Skip to navigation – Site map

André Delpuech, Jean-Paul Jacob (dir.), Archéologie de l’esclavage colonial

Rocío Munguía Aguilar
Archéologie de l'esclavage colonial
André Delpuech, Jean-Paul Jacob (dir.), Archéologie de l'esclavage colonial, Paris, La Découverte, INRAP, series: « Recherches », 2014, 272 p., ISBN : 9782707178961.
Top of page

Full text

  • 1 Terme emprunté au titre de l’article de Christine Chivallon, « Rendre visible l’esclavage », L’Homm (...)

1Publié en 2014 à la suite du colloque international Archéologie de l’esclavage colonial, tenu au musée du Quai Branly en mai 2012, cet ouvrage collectif dirigé par André Delpuech et Jean-Paul Jacob, tous deux archéologues de formation, réunit les recherches de plus d’une vingtaine de spécialistes, venus d’horizons divers mais partageant une même volonté de mettre en valeur le patrimoine matériel lié à la traite négrière et à l’esclavage. Après la bataille livrée, ces dernières années, par des intellectuels, historiens et grandes figures politiques pour « rendre visible l’esclavage »1 dans l’espace public français, des archéologues sensibles à cette question dénoncent à leur tour une tendance, au sein de leur discipline, à laisser à la marge l’étude des sociétés fondées sur la servitude. Composé de cinq grandes parties thématiques, cet ouvrage est donc un plaidoyer en faveur de l’archéologie et de ses outils pour « combler les vides que les textes n’arrivent pas à documenter » (p. 361). De nombreuses reproductions – cartes géographiques, plans des sites, photographies des fouilles et des trouvailles, entre autres – viennent de fait illustrer les opérations de terrain menées par les chercheurs ainsi que leur méthodologie de travail, et manifester par là même la nature foncièrement concrète de la démarche archéologique.

2La première partie de l’ouvrage présente cinq contributions qui, avec une approche pluridisciplinaire et globale, examinent l’état de la question et les enjeux de l’archéologie de l’esclavage colonial. À partir de plusieurs sites, qui vont de la Colombie à La Réunion en passant par les Caraïbes francophones, les études rassemblées par Delpuech et Jacob participent à « la genèse de nouveaux savoirs » (p. 46), tout en mettant l’accent sur les défis de cette branche de la discipline archéologique qui commence à émerger. S’intéressant par exemple à la « matérialité des cultures afro-colombiennes développées au temps de l’esclavage » (p. 61) ainsi qu’à leur invisibilité dans les politiques muséographiques ou dans la mémoire nationale, Luz Adriana Mayo Restrepo constate que l’héritage africain, s’il est reconnu, passe toujours au second plan par rapport aux études amérindiennes qui mobilisent l’essentiel des efforts archéologiques.

3La deuxième partie étudie plus spécifiquement les vestiges de la traite négrière. Afin de restituer l’expérience de la servitude dans ses diverses étapes, certains archéologues pratiquent leurs enquêtes sur trois sites géographiques différents : « point d’extraction, espace de transit et zones qui recevaient des esclaves » (p. 98). Les fouilles ne se limitent donc pas au cadre des habitations et des plantations dans les colonies, mais investissent également les territoires des côtes africaines où les esclaves étaient capturés ou vendus, puis les navires qui les transportaient dans leur traversée atlantique, ainsi que les ports d’arrivée où ils étaient (re)mis en vente. Les articles de Chapurukha M. Kusimba, Tania Andrade Lima et Max Guérout illustrent respectivement ces trois étapes. À travers l’étude de trois abris rocheux du Kasigau, en Afrique de l’Est, Kusimba souligne en effet la cohésion de ces communautés mais aussi la vocation défensive de ces fortifications. De son côté, Andrade Lima montre comment, à Rio de Janeiro, le principal quai d’esclaves des Amériques a été récupéré et transformé en quai de l’Impératrice au XIXe siècle. L’exploration de ce lieu, qui revêt aujourd’hui une forte signification symbolique pour la population afro-descendante du Brésil, a non seulement livré plus de cent mille objets, mais aussi révélé comment opérait l’occultation délibérée de la mémoire collective par les pouvoirs publics. Un spécialiste de la fouille des navires négriers, Max Guérout, expose par ailleurs les défis de l’archéologie sous-marine, avec laquelle « tout reste à faire » (p. 130).

