Navigation – Plan du site

Paul Friedland, Seeing Justice Done. The Age of Spectacular Capital Punishment in France

Quentin Verreycken
Seeing Justice Done
Paul Friedland, Seeing Justice Done. The Age of Spectacular Capital Punishment in France, Oxford University Press, 2014, 346 p., ISBN : 978-0-19-871599-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antoine Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Paris, Odile Jacob, 1997.
  • 2 Ros Floor, Architectuur van het Recht. Nederlandse Justitiegebouwen 1870-1914, Zutphen, Walburg per (...)
  • 3 Claude Gauvard et Robert Jacob (dir.), Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au M (...)
  • 4 Pieter Spierenburg, The Spectacle of Suffering. Executions and the Evolution of Representation: Fro (...)

1« Not only must Justice be done; it must also be seen to be done ». Cet aphorisme bien connu issu du droit anglais illustre l’idée selon laquelle l’acte de juger n’est pas un processus naturel, mais constitue un ensemble de rituels fait de normes et des pratiques qui nécessitent une forme de représentation, de mise en scène, pour assurer leur légitimité1. L’étude de ces représentations fait aujourd’hui l’objet de nombreux travaux de la part des historiens et des historiens de l’art, notamment dans le domaine de l’architecture, de l’archéologie et de l’iconographie judiciaire2. Le cérémonial judiciaire, de l’entame de la procédure jusqu’à l’exécution de la sentence, a également attiré l’attention des chercheurs3. Plus particulièrement, l’un des premiers à insister sur la dimension spectaculaire et théâtrale de l’exécution publique de la peine durant l’époque moderne aura été Pieter Spierenburg dans les années quatre-vingt4. Ce n’est donc pas à proprement parler une thématique nouvelle que Paul Friedland, professeur à la Cornell University, se propose de traiter dans son présent livre. Pourtant, bien qu’il rejoigne un champ de recherche déjà fort bien labouré, l’ouvrage se distingue par une approche originale de ce que Friedland nomme la « spectacularization » du châtiment dans la France moderne : plutôt que d’insister sur la visée dissuasive de l’exécution publique de la peine dans l’Ancien Régime, argument avancé par la plupart des juristes et théoriciens de la peine depuis les derniers siècles du Moyen Âge, l’auteur souligne que les foules, nullement terrorisées par le spectacle du supplice du condamné ni impressionnées par cette manifestation de l’autorité royale, y voyaient d’abord un divertissement qu’elles avaient plaisir à regarder.

2Pour saisir les raisons de cette contradiction, Paul Friedland débute son ouvrage par deux chapitres synthétisant les évolutions des systèmes juridiques et judiciaires en France, et plus particulièrement leurs conceptions du crime et de la peine. Le premier couvre les périodes allant de la fin de l’Empire romain jusqu’au Moyen Âge central. L’auteur y souligne les différents héritages à l’origine des justices d’Ancien Régime : si le droit romain fut le premier à privilégier les peines corporelles exemplaires pour les crimes graves, les coutumes germaniques et la loi salique favorisaient d’abord la réparation et la compensation financière, tandis que les penseurs chrétiens mirent en avant l’idée de pénitence publique, à l’origine de ce qui deviendra plus tard l’amende honorable. Ce sera finalement la redécouverte du Corpus iuris civilis au XIe siècle qui permettra la renaissance d’une culture juridique et un retour à la conception du crime non plus seulement comme un dommage individuel, mais également comme un trouble à l’ordre public. Le second chapitre examine cet impact du droit romain sur le droit coutumier français de la fin du Moyen Âge. Paul Friedland insiste sur la réémergence de la notion d’intention criminelle, essentielle pour saisir le retour à une vision dissuasive de la peine. Il soutient également que la « spectacularization » de la peine n’est pas une invention moderne, comme il est souvent défendu, mais prend la forme d’un processus allant du XIIIe jusqu’au XVIe siècle qui aurait coïncidé avec un mouvement de la justice vers toujours plus de sévérité.

3Dans une seconde partie, l’auteur examine le rituel de l’exécution et ses acteurs, à commencer par les bourreaux (chapitre 3). À la fois à la marge de la société d’Ancien Régime et acteurs essentiels à son fonctionnement, les bourreaux et leurs familles étaient considérés comme une caste d’intouchables par le reste de la population, mais bénéficiaient en même temps d’une série de privilèges faisant d’eux des personnalités au cœur de la vie urbaine médiévale et moderne, bien loin de l’image d’Épinal de l’exécuteur masqué et anonyme. Paul Friedland discute ensuite du rituel de l’exécution de la peine corporelle du Moyen Âge au XVIe siècle (chapitre 4), et souligne ses différents effets : l’exposition et la honte publique du condamné, l’exclusion de celui-ci de la société et, si la peine est capitale, sa réintégration dans la communauté par la mort. Friedland développe ici l’un des éléments essentiels de son argumentation : la condamnation à mort et l’exécution publique d’un criminel au Moyen Âge consisteraient en un rituel combinant ostracisme et compassion à l’égard du condamné (p. 101), qui permettrait de surmonter le crime et rétablir l’ordre social (p. 106-107). Pour Friedland, ceci expliquerait la logique de pratiques en apparences aberrantes au regard de certaines conceptions du XXIe siècle, tels les procès aux animaux ou aux cadavres de suicidés (p. 112).

  • 5 Norbert Élias, La civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1973 ; Idem, La dynamique de l’Occident, P (...)

