Navigation – Plan du site

Amin Ghaziani, There goes the gayborhood?

Arnaud Alessandrin
There Goes the Gayborhood?
Amin Ghaziani, There Goes the Gayborhood?, Princeton University Press, coll. « Princeton Studies in Cultural Sociology », 2014, 360 p., EAN : 9780691158792.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lire par exemple : Alessandrin Arnaud et Raibaud Yves, Géographie des homophobies, Paris, Armand Co (...)
  • 2 Lire par exemple : Leznoff Maurice et Westley William, « La communauté homosexuelle [1956] » (trad. (...)

1There goes the gayborhood? d’Amin Ghaziani s’inscrit dans l’analyse territoriale des études gays et lesbiennes. Si la géographie française étudie depuis peu ce qui relie les homosexualités aux espaces, et notamment aux villes1, les études anglo-saxonnes ont depuis longtemps investi les « quartiers gays » comme objet d’analyse2. La ville se présente alors comme une mythologie attractive qui fait de l’urbain un espace protecteur. Les quartiers gays comme le Castro à San Francisco ou le Greenwich Village de New York ont longtemps procuré aux minorités sexuelles des « refuges » face à un monde bien souvent hostile. Mais l’acceptation croissante des gays et des lesbiennes dans notre société, pour reprendre les termes de Ghaziani, fait-elle de ces mêmes quartiers gays des espaces voués à disparaître ? Dans le contexte américain qui caractérise son essai, l’auteur fait alors l’hypothèse que l’actuelle et tendancielle inclusion des gays et des lesbiennes incite ces dernière·e·s à occuper l’espace urbain au-delà du « quartier », dessinant par là même des espaces « post-gay » (p. 8) qui augurent simultanément d’un processus d’intégration d’une part, et de la persistance des éléments d’identifications communautaires d’autre part. C’est de ce double processus dont il est question dans l’analyse d’Amin Ghaziani.

2Une première partie de ce livre est donc naturellement consacrée aux changements relatifs au « gayborhood » (au quartier gay). Chiffres, entretiens et documentations variées à l’appui (plus de 600 supports médiatiques et 100 entretiens), trois arguments centraux sont ici développés. Premièrement, Ghaziani souligne que les gays et les lesbiennes vivent dans un « paradoxe post-gay : l’assimilation élargit l’horizon queer des possibilités résidentielles, et efface les éléments de localisations matérielles et sensibles d’une sexualité spécifique, identifiable par des espaces urbains » (p. 41). Citant la phrase du journaliste Nate Silver (« Je suis sexuellement gay mais ethniquement hétérosexuel »), Ghaziani soutient l’idée que les gays se passent dorénavant des quartiers gays. Dans une sous-partie intitulée « Should I stay or should I go? » (p. 50), l’auteur ajoute que les parcours résidentiels des gays et des lesbiennes sont aujourd’hui dispersés dans la ville, non sans lien avec l’apparition d’Internet et des applications de géolocalisation sur smartphone (« En théorie, le gayborhood peut se manifester n’importe où » p. 59). Les espaces gays (qui restent surtout des espaces masculins), marqués par des institutions commerciales et sexuelles, s’en voient alors modifiés. Deuxièmement, l’auteur met en avant les limites de cette « expansion des possibles résidentiels » (p. 75) en soulignant l’incomplétude de cette dernière, du fait, notamment, d’une homophobie persistante. À travers de nombreux entretiens, Amin Ghaziani met également en relief la permanence du sentiment d’appartenance culturelle (p. 75), qu’il met en relation, dans un même mouvement, avec des point de vue hétérosexuels des quartiers gays (p. 82), à savoir : une interrogation quant à la nécessité de ces quartiers et une compréhension relative au besoin d’entre-soi et de sécurité (« Les minorités culturelles vivent dans des espaces urbains concentrés qui sont protégés d’une infiltration par la majorité » p. 97). Troisièmement, et pour finir cette première partie, l’auteur relève, sur quelques « détonateurs » (p. 102) qui participent des évolutions actuelles dans la communauté : la question de l’âge (des âgé·e·s comme des adolescents), dans les tensions que cela laisse apparaître, la question des familles homoparentales qui s’autorisent moins à vivre dans les quartiers gays, etc. Tout ceci, nous dit Ghaziani, « dérange la géographie de la communauté » (p. 123).

