Navigation – Plan du site

Laëtitia Atlani-Duault, Stéphane Dufoix (dir.), « Chercheurs à la barre. Les sciences sociales saisies par la justice », Socio, n° 3, 2014

Federico Brandmayr
Chercheurs à la barre
Laëtitia Atlani-Duault, Stéphane Dufoix (dir.), « Chercheurs à la barre. Les sciences sociales saisies par la justice », Socio, n° 3, 2014, 410 p., Paris, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1651-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « The Role of Applied Social Science in the Formation of Policy: A Research Memorandum », Philosoph (...)

1Robert K. Merton écrivait en 1949 que « les sociologues [social scientists] ont été si occupés à examiner les comportements des autres qu’ils ont négligé largement l’étude de leur propre situation, de leurs problèmes et comportements… Le vagabond et la vendeuse ont été sélectionnés pour des études attentives, mais non l’expert en sciences sociales »1. Il est probable que Merton serait beaucoup moins sévère aujourd’hui : des nombreux travaux empiriques sur les sciences sociales et la condition du chercheur ont vu le jour (bien que les travaux sur l’expertise traitent généralement celle qui concerne les sciences naturelles ou médicales), et la conscience de soi de la profession est probablement plus développée qu’elle ne l’était il y a un demi-siècle. Il reste néanmoins beaucoup de travail à faire, et la dernière livraison de la revue Socio, éditée par la Maison des sciences de l’homme, vise à poursuivre la réflexion. Le dossier thématique du numéro est en effet consacré aux « chercheurs à la barre », expression qui renvoie aux diverses formes d’implication des chercheurs en sciences humaines et sociales dans des procédures judiciaires, parmi lesquelles la plus significative est précisément le témoignage en tant qu’expert.

2Dans l’article qui ouvre le dossier, Laëtitia Atlani-Duault et Stéphane Dufoix posent les bases théoriques de la discussion. Ils distinguent d’abord trois types d’implications des chercheurs dans des procès : sur le banc des accusés pour leurs travaux et publications (notamment dans les cas de plaintes pour diffamation) ; comme témoins experts (convoqués normalement par une des deux parties) ; comme « experts malgré eux », quand la police judiciaire exploite leurs recherches contre leur gré, souvent pour poursuivre des individus qui ont participé à leurs enquêtes en tant que sources (par exemple, des clandestins, des militants radicaux ou des dealers). Les auteurs analysent ensuite – en mobilisant de nombreux exemples – les problématiques soulevées par ces trois types d’implication. En particulier, ils se concentrent sur les menaces potentielles à l’autonomie de la profession : si les chercheurs sont accusés pour diffamation, cela risque de dissuader certains d’étudier des sujets périlleux qui impliquent des acteurs puissants, tels que des entreprises ou des partis politiques ; si les chercheurs sont convoqués comme experts, le risque est que le commanditaire exerce une pression excessive, qui peut se manifester en l’occurrence par l’offre de bénéfices de nature financière ou symbolique ; si les travaux des chercheurs sont exploités contre leur gré, le risque est la diffusion, parmi les enquêtés « déviants », d’un sentiment de méfiance à l’égard des chercheurs. L’implication des chercheurs dans des procès peut donc mettre en danger l’autonomie des sciences humaines et sociales ou nuire à leur réputation, et la question est alors de savoir comment défendre collectivement la profession et son indépendance : les auteurs constatent avec amertume que des contre-mesures aussi simples que les chartes de déontologie (qui permettraient de règlementer les activités d’expertise) et les fonds de solidarité (qui permettraient de soutenir financièrement les chercheurs poursuivis) ne sont que très peu utilisés à l’heure actuelle.

  • 2 L’article de Catherine Lutard-Tavard est suivi par un témoignage lucide de Jean-François Gossiaux.

3Les articles qui suivent se placent dans un des pans de ce triptyque et prolongent ces réflexions. Ainsi, Stephen Ellis et Catherine Lutard-Tavard2 racontent leur expérience de chercheurs accusés pour diffamation : le premier, pour avoir décrit dans un livre les actes cannibales de l’ancien président du Nigeria, Charles Taylor ; la seconde, pour avoir écrit qu’un certain livre sur le conflit serbo-croate était un « appel à la haine, au racisme et à la vengeance nationale ». Bien que les deux procès aient eu des issues différentes (Ellis fut relaxé, Lutard-Tavard fut condamnée), les conclusions des deux auteurs sont les mêmes : les lois sur la diffamation favorisent la partie la plus riche et cela pose un danger pour la recherche scientifique, voire pour la démocratie.

