Navigation – Plan du site

Un penseur de l’interdisciplinarité : Siegfried Kracauer et la théorie critique

Yves Laberge
Kracauer l'exilé
Martin Jay, Kracauer l'exilé, Le Bord de l'eau, coll. « Altérité critique », 2014, 246 p., ISBN : 978-2-35687-275-3.
Haut de page

Texte intégral

Préambule

  • 1 Kracauer, Siegfried, De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand. Lausanne (...)
  • 2 Martin Jay, L'imagination dialectique : histoire de l'École de Francfort et de l'Institut de Recher (...)

1Avant de procéder à l’analyse de ce livre à propos de l’exil américain de Siegfried Kracauer — tel que revu par le Professeur Martin Jay, quelques mots de présentation s’imposent afin d’en situer provisoirement le propos et les deux auteurs dont il sera ici question (Siegfried Kracauer et Martin Jay). Penseur polyvalent et pratiquement inclassable, Siegfried Kracauer (1889-1966) a toujours été considéré comme étant à la fois proche et en marge de l’École de Francfort ; néanmoins, son amitié avec T. W. Adorno et Walter Benjamin est confirmée par une longue correspondance restée partiellement inédite dans notre langue. On compte parmi les publications les plus célèbres de Kracauer son classique De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand, ouvrage audacieux et traduit en plusieurs langues qui tentait d’établir une continuité thématique dans l’histoire du cinéma allemand de l’entre-deux-guerres1. Relativement peu connu en France, Martin Jay est un universitaire américain, historien et germaniste à l’Université de Californie à Berkeley ; même après quatre décennies, son livre L'imagination dialectique : histoire de l'École de Francfort et de l'Institut de Recherches Sociales (1923-1950) tiré de sa thèse de doctorat est toujours considéré — à juste titre  — comme étant « LA » référence sur l’histoire de la théorie critique2.

Biographie partielle de Siegfried Kracauer

2Comme beaucoup de théoriciens proches de l’École de Francfort, Siegfried Kracauer fait partie de ces intellectuels d’origine juive ayant été contraints de quitter l’Allemagne hitlérienne en 1933. Ce nouveau livre de Martin Jay porte précisément sur le parcours et les écrits de Kracauer durant son exil à Paris puis à New York.

  • 3 Une partie considérable des archives de Siegfried Kracauer se trouve au Musée national Schiller de (...)

3Le premier chapitre de Kracauer l’exilé occupe le tiers du présent ouvrage et propose une biographie méticuleuse mais partielle de cet intellectuel fascinant, en évoquant successivement l’enfance francfortoise, l’influence bénéfique de son oncle historien (Isidor Kracauer) qui remplaça son père disparu prématurément, les années de formation universitaire en architecture, son doctorat en ingénierie (et non en sciences sociales ou en histoire) (p. 43), ses années de travail comme journaliste au quotidien Frankfurter Zeitung, ses premiers écrits sur le cinéma, son mariage avec Elisabeth Ehrenreich (p. 51) et son exil en raison de ses origines juives. En bon historien, Martin Jay a pu consulter les archives personnelles de Kracauer ; plusieurs extraits inédits de sa correspondance (avec T. W. Adorno, Walter Benjamin, Leo Löwenthal) servent de trame de fond à la présente étude, sans doute la plus exhaustive jamais consacrée à ce penseur négligé et attachant (p. 39)3. Tous les livres de Kracauer sont mis en contexte et magistralement analysés par Martin Jay. Le biographe fonctionne souvent par oppositions afin de caractériser la pensée de Kracauer : ses sentiments partagés face à Georg Lukacs (pp. 45 et 58), son amitié ponctuée de désaveux avec Adorno (p. 90), son aversion pour Brecht (p. 59), son acharnement envers le cinéaste Fritz Lang (p. 69), son hostilité ambiguë à propos de Marx (p. 59).