4La troisième partie de l’ouvrage traite de la « spectacularization » de la peine à l’époque moderne, qui voit le rituel de l’exécution publique se transformer en une forme de divertissement, comme en témoigne notamment l’apparition des premiers « canards » détaillant les supplices des condamnés (chapitre 5). Dans les chapitres 6 et 7, Paul Friedland s’intéresse également au rapport du spectateur à l’exécution elle-même. Il souligne la disparition, aux XVIe-XVIIe siècles, de la compassion médiévale au profit d’une certaine forme de voyeurisme et d’insensibilité, à l’origine développée par les élites nobiliaires qui considéraient l’exécution publique comme un divertissement ; cette conception va très largement se diffuser au sein du reste de la population entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. En réaction, à partir de la deuxième moitié du XVIIe siècle, la noblesse va graduellement se désintéresser du spectacle de l’exécution, désormais vu comme une activité populaire, tandis que va naître chez les spectateurs un sentiment d’empathie à l’égard des condamnés, qui conduira à des débats sur la pertinence ou non d’assister à des exécutions, mais sans que le bien-fondé de la peine corporelle ne soit lui-même discuté. Cela rappelle évidemment le processus de civilisation des mœurs théorisé par Norbert Élias5, à ceci près que Friedland démontre ici qu’un tel processus n’est en rien uniforme et rectiligne, puisqu’il voit conjointement la montée de la « spectacularization » et le développement de sensibilités nouvelles, tandis que les élites à l’origine de la civilisation des mœurs sont elles-mêmes responsables d’une conception voyeuriste de la peine, qu’elles rejetteront par la suite afin de se distinguer du reste de la population ayant intégré leurs pratiques.

5Si le XVIIe siècle marque probablement l’apogée de la « spectacularization » de la peine, les tensions résultant de la coexistence paradoxale du voyeurisme de l’exécution et de l’empathie à l’égard du condamné éclatent au cours du XVIIIe siècle, avec pour catalyseur l’exécution sanglante de Robert François Damiens (1757). Ceci conduit à un mouvement de réforme pénale, examiné dans la dernière partie de l’ouvrage. Le chapitre 8 discute des arguments des principaux réformateurs du XVIIIe siècle, tel Cesare Beccaria, tandis que les neuvième et dixième chapitres se focalisent sur les débats entourant la période de l’immédiate après-Révolution, qui conduisent au développement d’une conception à la fois hygiéniste et industrielle de l’exécution : si la peine de mort est maintenue à des fins de dissuasion, le châtiment sera désormais rapide et dépourvu de sévices corporelles, d’où l’invention de la guillotine. Cette vision de la peine n’aura cependant de cesse de décroître tout au long des XIXe et XXe siècles, tandis que l’exécution elle-même se fera de plus en plus discrète, avant d’être reléguée à l’intérieur des murs de la prison, ce qui conduira finalement à l’abolition de la peine de mort en France en 1981.

  • 6 Marie-Amélie Bourguignon, Bernard Dauven, Xavier Rousseaux (dir.), Amender, sanctionner et punir. H (...)
  • 7 Comme point de départ, on lira Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un (...)

6En définitive, par son argumentation originale et son esprit de synthèse qui ne nuit pas à la profondeur du propos, Paul Friedland livre ici un ouvrage important sur la représentation de la justice médiévale et moderne. On pourra certes regretter qu’en se focalisant essentiellement sur la peine capitale, l’auteur ait laissé de côté d’autres éléments du cérémonial judicaire à notre avis essentiels, à commencer par les grâces royales octroyées aux condamnés à mort (brièvement évoquées page 94). Le rapport complexe entre la peine publique et l’arrangement privé comme autant de moyens pour rétablir la paix sociale aurait également gagné à être davantage développé, notamment parce qu’une telle discussion aurait permis de mettre en lumière le rôle joué par l’émergence de l’État dans les changements du système judiciaire au début de l’époque moderne6. Il est vrai que le choix de l’auteur de ne pas s’attarder sur les questions relatives aux transformations de l’autorité publique et de ses institutions pourra étonner le lecteur, mais s’explique par la profusion d’ouvrages sur le sujet7 et la volonté de Paul Friedland de s’en tenir d’abord à la façon dont le cérémonial judiciaire était perçu par la population. À cet égard, on ne doutera pas de la dimension novatrice de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Antoine Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Paris, Odile Jacob, 1997.

2 Ros Floor, Architectuur van het Recht. Nederlandse Justitiegebouwen 1870-1914, Zutphen, Walburg pers, 2012 ; Robert Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Paris, Le Léopard d’Or, 1994 ; La justice en ses temples, Paris, Errance, 1992 ; Gernot Kocher, Heiner Lück, Clausdieter Schott, Signa Iuris : Beiträge zur Rechtsikonographie, Rechtsarchäologie und rechtlichen Volkskunde, Halle, Peter Junkermann, 2008 ; Barbara Morel, Une iconographie de la répression judiciaire : le châtiment dans l’enluminure en France du XIIIe siècle au XVe siècle, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 2007.

3 Claude Gauvard et Robert Jacob (dir.), Les rites de la justice : gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge, Paris, Le Léopard d’or, 2000.

4 Pieter Spierenburg, The Spectacle of Suffering. Executions and the Evolution of Representation: From a Preindustrial Metropolis to the European Experience, Cambridge, Cambridge University Press, 1984.

5 Norbert Élias, La civilisation des mœurs, Paris, Pocket, 1973 ; Idem, La dynamique de l’Occident, Paris, Librairie générale française, 1977.

6 Marie-Amélie Bourguignon, Bernard Dauven, Xavier Rousseaux (dir.), Amender, sanctionner et punir. Histoire de la peine du Moyen Age au XXe siècle, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2012.

7 Comme point de départ, on lira Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherche », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 118, 1997, p. 3-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Verreycken, « Paul Friedland, Seeing Justice Done. The Age of Spectacular Capital Punishment in France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 octobre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15914

Haut de page

Rédacteur

Quentin Verreycken

Aspirant FRS-FNRS à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Membre du Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ) et du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page