Navigation – Plan du site

Louise Salmon (dir.), Le laboratoire de Gabriel Tarde. Des manuscrits et une bibliothèque pour les sciences sociales

Cécile Campergue
Le laboratoire de Gabriel Tarde
Louise Salmon (dir.), Le laboratoire de Gabriel Tarde. Des manuscrits et une bibliothèque pour les sciences sociales, Paris, CNRS Éditions, 2014, 448 p., avant-propos de Bruno Latour, EAN : 9782271081728.
Haut de page

Texte intégral

1Le laboratoire de Gabriel Tarde : titre particulièrement bien choisi pour cette immersion dans un riche fonds documentaire comprenant à la fois les manuscrits de Gabriel Tarde et sa bibliothèque. Autant prévenir tout de suite le lecteur : il ne s’agit pas ici d’un ouvrage « classique » puisque 321 pages sur 446 renferment uniquement des références bibliographiques. À la fois document de travail et outil, l’ouvrage permet également de se plonger dans la pensée féconde et parfois oubliée de cet intellectuel que Louise Salmon présente comme un « érudit autodidacte ». Né à Sarlat en 1843, fils d’un juge d’instruction, Gabriel Tarde deviendra à son tour juge d’instruction dans la capitale du Périgord Noir en 1875. Mais sa carrière de magistrat sera loin d’être la seule carrière qu’il embrassera : son intense activité intellectuelle dans les sphères philosophiques, littéraires et juridiques va faire de lui un intellectuel de renom, qui, même si son œuvre n’a pas connu le succès escompté au XXe siècle, le connaîtra au XXIe.

  • 1 En 2008, un groupe dirigé par Bruno Latour a mis en scène une reconstitution du débat entre Tarde e (...)

2Bruno Latour, dans sa préface, rappelle combien Tarde a été maintenu dans l’oubli, éliminé du réel tout particulièrement à cause de sa défaite face au sociologue Durkheim dans une opposition qui contribue encore parfois à réduire l’œuvre de Tarde1. Homme de terrain, Tarde s’opposait à la sociologie holiste durkheimienne en privilégiant le vécu individuel et un certain psychologisme individualiste. Serait-ce alors une réhabilitation ou une redécouverte ? Le fonds Tarde, accessible à tous, doit permettre de mieux connaître une œuvre riche et foisonnante, et surtout, pluridisciplinaire.

3Louise Salmon souligne ensuite les grandes lignes de la biographie de Gabriel Tarde. C’est dans son fameux manoir de La Roque Gageac que Gabriel Tarde avait son bureau et sa bibliothèque. L’ensemble de ses travaux manuscrits et sa bibliothèque constituent le fonds présenté ici, un fonds qui témoigne de la volonté de ses héritiers de faire connaître et valoriser la pensée et le travail de leur aïeul. Homme de lettres et homme de science, le goût de Tarde pour la métaphysique et « son défaut de concision » vont souvent lui être reprochés. Sa carrière d’intellectuel débute dès 1880, date à laquelle il entretient une correspondance avec Théodule Ribot de La Revue Philosophique puis il participe en 1890 aux travaux de la revue de Lacassagne (Archives d’anthropologie criminelle de criminologie, et de psychologie normale et pathologique) dans laquelle il s’oppose aux théories de Lombroso (l’inventeur du « criminel né »). Il publie également deux ouvrages qui feront date : La philosophie pénale et les Lois de l’imitation, ouvrage qui connaît toujours un certain succès en psychologie sociale, discipline dans laquelle Tarde est présenté comme un précurseur. Tarde avait la volonté de construire un système de pensée original à travers une sociologie de l’imitation. Son ancrage territorial et son isolement vont le pousser à travailler à Paris au Ministère de la Justice. Il va ensuite être nommé au Collège de France à la chaire de philosophie moderne en 1900 et à l’Académie des Sciences Morales et Politiques (section philosophie), ce qui va participer à sa notoriété nationale et internationale. Dreyfusien, l’affaire Dreyfus, constituera pour lui une source d’inspiration dans l’élaboration de ses théories sociologiques (travail sur le public, l’opinion, le leader, les médias, etc.) dans lesquelles il emprunte à la psychologie et au droit.

4Les Archives de Gabriel Tarde présentées ici permettent de saisir les usages et les enjeux autour de son œuvre ainsi que l’histoire des savoirs à travers l’éclectisme intellectuel de son auteur attiré autant par le droit que la philosophie, les sciences sociales et la criminologie. La densité du fonds d’archives renseigne également sur ces pratiques d’écriture (notes, journal personnel, correspondances, poésie, écriture debout, etc.). Ce fonds est scindé en deux parties éloignées géographiquement : les manuscrits se trouvent aux archives du Centre d’Histoire de Sciences Po (Paris) tandis que sa bibliothèque est conservée à l’École nationale d’Administration pénitentiaire (Agen). Ces deux instruments de recherche doivent être pensés ensemble, comme ils l’étaient du vivant de Tarde : ils s’autoalimentent. Ils permettent également aux chercheurs de se faire une vue d’ensemble sur la production et la construction d’un savoir érudit et intellectuel.

5Louise Salmon revient sur l’exploitation du fonds, notamment avec Jean Milet, un des premiers chercheurs (auteur d’une thèse sur Tarde) à s’être rendu au Manoir de la Roque Gageac. Les fonctions et les usages du fonds sont reliés à quelques chercheurs qui ont pu contribuer à réhabiliter et à valoriser la pensée de Tarde et rendre accessible ses travaux à partir des années 1980-1990. Le rôle de la petite-fille de Gabriel Tarde, Madame Bergeret, devenue un intermédiaire de qualité avec un réseau de chercheurs « tardiens », participe par là même à la valorisation de l’œuvre de son grand-père. Louis Salmon évoque l’enjeu de la conservation et de la valorisation du fonds mais aussi la problématique du classement. Le choix a été de respecter deux types de classement : un premier élaboré par Tarde lui-même (thématique) et un second établit par le Centre Histoire de Sciences Po, chronologique.

6Après sa bio-bibliographie classée selon la discipline et le type d’écrit, nous retrouvons l’inventaire du fonds des manuscrits qui correspond à 99 cartons comprenant des manuscrits d’articles, d’études, de comptes rendus, d’ouvrages, de notes de travail liées à la justice, de cartons de correspondance et d’écrits littéraires. Puis, nous retrouvons l’inventaire du fonds de la bibliothèque de Gabriel Tarde sur l’histoire des crimes et de peines (plus de 100 pages) qui comprend des ouvrages juridiques, philosophiques, littéraires mais aussi des ouvrages de sciences naturelles, de langues étrangères et des revues.

7Inédit, l’ouvrage permet la découverte d’un travail scientifique en train de se faire mais aussi « les multiples possibles des traces d’un homme en train de se faire ».

Haut de page

Notes

1 En 2008, un groupe dirigé par Bruno Latour a mis en scène une reconstitution du débat entre Tarde et Durkheim dans le cadre d’une conférence du The Centre for Research in the Arts, Social Sciences and Humanities.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Louise Salmon (dir.), Le laboratoire de Gabriel Tarde. Des manuscrits et une bibliothèque pour les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16346

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page