4Peut-être le moins intéressant de l’ouvrage, le deuxième chapitre porte principalement sur une nouvelle traduction de la Bible vers l’allemand et l’attitude de Kracauer face à ce phénomène peu fréquent, à partir de 1926. Le texte de Martin Jay fait preuve d’une indéniable érudition sur la place des religions dans l’Allemagne des années 1920 ; mais la place réservée à Kracauer est ici bien moindre que dans les autres chapitres. Cet exposé veut étudier et mettre en évidence la volonté de popularisation dans la langue populaire (et dans une forme presque folklorique) du texte biblique tel qu’opéré par Martin Buber et Franz Rosenzweig, dont l’impact en Allemagne weimarienne fut alors « extraordinaire », selon Martin Jay (p. 117). La critique initiale de Kracauer lors de cette parution avait suscité un « échange houleux entre Kracauer et le cercle du Lehrhaus » autour de la fonction réelle de cette traduction du texte sacré transposé en des mots populaires (p. 142). La mise en contexte de Martin Jay fait revivre ce débat dans ses moindres rebondissements ; mais après le chapitre d’ouverture si instructif et nuancé sur le parcours exilique de Kracauer, on reste ici sur sa faim car l’argumentation ne réussit pas à rendre de nouveau pertinent pour le lecteur d’aujourd’hui ce vieux débat interreligieux.

Kracauer et Adorno

5Si le premier chapitre de Kracauer l’exilé évoquait au passage les mésententes, querelles et réconciliations successives entre Kracauer et Adorno (pp. 65, 67, 74), le troisième chapitre s’y consacre entièrement. La description détaillée de chacune de ces frictions est rendue possible par l’abondante correspondance des deux penseurs, sans oublier les nombreuses lettres acheminées à des tiers et faisant écho à leurs conflits. La personnalité d’Adorno (1903-1969) y apparaît comme étant intransigeante et imprévisible, surtout envers son aîné Kracauer qui avait quatorze ans de plus que lui (p. 51). Sur le plan académique et matériel, Adorno avait mieux réussi que Kracauer et s’était « fait un nom ». En revanche, Kracauer n’était pas rattaché à une université et n’occupait pas de fonctions académiques ; en conséquence, Kracauer ne bénéficiait pas de statut officiel ni de revenus fixes, contrairement à Adorno et Horkheimer. Cette insécurité matérielle pouvait causer des frustrations jamais entièrement résolues : « Au fil des années, cependant, la situation financière de Kracauer s’aggrava à tel point que toute source de revenu devenait bonne à prendre » (p. 166).

  • 4 Theodor W. Adorno, Dialectique négative (Negative Dialektik). Paris, Payot, 1978 [1966 pour la prem (...)

6Même dans les comptes rendus qu’il consacrait aux livres de Kracauer, l’ami Adorno ne pouvait manquer de le critiquer ou de pointer un détail dissonant (p. 167). Souvent hautain et assez imbu de lui-même, on pourrait presque soupçonner Adorno de jalousie ; ce sentiment se manifestera même dans la nécrologie qu’Adorno rédigea au lendemain du décès de Kracauer (p. 160). Bien que plus jeune, Adorno était plus prolifique que Kracauer. Or, selon Martin Jay, certaines argumentations d’Adorno contenues dans son livre Dialectique négative (Negative Dialektik) paru en 1966 avaient déjà été formulées par Kracauer quarante ans plus tôt, entre autres sur la question de l’idéalisation et l’espoir ou « les chances d’un changement social significatif » à court terme, utopie dans laquelle ni Adorno ni Kracauer ne croyaient vraiment : « Kracauer était parvenu aux mêmes conclusions dès 1926 » (selon Martin Jay, p. 163)4. On peut supposer que les deux hommes avaient déjà échangé sur ce sujet au cours de leur longue correspondance. Quoi qu’il en soit, la longue amitié de Kracauer et Adorno s’est terminée abruptement quelques années avant la mort de Kracauer, en 1966, à la suite d’un débat d’idées devenues irréconciliables : « Les deux amis étaient dorénavant des rivaux s’accrochant avec acharnement à des positions fixes et refusant de céder un pouce de terrain sur les questions les séparant » (p. 184). Au début des années 1960, Kracauer se méfiait ouvertement d’Adorno, en raison du ton des articles sceptiques qu’Adorno consacrait à ses derniers écrits et surtout « de sa conviction qu’Adorno avait volontairement déformé la vérité dans le but de ternir sa réputation » (p. 184).

