Navigation – Plan du site

Aïssa Kadri, Instituteurs et enseignants en Algérie 1945-1975. Histoire et mémoires

Gilles Boyer
Instituteurs et enseignants en Algérie (1945-1978)
Aïssa Kadri, Instituteurs et enseignants en Algérie (1945-1978). Histoire et mémoires, Paris, Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 2014, 423 p., ISBN : 978-2-8111-0968-4.
Haut de page

Texte intégral

1Instituteurs et enseignants en Algérie 1945-1975. Histoire et mémoires est un ouvrage qui, sous la direction d’Aïssa Kadri (professeur émérite de sociologie à l’université Paris 8), aborde une question essentielle de l’histoire du fait colonial, celle de l’enseignement. La première partie du livre retrace l’histoire du système de l’enseignement en Algérie sous différents aspects depuis les conditions d’imposition du système scolaire français à l’Algérie jusqu’à l’Algérie indépendante. La temporalité choisie crée la possibilité d’établir un lien entre les instituteurs et enseignants en poste dans l’Algérie coloniale et ceux qui ont exercé dans le cadre de la coopération dans l’Algérie indépendante, ce qui permet de voir les continuités et les ruptures avec le système colonial. Cette première partie permet d’éclairer et de mettre en perspective l’ensemble des témoignages oraux qui constituent les deuxième et troisième parties. Il s’agit de témoignages d’enseignants, syndicalistes et militants avant et après l’indépendance puis ceux d’enseignants qui évoquent leur quotidien professionnel. La quatrième partie, beaucoup plus courte reprend les échanges lors d’un débat organisé par l’Himase (association pour l’histoire des militants associatifs et syndicaux de l’éducation). S’il s’agit d’un livre d’histoire sociale où les sources orales sont croisées avec les archives, il est aussi un livre engagé puisqu’il procède de travaux d’enquêtes initiés par l’Unsa-Education, des actes d’un colloque organisé à l’université Paris 8 soutenu par l’Institut français d’Algérie et, enfin, du soutien de l’Himase.

2Même si l’ensemble peut contribuer à donner une allure un peu composite au livre, il n’en demeure pas moins que, sur la question de l’école en situation coloniale il est une contribution de tout premier plan.

3La mise en perspective historique des témoignages permet à Aïssa Kadri, dans la première partie, d’établir à la fois un bilan précis de la politique scolaire de la France en Algérie : 10 % d’une classe d’âge scolarisés en 1954, et de rappeler les raisons qui expliquent ce bien faible bilan, en particulier la contradiction jamais dépassée entre la volonté de scolariser et la peur d’éveiller des consciences susceptibles de remettre en question le système colonial. À cet égard, cette politique scolaire relève de ce que l’auteur qualifie de « minimum éducationnel » et c’est ce contexte qui permet de mesurer les contradictions des enseignants confrontés au fait colonial. L’intérêt de l’ouvrage est d’analyser différents témoignages, de passer de la mémoire à l’histoire en prenant en compte les représentations de ces enseignants sur leur place et sur les missions qui leur étaient assignées dans le dispositif colonial. Ce que la mise à distance de ces témoignages par leur analyse permet de voir, ce sont, en premier lieu, les contradictions d’une catégorie sociale, au demeurant pas si homogène que cela, par exemple, les fonctionnaires métropolitains nommés en Algérie et ceux originaires de la minorité européenne sur place. Si certains enseignants ont été à leur insu ou de façon consciente les instruments du système colonial, d’autres, la majorité, ont pris la mesure, au nom des principes fondateurs de la République, des dénis de droits et des injustices vécus au quotidien. Dès lors la place des instituteurs comme groupe social est analysée comme étant à la fois instrument de fait de la structure coloniale mais aussi comme lieu d’opposition et de résistance. Les témoignages dans les deuxième et troisième parties donnent à voir des processus de prise de conscience ainsi que différentes formes d’engagements s’inscrivant ou non dans les structures syndicales, débouchant ou non sur des prises de position franchement anticoloniales. Les témoignages montrent des contextes variés, urbain et rural, présence de la violence de guerre à des degrés divers, attitudes non uniformes des hiérarchies administratives. Cependant, mais est-ce l’effet du témoignage à distance ? Ils dénotent tous, à des degrés divers d’une prise de conscience des injustices vécues quelques que soit la forme qu’elles aient prise.

4La question de la continuité ou de la rupture entre la période coloniale et l’Algérie indépendante est un peu moins présente dans le livre. Continuité, tout d’abord parce que certains choisissent de rester enseigner en Algérie, nombre auquel viennent s’ajouter les coopérants Parmi ceux qui restent et/ou reviennent, il convient de citer à titre d’exemple le cas bien connu d’André Mandouze auquel un article est consacré dans la deuxième partie. Continuité aussi parce que les contradictions de la période coloniale sont dépassées, permettant ainsi aux enseignants d’être en accord avec leurs valeurs. Ruptures sur un plan externe aussi, en fonction des évolutions des politiques éducatives de la jeune Algérie indépendante mais aussi, de façon plus générale, des évolutions politiques.

5L’autre ambition du livre est d’évoquer avec rigueur mais aussi avec toute l’humanité des témoignages un aspect de l’histoire partagée franco-algérienne qui est celui d’un point de rencontre entre communautés clivées dans le contexte particulier de la situation coloniale mais qui fût aussi prolongé au-delà parce que, justement, il était ce point de rencontre.

6L’aspect singulier de ce livre à plusieurs voix est d’évoquer une mémoire particulière des rapports franco-algériens, celle‑ peu ou pas mise en avant ‑des enseignants dans l’Algérie coloniale et des commencements de l’indépendance. Sur le plan de la méthode, à mi-chemin entre sociologie et histoire, la direction de l’ouvrage par A. Kadri permet de produire une synthèse aboutie de cette question majeure qui est celle de l’École en situation coloniale au travers de la particularité du cas algérien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Boyer, « Aïssa Kadri, Instituteurs et enseignants en Algérie 1945-1975. Histoire et mémoires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 03 mars 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17225

Haut de page

Rédacteur

Gilles Boyer

Professeur agrégé Espe-Lyon 1

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page