Navigation – Plan du site

Guillaume Christen, Philippe Hamman, Mathias Jehling et Maurice Wintz (dirs.), Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne. Synergies et divergences

Jean Frances
Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne
Guillaume Christen, Philippe Hamman, Mathias Jehling, Maurice Wintz (dir.), Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne, Paris, Orizons, coll. « Universités », 2014, 331 p., ISBN : 9782336298832.
Haut de page

Texte intégral

1Dirigé par Guillaume Christen, Philippe Hamman, Mathias Jehling et Maurice Wintz, le livre collectif (et bilingue, français-allemand) les Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne. Synergies et divergences rassemble des contributions de sociologues, d’économistes et d’urbanistes. Faisant suite à un colloque organisé à Strasbourg les 21 et 22 octobre 2013, l’ouvrage – dont les auteurs affirment qu’ils ne se résument pas à des Actes (p. 56) – propose à la fois une collection d’études de cas de dispositifs et « systèmes » juridiques et sociotechniques au service de la « transition énergétique », et un ensemble de réflexions méthodologiques sur les conditions de leur analyse. Au long de ces pages, la plupart des contributeurs proposent également des « scénarios énergétiques » et conçoivent des modélisations censées renseigner les modalités de réalisations des anticipations énoncées. Les directeurs de publication ne font pas mystère de leurs volontés de conseiller les pouvoirs publics : selon P. Hamman (p. 21-75) – dans sa très riche introduction, offrant à la lecture un impressionnant état de l’art –, l’ouvrage vise en effet à fournir des analyses « mettant en balance les dimensions socio-économiques et techniques » de la transition énergétique et à adjoindre à ces dernières « une lecture prospective utile à l’attention des décideurs » (p. 61).

2G. Christen (p. 117-134) étudie « la mise en opérationnalité de l’éolien citoyen à l’échelle d’une commune d’environ 850 habitants, située dans le nord de l’Alsace » (p. 119) et s’interroge sur les capacités de l’actionnariat populaire à favoriser l’implantation, puis la « réussite » d’une telle innovation sociotechnique. À ce chapitre répond – en allemand – celui proposé par A. Salup (p. 153-165) : l’auteure étudie les manières dont des « riverains » d’un parc éolien installé dans la forêt de Pfläzerwald (Rhénanie-Palatinat) considèrent et se représentent cette technologie au service d’une production « propre » d’énergie. L’intérêt de ces études de cas, en termes de sociologies, d’études urbaines et d’économie, est de ne pas déconnecter l’analyse des techniques favorisant la sobriété énergétique ou, à tout le moins, la réduction des émissions des gaz à effet de serre, de celle de leur « socialisation ». Et, justement, cette « socialisation » au plus vert et au moins énergivore est au centre de la contribution de N. Roudil (p. 95-115). S’intéressant à la promotion de la « ville ‟sobre” », elle montre combien un tel projet en faveur de la réduction de la consommation énergétique des logements sociaux – il faut rappeler ici, que les bâtis et le secteur du bâtiment représentent le premier « poste » de consommation d’énergie en France – soutient également une opération de contrôle de leurs occupants. Opération de contrôle exprimée officiellement sous le lexème de la « montée en compétence » et justifiée, politiquement, par l’ambition d’augmenter la « durabilité » de l’habitat (p. 59). Ainsi, écrit N. Roudil, « Le logement [dans ces villes « sobres » en conception] est doté d’un véritable mode d’emploi dont le but est de proposer aux ménages une revue des bonnes pratiques, dont la conséquence consiste néanmoins à les subordonner à des consignes permettant de « bien et mieux habiter » leur espace domestique. Leur entrée dans le logement se présente sous l’angle de l’apprentissage, présupposant de fait un défaut de compétence à savoir habiter » (p. 103).

3Un autre des intérêts de l’ouvrage se situe au niveau des terrains investis par les chercheurs. Comme le rappelle T. Blanchet (p. 169-186), si « les initiatives citoyennes locales dans le domaine des énergies renouvelables [sont] essentiellement développées dans des contextes ruraux » (p. 171), les contextes urbains sont aussi le théâtre de processus de transition énergétique initiés par les riverains eux-mêmes, mais sont bien moins étudiés par les chercheurs en sciences humaines et sociales. En réalisant une sociologie de « la coopérative énergétique citoyenne de Berlin […] crée en 2011 » et dont le « but est de reprendre […] le contrôle du réseau géré depuis 2001 par Vatenfall » (p. 174), T. Blanchet braque ainsi la focale sur un type d’initiatives citoyennes de transition énergétique, peu étudié par les sciences sociales, et nous montre en quoi ces coopératives de riverains deviennent, au même titre que les grandes entreprises, des acteurs collectifs centraux au sein du secteur allemand de l’énergie (p. 182).

  • 1 Bruno Latour, Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, L (...)