7Le quatrième chapitre de Kracauer l’exilé porte sur la relation difficile entre Kracauer et Max Horkheimer. Pour Martin Jay, le statut précaire de Kracauer contrastait avec l’aisance matérielle dont Horkheimer avait toujours joui : « Kracauer ne disposait pas de la sécurité financière qu’offraient à Horkheimer la fortune de ses parents et la dotation privée de l’Institut » (p. 192). C’est cependant auprès de Leo Löwenthal que Kracauer trouvera un ami et confident fidèle, comme le prouvent des extraits de leur correspondance qui sont analysés au cinquième chapitre. Enfin, sans prétendre servir de conclusion générale, les dernières pages reprennent certaines conceptions fondamentales de Kracauer à propos du réalisme au cinéma.

La double exclusion de Kracauer

8L’ouvrage Kracauer l’exilé est indéniablement instructif quant à la personnalité parfois contradictoire et indiscernable de Kracauer : on apprend qu’il a toujours refusé de donner son âge, non pas par coquetterie masculine, mais plutôt par une volonté légitime de demeurer totalement anonyme pour ceux qu’il ne connaissait pas et au premier chef ses lecteurs ; il employait d’ailleurs l’expression d’un « anonymat chronologique » pour caractériser cette exigence particulière et refusait de ce fait d’être catégorisé selon les autres personnes de sa génération ou de son groupe d’âge (p. 40).

  • 5 Kuhle Wampe ou A qui appartient le monde? (1932), par Slatan Dudow. Ce film important et d’inspirat (...)

9Par ailleurs, on comprend mieux les réactions hostiles de Kracauer face à certains films de la fin du cycle weimarien comme Ventres glacés ou A qui appartient le monde ? (en allemand : Kuhle Wampe), réalisé par Slatan Dudow sur un scénario coécrit par Bertholt Brecht en 19325. Bien qu’il soit étudié dans son livre De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand, ce film marxiste était en contradiction avec la vision générale de Kracauer à propos du cinéma allemand de l’époque expressionniste. Par ailleurs, en lisant Kracauer l’exilé, on connaît mieux les années parisiennes de Kracauer après qu’il eut quitté l’Allemagne en février 1933 et l’on découvre les journaux suisses pour lesquels il rédigeait occasionnellement des critiques de films (p. 62).

10La principale force du livre de Martin Jay est de situer avec une précision infinie la pensée complexe de Siegfried Kracauer au fil des ans mais aussi selon les débats intellectuels ayant eu cours durant les années 1920 et au-delà, par exemple à propos des positions politiques des grands philosophes de son temps, et en particulier Georg Lukacs : « S’il concluait en reconnaissant le brio de certains passages de Lukacs sur la réification, Kracauer rejetait néanmoins sans équivoque l’essentiel de son raisonnement. Sa méfiance envers la totalité, son souci de l’intégrité de la personnalité individuelle et son adhésion au point de vue des Lumières sur le matérialisme allaient d’ailleurs marquer de leur empreinte toute son œuvre ultérieure » (p. 58).

11Comme le titre l’annonce, le statut d’exilé de Kracauer est expliqué dans toute sa complexité par Martin Jay : autant le Kracauer de 1941 avait mal vécu sa séparation forcée d’avec son Allemagne natale qu’il chérissait tant, autant a-t-il affronté mille difficultés matérielles, professionnelles et linguistiques en se retrouvant sans le sou aux États-Unis, on constate néanmoins que ce dernier s’est par la suite très bien adapté à la vie américaine, au point de ne plus vouloir en repartir. Germanophone ayant vécu huit années à Paris, Kracauer a rédigé ses livres subséquents en anglais et n’a jamais cherché à retourner définitivement en Europe lors de la chute du nazisme ou après la fin de la Deuxième guerre mondiale. Significativement, au cours d’un séjour en Europe en 1956, Kracauer déclarait ne plus retrouver l’Europe d’avant-guerre et il admettait ne plus vouloir vivre dans l’Europe d’après-guerre. Les extraits de sa correspondance à ses amis allemands sont sans équivoque, par exemple dans cette lettre datée de 1958 : « Nous mourrions si nous devions vivre en Allemagne pour de bon » (p. 74). Martin Jay explique que Kracauer et son épouse Lili ne voulaient pas d’une autre réadaptation, même vers leur Allemagne fédérale qu’ils voulaient désormais oublier : « il lui répugnait visiblement de renoncer une fois de plus à un environnement relativement confortable » (p. 75).

