Navigation – Plan du site

Claude Pennetier et Bernard Pudal, Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi »

Nicolas Simonpoli
Le sujet communiste
Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du "moi", Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2014, 258 p., ISBN : 978-2-7535-3481-0.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’un champ d’étude qui se forme à la suite de la réorientation historiographique des anné (...)

1Le modèle « totalitaire » a longtemps dominé l’historiographie scientifique en ce qui concerne le phénomène communiste. Prônant une approche organisationnelle « par le haut », cette perspective avait pour effet de réduire le militant, le dirigeant ou le citoyen communiste à une entité atomisée, entretenant une relation de soumission à l’ordre institutionnel. Les travaux se revendiquant de ce courant ne participaient, in fine, qu’à enregistrer « scientifiquement » l’image que l’institution se faisait d’elle-même, sans interroger ni la réception effective de ses discours, ni leur mise en œuvre pratique. Toutefois, la disparition de l’URSS et l’ouverture progressive des archives d’État et de celles du Parti dans les anciens territoires soviétiques ont permis une réorientation historiographique marquant la marginalisation des thèses « totalitaires » au profit d’une approche par l’« histoire sociale », s’intéressant aux pratiques des acteurs. Le champ des soviets subjectivities1 s’est alors constitué à partir de l’analyse des nombreux ego-documents accessibles (rapports de police, autobiographies d’institution, correspondances, journaux intimes, autocritiques) laissant entrevoir la complexité des relations sociales entretenues dans les mondes communistes et renouvelant, par la même, les interrogations sur les méthodes biographiques utilisées en sciences sociales. C’est dans cette lignée que s’inscrit cet ouvrage, tiré d’un colloque dédié à la sociobiographie des militants, qui s’est déroulé en décembre 2010 à Paris. Parler de sujet communiste revient alors à s’interroger sur la négociation de « l’ensemble des situations où les différentes facettes de l’identité sont interpellées, questionnées, façonnées, mises en crise, etc. » (p. 12), tant dans les processus de subjectivation que dans les modalités de distanciation. En somme, le sujet est ici perçu dans l’optique foucaldienne d’un « travail sur soi » concordant et/ou résistant aux attentes plurielles (voire contradictoires) des normes communistes.

2La première partie de cet ouvrage est consacrée au « sujet stalinien » et se propose d’opérer un retour sur l’émergence des soviets subjectivities comme catégorie scientifique centrée sur les différents dispositifs de subjectivation du pouvoir soviétique. Dans ce cadre, on notera le chapitre de synthèse que Brigitte Studer consacre à l’École Lénine internationale (ELI). S’intéressant aux stagiaires des années 1920-1930, elle examine le travail de « fabrication » de l’« homme nouveau » entrepris par l’organisation internationale. Son analyse s’inspire tout particulièrement des travaux de Michel Foucault autour d’une réflexion sur la « gouvernementalité » du pouvoir soviétique, le contrôle social étant alors appréhendé sous l’angle interne de la subjectivation. Ainsi, elle explique que « les moyens mis en œuvre ne sont pas la force et la violence (en tout cas pas principalement), mais des formes d’action consensuelles et des “libertés”. C’est par elles-mêmes que les personnes se conforment » (p. 39). Des lors, les outils biographiques que sont les auto-rapports et les autocritiques individuels ou collectifs ont pour logique de réajuster le sujet aux normes du « vrai bolchevik » et fonctionnent comme autant de moyens d’éducation de cet « homme nouveau », dont l’ensemble de l’identité doit être « colonisée par le Parti ».

3Toutefois, comme l’expose Ioana Cirstocea, ce contrôle biographique ne s’impose pas à l’individu de manière asymétrique. Non seulement parce qu’il varie fortement en fonction des périodes historiques et des espaces géographiques, mais également parce que les agents soumis aux régimes « biocratiques » y opposent des stratégies de résistance. Ainsi, Ioana Cirstocea revient sur les trois autobiographies rédigées par l’ingénieur Liviu Simion durant les différentes étapes de son engagement au sein du Parti communiste roumain. Entre modalités de présentation de soi, stratégies discursives et « jeu du cadre », elle détaille comment le codage biographique est progressivement intériorisé et offre au militant des ressources de valorisation de soi au sein de l’organisation, lui permettant d’« utiliser les instruments de la domination dans son propre intérêt » (promotion politique, protection de la vie privée, etc.). L’illusion d’un homo sovieticus passif et soumis à la domination totalitaire est alors dépassée par une analyse fine de l’appartenance communiste.

