Navigation – Plan du site

Alexandre Dubuis, Grands brûlés de la face. Épreuves et luttes pour la reconnaissance

Sarah Demichel-Basnier
Grands brûlés de la face
Alexandre Dubuis, Grands brûlés de la face. Épreuves et luttes pour la reconnaissance, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Existences et société », 2014, 348 p., ISBN : 978-2-88901-096-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 David Le Breton, Éclats de voix. Une anthropologie des voix, Paris, Métailié, 2011.

1« Je suis une photo bougée qui pourrait faire penser à un visage ». Cette phrase, figurant dans le Théorème d’Almodovar d’Antoni Casas Ros, couvre à elle seule la problématique que soulève le livre d’Alexandre Dubuis. Comment s’approprier l’image de soi lorsque l’on est atteint de brûlures graves au visage ? Comment apprendre à la gérer ? Comment appréhender les réactions d’autrui face aux stigmates ? Le visage, comme l’a montré David Le Breton1, ainsi que la voix, sont les deux éléments primordiaux constitutifs de la singularité d’un individu dans nos sociétés occidentales. En s’inscrivant dans une sociologie compréhensive de l’expérience de la brûlure grave, constituée en tant qu’analyseur, ainsi qu’avec l’apport des travaux d’Erving Goffman, Alexandre Dubuis se défait des stéréotypes pessimistes et homogènes des parcours de ces défigurés et met l’accent sur les stratégies et les ressources des grands brûlés pour engager, maintenir, ou éviter des interactions sociales, mais aussi « l’inconfort interactionnel » dans lequel ils se trouvent. Dans la lignée des travaux d’Axel Honneth notamment, l’étude de la brûlure grave de la face et de sa visibilité accrue soulève la question de la reconnaissance individuelle et mutuelle, fort bien étayée dans l’ouvrage, mettant en lumière la spécificité de la lutte menée par les grands brûlés.

  • 2 Une analyse des remarques négatives et de la discrimination dont sont victimes « les stigmatisés fa (...)

2Les modalités de la relation à l’autre des personnes qui présentent des séquelles irréversibles du visage sont peu abordées dans les littératures psychologique et médicale, celles-ci ayant avant tout une visée thérapeutique. Dans la littérature romanesque ou filmique, l’attitude de ces personnes est dépeinte de manière dichotomique, entre dissimulation totale et exhibitionnisme outragé des cicatrices. Une approche dans le cadre de la sociologie compréhensive, à travers des entretiens avec des grands brûlés, met en exergue la façon dont ces derniers gèrent leur stigmate dans leurs interactions, et interroge la vision fataliste du grand brûlé qui s’enfermerait dans un rôle de « mort-vivant », au sens d’une mort sociale, ou encore dans celui de monstre de foire2. La relation à l’autre étant le ciment de toute vie sociale, il va de soi que ce thème recouvre une importance majeure dans une telle entreprise de recherche sociologique. L’apport considérable de l’ouvrage, et qui peut être désigné dès à présent, est d’inverser la position du lecteur : de spectateur du stigmate de la brûlure, il peut se mettre à la place de celui qui est regardé, le porteur du stigmate, ou du moins, appréhender son ressenti. Cette approche qualitative permet la compréhension de la brûlure grave à un plus large public, au-delà des milieux associatifs concernés et au-delà du cadre médical. Les extraits d’entretiens qui alimentent le propos montrent au lecteur à la fois la singularité des parcours individuels et les dimensions communes, transcendant les particularités, que l’on peut retrouver à travers l’expérience de la brûlure grave de la face. En établissant un parcours idéal-typique du grand brûlé, Alexandre Dubuis souligne la rupture biographique qui découle de l’accident ainsi que la nouvelle temporalité dans laquelle le grand brûlé se retrouve plongé, en insistant par ailleurs sur le vide temporel inhérent au coma nécessaire aux premiers soins. D’autre part, la vie du grand brûlé ne s’arrêtant pas au confinement hospitalier, il lui apparait primordial d’analyser la phase post-traitement, qui était jusqu’alors peu documentée, pour rendre compte des répercussions durables de la brûlure, au cœur de la vie sociale de ces individus.