  • 6 Voir une réflexion similaire sur Kracauer dans le livre du Professeur David Jenemann, Adorno in Ame (...)

12Il faut mentionner que tout comme Adorno, le Kracauer de 1941 avait pu bénéficier momentanément de quelques bourses et subventions offertes par des organismes caritatifs américains qui lui ont permis de subsister durant les cinq premières années et de réaliser bon nombre de recherches ayant mené à la rédaction de ses livres les plus remarqués, et ce dès son arrivée à New York (p. 167). Ironiquement, ce sont ces organismes désintéressés et ces fondations américaines (notamment les fondations Bollingen et Chapelbrook, mais aussi l’American Philosophical Society, (p. 75) qui ont donné directement à Kracauer les aides financières que ses amis de l’Institut für Sozialforschung ne lui ont pas offertes : « Kracauer ne reçut jamais de l’Institut une aide digne de ce nom » (p. 166). Si Kracauer était considéré comme un « proche » des dirigeants de l’Institut réaménagé aux États-Unis, il n’a jamais été un « membre » officiel de cette entité que l’on nomme l’École de Francfort. Cette réputation de chercheur fauché, toujours à la recherche de subsides a souvent été reprise ailleurs6. En somme, Martin Jay résume correctement le parcours difficile de cet exilé ayant goûté plus souvent qu’à son tour à l’ingratitude de ses amis : « Kracauer resta un outsider jusqu’à la fin, sceptique envers tout système de croyances » (p. 94). Banni de sa patrie, Kracauer était pratiquement exclu de son groupe auquel il n’a jamais pu appartenir officiellement : c’était en quelque sorte un double exil.

  • 7 En France, l’ouvrage le plus célèbre à son propos reste Siegfried Kracauer : itinéraire d'un intell (...)

13En dépit de certains jugements et diagnostics discutables, Kracauer l’exilé se range favorablement aux côtés des autres études approfondies consacrées à ce penseur important de l’altérité7. Parfois plus sévère, le biographe ajoute que « rien ne permet aux historiens d’affirmer que la vie de Kracauer, en rencontrant son terme, soit parvenue à une quelconque signification réellement unifiée » (p. 94). Le lecteur pourra faire abstraction des jugements de Martin Jay et profiter de l’importance documentation qui a été consultée. Autre qualité de l’ouvrage, Martin Jay ne cède jamais à la tentation de réduire ces débats et antagonistes à de simples anecdotes ou à des conflits de personnalité ; au contraire, chaque point de vue est situé et mis en contexte de manière à ce que le lecteur puisse se sentir empathique et compréhensif envers chaque penseur. Tout son livre retrace méticuleusement le fil des argumentations au cours de chaque débat repris individuellement.

Réception de la théorie critique en France

  • 8 Par exemple sur le site YouTube, où les films peuvent souvent être visionnés en intégralité.
  • 9 Voir le recueil de Michael Ryan (dir.), Cultural Studies: An Anthology, Oxford: Blackwell Pub., 200 (...)

