Navigation – Plan du site

Dominique Pestre (dir.), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945

Jean Frances
Le gouvernement des technosciences
Dominique Pestre (dir.), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2014, 321 p., ISBN : 978-2-7071-7504-5.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par D. Pestre pose d’emblée des ambitions élevées : il y sera question de gouvernement et plus particulièrement du gouvernement des technosciences et des technoproduits, et des effets qu’ils engagent sur les milieux où ils sont intégrés. Et, les effets qui intéressent les auteurs, au premier chef, sont des « dégâts » : ceux engendrés depuis 1945 par les « substances chimiques dangereuses » (N. Jas, p. 37-64), le changement climatique (S.C. Aykut, A. Dahan, p. 97-132) ou, encore, par le néolibéralisme (D. Pestre, p. 261-284) et les « calculs coûts-bénéfices » (S. Boudia, p. 231-160)  – « ces instruments qui participent de l’ajustement du secteur public aux impératifs […] [d’]acteurs dont la référence est l’entreprise et le marché » (p. 231). Le projet des auteurs, initialement rassemblés autour du séminaire La gestion du progrès et de ses dégâts du Centre Alexandre Koyré, est non seulement de dresser un catalogue analytique des « dispositifs matériels et sociaux, réglementaires et discursifs à travers lesquels des personnes ou des institutions orientent […] ou contrôlent des savoirs, des innovations, des produits ou des personnes » (p. 8), mais également de proposer quelques « contre-propositions » visant à « miner l’évidence des cadrages qui sont les nôtres » et à « reconsidérer la manière dont les problèmes ont été posés par les théoriciens » (p. 9).

  • 1 Y. Barthe, D. de Blic, J.-H. Heurtin, E. Lagneau, C. Lemieux, D. Linhardt, C. Moreau de Bellaing, C (...)

2Les théoriciens visés, s’ils ne sont nommés aux premières lignes, apparaissent dans la suite de l’introduction de D. Pestre : tour à tour, ce sont les concepteurs de la théorie de l’acteur-réseaux, les instigateurs des Sciences and Technologies Studies et certains des chercheurs du courant pragmatique qui sont pointés – dans ce dernier cas, sont surtout désignés les signataires du « Mode d’emploi » de la sociologie pragmatique dirigé par Y. Barthe1. Si leur sont reconnus l’immense mérite d’avoir contribué au renouvellement des sciences humaines et une « importance conceptuelle majeure » (p. 9) – dont « nous avons été des acteurs depuis l’origine et [dont] nous […] [restons] toujours d’actifs partisans » (p. 9), rappellent les auteurs –, il leur est symétriquement reproché de centrer par trop la focale sur les changements, les configurations contingentes « d’acteurs et d’actants » et autres hybridations d’entités et, symétriquement, de délaisser les objets d’étude et les terrains qui permettent ces « analyses qui visent la pensée des persistances cognitives, la rémanence au changement, la pesée de ce qu’on est en droit d’appeler ‟les effets systémiquesˮ » (p. 11). D. Pestre affirme, dans la foulée, que les « questions conceptuelles et sociales que posent l’action stratégique, l’organisation de long terme de l’action, le gouvernement des autres et ses mouvements tactiques » (p. 11) ne suscitent pas l’attention qu’elles méritent. Or, investir ces objets est essentiel à la compréhension du social et de ses dynamiques puisqu’un tel geste historique et sociologique soutient la mise au jour des pouvoirs les plus puissants – qui ne sont pas nécessairement les plus visibles et qui réussissent à se rendre insaisissables – et qu’il permet ainsi de décrire et d’analyser les manières de faire agir, d’ordonner et de faire penser « les êtres et les choses », bref, de gouverner.

3Les auteurs ne versent jamais dans la condamnation de quelques forces occultes que ce soient et rappellent la capacité des « gouvernés » à contester les desseins des instances de la « gouvernementalité globale » (L. Cornilleau, P.-B., Joly, p. 173). Toutefois tendent-ils à spécifier, les contestations opposées par exemple par les organisations paysannes à l’encontre de « la révolution verte » promue par les firmes biotechnologiques, l’ONU ou l’OMS, ont tendance à être endogénéisées par ces mêmes entreprises et instances supranationales : ces dernières s’en servent et « se réinvente[nt] au fil des critiques qu’elle[s] reçoi[vent] » (L. Cornilleau, P.-B. Joly, p. 173) parvenant, in fine, à renforcer leur mandat sur le gouvernement de telles et telles classes de phénomènes.

  • 2 F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Édi (...)
  • 3 I. Bruno, « La recherche scientifique au crible du benchmarking. Petite histoire d’une technologie (...)
  • 4 P. Lascoumes, P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Science Po, 2004
  • 5 C. Lagacé, « La gestion des significations en milieu de travail. Analyse du contenu d’un journal d’ (...)

4Cette capacité qu’ont les instances de gouvernement à abaisser la portée des contestations et à en éroder les appuis dirait F. Chateauraynaud2, ne procède pas uniquement de leur propension à aspirer toutes critiques pour en faire des prises et des ressources au service de l’affinement de leurs pouvoirs. Comme analysée très justement par S. Boudia, la gouvernementalité contemporaine passe tout autant par divers instruments de gestion, de certification, de normalisation et de quantification qui, des labels, aux outils du benchmarking3 ou du calcul coûts-bénéfices permettent d’ordonner l’action publique ou au moins, de lui donner sens, tout en la dépolitisant et donc en la dé-conflictualisant. Et, apparaît-il en plus, non contents de savoir endogénéiser les critiques et d’en saper les appuis, les gouvernements disposent également des instruments permettant de les contourner. Le chapitre de S. Boudia ne s’arrête pas à ces analyses, presque devenues tropismes depuis le livre dirigé par P. Lascoumes et P. Le Galès4, et montre surtout combien des outils de quantification peuvent servir des opérations de « gestion des significations »5 des politiques publiques ayant pour vocation de persuader de leur bien-fondé, sinon de l’évidence des constats et analyses qui en justifieraient la réalisation : « En une cinquantaine d’années, l’analyse coût-bénéfice n’est toujours pas utilisée de manière effective, néanmoins son adoption comme cadre de référence a contribué à installer une définition du social et une conception de l’État défendues par les tenants des théories du choix rationnel » (p. 254).

