Navigation – Plan du site

Luc Boltanski, Nancy Fraser, Philippe Corcuff, Domination et émancipation. Pour un renouveau de la critique sociale

Lionel Francou
Domination et émancipation
Luc Boltanski, Nancy Fraser, Philippe Corcuff, Domination et émancipation. Pour un renouveau de la critique sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Grands débats : mode d'emploi », 2014, 74 p., ISBN : 978-2-7297-0886-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La Villa Gillet (http://www.villagillet.net), dans une « approche culturelle des savoirs », organis (...)
  • 2 Un autre ouvrage a été publié simultanément dans cette collection : Philippe Descola, Tim Ingold, M (...)
  • 3 Philippe Corcuff est notamment l’auteur de Où est passée la critique sociale ? Penser le global au (...)

1Prolongement d’un débat qui a eu lieu en novembre 2012 durant le festival « Mode d’emploi » de la Villa Gillet1, ce livre inaugure la collection « Grands débats : mode d’emploi » nouvellement créée aux Presses universitaires de Lyon2. Philippe Corcuff, politologue, et Guy Walter, directeur de la Villa Gillet, entendent y publier les débats les plus marquants de ce festival afin de « mettre à disposition des citoyens les analyses de figures françaises et internationales de la pensée contemporaine dans une logique de dialogue transdisciplinaire ». Cet ouvrage présente un débat entre le sociologue Luc Boltanski et la philosophe féministe américaine Nancy Fraser, qui s’interrogent ensemble sur les voies d’un renouvèlement de la critique sociale, susceptible de fournir des clés pour s’émanciper de la domination, sous toutes ses formes. Le cœur de l’ouvrage consiste en un dialogue entre ces deux auteurs, ponctué par de courtes mais nombreuses interventions de Philippe Corcuff3, qui signe également l’ouverture et la conclusion. Ces interventions mettent en exergue et en perspective des éléments du discours. À la fin de l’ouvrage, figure un double post-scriptum où les deux chercheurs dressent une sorte de récapitulatif structuré de leurs propos sur cet enjeu de la critique sociale.

2Avant le débat à proprement parler, Philippe Corcuff pose le cadre, rappelant que l’émancipation déjà espérée il y a deux siècles ne s’est toujours pas réalisée, même si le XXIe siècle semble porteur d’un retour en grâce de la critique sociale. En témoignent les succès ou, en tout cas, la visibilité d’un certain nombre de luttes et de mouvements sociaux. Si la critique sociale cherche à révéler les logiques de domination, elle le fait dans une visée émancipatrice, formulée par les mouvements sociaux aidés en cela par les chercheurs. Néanmoins, il est aujourd’hui essentiel de « réassocier critique et émancipation » alors que ces deux perspectives se sont éloignées l’une de l’autre. Le dialogue qui s’ensuit est structuré en quatre parties et lie des questionnements théoriques interdisciplinaires à des enjeux pour nos sociétés, par-delà les spécificités françaises et états-uniennes.

3Tout d’abord, Luc Boltanski et Nancy Fraser situent leurs analyses dans un contexte socio-historique particulier : l’évolution du capitalisme pour le premier et celle des formes de la protection sociale pour la seconde. Tous deux partagent une critique de l’étatisme, qui ne saurait être une solution, n’en déplaise aux nostalgiques, dans un « monde globalisé » caractérisé par des « iniquités transfrontalières » (p. 24, Fraser). Ensuite, ils s’attardent sur les « forces » ou « positions politiques » qui coexistent et sur les alliances qui se forment entre elles, identifiant des « liaisons dangereuses » (p. 33, Fraser) : aux États-Unis, entre une gauche pro-émancipation et une conception néolibérale, en France, par une union entre anticapitalisme et traditionalisme. Le sociologue et la philosophe partagent l’idée que l’émancipation doit se nourrir du libéralisme politique pour former une alternative aux dominations du marché et de l’État, ainsi qu’à des logiques d’exclusion. Puis vient le constat de l’inhibition de la critique du capitalisme et de la perpétuation de ce système, malgré ses effets délétères. Pour Nancy Fraser, le moral est au plus bas et la critique peine à formuler une alternative. Quant à Luc Boltanski, il estime que la critique a peu d’effets car les ponts entre chercheurs et mouvements sociaux se sont rompus et le « mode de domination gestionnaire » qui prédomine désormais sait se montrer tolérant vis-à-vis du discours critique tout en neutralisant d’éventuels effets concrets. Enfin, les deux auteurs estiment qu’il faut dépasser la figure de l’État-nation et encadrer les marchés, mais s’accordent sur la nécessité de conserver des institutions sur lesquelles s’appuyer, étant donné les « fonctions positives qu’elles assument ». Ils partagent aussi l’avis qu’il faut que les acteurs s’émancipent par eux-mêmes au lieu d’être émancipés « par le haut ».

4Si cet ouvrage est extrêmement court et rapide à lire, étant donné qu’il reprend le contenu d’un échange oral de deux heures, révisé et augmenté, son contenu est abondant et sa forme agréable, de par une mise en page dynamique et aérée. Les nombreuses références bibliographiques spécifiées en bas de page permettent d’approfondir les questions abordées dans l’ouvrage et de (re)découvrir les écrits des trois intervenants. La publication de ce débat a pour but d’en diffuser les idées à un public plus large que celui des seuls chercheurs, et l’accessibilité du texte est de bon augure. Néanmoins, dans cet ordre d’idée, on regrettera que de nombreuses portes soient ouvertes dans cet ouvrage sans pour autant que ne soient apportées des réponses nettes et précises qui pourraient être mobilisées par les acteurs. Certes, la critique sociale reste à réinventer et à consolider, mais cet échange apporte sa pierre à l’édifice, bien qu’il soit de ceux qui posent plus de questions qu’ils n’en résolvent. Ce qui est d’autant plus vrai si l’on considère, avec Nancy Fraser, que « l’émancipation est le fait de surmonter la domination, quelles que soient les formes que revêt cette dernière » (p. 74) ; formes qui, comme elle l’indique, restent encore à découvrir.

Haut de page

Notes

1 La Villa Gillet (http://www.villagillet.net), dans une « approche culturelle des savoirs », organise des évènements tels que des conférences ou des débats qui permettent de diffuser des idées et de donner la parole à des spécialistes des sciences humaines, de la littérature, de la philosophie, etc.

2 Un autre ouvrage a été publié simultanément dans cette collection : Philippe Descola, Tim Ingold, Michel Lussault, Être au monde. Quelle expérience commune ?, Lyon, PUL, 2014. Compte rendu à paraître sur Lectures : http://lectures.revues.org/16207.

3 Philippe Corcuff est notamment l’auteur de Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Découverte, 2012 (note critique sur Lectures : http://lectures.revues.org/9560) et de Les années 30 reviennent et la gauche est dans le brouillard, Paris, Textuel, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Luc Boltanski, Nancy Fraser, Philippe Corcuff, Domination et émancipation. Pour un renouveau de la critique sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16421

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Sociologue, membre des comités de lecture des revues Émulations et Urbanités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page