4Toutefois, on peut regretter que les contributions de cette première partie se concentrent exclusivement sur les relations partisanes du « sujet stalinien ». En effet, nous aurions souhaité que l’impératif biographique soit resitué dans les différentes sphères – scolaire, professionnelle, familiale, etc. – qui composent l’identité sociale de l’individu, offrant ainsi une perception des mécanismes de publicisation de la sphère privée ou encore des injonctions contradictoires du vécu soviétique. De plus, on peut s’interroger sur la portée de la contribution d’Yves Cohen qui, en édifiant une perspective comparatiste englobante entre communisme et libéralisme, apparaît quelque peu en décalage avec la perspective générale de l’ouvrage.

5La seconde partie du Sujet communiste est intitulée « Être communiste en France ». Elle apparaît plus convaincante tant par l’originalité des matériaux utilisés que par la cohérence méthodologique de ses contributions. Nous retiendrons d’abord le chapitre consacré à la correspondance amoureuse entre Albert et Cillie Vassart, qui démontre tout l’intérêt de mobiliser des archives familiales dans une analyse rigoureuse de la construction de l’identité communiste. Au travers des lettres des deux amants, Claude Pennetier et Bernard Pudal détaillent les dimensions culturelles, politiques et sentimentales de l’adhésion partisane. La carrière militante d’Albert Vassart peut ainsi être perçue comme « un dédoublement » progressif de sa personne, dont témoignent « les stratégies de discours » différenciées qu’il adresse au Parti communiste français (autobiographie) d’une part, et à sa compagne (lettres) d’autre part. On constate alors que la promotion au sein du parti s’accompagne de nombreux doutes et critiques sur le positionnement de l’organisation bien qu’ils ne soient pas exprimés publiquement, et donnent lieu, dans la sphère privée, à une négociation des registres politiques et sentimentaux.

6Nous pouvons également évoquer le chapitre « Des hommes quelconques ? » rédigé par Paul Boulland, qui développe une analyse sociobiographique de la politique d’encadrement du PCF. Sa démonstration apparaît comme l’une des plus abouties et illustre pleinement l’ambition méthodologique de l’ouvrage. En délimitant les « facteurs implicites de la promotion militante », il souligne les effets discriminants de la certification scolaire dans la sélection des cadres communistes. Ce constat éclaire la relation de domination culturellement fondée qui unissait les responsables à leur base militante, cette relation étant en de nombreux points comparable à la relation pédagogique dans le cadre scolaire. Ainsi, l’auteur démontre l’apport heuristique d’une méthode mêlant approches biographique et socio-historique.

  • 2 Le Maitron est le nom donné, en l’hommage à Jean Maitron, son fondateur, au dictionnaire biographiq (...)

7Les enjeux méthodologiques sont une des préoccupations centrales de ce volume, comme l’illustre particulièrement la contribution de Christophe Le Digol, qui revient sur les apports et les limites du travail prosopographique en sciences sociales. Il s’intéresse également à la place accordée aux dictionnaires biographiques – tels que le Maitron2 – dans la hiérarchie scientifique, en détaillant quelles sont les logiques politiques, savantes et mémorielles qui sont à leur principe. En somme, on peut affirmer que Le sujet communiste constitue non seulement une synthèse solide des travaux récents sur les ego-documents soviétiques, mais aussi la base d’une perspective renouvelée sur les travaux biographiques.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un champ d’étude qui se forme à la suite de la réorientation historiographique des années 1990. Il s’intéresse aux rapports subjectifs et aux logiques sociales en œuvre dans les sociétés soviétiques. Le terme soviet subjectivity est popularisé à la fin des années 1990 par Jochem Hellbeck, spécialiste du stalinisme.

2 Le Maitron est le nom donné, en l’hommage à Jean Maitron, son fondateur, au dictionnaire biographique des acteurs du mouvement ouvrier et des mouvements sociaux. Après son décès en 1987, les derniers volumes ont été publiés sous la direction de Claude Pennetier. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Éditions ouvrières / Éditions de l’Atelier, 1964-1997, 44 volumes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Simonpoli, « Claude Pennetier et Bernard Pudal, Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 novembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16287

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page