4Les contributions suivantes traitent le deuxième cas de figure, celui du témoin expert. Richard Price, un anthropologue américain qui a étudié longuement les Marrons, rapporte son expérience dans un procès – tenu à la Cour interaméricaine des droits de l’homme – opposant les Saamaka et le Suriname (pays où ils vivent) pour des meurtres commis par l’armée républicaine contre le peuple marron. Price a été menacé de mort par des fonctionnaires surinamais mais narre avec grand fierté sa participation au procès, qui a contribué à donner du poids à la « définition de la situation » des Saamaka. Un autre article, celui de Nadia Marzouki, porte sur les experts qui ont participé aux États-Unis au procès de Tarek Mehanna, un américain d’origine égyptienne accusé de conspiration terroriste. L’auteure souligne l’étonnante asymétrie des expertises convoquées : alors que la défense invitait trois experts titulaires d’un doctorat, enseignant dans des universités prestigieuses, l’accusation n’a convoqué qu’un seul expert, qui ne parlait aucune langue du monde musulman, qui était pourvu d’un capital académique très limité et dont les travaux se réduisaient à l’analyse de vidéos postées sur internet. C’est pourtant l’accusation qui l’a emporté, en réussissant à faire condamner l’accusé à dix-sept ans de prison pour avoir fait un voyage au Yemen et avoir exprimé des opinions sur le djihad sur des sites internet. Mais, selon l’auteure, c’est précisément l’insistance excessive de la défense sur la faible scientificité de l’expert convoqué par l’accusation qui s’est révélée être une stratégie perdante : la défense aurait peut-être eu plus des chances de gagner le procès en imposant un contre-récit susceptible de détrôner la thèse de la prévention et de la remplacer par un cadrage différent, fait non seulement de méthodes, mais aussi de concepts et de critères d’évaluation morale. Bref, si les chercheurs en SHS veulent contribuer à faire triompher la justice, ils ne peuvent pas se limiter à présenter des faits ou à dénoncer l’irrecevabilité scientifique de certains propos, ils doivent aussi savoir promouvoir et imposer une autre hégémonie discursive.

  • 3 Le dessein intelligent est considéré par la grande majorité des biologistes comme une sorte de créa (...)

5Les contributions suivantes sont peut-être le point culminant du dossier : il s’agit d’un article signé par Volny Fages et Arnaud Saint-Martin sur l’expertise de Steve Fuller – sociologue des sciences et professeur à l’université de Warwick – au procès « Kitzmiller et al. v. Dover », auquel fait suite une réponse de Fuller. Les aspects généraux de l’affaire sont assez bien connus : le procès, qui eut lieu en 2005, opposa une commission scolaire américaine aux parents de certains élèves du lycée de Dover, qui contestaient l’enseignement – introduit par la commission – de la théorie du « dessein intelligent »3, présentée aux élèves comme une théorie scientifique alternative, aussi valable que la théorie de l’évolution. Convoqué par la défense, Fuller a soutenu la légitimité de cette théorie et dénoncé les « prétentions hégémoniques » de la synthèse néodarwinienne. Dans leur article, Fages et Saint-Martin exposent avec brio les contradictions de la démarche de Fuller : le culte de l’hétérodoxie, c’est-à-dire la prédilection, dans le domaine cognitif, pour tout ce qui est minoritaire et anticonformiste (sans trop se soucier du contenu des propos en question) ; une application de la norme de symétrie qui est excessivement radicale et dont le caractère éminemment politique (qui découle du fait qu’elle favorise certains groupes au détriment d’autres) est nié ; son désir de popularité, qui va de pair avec une certaine légèreté et superficialité dans les propos tenus. Dans sa réponse, Fuller revendique une conviction authentique dans les thèses qu’il a soutenues lors du procès : son témoignage fut une véritable « prophétie laïque », qui faisait partie d’un « très long combat » et à laquelle il n’aurait pu renoncer qu’à condition d’« introduire une rupture entre [son] discours et [sa] pratique » (p. 168). Il se dit motivé non seulement par le souci de protéger les paradigmes émergents, mais aussi et surtout par la promotion des visions du monde qui laissent une place à un « élan humain », un élan que le matérialisme darwinien aurait estropié.