14Pour le lecteur non-familier de Kracauer, ce deuxième livre (en français) du prolifique Martin Jay n’est peut-être pas la porte d’entrée optimale ; on se référera plutôt aux livres de Kracauer lui-même en commençant par les plus célèbres, au premier chef De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand, en dépit de sa réputation controversée qui n’enlève rien à son érudition à propos de la culture de l’Allemagne de Weimar. En (re) lisant ce livre étoffé qui déborde le cadre strict de la sociologie du cinéma, on constate que la plupart des films choisis par Kracauer pour constituer son corpus initial sont devenus par la suite des classiques du cinéma allemand des années 1920 et 1930 ; ce sont les films les plus souvent réédités en DVD (ceux de Fritz Lang et de F.W. Murnau, notamment) et ces titres demeurent les plus faciles à trouver encore de nos jours, même sur Internet8. Naturellement, on ne saurait considérer Kracauer comme étant parfaitement représentatif de l’École de Francfort dans toutes ses ramifications ; mais ses intuitions et les débats décrits ici en montrent les principales préoccupations : la culture de masse, les images, la critique de la culture, le post-marxisme. Pendant longtemps, les penseurs de l’École de Francfort ont permis à des générations de chercheurs en sciences sociales d’axer leurs analyses de la production culturelle d’une manière critique et d’inspiration marxiste, sans pour autant se référer directement aux écrits de Marx, à une époque où le marxisme pouvait être considéré comme étant éminemment subversif dans certains milieux universitaires plus conservateurs, notamment les États-Unis de la fin des années 1940. Cette période correspond grosso modo à la deuxième moitié du XXsiècle ; aux États-Unis, ce moment de suspicion coïncide avec l’anticommunisme, le maccarthysme et la Guerre froide. Pour se replonger dans le contexte spécifique de la circulation des idées politiques durant les années 1950 et 1960, il faut se souvenir qu’à cette époque aux États-Unis, on ne pouvait pratiquement pas trouver en librairie ou en bibliothèque un ouvrage de Georg Lukacs, pionnier de la théorie postmarxiste de la culture, tout simplement parce que ses livres n’étaient pas édités en Amérique, mais seulement en Europe (par exemple en Angleterre). Par la suite, le courant des études culturelles (« Cultural Studies ») apparu en Grande-Bretagne au tournant de 1960 s’est amplement nourri des apports théoriques de l’École de Francfort (et surtout d’Adorno, mais aussi de Walter Benjamin) afin d’apporter la touche critique « de gauche » indispensable à la compréhension des modes de production de la culture destinée aux masses et fabriquées industriellement. Si les analyses de Kracauer étaient très peu citées par les tenants des études culturelles, celles de l’École de Francfort en constituaient une inspiration évidente et logique9.

15Comme dans ses livres précédents (et j’inclus ceux en anglais non encore traduits dans notre langue), Martin Jay fait preuve d’une maîtrise parfaite du mouvement des idées dans l’Allemagne d’avant le IIIReich ; ses analyses sur l’évolution de la pensée de l’École de Francfort (Adorno, Horkheimer, Benjamin, etc.) au cours du XXsiècle restent aujourd’hui encore inégalées. Mais c’est surtout dans sa manière précise de décrire cet intellectuel inclassable que Martin Jay sera le plus utile aux chercheurs voulant s’initier à cette dimension de l’histoire des idées européennes, comme le confirme ce jugement précis et nuancé : « Malgré ses intentions et sa rhétorique marxistes, il est bien évident que Kracauer était davantage un membre de la fameuse ‘gauche sans abri’ [homeless Left] de Weimar que de quelque mouvement marxiste établi que ce soit » (p. 61). Dans une autre remarque plus brève, Martin Jay résume ainsi la personnalité fragile de Kracauer : «  un intellectuel marginal et peu sûr de lui » (p. 118).

  • 10 L’exemple le plus éloquent reste le livre de Siegfried Kracauer, Théorie du film, la rédemption de (...)
  • 11 C’était d’ailleurs le principal reproche formulé à ce propos par des philosophes comme Ian Jarvie d (...)
  • 12 Dans son livre Le cinéma ou l’homme imaginaire (Paris, Éditions de Minuit, 1982 [1956]), le sociolo (...)

