Navigation – Plan du site

Martin Julier-Costes, Denis Jeffrey, Jocelyn Lachance (dir.), Séries cultes et culte de la série chez les jeunes

Claire Fortassin
Séries cultes et culte de la série chez les jeunes
Martin Julier-Costes, Denis Jeffrey, Jocelyn Lachance (dir.), Séries cultes et culte de la série chez les jeunes. Penser l'adolescence avec les séries télévisées, Paris, Éditions Hermann, Presses de l'Université Laval, coll. « Adologiques », 2014, 235 p., ISBN : 9782705673390.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On y trouve en effet des contributions de sociologues, psychologues, philosophes ou encore spéciali (...)
  • 2 Au chapitre 1, L. Corroy établit une catégorisation des séries télévisées en trois « pôles » : les (...)

1À la croisée des très nombreux travaux que les sciences sociales consacrent à la jeunesse et de l’essor grandissant mais encore timide des études concernant les séries télévisées, envisagées tant comme objets culturels que comme « phénomène de société », cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire1, s’annonce lui-même comme une « nouvelle contribution à la perspective socio-anthropologique de l’adolescence et de la jeunesse ». Si ni l’idée de réaliser des séries, ni l’idée d’un culte de personnages dans le cadre d’une œuvre fictionnelle ne sont spécifiques à la télévision, la série télévisée constitue pourtant un terrain d’étude privilégié pour appréhender les pratiques culturelles des jeunes. Elle permet ainsi tant de comprendre leurs pratiques et leur culture, via les représentations véhiculées par les séries, que de mesurer la place que les séries et l'attrait, voire le culte, qu’elles suscitent, occupent dans la vie des jeunes et nous apprennent de leurs préoccupations et de leurs modes de socialisation. Articulé autour de cette problématique simple mais efficace, l’ouvrage envisage ainsi une myriade de séries télévisées, dont les intrigues et les catégories2 divergent, mais qui s’imposent toutes comme des moyens pour les jeunes d’aborder la vie quotidienne et d’en interroger le sens dans un langage qui leur est familier. La temporalité propre à la série est par ailleurs propice à l’identification des spectateurs aux protagonistes, mis en scène durant plusieurs saisons ; en particulier lorsqu’il s’agit – comme eux – d’adolescents aux prises avec la quête de leur identité, le développement de leur sexualité, leurs relations à autrui ou l’appréhension de difficultés. Les séries permettent non seulement la matérialisation des questionnements et des angoisses des jeunes, et donnent également une idée de la représentation qu’a la société contemporaine de sa propre jeunesse, deux dimensions qui participent du culte dont certaines séries font l’objet. Ancré dans une perspective ultra-contemporaine, cet ouvrage s’interroge aussi sur l’évolution de la consommation des séries par les jeunes : avec internet et les produits dérivés, leur appropriation de ces univers fictionnels répond à de nouveaux codes que les sciences sociales doivent interroger pour appréhender les pratiques culturelles des jeunes.

2La première partie de l’ouvrage, « Identifications et projections adolescentes », est composée de quatre chapitres, principalement articulés autour de la mise en scène de personnages adolescents dans les séries télévisées. Le phénomène de leur évolution physique et psychique est envisagé dans la perspective d’une quête identitaire, marquée par l’affirmation de l’indépendance vis-à-vis de la structure familiale, l’éducation sentimentale et sexuelle et la constitution de nouveaux repères. À ce titre, l'étude de cas que consacre J. Lachance à la série britannique Skins, y envisage une « formidable illustration de l’adolescence contemporaine ». La perpétuelle quête d’identité des protagonistes y est rythmée par leur confrontation à la sexualité, à la violence ou encore à la mort, autant de passages obligés qui marquent pour tout adolescent le passage vers l’âge adulte. L’idée d’une adolescence en transition entre l’enfance et la maturité est d’ailleurs récurrente, voire symptomatique, dans les séries adolescentes, quel qu’en soit le registre. Ainsi, la représentation des monstres dans les séries fantastiques est présentée par D. Jeffrey comme la matérialisation des angoisses, ou encore de la part d’animalité, avec lesquelles chaque adolescent fictif - ou bien réel - se doit de composer. De même, le traitement de la question symbolique de la perte de la virginité, envisagée comme le véritable « acmé » de la métamorphose propre aux héros adolescents, apparaît comme un passage obligé dans le traitement sériel de cet âge de la vie, que la série soit métaphorique, réaliste ou comique. La mise en scène de jeunes protagonistes confrontés à différentes étapes de la construction de leur identité fait ainsi écho tant à la perception de l’adolescence au sein des sociétés contemporaines qu’au propre développement des spectateurs, ce qui motive leur attachement, voire leur identification, à des personnages confrontés aux mêmes interrogations qu’eux.

