Navigation – Plan du site

Florence Binard, Guyonne Leduc, Genre(s) et transparence

Thaïs Bihour
Genre(s) et transparence
Florence Binard, Guyonne Leduc (dir.), Genre(s) et transparence, L'Harmattan, coll. « Des idées et des femmes », 2014, 182 p., préface de Françoise Barret-Ducrocq, ISBN : 978-2-343-04009-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour plus de détails sur le Congrès « La transparence » (Limoges du 11 au 13 mai 2012), et ces mult (...)

1Marchant dans les pas des études féministes des années 1970, cet ouvrage propose une réflexion placée sous le prisme du genre et entend mettre en avant la voix de « minorités invisibles », souvent rejetées pour raisons sexuelles ou ethniques. Répartis en deux axes distincts, les articles abordent les problématiques de la visibilité et de l’invisibilité – choisies ou subies ; de la transparence et de ce qu’elle révèle ; ou du rejet de certains individus, que ce rejet soit le fruit d’un discours politique moralisateur ou d’une tradition phallocentrique –. Il s’agit ici, d’une sélection de contributions parmi celles présentées lors du 52e Congrès annuel de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur : si ce dernier proposait un travail transdisciplinaire sur la notion de « Transparence », cet ouvrage vise à rassembler les interventions de l’atelier « Études sur les femmes, le sexe et le genre »1. Ainsi, le premier axe d’études est tourné vers une approche littéraire. Il s’agit de trois réflexions mises en dialogue, évoquant chacune des auteurs différents et des enjeux distincts, mais où le lecteur entrevoit clairement les intrications : toutes s’appliquent à mettre en exergue les jeux de transparence que portent en eux leurs héros. Ce sont ces protagonistes, qui par le biais de la fiction, nous permettent de comprendre les ressorts de sociétés discriminantes bien réelles. Le second axe « Espaces publics et invisibilité », est plus bousculant : nous sommes projetés au cœur des rues, foyers d’accueil pour sans-abri, terrains de sport. De tous ces lieux, les auteurs en font ressortir d’alarmants constats : insécurité, violence sexuelle, préjugés et discrimination régissent le quotidien des femmes et des individus considérés en marge de la société.

  • 2 Elle est la première femme ayant accédé en 2009, au statut de « Poète Lauréat du Royaume-Uni ».

2Dans le premier article, Georges Letissier s’intéresse aux poèmes de Carol Ann Duffy2. Grâce à un style poétique accessible, Duffy propose de s’émanciper des codes hermétiques qui contribuent à rendre la poésie trop obscure. Dans un souci de jouer sur le concept de transparence et d’invisibilité, la poétesse fait entendre la voix de femmes longtemps cantonnées aux sphères domestiques ou condamnées à vivre dans l’ombre de leur mari célèbre. En leur dédiant des poèmes, Duffy fait émerger ces célébrités anonymes. Mais comme le souligne l’auteur, ce cycle de poèmes est aussi une métaphore biographique : avec le poème du Petit Chaperon Rouge, elle parle de sa rencontre avec un « loup poète » qui l’initie à l’écriture : son mentor. En parvenant à s’émanciper de cette figure masculine, elle réhabilite une génération de femmes passée sous silence. Un article passionnant, notamment pour ceux qui s’intéressent aux procédés stylistiques et aux jeux d’intertextualité.

  • 3 L’auteur utilise l’expression « authentically exotic alterity », (p. 56).

3Le deuxième article de Margaret Gillespie, nous plonge dans les années 1920-1930 aux Etats-Unis, par le biais du roman de Nella Larsen intitulé Passing. Ecrit en 1929, il raconte l’histoire de deux femmes noires dont la couleur de peau est si pâle qu’elle leur permet d’être vues comme des femmes blanches. On y retrouve des thématiques telles l’ethnicité, la sexualité, la quête d’une visibilité sociale. L’auteur revient sur les critiques adressées au roman à sa parution, où toutes convenaient de façon simpliste, que le lien entre la romancière et son héroïne était évident : manifestation patente du climat de l’époque et du clivage ethnique qui sévissait. Mais de manière symptomatique, on apprend que la réception de l’ouvrage est plus complexe, répondant aux problématiques de la société américaine des années 20-30, où les Afro-Américains via le prisme d’une « altérité exotique »3 fascinaient et faisaient peur à la fois. Au fond, le roman sert de prétexte à l’étude d’une période historique trouble, où la ségrégation raciale et sexuelle battait son plein. Grâce à un jeu narratif et une construction littéraire aboutie, Larsen fait d’un conte moral en apparence, une arme pour combattre les stéréotypes.

4L’article de Gilbert Pham-Thanh s’avère opaque par rapport aux précédents. L’auteur, en s’appuyant sur des extraits littéraires, entend parler des liens que tisse Max Beerbohm avec les textes d’Oscar Wilde. La réappropriation des thématiques de ce dernier, se retrouve dans les personnages masculins et la construction de leur identité sexuelle. Plusieurs problématiques se dégagent de cet article : comment se manifeste le caractère très phallocentrique des protagonistes ? Qu’en est-il de l’omniscience quasi divine des personnages masculins ? Quel est le sort réservé aux héroïnes ? L’article, aussi, traite des faux-semblants ; la figure masculine est vouée à tomber dans son propre piège : vêtements, masques, costumes, tous ces éléments concourent à mettre à mal les tartufferies inventées par les hommes pour dominer leur partenaire. Ici, les extraits littéraires sont disposés à bon escient : ils permettent d’avoir accès à un corpus intéressant. On déplorera cependant, un texte trop hermétique dans son vocabulaire.

