Navigation – Plan du site

Christelle Di Pietro, Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pour les bibliothèques ?

Benjamin Caraco
Produire des contenus documentaires en ligne
Christelle Di Pietro (dir.), Produire des contenus documentaires en ligne. Quelles stratégies pour les bibliothèques ?, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « La boîte à outils », 2014, EAN : 9791091281379.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une comparaison des missions, convergentes, des radios publiques et des bibliothèques, nous re (...)

1À l’heure du podcast, les radios ont progressivement ajouté à la production de flux qui les caractérise la gestion d’un stock, celui des programmes conservés sur leurs sites. Si certaines se contentent de permettre à leurs auditeurs de réécouter l’émission de la semaine précédente qu’ils ont ratée, d’autres proposent de plonger dans leurs archives sonores. En comparaison, les bibliothèques semblent aujourd’hui emprunter le chemin inverse : alors qu’elles ont longtemps été uniquement associées à la conservation d’un gisement documentaire, elles s’efforcent de plus en plus de réguler un flux né de la prolifération d’informations sur internet et des opérations de numérisation de leurs fonds1.

2L’ouvrage collectif dirigé par Christelle Di Pietro part ainsi de ce constat d’une crise des médiateurs traditionnels du livre et plus généralement du document et de l’information. Editeurs, critiques, libraires et bibliothécaires sont-ils progressivement remplacés par des amateurs sévissant sur la toile ? Di Pietro, conservatrice des bibliothèques ayant participé à la conception de plusieurs services de médiation en bibliothèques, dont le Guichet du Savoir2 lyonnais, s’intéresse ainsi à la reconfiguration des missions des bibliothécaires à la suite de ces bouleversements. Sa contribution à la collection « La Boîte à outils », collection qui a pour objectif de fournir aux professionnels des bibliothèques et de la documentation des éléments théoriques mais surtout pratiques sur certaines thématiques, s’inscrit dans la continuité de l’opus 25 dirigé par Xavier Galaup et intitulé : Développer la médiation documentaire numérique3. L’ouvrage coordonné par Di Pietro se focalise toutefois sur la production de contenus et sur le bibliothécaire comme « journaliste de ses collections », pour reprendre l’expression de Lionel Dujol, qui contribue d’ailleurs à ce livre (« Le positionnement stratégique des bibliothèques dans la production de contenus en ligne, quels impacts sur les métiers ? »).

3Produire des contenus documentaires en ligne propose ainsi des retours d’expériences, pour la majeure partie en provenance de bibliothèques – surtout publiques – mais également d’autres institutions culturelles comme des musées. À ces exemples s’ajoutent des développements utiles sur les projets de service qui ont conduit à la mise en place de tels dispositifs. Les dimensions juridiques, techniques et professionnelles sont également abordées dans les quatre parties de l’ouvrage : « Exploiter les collections et repenser les accès en ligne », « Les produits documentaires de synthèse : curation et production », « Produire en co-construction et en réseau » et « Les outils et le droit ». Comme dans chaque ouvrage de la collection, le propos se termine sur un mémento rédigé par la directrice du collectif et s’accompagne d’un glossaire, d’une bibliographie raisonnée et, dans le cas présent, d’un index des outils cités. Dans le cadre de ce compte rendu, nous nous limiterons à présenter une contribution par partie.

4Di Pietro définit le service documentaire en ligne comme un « type de service spécifique en bibliothèque qui s’organise autour de trois composantes : fournir une prestation (en l’occurrence de nature documentaire) au moyen d’une organisation combinée à un outil, destinée à satisfaire les besoins d’information d’un public » (p. 26). Ainsi, il remplit trois fonctions essentielles : informer, par le biais de données structurées et triées ; communiquer, via la diffusion et la valorisation ; et médiatiser, en rendant le contenu accessible et en le gérant. À partir de documents primaires, le bibliothécaire offre à son public des documents secondaires de diverses natures : bibliographies, revues de sommaires, dossiers de presse, états de la question… Di Pietro distingue dans cet ensemble deux grandes familles : les « produits de signalement » (liste de nouveautés, revue de sommaires, guide de recherche documentaire et agenda) et les « produits de synthèse » (base de signets, bibliographie, synthèse documentaire). Elle met en garde contre la tentation d’adopter une logique par produits et invite à privilégier la mise en place d’une offre globale à partir de laquelle décliner des services reposant sur des outils correspondants aux besoins identifiés en amont.

5Parmi les exemples présentés qui rentrent dans sa typologie, citons : la base de données de périodiques Sign@al4 (Carole Tilbian), la plate-forme d’autoformation à la recherche documentaire Arbradoc5 (Isabelle Breuil) ou le catalogue enrichi de la bibliothèque municipale de Fresnes6 (Pierre Bournerie).

6Dans la catégorie des « produits de synthèse », les dossiers documentaires numériques de la médiathèque intercommunale Ouest Provence7, ici présentés par leur créateur, Jérôme Pouchol, font souvent figure de référence8. Ces dossiers s’inscrivent dans le travail de « pré-lecture » réalisé par le bibliothécaire pour le compte de ses usagers. Ces dossiers offrent plusieurs niveaux de lecture puisqu’ils combinent informations primaires et secondaires. Ils sont rédigés et mis en pages dans une optique de concision, de lisibilité graphique, de design et d’ergonomie informationnels. Ils s’organisent en conséquence autour de différents modules comme autant d’entrées dans un sujet : une introduction, des notions et auteurs clés, des médias (images, vidéos et podcasts), des signets, des ressources de la médiathèque et bien plus. Les thèmes abordés doivent coller à l’actualité et sont archivés de façon pérenne. Ils finissent par se transformer en une collection de « produits documentaires » d’un nouveau genre.