4Consacrée à l’habitat et à la culture matérielle, la troisième partie montre alors comment la fouille des habitations et des lieux de travail permet de mieux comprendre la vie sur les plantations. La contribution de Theresa A. Singleton décrit ainsi les maisons occupées par des esclaves à Cuba, et construites avec « des matériaux de fortune, bois terre et palmes » (p. 191), ainsi que les ustensiles qu’ils récupéraient et recyclaient astucieusement (tessons de bouteilles, de poterie ou de vaisselle transmués en cutters, en outils de construction ou en dés à jouer ; calebasses transformées en instruments de musique…). En étudiant quant à lui les artefacts religieux retrouvés dans une plantation en Louisiane, notamment des médailles catholiques « converties en objets matériels proches des croyances traditionnelles d’Afrique de l’Ouest » (p. 228), Kenneth L. Brown donne à voir la diversité ethnique et la pluralité des croyances présentes dans les quartiers des esclaves. Finalement, grâce à des opérations de terrain menées en Guyane, à Cuba, en Martinique et en Guadeloupe dans les installations urbaines, mais aussi à Philadelphie dans The President’s House, siège du pouvoir exécutif américain entre 1790 et 1797, les archéologues montrent comment l’emplacement des habitations des esclaves, « hors de la vue » (p. 239), est le reflet fidèle des « rapports sociaux qui se tissaient entre [c]es murs » (p. 237), et qui entraient en contradiction directe avec les idéaux de justice et d’égalité que cette enceinte était supposée incarner.

5Sur un ton plus politique et engagé, les contributions de la quatrième partie s’intéressent à l’un des terrains les plus complexes de l’archéologie de l’esclavage colonial : les indices du marronnage. Ici, la pratique archéologique s’apparente à un « acte politique » (p. 296) et à une « voie de justice sociale » (p. 276) ; elle confirme en même temps le besoin urgent pour l’archéologie de collaborer et d’établir un dialogue permanent avec d’autres disciplines, comme la botanique et la topographie, afin de mieux saisir l’impact matériel du marronnage sur et dans le sol. Grâce à des analyses archéozoologiques effectués sur des fragments osseux de différentes espèces retrouvés dans trois sites marrons à l’île Maurice (bovidés sauvages, lapins, rongeurs, crabes, chiens, chats, oiseaux…), Amitava Chowdhury tire d’importants enseignements sur l’alimentation des esclaves fugitifs. On a aussi découvert des artefacts métalliques et des traces d’art pariétal dans des abris sous roche, même s’ils sont plus rares.

6Pour clore le volume, la cinquième partie se concentre sur l’archéologie des « cimetières » d’esclaves, un domaine de recherche qui a mis en évidence de façon très frappante, en particulier pour les descendants des asservis, l’intérêt et l’importance de l’archéologie de l’esclavage. Parce que l’organisation des cimetières et des sépultures reflète un système ségrégationniste colonial, son analyse devient un moyen de « protéger la dignité » des anciens esclaves (p. 321) et de restituer « l’identité des populations de l’époque coloniale » (p. 353). C’est ce que montre Michael L. Blakey dans son article sur l’African Burial Ground de New York. Parallèlement à cela, l’archéologie des cimetières et l’analyse des corps permettent aussi de jeter un éclairage sur les pathologies dont souffraient les esclaves (malnutrition, périostite, tuberculose osseuse, hypoplasie de l’émail dentaire, entre autres), qui constituent autant de symptômes de leurs exécrables conditions de vie.

7Ainsi, si l’archéologie se donne initialement comme une « discipline d’observation rationnelle responsable d’introduire une forme d’objectivité en interrogeant les archives matérielles, conservées dans les strates du sous-sol » (p. 12), cet ouvrage nous montre qu’elle est aussi en train de se redéfinir. En effet, les contributions exposent bien dans quelles mesures cet outil de recherche non seulement légitime et rend possible un renouveau mémoriel de l’esclavage mais devient aussi un « remède possible contre une terrible amnésie collective » (p. 11). Capable de « défier l’oppression » (p. 298), cette nouvelle archéologie s’attaque à l’« invisibilité », à l’« opacité » et à l’« absence de témoignages matériels » qui jusque-là définissaient l’archéologie de l’esclavage colonial. Ces actes de colloque adressés à la communauté des archéologues et des historiens, mais aussi au plus large public, constituent au final une initiative pionnière car ils s’inscrivent dans un champ de recherche novateur qui, malgré les difficultés, fait enfin surface et commence à s’imposer, avec autorité, dans les débats politiques et académiques des régions concernées.

Top of page

Notes

1 Terme emprunté au titre de l’article de Christine Chivallon, « Rendre visible l’esclavage », L’Homme, n° 180, 2006, p. 7-42. Ce texte propose une étude de l’action patrimoniale développée dans les Antilles françaises et articule de manière très pertinente l’importance de la récupération mémorielle et matérielle de l’esclavage colonial.

Top of page

References

Electronic reference

Rocío Munguía Aguilar, « André Delpuech, Jean-Paul Jacob (dir.), Archéologie de l’esclavage colonial », Lectures [Online], Reviews, 2015, Online since 16 March 2015, connection on 18 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17356

Top of page

About the author

Rocío Munguía Aguilar

Née en 1986 à Mexico, Rocío Munguía Aguilar est titulaire d’une licence en lettres modernes de l’Université nationale autonome du Mexique ainsi que d’un master d’études culturelles de l’Université Paul Valéry (Montpellier III). Traductrice d’une vingtaine d’ouvrages, professeur de FLE et de littératures francophones, ses recherches portent sur les représentations de la mémoire de l’esclavage dans la littérature antillaise d’expression française.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page