout à l’élaboration du système sportif (et non à sa diffusion et à aux influences qu’il a pu subir par la suite), qui a essentiellement lieu entre la fin du XVIIIe et la fin du XIXe siècle en Grande-Bretagne, les jeux et sports étudiés le sont uniquement dans le contexte britannique. L’auteur revient d’ailleurs sur la distinction entre sports de première et de deuxième génération. L’armature du système sportif, ses caractéristiques principales, sont issues du processus de transformation des jeux athlétique en sports de première génération dans l’Angleterre du XIXe siècle. Dans ce cadre général de référence viennent ensuite s’inscrire des sports de deuxième génération, qui s’approprient ces caractéristiques à vocation universelles. Il y a donc une filiation entre jeux sportifs et sports de première génération, qui constitue l’objet principal de l’étude de Sébastien Darbon. Cette filiation n’est pas à confondre, précise-t-il, avec de simples phénomènes de ressemblance, comme par exemple celle entre la soule française (qui n’a pas de lien de filiation avec le rugby) et le folk football anglais (le véritable ancêtre du rugby et du football). On ne s’étonnera donc pas que des pratiques comme le cyclisme ou la gymnastique, plus propres au contexte français, ne soient pas étudiées.

4Grâce aux analyses historiques de Sébastien Darbon, on comprend ainsi comment le folk football s’est progressivement transformé et séparé en football et en rugby sous l’influence des structures éducatives comme les public schools, avant que le rugby lui-même, divisé en plusieurs fédérations aux populations et aux idéologies différentes, ne se sépare en rugby à XIII et en rugby à XV. On comprend aussi comment le cricket, un loisir à l’origine rural et populaire qui était aussi pratiqué par les femmes, a peu à peu attiré des joueurs issus des classes sociales plus élevées, qui l’ont structuré en clubs et standardisé. Ce n’est qu’après que le sport s’est diffusé dans les colonies britanniques où il a parfois été assimilé de manière originale (ce qui n’est pas l’objet de l’ouvrage). On apprend également que les courses d’aviron, où concourraient pour de l’argent des marins professionnels, ont peu à peu été remplacées par des courses d’amateurs organisées par les clubs des grandes universités. Dans le même temps, se structurait une distinction fondamentale entre amateurs et professionnels, en réalité une distinction sociale, que l’on retrouve dans les autres pratiques sportives. C’est en particulier dans le dernier chapitre, consacré à « la recherche de l’égalité et ses limites » (qui constitue un des traits du système sportif énoncé plus haut) que l’auteur revient sur tous les phénomènes d’exclusion qui marquent le processus de sportivisation : exclusion sociale, avec la coupure entre amateurs et professionnels ; exclusion de certaines « races » ; exclusion des femmes. On comprend ainsi comment, sous couvert d’égalité dans les conditions d’accès à la compétition, se sont construites des inégalités sportives qui perdurent.

5Dans cet « essai d’anthropologie historique », Sébastien Darbon appuie sa reformulation conceptuelle du schéma de Guttmann sur des études historiques fines et détaillées de la première génération de sports (britanniques), qui témoignent de la façon dont chacun des traits du système sportif s’est progressivement mis en place : des dimensions du terrain de rugby à l’élaboration des règles complexes du cricket, des critères permettant de distinguer amateurs et professionnels à la détermination progressive des temps de jeu, les descriptions ne manquent pas pour donner à voir le processus de formation du système sportif. Ce foisonnement descriptif, qui étaye un renouvellement conceptuel convaincant, en fait un travail d’anthropologie historique passionnant pour qui s’intéresse à la genèse des sports tels qu’on les pratique aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Notamment Sébastien Darbon, Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon. De l’histoire évènementielle à l’anthropologie, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2008.

2 Allen Guttmann, From Ritual to Record. The Nature of Modern Sports, New York, Columbia University Press, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Sébastien Darbon, Les fondements du système sportif. Essai d’anthropologie historique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15912

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page