7Outre la production de synthèses, les bibliothèques se lancent dans la curation de contenus9 comme à Bagnolet10 (Dominique Macé) et la mise en valeur de leurs ouvrages numérisés, avec des bibliothèques en ligne enrichies comme Numelyo11 (Magali Haettiger) ou le webmagazine à la Bibliothèque publique d’information12 (Nathalie Nosny).

8La bibliothèque peut également choisir de s’encastrer dans des dispositifs existants comme des réseaux sociaux afin de toucher un public différent et pas nécessairement dans sa sphère de rayonnement habituel. A l’occasion de la numérisation d’un fonds de photographies d’Eugène Trutat, la Bibliothèque municipale de Toulouse (BmT) a rejoint le projet The Commons initié par la Bibliothèque du Congrès américaine. Ce programme vise à la mise en commun et au partage de fonds iconographiques sur la plateforme Flickr. Cette présence permet de géolocaliser les clichés, de faire décrire ces derniers par les usagers et d’élargir l’audience d’une telle collection. Le succès est au rendez-vous en termes de fréquentation mais beaucoup moins en ce qui concerne la participation. Les promoteurs de l’opération (Jocelyne Deschaux et Patrick Hernebring) estiment toutefois que leur présence sur Flickr13 leur a permis de toucher un nouveau public pour un investissement assez faible comparé à celui consacré à leur bibliothèque numérique patrimoniale Rosalis14.

9Dans le même ordre d’idées, des bibliothèques universitaires, comme celles de l’Université de Versailles Saint-Quentin, viennent au contact de leurs étudiants en animant des pages Facebook (Magalie Le Gall). Les musées ne sont pas en reste dans la co-création de contenus avec leurs usagers (Gonzague Gauthier et Sébastien Magro) alors que le centre du livre et de la lecture en Poitou-Charentes accompagne les bibliothèques dans la création de livres numériques au format epub.

10Ces actions reposent sur la maîtrise du droit d’auteur par les bibliothécaires (Michèle Battisti) et des outils de production en ligne, qu’il s’agisse de CMS (Content Management System), de blogs, d’outils de curation ou de réseaux sociaux (Lionel Dujol).

11Les compétences rédactionnelles sont toutefois cruciales même si elles peuvent paraître parfois déjà acquises. Isabelle Rouquet détaille ainsi les différents choix qui président à une « écriture web » réussie : l’angle éditorial, la longueur du texte, sa structuration… Ces éléments contribuent à rendre l’écriture « efficace » et sont renforcés par l’étape de mise en ligne qui permet de traduire graphiquement un message et d’obtenir un bon référencement sur les moteurs de recherche, notamment avec le soin accordé aux métadonnées et au résumé.

12Le lecteur regrettera peut-être le manque d’exemples internationaux et, pour celui qui serait déjà familier de la « Boîte à outils » de Xavier Galaup sur la médiation documentaire numérique, l’absence de certaines réalisations pourtant attendues avec un tel sujet : il suffit de penser par exemple à Points d’actu !15 ou aux portails Netvibes présentés dans l’ouvrage de Galaup. Ce choix s’explique facilement par la volonté d’éviter la répétition et de proposer un ouvrage complémentaire. Toutefois, plus que les exemples présentés ici, le grand mérite de ce livre destiné aux professionnels des bibliothèques est de souligner la nécessité d’inscrire la production de contenus dans une politique documentaire et/ou d’un projet d’établissement bien défini. Les réalisations viennent alors naturellement se mettre au service d’objectifs adaptés à un contexte et à un public.

Haut de page

Notes

1 Pour une comparaison des missions, convergentes, des radios publiques et des bibliothèques, nous renvoyons le lecteur au récent mémoire d’étude de Cécile Queffélec, Penser et mettre en œuvre des missions de partage culturel : comparaison des bibliothèques et des radios publiques (France Inter, France Culture), mémoire du Diplôme de conservateur des bibliothèques, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2014, URL : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64228-penser-et-mettre-en-oeuvre-des-missions-de-partage-culturel-comparaison-des-bibliotheques-et-des-radios-publiques-france-inter-france-culture.pdf.

2 http://www.guichetdusavoir.org/.

3 L’ouvrage est symboliquement disponible en version numérique en libre accès sur le site de l’éditeur, en complément de l’habituelle édition imprimée. URL : http://mediationdoc.enssib.fr/.

4 http://signal.sciencespo-lyon.fr/.

5 http://arbradoc.bu.univ-paris8.fr/.

6 http://bm.fresnes94.fr/.

7 http://www.mediathequeouestprovence.fr/les-ressources-en-ligne/nos-dossiers-documentaires.html.

8 Pouchol a d’ailleurs contribué au volume de la collection précédemment cité.

9 La curation de contenus est une activité de sélection de l’information pertinente disponible sur le Web sur un sujet donné.

10 http://mediatheque.ville-bagnolet.fr/.

11 http://numelyo.bm-lyon.fr/.

12 http://www.bpi.fr/a-la-une.

13 https://www.flickr.com/people/bibliothequedetoulouse/.

14 http://rosalis.bibliotheque.toulouse.fr/.

15 http://www.pointsdactu.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caraco, « Christelle Di Pietro, Produire des contenus documentaires en ligne : quelles stratégies pour les bibliothèques ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 janvier 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16741

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Caraco

Conservateur des bibliothèques – Université de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page