6Suivent un article d’Annette Wieviorka sur les procès qui se sont tenus dans les derniers soixante-dix ans contre les criminels nazis ; un article de Rainer M. Kiesow qui parcourt de façon assez générale les différences entre science et droit ; un bel article coécrit par Sandrine Lefranc et Guillaume Mouralis sur le rôle des experts et des juristes dans la justice de l’après-conflit (notamment les procès de Nuremberg et la commission de la vérité et de la réconciliation de l’Afrique du Sud). Enfin, en clôture du dossier, un entretien avec l’historien Carlo Ginzburg dans lequel il revient sur la différence entre enquête historique et enquête judiciaire.

7Comme ce résumé le suggère, les différentes contributions sont relativement hétérogènes et couvrent un registre assez large : du témoignage au programme de recherche, de l’analyse de la littérature à l’étude de cas pointue, en passant par l’article purement théorique. On peut néanmoins souligner deux tendances qui traversent ce numéro. La première concerne la teneur normative des contributions : dans la majorité des articles, on peut lire soit des appréciations de certaines lois ou verdicts, soit des jugements relatifs à l’opportunité pour les chercheurs de s’impliquer en tant qu’experts, soit enfin des exhortations à respecter certaines normes pendant les expertises. Cela se comprend aisément si l’on se rappelle que la participation des chercheurs à des procès pose des risques – mais aussi des occasions – pour la profession ; il devient alors saillant de savoir comment celle-ci doit réagir pour sauvegarder sa propre autonomie.

  • 4 Pour une analyse qui accentue les similitudes, voir par exemple l’étude classique de Sheila Jasanof (...)
  • 5 Max Weber, « Wissenschaft als Beruf », in Geistige Arbeit als Beruf. Vier Vorträge vor dem Freistud (...)

8Une deuxième tendance concerne le traitement de la distinction entre production de savoir en contexte académique et production de savoir en contexte d’expertise judiciaire. Tous les auteurs ne se prononcent pas sur la question, mais quand ils le font, ils tendent à mettre en évidence les différences plutôt que les ressemblances4 : des propos nuancés et prudents sont perçus dans un tribunal comme signes de faiblesse et peuvent discréditer le témoin expert, ce qui a son tour lèse les intérêts de la partie qui l’a sollicité. Par conséquent, le témoin expert est amené à formuler ses énoncés non pas sous la forme d’hypothèses audacieuses qui attendent des contrôles sévères, mais sous la forme de jugements péremptoires et catégoriques. L’expertise judiciaire, et peut-être l’expertise tout court, serait-elle ainsi une situation où « la nécessité de prendre parti s’impose comme un devoir maudit »5 et où les mots qu’on utilise sont « des glaives pour attaquer des adversaires », des « moyens de combat » ? Une réponse tranchée ne peut qu’être insatisfaisante : la sociologie de l’expertise et des usages publics des sciences humaines et sociales a encore du chemin à faire, mais ce numéro est un jalon important de cette réflexion collective.

Haut de page

Notes

1 « The Role of Applied Social Science in the Formation of Policy: A Research Memorandum », Philosophy of Science, vol. 16, n° 3, 1949, p. 161.

2 L’article de Catherine Lutard-Tavard est suivi par un témoignage lucide de Jean-François Gossiaux.

3 Le dessein intelligent est considéré par la grande majorité des biologistes comme une sorte de créationnisme couvert d’un vernis scientifique.

4 Pour une analyse qui accentue les similitudes, voir par exemple l’étude classique de Sheila Jasanoff : Science at the Bar: Law, Science and Technology in America, Cambridge, Harvard University Press, 1995.

5 Max Weber, « Wissenschaft als Beruf », in Geistige Arbeit als Beruf. Vier Vorträge vor dem Freistudentischen Bund, München und Leipzig, Duncker & Humblot, 1919. Trad. française : Julien Freund (dir.), Le savant et le politique, Paris, 10/18, 1963, p. 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Brandmayr, « Laëtitia Atlani-Duault, Stéphane Dufoix (dir.), « Chercheurs à la barre. Les sciences sociales saisies par la justice », Socio, n° 3, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 21 novembre 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16235

Haut de page

Rédacteur

Federico Brandmayr

Doctorant en sociologie à l’Université Paris-Sorbonne (GEMASS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page