Navigation – Plan du site
Danser les funérailles

Danser les funérailles

Associations et lieux de pouvoir au Cameroun
Franck Beuvier, Danser les funérailles. Associations et lieux de pouvoir au Cameroun, Paris, EHESS, coll. « En temps & lieux », 2015, 304 p., ISBN : 978-2-7132-2457-7.
Notice publiée le 12 janvier 2015

Présentation de l'éditeur

Renouant avec les grandes monographies africanistes, ce livre brosse un tableau inédit de la vie associative au Cameroun, où se mêlent valeurs de modernité et legs du passé, et renouvelle l’approche anthropologique de la condition de cadet au sein de la chefferie bamiléké.

Convié à des funérailles dans une chefferie bamiléké, l’ethnographe se glisse dans la cour d’une concession. Il y a déjà un public nombreux. Un groupe de danse du nom de Mini Nzang offre un étrange spectacle, qui associe brèves chorégraphies, saynètes et spectacle de rue. Une canne et un porte-drapeau sont plantés devant l’orchestre ; l’une est sculptée d’une tête de notable, l’autre d’un lion. Un personnage évolue seul, vêtu d’une houppelande colorée en fibres de raphia et masqué d’un cimier ; il tient les spectateurs à distance, brandissant de temps à autre la canne. Un deuxième personnage, d’allure burlesque, portant une cagoule de bourreau, fait alors son entrée. Intrigué, considérant les matériels et les symboles déployés, l’ethnographe se tourne vers son voisin :

« S’agit-il de notables ?

— Du tout, c’est le Pénemfon, un groupe de danse du village. Ça, ce sont les jeunes.

— Et ils ont le droit de porter des masques et de posséder de tels objets ?

— C’est leur tenue. C’est pour leur groupe. »

Fait anodin pour ce familier de la cérémonie, surprise pour l’ethnographe. Comment des jeunes exclus de la hiérarchie des titres nobiliaires peuvent-ils arborer de tels attributs en la circonstance ? N’y a-t-il pas usurpation ? »

Chants, danses, comportements excentriques, parfois contestataires, et performances : le spectacle offert lors des funérailles par les associations culturelles de danse traditionnelle de l’ouest du Cameroun, animées par des jeunes hommes exclus de la chefferie, les cadets bamiléké, constitue un phénomène social total et interroge l’histoire contemporaine du pays. Elles mettent en évidence l’intrication profonde des valeurs de la modernité et du legs du passé.

Haut de page