  • 6 B. Conein, « De quelques formes de l’interaction dans la conversation téléphonique », Réseaux, vol. (...)
  • 7 P. Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil (...)
  • 8 S. Latouche, « L’oxymore de l’économie solidaire », Revue du MAUSS, n° 21, 2003, p. 145-150.
  • 9 D. Pestre se rapprochant ici des analyses d’H. Rosa selon lesquelles les pouvoirs créés par les Éta (...)
  • 10 H. Marcuse, L’homme unidimensionnel, Paris, Minuit, 1968.

5Dès l’introduction, D. Pestre notait la nécessité sociologique et historique d’étudier ces pouvoirs faisant système dès lors qu’il est question de gouvernementalité. La référence au système, qui appelle celle aux structures et notamment à ces structures qui peuvent être visibles sans être remarquées par les acteurs qui s’y confrontent6, conduit les auteurs, au fil de leurs objets, à repérer « le silence et le secret » et à décoder « les mots et la rhétorique » (p. 15) qui assurent la permanence des pouvoirs en place et leur propension à susciter des dégâts en termes écologiques, sociaux et politiques, sans pour autant ne voir leur légitimité ébranlée. L’ère de la contre-démocratie7 serait finalement moins celle du pouvoir des contre-expertises et des possibilités d’alternatives « vertes » et « solidaires »8 que celle d’un développement sans précédent des capacités des gouvernements, qu’il ne faut en aucun cas réduire aux États9, à aspirer la critique et à la transformer en ressources d’engendrement d’améliorations technoscientifiques et cognitives au service de leur propre puissance. Si « rien n’est jamais figé, que personne ne gouverne absolument, qu’il n’est pas de complots irrésistibles » affirme D. Pestre (p. 15), les pouvoirs dont disposent les acteurs critiques, ou simplement réflexifs à s’opposer aux projets du complexe nucléaire ou biotechnologique, à ceux de l’industrie chimique, aux intérêts géostratégique des États et à ceux des classes sociales tirant profit de la financiarisation de l’économie semblent bien faibles. D’ailleurs, conclut D. Pestre : « Ce qui caractérise ce monde nouveau, c’est la mise en place d’une architecture saturée de techniques d’objectivation par le nombre, la saisie des acteurs par des chiffres qui les obligent à se redéfinir constamment au risque de leur effondrement » (p. 310). Les technosciences et les technoproduits au service d’un système de gouvernement(s) s’incarnent dans et engendrent des règles et des schèmes d’interprétation de la « bonne gouvernance » – eux-mêmes réglés par un travail préalable de gestion des significations du progrès – qui, en dernière instance, « invalident tout mode alternatif de jugement » (p. 311), imposent et reproduisent la « loi du plus fort » (p. 311). Au fil de ces pages passionnantes, la puissance désenchantante de l’histoire et de la sociologie s’impose aux lecteurs puisque l’ouvrage finit par frapper d’anachronisme la conclusion d’H. Marcuse10 selon laquelle quelques espoirs égalisateurs et libérateurs pouvaient être placés en celles et ceux qui n’en avaient plus.

Haut de page

Notes

1 Y. Barthe, D. de Blic, J.-H. Heurtin, E. Lagneau, C. Lemieux, D. Linhardt, C. Moreau de Bellaing, C. Remy, D. Trom, « Sociologie pragmatique : Mode d’emploi », Politix, n° 103, p. 175-204, 2013.

2 F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Édition Petra, 2011.

3 I. Bruno, « La recherche scientifique au crible du benchmarking. Petite histoire d’une technologie de gouvernement », Revue d’histoire contemporaine & moderne, n° 55, p. 28-45, 2008.

4 P. Lascoumes, P. Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Science Po, 2004.

5 C. Lagacé, « La gestion des significations en milieu de travail. Analyse du contenu d’un journal d’entreprise », Sociologie et sociétés, vol. 30, n° 2, 1998, p. 113-130 ; J. Frances, « Les apprentis-chercheurs et le coach catalyseur. Enquête sur les dispositifs de ‟réenchantement de la formation doctoraleˮ », Zilsel, mars 2014, §6 : http://zilsel.hypotheses.org/507

6 B. Conein, « De quelques formes de l’interaction dans la conversation téléphonique », Réseaux, vol. 6, n° 69, 1988, p. 7-32.

7 P. Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil, 2006.

8 S. Latouche, « L’oxymore de l’économie solidaire », Revue du MAUSS, n° 21, 2003, p. 145-150.

9 D. Pestre se rapprochant ici des analyses d’H. Rosa selon lesquelles les pouvoirs créés par les États-Nations se sont autonomisés de leur tutelle de départ et contraignent désormais les bureaucraties d’État à travailler pour leurs intérêts. H. Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010, p. 255.

10 H. Marcuse, L’homme unidimensionnel, Paris, Minuit, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Frances, « Dominique Pestre (dir.), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 janvier 2015, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16794

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page