16Ce jugement devrait être plus nuancé. Avec le recul, on peut voir en Kracauer un penseur inclassable certes, mais plutôt marginalisé, et appartenant en fait à cette catégorie de chercheurs sans affiliation qui ne sont ni historiens ni philosophes ; on pourrait simplement qualifier son travail de « théorique », en ce sens que durant tout son exil américain, il aura voulu forger des théories et penser en théoricien10. En réalité, Siegfried Kracauer n’avait peut-être pas toutes les qualités d’un archiviste ou la rigueur d’un sociologue comme le prouvent les critiques formulées à propos de sa théorie du reflet dans son livre De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand11. Il n’en reste pas moins chez lui une volonté de théoriser le cinéma à une époque où encore peu d’universitaires accordaient de l’importance aux films12.

Conclusion

  • 13 Pensons aux multiples rééditions du classique de Lotte Eisner, L’Écran démoniaque. ‎Paris, Éditions (...)

17Pourquoi devrait-on lire Kracauer l’exilé ? Indéniablement, cet ouvrage dense sera utile aux historiens d’aujourd’hui voulant mieux saisir la personnalité apparemment incernable de Kracauer, ou pour mieux comprendre comment un tel homme a-t-il pu écrire un ouvrage aussi fascinant que De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand. Pendant longtemps, il existait très peu de documentation sur Kracauer et beaucoup d’étudiants en cinéma s’étaient interrogés sur sa méthode et sa manière d’appréhender le cinéma, surtout durant l’ère triomphante de la narratologie et de la sémiologie du film (des années 1960 à la fin du XXsiècle). Personnellement, je me souviens d’avoir lu pour la première fois le livre De Caligari à Hitler en 1981 sans savoir si son auteur était encore vivant ou décédé ; c’était avant l’accès aux bases de données et avant Internet. En dépit de son statut controversé, il faut bien admettre qu’en France et en Suisse, De Caligari à Hitler a eu une influence considérable dans le domaine des études sur le cinéma allemand, surtout dans les années qui ont suivi sa traduction française en 1973, à une époque où l’on ne trouvait que les livres de l’historienne de l’art Lotte Eisner (la cofondatrice de la Cinémathèque française) pour fournir aux étudiants francophones un autre point de vue sur les films de l’époque de Weimar13.

  • 14 Sur les prolongements de la théorie critique dans des dimensions encore insoupçonnées au siècle der (...)

18On pourrait également se demander pourquoi se référer encore de nos jours à l’École de Francfort et à la théorie critique ? Cette question reste d’autant plus pertinente que les étudiants et les thésards peuvent désormais se référer à Marx et à ses continuateurs sans risquer de paraître suspects ou dépassés aux yeux de leurs professeurs et évaluateurs. Pour répondre à cette question légitime, on peut affirmer que les théoriciens de l’École de Francfort (en incluant Kracauer) ont élaboré une approche critique de la culture de masse en se basant sur la philosophie, mais sans se cantonner uniquement à l’esthétique, en s’appuyant notamment sur les sciences sociales (et particulièrement la sociologie) sans pour autant adopter les approches fonctionnalistes plus « douces » inspirées d’Émile Durkheim ou de Talcott Parsons. Encore de nos jours, plusieurs ouvrages tentent d’actualiser les apports de l’École de Francfort et de ses théoriciens14.

19Enfin, sur le plan stylistique, le travail des traducteurs Stéphane Besson, Danilo Scholz et Florian Nicodème mérite d’être souligné : toutes les références bibliographiques (en allemand et en anglais) établies initialement par Martin Jay ont été complétées par les versions françaises des sources mentionnées, le cas échéant ; on devine que cet exercice nécessaire résulte d’une longue recherche pour retrouver dans la version en français le passage correspondant dans l’édition d’origine. Une seule coquille subsiste dans cet ouvrage autrement bien traduit et rigoureusement édité : on y lit « Nietzche » [sic] au lieu de « Nietzsche » (p. 118).

20Peut-être plus difficile à trouver en librairie, ce nouveau livre sur Siegfried Kracauer pourra aisément être commandé sur Internet15.

Haut de page

Notes

1 Kracauer, Siegfried, De Caligari à Hitler : Une histoire psychologique du cinéma allemand. Lausanne, Éditions L'Âge d'Homme, 2009 [1973 pour la première traduction en français]. Réédité sous un titre légèrement différent De Caligari à Hitler. Une histoire du cinéma allemand 1919-1933, Paris, Flammarion, Collection « Champs Contre-champ », n° 506, 1987.