3Face à cela, la seconde partie du livre pose la question suivante : « les quartiers gays disparaissent-ils ? » (p. 133). S’appuyant par de nombreux chiffres, l’auteur examine l’évolution des quartiers gays, en soulignant avec précaution que ce sujet ne l’autorise pas à une généralisation sur la population homosexuelle dans son ensemble. Les chiffres dévoilés laissent place à une analyse de « l’archipel culturel » gay (en examinant notamment la construction des quartiers et des voisinages gays ailleurs que dans les hyper-centres urbains). Cette « géographie queer » montre, d’après l’auteur, que « la prédiction selon laquelle les quartiers gays sont en voie de disparition est imparfaite » (p. 160). Ainsi, si la première partie évoque les changements inhérents aux voisinages gays, cette seconde partie interroge la manière dont ces espaces parviennent à garder leurs caractéristiques d’origine, même en présence d’hétérosexuel·le·s, même en contexte de « dégayfication », et parviennent à être reconstruits ailleurs, sous d’autres formes. Le besoin de « ghetto » ou la persistance d’une certaine forme d’homophobie conduisent par exemple à formuler des « commémorations », à écrire une « histoire ancestrale » de ces quartiers. Mais ces résonances cachent surtout ces « réinventions », comme le montre l’exemple de Chicago sur lequel s’arrête l’auteur (« À Chicago […] l’explosion sociale a produit des petites planètes gays à travers toute la ville » p. 219). La conclusion qu’en tire Amin Ghaziani est que « Les gayborhoods se “dégayfient” et grossissent en même temps » (p. 243). Les quartiers gays restent investis avec une importance symbolique forte mais se segmentent. « À l’intérieur des espaces post-gay, l’esprit gay est devenu plus plastique, plus mobile » (p. 253), ce qui permet aux gayborhoods, toujours selon Amin Ghaziani, d’évoluer dans leurs rapports à l’urbain.

4Notons également que le livre est augmenté de nombreuses notes et annexes qui permettent de poursuivre l’argumentation de l’auteur et de se rendre compte de la somme d’informations recueillies en vue de son élaboration. Enfin, un ajout est proposé pour situer « le langage de la sexualité » employé ici (par exemple, afin de préciser que le terme de gayborhood ne renvoie pas simplement à un voisinage homosexuel, mais à une aire urbaine définie ; également pour souligner la question de personnes trans et bisexuelles qui reste très peu évoquée dans le texte).

  • 3 Giraud Colin, Op. cit.

5Le livre d’Amin Ghaziani fourmille d’informations dont on peut se demander si elles peuvent toutefois être appliquées aux quartiers gays européens. Les travaux de Colin Giraud3 ont par exemple montré les différentes logiques qui président à la construction de quartiers gays en France et au Canada. Cependant, ce livre fait écho à des expériences, singulières ou collectives, tout à fait réelles (les nombreuses fermetures de bars gays, les changements internes à la « communauté » homosexuelle…). On pourra néanmoins reprocher à cette thèse, un plan d’argumentation qui oblige le lecteur à de nombreux va-et-vient, aux dépens d’une écriture simple et dynamique. À l’inverse, on appréciera à cet égard les nombreuses illustrations (citations d’articles de presse, d’entretiens, de photos) qui parsèment le livre et densifient son propos.

Haut de page

Notes

1 Lire par exemple : Alessandrin Arnaud et Raibaud Yves, Géographie des homophobies, Paris, Armand Colin, 2013. Colin Giraud, Quartiers gays, Paris, PUF, 2014. Leroy Stéphane, « La possibilité d’une ville », Espaces et Sociétés, n° 139, 2009, p. 159-174.

2 Lire par exemple : Leznoff Maurice et Westley William, « La communauté homosexuelle [1956] » (trad. Christophe Broqua), Genre, sexualité & société, hors-série n° 1, 2011, en ligne (consulté le 30 août 2014) : http://gss.revues.org/1778.

3 Giraud Colin, Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Alessandrin, « Amin Ghaziani, There goes the gayborhood? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16008

Haut de page

Rédacteur

Arnaud Alessandrin

Docteur en sociologie, chercheur associé au Centre Emile Durkheim (Université de Bordeaux). Arnaud Alessandrin a écrit (avec K. Espineira et M.-Y. Thomas) une Transyclopédie (2012), et a dirigé les livres Géographie des homophobies en 2013 (avec Y. Raibaud) et Genre ! en 2014 (avec B. Estève-Bellebeau). Il est également rédacteur en chef de la revue Miroir / Miroirs et co-fondateur des Cahiers de la transidentité.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page