4J. Pigeon (p. 187-205), étudiant un projet de Captage, transport et stockage du CO2 (CTSC), s’interroge sur les meilleures manières d’étudier « ces rapports entre dispositif technique et société avant la mise en œuvre […] [d’un] dispositif » et se demande s’il est « possible par certains artefacts méthodologiques de construire des publics d’une potentielle controverse ? » (p. 188). L’enjeu, semble-t-il, consiste ici à mesurer les dimensions conflictuelles d’un projet de CTSC, et d’« en anticiper la mise en place dans la vallée de la Seine » (p. 191) afin d’en accompagner la réalisation. Si l’ambition est concordante avec le projet prospectif de l’ouvrage, la question méthodologique posée par l’auteur suscite la curiosité. S’il ne cherche pas à intégrer un « observateur de fiction » sur des terrains bien réels – à la manière de B. Latour et S. Woolgar1 –, essaye-t-il de créer un terrain d’enquête fictionnel, mais reproduisant le plus justement possible la réalité – « construire des publics d’une potentielle controverse » – pour l’analyser en géographe ou en sociologue ? Cette question de méthode n’est pas résolue dans ce chapitre. Le projet méthodologique développé par M. Jehling, T. Soylu et S. Jergentz (p. 207-229) est moins ambitieux, et plus abouti : analysant « les conditions socio -économiques qui freinent ou encouragent l’usage de la technologie photovoltaïque » auprès de particuliers, en France et en Allemagne, ils se donnent pour objet de construire des indicateurs susceptibles de permettre la conception de « scénarios énergétiques transfrontaliers » (p. 207-208) relatifs à l’installation de panneaux solaires chez des particuliers. Ce chapitre illustre au mieux les dimensions pluridisciplinaires de l’ouvrage autant que ses ambitions prospectives : « À l’aide d’un système d’information géographique […] l’analyse [proposée par M. Jehling, T. Soylu et S. Jergentz] considère des données techniques territoriales, comme la surface de toit mobilisable et leur exposition, pour optimiser l’installation de panneaux solaires photovoltaïques, ainsi que des résultats d’une enquête sociologique sur l’acceptation et les usages sociaux de cette techniques auprès des habitants » (p. 292).

  • 2 Dominique Pestre (dir.), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts dep (...)
  • 3 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris (...)

5L’ouvrage propose un ensemble d’analyses des « jeux d’acteurs » qui prennent forme autour des processus de transition énergétique. La comparaison France-Allemagne permet alors de mettre au jour des similitudes dans les manières dont les pouvoirs publics (locaux, nationaux et européens), les entreprises et les riverains se représentent l’importance de réduire la consommation « d’énergies fossiles et fissiles » (p. 283), génératrices de pollutions et de conflits, et négocient, s’opposent ou s’accordent sur les façons de poursuivre une telle ambition – le thème de la controverse et celui de « l’acceptabilité » des technologies « vertes » sont d’ailleurs abondamment traités dans le livre. Selon A. Évrard (p. 79-94), la similitude principale que l’on observe entre les deux pays « en matière de transition énergétique » peut être désignée au moyen de la notion de « ‟consensus ambigu” (Palier, 2005) [… qui] souligne qu’un dispositif ou un objectif de politique a d’autant plus de chance de trouver sa place dans l’action gouvernementale [laquelle, faut-il rappeler ici à la suite de D. Pestre2, ne se résume pas à celle des gouvernements] qu’il est suffisamment ambigu pour permettre aux acteurs de trouver un terrain d’entente, même s’ils ne partagent pas la même perception d’un enjeu, voire une même vision du monde » (p. 81). Et, c’est justement sur ce point que l’apport critique du livre est le plus manifeste, puisque les auteurs, notamment M. Wintz et I. Hajeck rappellent, en conclusion, combien les mêmes termes de transition énergétique, de sobriété des villes ou de basses consommations, s’ils suscitent de suite l’adhésion de la majorité des acteurs sociaux, peuvent être mobilisés et revendiqués pour mieux voiler des intérêts moins consensuels : « il serait abusif de considérer, dans le processus complexe de la transition énergétique, que […] la construction sociale des enjeux collectifs serve effectivement et en premier lieu les intérêts collectifs » (p. 288). D’ailleurs, énonçait P. Hamman (p. 38) en introduction, s’observe de manière concomitante le développement des incitations étatiques à la transition énergétique – via la fiscalité, notamment – et la généralisation d’une vision industrielle des processus d’économie d’énergie. En effet, le mouvement vers le plus « vert » et le moins « énergivore » ne semble jamais autant promu et soutenu par les pouvoirs publics et économiques qu’il est rentable en termes de croissance… Et, c’est peut être sur ce point que l’ouvrage aurait mérité quelques approfondissements : si les « jeux d’acteurs » autour de la transition énergétiques font l’objet de descriptions et d’analyses fouillées, l’étude des « jeux d’arguments »3 déployés par les parties prenantes est sommaire, alors même qu’elle aurait permis de faire ressortir avec plus de précision encore les intérêts politiques et industriels comme ceux des riverains qui prennent corps aux travers des mots de la transition énergétique.

Haut de page

Notes

1 Bruno Latour, Steve Woolgar, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1988.

2 Dominique Pestre (dir.), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945, Paris, La Découverte, 2014.

3 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Frances, « Guillaume Christen, Philippe Hamman, Mathias Jehling et Maurice Wintz (dirs.), Systèmes énergétiques renouvelables en France et en Allemagne. Synergies et divergences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17354

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page