Navigation – Plan du site

Seghier Tab, Les élus français d’origine maghrébine et la représentation politique

Eric Keslassy
Les élus français d'origine maghrébine et la représentation politique
Seghier Tab, Les élus français d'origine maghrébine et la représentation politique, Paris, L'Harmattan, coll. « Histoire et perspectives méditerranéennes », 2014, 305 p., préface de Catherine Wihtol de Wenden, ISBN : 978-2-343-01784-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vincent Geisser et El Yamine Soum, Discriminer pour mieux régner. Enquête sur la diversité dans les (...)
  • 2 Eric Keslassy, Ouvrir la politique à la diversité, Institut Montaigne, 2009.

1La représentation des « minorités visibles » dans le champ politique est une question largement débattue depuis quelques années. Ainsi, des études sur la place politique de la « diversité » ont déjà été publiées : on peut notamment citer Discriminer pour mieux régner de Vincent Geisser et El Yamine Soum1 ou Ouvrir la politique à la diversité d’Eric Keslassy2. Jusqu’à présent, à droite, c’est d’abord la méthode de la nomination qui a prévalu : l’accession à des portefeuilles ministériels de Rachida Dati, Rama Yade et Fadela Amara en 2007 s’apparente en effet au « fait du Prince ». À gauche, en dépit d’une logique impliquant davantage le militantisme de terrain, il faut constater le peu d’élus relevant de la « diversité ». Si bien que la faible présence des « minorités visibles » dans le champ politique, interroge directement la façon dont la méritocratie républicaine est mise en œuvre. C’est dans ce contexte que l’ouvrage de Seghier Tab est publié. Il possède néanmoins une spécificité intéressante : son analyse se concentre exclusivement sur les Français issus de l’immigration magrébine qui sont parvenus, non sans mal, à se faire élire. Il n’est donc pas question de la « diversité » dans son sens global, mais seulement de l’une de ses franges particulières qui, comme d’autres, accuse un certain retard en termes de représentation politique.

2Issu d’une thèse de doctorat en sociologie soutenue à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) en mars 2012, ce livre évoque très peu le résultat de l’élection législative de 2012, qui a permis à cinq Français d’origine maghrébine, tous socialistes, d’accéder à la fonction de député. Il est d’ailleurs sans soute significatif de constater que ces cinq élus sont issus de l’immigration algérienne. La recherche de Seghier Tab se donne un objectif ambitieux : comprendre le « paradoxe » entre le développement d’une élite politique française d’origine maghrébine et la faible présence de cette élite au sein des élus nationaux ou même locaux. Comment expliquer qu’une partie des Français n’arrivent pratiquement pas à accéder aux sièges politiques ?

3Pour répondre à cette question, Les élus français d’origine maghrébine et la représentation politique s’appuie sur une véritable enquête de terrain, qui concerne la quasi-totalité des élus d’origine maghrébine de la région parisienne : suppléants de députés, sénateurs, maires et membres d’assemblées locales, tous ont été rencontrés et interrogés par le sociologue. Le lecteur est donc renseigné sur leurs parcours et sur les obstacles qu’ils ont dû lever pour arriver à leur fonction – et, dans bien des cas, qu’ils continuent de rencontrer pour progresser dans la sphère politique. L’auteur nous livre d’abondants et passionnants extraits d’entretiens. Au bout de son travail, Seghier Tab retient trois grands facteurs pour expliquer le « paradoxe » posé au début de l’ouvrage. Tout d’abord, il met en avant le rôle des partis politiques qui détiennent l’immense pouvoir de l’investiture (il est aujourd’hui presque impossible d’atteindre une fonction politique sans passer par les partis déjà établis) et qui sont très réticents à partager les places avec des candidats qu’ils jugent « atypiques » – sans compter que les états-majors politiques les connaissent très mal. Mais il faut aussi tenir compte de l’électorat, au moment d’analyser le faible nombre de Français d’origine maghrébine qui sont élus en politique : les électeurs ont encore du mal à se représenter la France telle qu’elle est – c’est-à-dire « plurielle » –, composée d’une population immigrée de culture musulmane faisant désormais partie intégrante de la nation française. Enfin, dernier élément, on doit aussi interpréter ce « paradoxe » à l’aune du poids de l’islam dans notre société : les électeurs laïcs, traditionnalistes catholiques et même maghrébins musulmans (qui adoptent un comportement « auto-discriminant ») ne parviennent pas à faire confiance à ces candidats issus de l’immigration maghrébine. Sur ce point, notons que les sondages publiés jusqu’au début des années 2010 marquaient plutôt une indifférence de l’électeur devant le profil de « diversité » des candidats – davantage aux élections locales que nationales. Le climat tendu sur les thématiques liées à l’immigration a nécessairement changé la donne.

  • 3 Eric Keslassy et Najat Vallaud-Belkacem, Pluralité visible et égalité des opportunités, Fondation J (...)

4À la lecture de l’enquête de Seghier Tab, il apparaît évident que la volonté politique des partis est la clé centrale pour que la représentation politique soit plus « diverse ». Les élites politiques continuent à cultiver des préjugés sur ces Français issus de l’immigration maghrébine : la difficulté à reconnaitre leur compétence s’associe très souvent à une sorte de doute sur leur attachement national. Si bien que les militants d’origine maghrébine peuvent se sentir obligés d’en faire plus que les autres pour avoir la chance de se présenter à une élection. Cet obstacle passé, il faut encore convaincre les électeurs : par exemple, Seghier Tab démontre que de nombreux élus issus de l’immigration maghrébine ont dû changer leur nom pour apparaître plus « acceptables » aux yeux des électeurs. C’est ainsi que se présente un autre « paradoxe » abordé par l’ouvrage de Seghier Tab : les Français relevant de la « pluralité visible »3 doivent-ils devenir « invisibles » pour avoir une chance réelle d’être élus ?

Haut de page

Notes

1 Vincent Geisser et El Yamine Soum, Discriminer pour mieux régner. Enquête sur la diversité dans les partis politiques, Éditions de l’Atelier, 2008.

2 Eric Keslassy, Ouvrir la politique à la diversité, Institut Montaigne, 2009.

3 Eric Keslassy et Najat Vallaud-Belkacem, Pluralité visible et égalité des opportunités, Fondation Jean Jaurès, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Seghier Tab, Les élus français d’origine maghrébine et la représentation politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 12 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17315

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page