3Il est facile d’imaginer la gêne et le malaise qui peuvent s’immiscer dans les relations sociales lorsqu’un des interactants présente un visage méconnaissable. Dans la lignée des travaux déjà classiques d’Erving Goffman, ce livre montre la gestion par les grands brûlés de cet « inconfort interactionnel », à travers les focales spatiale, temporelle et professionnelle. L’expérience de la brûlure grave est de nature dynamique, elle s’inscrit dans ces trois registres et évolue en fonction de ceux-ci. La découverte du visage après l’accident est une épreuve à encaisser ; l’apprentissage de l’appropriation de l’image de soi est certes difficile, mais les grands brûlés disposent de marges de manœuvre, d’espaces de négociation qui leur permettent de disqualifier la vision fataliste de la vie post-brûlure. L’inconfort interactionnel et ses différents cadres normatifs varient selon les territoires, plus ou moins fermés, donc plus ou moins « sécurisés » pour les grands brûlés, par rapport aux réactions que leurs séquelles peuvent susciter : le petit commerce de proximité sera plus facilement abordable que la piscine municipale… Cette gestion de l’inconfort et des réactions est également nécessaire lors de la réinsertion professionnelle, épreuve pour le grand brûlé, mais aussi pour son employeur. L’auteur évite la représentation dichotomique, et non moins simpliste, qui placerait à un pôle les exigences du marché de l’emploi et à l’autre pôle celles des grands brûlés, systématiquement renvoyés au statut de victimes. Grâce aux entretiens, le chercheur distingue trois facteurs pouvant influencer de manière négative l’interaction sociale : la proximité physique, qui suscite de plus grandes curiosités à cause de la visibilité accrue ou « saillance perceptive » des séquelles, l’imprévisibilité des interactions dans tout espace public, qui complique l’anticipation des réactions, et enfin, la visibilité même des séquelles, dissimulables ou non, suivant les codes vestimentaires inhérents aux lieux fréquentés, et aux saisons. Ces facteurs ne sont pas déterminants, dans la mesure où le nombre d’espaces fréquentés s’accroit avec le temps et la diminution de la saillance perceptive ; les interactions sociales ne sont pas non plus dénuées de spontanéité, certaines d’entre elles ne suscitant plus ou pas de justification ou de mise en récit des séquelles corporelles.

4Le temps post-brûlure est loin d’être linéaire, jalonné par des opérations ou des traitements qui peuvent encore être nécessaires des années après l’accident. Le grand brûlé, toujours susceptible d’être confronté aux réactions plus ou moins péremptoires d’autrui, est inévitablement atteint dans l’image qu’il a de lui-même, voire dans son statut d’être humain. La seconde notion centrale de l’ouvrage est celle de la reconnaissance, dont Alexandre Dubuis a su tirer plusieurs apports. Il montre en effet la spécificité de la lutte pour la reconnaissance factuelle menée par le grand brûlé, qui s’exprime principalement par la justification de sa rupture biographique auprès d’autrui, afin de faciliter l’entrée en relation. Certaines réactions peuvent s’apparenter à des formes de déni de reconnaissance – qui peuvent être appréhendées, à partir des travaux d’Axel Honneth – à travers deux modalités de lutte : la « lutte pour » et la « lutte contre ». Ces luttes permettent aux grands brûlés d’abolir le caractère « figé » des cadres normatifs de l’interaction. La « lutte contre » participe à la construction d’une nouvelle normalité identitaire et physique par l’annonce de la saillance et de ses causes, pour palier à des situations d’humiliation (commentaires péremptoires, négatifs) ou de réification (l’attention de l’interactant étant tournée uniquement sur les séquelles visibles). La « lutte pour » exprime la tension entre la volonté d’être considéré comme une personne « normale » et celle de faire reconnaitre la particularité de son expérience de vie. Elle engendre donc des réactions, à l’opposé de son homologue, et permet d’édifier les cicatrices en marque de reconnaissance, en symbole de force. L’enjeu est ici de faire reconnaitre la souffrance vécue à la fois sur un plan physique et un plan moral.

5La recherche sociologique d’Alexandre Dubuis rappelle l’importance de la corporéité dans la relation à soi et à autrui, ainsi que son éminente fragilité. Bien qu’elle se focalise sur la spécificité du vécu des grands brûlés, elle peut s’appliquer, dans une certaine mesure, à d’autres expériences d’atteinte de la face. Elle aide le lecteur à se défaire des préjugés sur la vie post-accident de ces personnes et à lutter contre une vision pessimiste, fataliste de celle-ci, en montrant les ressources dans lesquelles peuvent puiser les grands brûlés pour entrer en relations sociales et pérenniser ces relations. Les récits d’expérience permettent de mieux saisir la complexité d’une telle épreuve, ainsi que les échecs et les victoires qui la jalonnent.

Haut de page

Notes

1 David Le Breton, Éclats de voix. Une anthropologie des voix, Paris, Métailié, 2011.

2 Une analyse des remarques négatives et de la discrimination dont sont victimes « les stigmatisés faciaux » a été conduite dans l’ouvrage de Stéphane Héas et Christophe Dargère (dir.), Les porteurs de stigmates. Entre expériences intimes, contraintes institutionnelles et expressions collectives, Paris, L’Harmattan, coll. « Des hauts et débats », 2014 ; compte rendu de Claudine Sagaert pour Lectures : http://lectures.revues.org/15981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Demichel-Basnier, « Alexandre Dubuis, Grands brûlés de la face. Épreuves et luttes pour la reconnaissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16343

Haut de page

Rédacteur

Sarah Demichel-Basnier

Étudiante en master de sociologie (Changements institutionnels, risques et vulnérabilité sociale) à l’Université de Caen Basse-Normandie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page