3La seconde partie, « Identités sexuées et représentations stéréotypées », traite tour à tour des questions de la représentation de la sexualité des jeunes femmes, de la perte de la virginité et de l’homosexualité dans les teen series américaines « réalistes » les plus récentes. Plus critiques que les précédents, ces trois chapitres envisagent à la fois une évolution, voire une rupture, dans le traitement de ces problématiques et pointent un conservatisme propre aux productions américaines les plus populaires. Ainsi, si le traitement de la sexualité devient plus explicite, plus trash, dans les séries envisagées, la permanence de la question de la virginité assortie d’une valorisation moralisatrice de l’attente ainsi que le traitement en demi-teinte de l’homosexualité attestent d’un puritanisme et d’une crainte de la sexualité adolescente qui semblent, notamment selon E. Lemoine, propres au traitement qu’en fait la télévision américaine.

  • 3 À cet égard, il apparaît que l'ouvrage aurait gagné à proposer une définition conceptuelle plus abo (...)

4La troisième partie, « Sexualité et monde fantastique », semble quant à elle envisager la même thématique, mais cette fois dans le cadre du registre métaphorique de la série fantastique. Pour autant, les trois chapitres qui la composent peinent à trouver un semblant d’unité, ce qui en rend l’appréhension difficile. On comprend mal en effet comment un chapitre consacré à la saga littéraire et cinématographique Twilight, a pu trouver sa place dans un ouvrage consacré aux séries télévisées3. De même, la très solide étude de cas consacrée aux problématiques adolescentes mises en scène dans True Blood par T. Jandrok ne concerne – heureusement – pas que la question de la sexualité et aurait mérité d’être rapprochée de l’étude des monstres de la première partie. Enfin, le chapitre dans lequel A. Besson s’intéresse de près à l’attrait du public adolescent pour les séries fantastiques et aux raisons de leur succès depuis les années 1990 aurait peut-être dû être envisagé dans la quatrième partie de l’ouvrage, consacrée en propre à la« consommation » des séries télévisées.

5Cette dernière partie, « Consommation des séries et mondes numériques », traite notamment de l’accès des jeunes aux séries, mais également de la place qu'elles occupent dans leur culture. Les nouveaux moyens de communication, permettant aux jeunes d'accéder aux séries, mais aussi de se documenter, d’interagir et de nourrir toujours davantage le « culte » qu’ils leur vouent, bousculent les codes et les modes de consommation des séries, les internationalisent et expliquent leur impact grandissant sur les adolescents. De même, le développement des produits dérivés, qu’ils soient officiels ou non, représente une partie importante de l’ancrage de certaines œuvres sérielles dans la culture populaire contemporaine. Pour autant, si la notion de « culte », annoncée comme centrale dans le titre de l'ouvrage, est survolée à plusieurs égards, elle n'est à aucun moment sérieusement définie ni même explicitée dans cette partie qui aurait dû l'approfondir. On peut également regretter que cette quatrième partie ne contienne aucun développement sur l’appropriation collective de la série télévisée par le groupe d’adolescents, comme objet culturel commun voire rituel, pourtant mentionnée en introduction. Le tout dernier chapitre, consacré au modèle de l’adolescent japonais dans la série animée Neon Genesis Evangelion, peine par ailleurs à trouver sa place dans cette partie : très complet, il revient tant sur les thématiques propres à la quête identitaire et à la place sociale de la jeunesse japonaise que sur l’appropriation de la série par ses fans.

6Malgré un objet intéressant, encore peu exploité par la recherche consacrée à la jeunesse, cet ouvrage semble victime de son format : comme tout ouvrage collectif, il présente ainsi une unité parfois relative, des ellipses mais aussi beaucoup de redites, notamment concernant la question de la sexualité, au détriment d'autres aspects tout aussi importants. Les études de cas présentées sont pertinentes et très efficaces mais peinent parfois à s'insérer dans les parties auxquelles elles sont rattachées. Fondamentalement, c'est l'unité qui fait défaut, particulièrement dans la définition et l'explicitation conceptuelles de la notion de « culte » voué aux séries télévisées : là où certains auteurs parlent de culte, d'autres évoquent l'attachement, la passion et autres termes certes proches, mais qui ne permettent pas la saisie rigoureuse et problématique de la notion. Le même écueil est à souligner en ce qui concerne l'objet et la population observés : le nombre et la variété des séries télévisées étudiées, et le glissement perpétuel opéré entre les adolescents, les jeunes et le public en général – qui semble participer du culte interrogé ici – rend la synthèse périlleuse et la conclusion de ces travaux extrêmement légère.

Haut de page

Notes

1 On y trouve en effet des contributions de sociologues, psychologues, philosophes ou encore spécialistes des médias.

2 Au chapitre 1, L. Corroy établit une catégorisation des séries télévisées en trois « pôles » : les séries « métaphoriques » mettant en scène des héros traversant des épreuves dans un univers fantastique, les séries « réalistes » où discours et situations s'arriment à des « référents de la vie réelle » et les « séries à visée comique » inspirées des règles du théâtre classique (p. 19-22).

3 À cet égard, il apparaît que l'ouvrage aurait gagné à proposer une définition conceptuelle plus aboutie de la notion de « série », et plus particulièrement dans ce qu'elle peut avoir de « culte », ce qui lui manque cruellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Fortassin, « Martin Julier-Costes, Denis Jeffrey, Jocelyn Lachance (dir.), Séries cultes et culte de la série chez les jeunes  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 novembre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16058

Haut de page

Rédacteur

Claire Fortassin

Titulaire d'un Master en Philosophie politique et éthique de l'Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page