2 Martin Jay, L'imagination dialectique : histoire de l'École de Francfort et de l'Institut de Recherches Sociales (1923-1950). Paris, Payot, Coll. « Critique de la Politique », 1977. La première édition en anglais de ce livre date de 1973.

3 Une partie considérable des archives de Siegfried Kracauer se trouve au Musée national Schiller de Marbach am Neckar. Voir la note 2, p. 39 de Kracauer l’exilé.

4 Theodor W. Adorno, Dialectique négative (Negative Dialektik). Paris, Payot, 1978 [1966 pour la première édition en allemand].

5 Kuhle Wampe ou A qui appartient le monde? (1932), par Slatan Dudow. Ce film important et d’inspiration communiste vient d’être réédité en France pour la première fois sur DVD dans une version sous-titrée en français et produite par K-Films.

6 Voir une réflexion similaire sur Kracauer dans le livre du Professeur David Jenemann, Adorno in America (Minneapolis, University of Minnesota Press, 2007, p. 139).

7 En France, l’ouvrage le plus célèbre à son propos reste Siegfried Kracauer : itinéraire d'un intellectuel nomade, par Enzo Traverso. Paris, La Découverte, 1994.

8 Par exemple sur le site YouTube, où les films peuvent souvent être visionnés en intégralité.

9 Voir le recueil de Michael Ryan (dir.), Cultural Studies: An Anthology, Oxford: Blackwell Pub., 2008.

10 L’exemple le plus éloquent reste le livre de Siegfried Kracauer, Théorie du film, la rédemption de la réalité matérielle, Paris, Éditions Flammarion, 2010 (1960 pour la première édition en anglais).

11 C’était d’ailleurs le principal reproche formulé à ce propos par des philosophes comme Ian Jarvie dans son livre Movies and Society (New York, Basic Books, 1970).

12 Dans son livre Le cinéma ou l’homme imaginaire (Paris, Éditions de Minuit, 1982 [1956]), le sociologue Edgar Morin raconte que ses collègues se moquaient de lui chaque fois qu’il disait aller au cinéma « pour travailler » (voir la Préface à la nouvelle édition, dans la collection « Arguments », 1982, p. xiv).

13 Pensons aux multiples rééditions du classique de Lotte Eisner, L’Écran démoniaque. ‎Paris, Éditions André Bonne, 1952. Cet ouvrage a été traduit et réédité par différents éditeurs dans des versions augmentées, notamment en 1965 et en 1981. Elle a aussi consacré des monographies à F. W. Murnau et à Fritz Lang. Son autobiographie (Ich hatte einst ein schönes Vaterland. Memoiren, München, DTV, 1988) qui évoque la nostalgie de sa belle patrie à jamais perdue (l’Allemagne d’avant-guerre) n’a pas été traduite en français.

14 Sur les prolongements de la théorie critique dans des dimensions encore insoupçonnées au siècle dernier, pensons entre autres à l’excellent livre de David M. Berry, Critical Theory and the Digital, New York, Bloomsbury, 2014. Une mise en lumière de l’apport des membres méconnus de l’École de Francfort se trouve dans le collectif dirigé par David Berry (dir.), Revisiting the Frankfurt School: Essays on Culture, Media and Theory, Aldershot (Surrey), Ashgate, 2012. De ce groupe, Walter Benjamin a récemment fait l’objet d’une redécouverte, confirmée par plusieurs publications dont le collectif de Rolf J. Goebel (dir.), A Companion to the Works of Walter Benjamin, Rochester, Camden House, 2009.

15 On se référera au site de l’éditeur : http://www.editionsbdl.com/fr/books/kracauer-lexil/205/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Un penseur de l’interdisciplinarité : Siegfried Kracauer et la théorie critique », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2015, mis en ligne le 10 février 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17003

Haut de page

Rédacteur

Yves Laberge

Ph.D, Sociologue, rattaché à la Faculté des Arts de l’Université d’Ottawa, Canada

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page