5La seconde partie de l’ouvrage s’ouvre par un article de Nassera Zmihi sur les femmes sans-abri à Londres : une contribution captivante qui réussit à être rigoureuse scientifiquement, tout en provoquant l’empathie. Elle débute par un constat : le phénomène des sans-abri est largement masculin. Alors, que tendent à montrer les statistiques sur le sujet ? Cacheraient-elles une dérangeante vérité : les femmes ne souffrent pas moins de ce phénomène, elles sont moins visibles. Sont-elles alors transparentes au regard de la société ? Ou choisissent-elles d’être invisibles pour se protéger ? L’article soulève un grand nombre de problématiques, telle l’exploitation sexuelle des sans-abri et, en particulier, des femmes. Une violence non seulement occultée par les victimes, mais aussi par les sans-abri masculins. La prise de conscience à laquelle nous amène Nassera Zmihi est amère : les statistiques sur les sans-abri cachent les dures réalités que vivent ces femmes, bien plus qu’elles ne les dévoilent.

6L’article « Visibilité/invisibilité féminines dans l’espace urbain américain : déconstruction d’une évolution » de Laurence Gervais, étudie un paradoxe : les femmes semblent exclues de la société de par leur genre, mais elles peuvent parvenir à s’approprier ces espaces complexes que sont les villes. Ainsi, quelle est leur visibilité dans l’espace urbain ? Comment expliquer leur invisibilité dans la recherche en sciences sociales ? Nous pourrions croire que depuis les années 1970 et les observations tournées vers le genre, les nouveaux espaces sociaux seraient pensés différemment. Il n’en est rien, et les nouveaux aménagements urbains accentuent les différences masculin/féminin. De cette différenciation nette des sexes, découle une division de l’espace qui réduit les femmes à deux situations : soit elles deviennent invisibles, soit elles sont visibles dans le peu de rôle qu’on leur assigne. La ville est donc un espace révélateur des clivages identitaires et de la transparence sociale.

7Le second axe se clôt avec la contribution de Bernard Cros sur l’athlète sud-africaine Caster Semenya, victime d’une polémique internationale en 2009. Entre tests anti-dopage, « tests de féminité » selon le jargon usité, et récupération politique, Caster Semenya a vu son intimité et son identité remises en question. À cause de son apparence éloignée de l’idée que la société se fait du corps féminin, elle fut mise à l’écart des compétitions : certes n’avait-elle pas triché, mais il fallait que les médecins se prononcent sur sa « féminité ». En dehors du milieu du sport, le cas fascine et donne lieu à une foule d’interrogations, mais à son détriment : ce n’est pas l’individu qui intéresse, mais sa « singularité ». Ainsi, les problématiques posées par cet article sont diverses : dans quelle catégorie classer ces individus qui par leur complexité génétique se trouvent entre deux sexes ? Comment l’affaire Semenya a-t-elle été récupérée politiquement ? En effet, les politiques sud-africains ont perçu la disqualification de la sportive comme une attaque personnelle envers leur pays et ont pris fait et cause pour la jeune femme. Cependant, l’auteur nous montre combien ce cas révèle la visibilité/invisibilité de ces corps : ce n’est pas l’athlète qu’ils défendaient mais leur nation. Surtout, ces discours politiques entraient en contradiction avec la manière dont sont traitées les minorités en Afrique du Sud, où l’intersexualité et l’homosexualité sont toujours mal vues, et où les lesbiennes sont « violées pour être « rééduquées » à l’hétérosexualité. » (p. 140).

  • 4 L’auteur utilise tout au long de son article l’expression « acceptable citizen ».

8En guise de conclusion, l’article de Sophie Croisy traite du concept de « citoyen acceptable »4, de la mise en valeur des individus hétérosexuels par rapport aux minorités sexuelles discriminées. Si cette conclusion revêt un intérêt certain, elle sera selon nous soumise au jugement de chacun : il y a en effet des prises de positions tranchées qui pourront heurter certains et en réjouir d’autres.

9Au final, il s’agit d’un ouvrage convaincant : le dialogue entre le monde romanesque du premier axe et le monde réel du second est très pertinent, rendant la lecture vivante ; les communications sont d’une belle rigueur scientifique et richement documentées. Un regret subsiste malgré tout : l’ouvrage s’adresse à un public ciblé et oublie trop souvent de définir les termes relatifs aux études de genre. Ainsi, il s’avère parfois difficile de contextualiser les concepts énoncés et d’en saisir le sens.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails sur le Congrès « La transparence » (Limoges du 11 au 13 mai 2012), et ces multiples problématiques, nous renvoyons au programme des ateliers : http://www.flsh.unilim.fr/wp-content/uploads/2012/05/Programme-SAES-web.pdf

2 Elle est la première femme ayant accédé en 2009, au statut de « Poète Lauréat du Royaume-Uni ».

3 L’auteur utilise l’expression « authentically exotic alterity », (p. 56).

4 L’auteur utilise tout au long de son article l’expression « acceptable citizen ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thaïs Bihour, « Florence Binard, Guyonne Leduc, Genre(s) et transparence », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 mars 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17222

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page