Navigation – Plan du site

Olivier Orain (dir.), « Les “années 68” des sciences humaines et sociales », Revue d'histoire des sciences humaines, n° 26, 2015

Simon Ridley
Les "années 68" des sciences humaines et sociales
Olivier Orain (dir.), « Les "années 68" des sciences humaines et sociales », Revue d'histoire des sciences humaines, n° 26, 2015, 352 p., Publications de la Sorbonne, ISBN : 978-2-85944-886-8.
Haut de page

Texte intégral

1Seule revue francophone dans son domaine, la Revue d’histoire des sciences humaines fait son retour après une interruption de près de quatre ans. Les directeurs de la revue, Wolf Feuerhahn et Olivier Orain, commencent dans leur éditorial par insister sur la faible rentabilité des revues scientifiques, et remercient de leur générosité la maison d’édition qui a repris le flambeau – les Publications de la Sorbonne – ainsi que le centre Alexandre-Koyré, le Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone et la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme (SFHSH).

2Au-delà d’une historiographie traversée par un prisme disciplinaire spécifique, la SFHSH et cette revue qui lui est affiliée opposent à l’hagiographie des « grands auteurs » et à sa fonction légitimante une ouverture et une interdisciplinarité, sans pour autant « nier l’existence de ces constructions historiques que sont les disciplines » ; les thèmes programmés sur le court terme – « la question de l’exposition matérielle des “races humaines” ; les savoirs produits sur les animaux et l’animalité ; la production des manuels universitaires venant codifier et normer des systèmes disciplinaires » – en sont une belle illustration (p. 6).

  • 1 Jean-François Sirinelli, Mai 68. L’événement Janus, Paris, Fayard, 2008, p. 9. En 1968, Michel de C (...)

3Le dossier présenté pour la reprise de la revue, intitulé « Les “années 68” des sciences humaines et sociales », trouve son origine dans un colloque de la SFHSH qui s’est déroulé à Paris du 10 au 12 septembre 2008. Si cette revue paraît à contretemps des commémorations qui ont fait de « l’événement 68 » une aubaine pour les éditeurs – il serait devenu, pour Jean-François Sirinelli « une sorte de géant bibliographique »1 –, Olivier Orain admet tout de même que « l’opportunité décennale a joué » (p. 9). L’objectif de ce dossier est moins d’étudier les héritages que d’analyser l’influence que Mai 68 a pu avoir sur l’évolution des sciences de l’homme. Il propose pour ce faire un croisement entre « 68 » et « l’histoire des SHS » avec une approche micro-historique se focalisant sur la sociologie, les études sur la science, les sciences du psychisme et la géographie.

  • 2 Sur la genèse du CES voir : Vannier Patricia, « Les caractéristiques dominantes de la production du (...)
  • 3 Raymond Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, p. 264.

4Les deux premiers articles reviennent sur la sociologie des années 1960, s’arrêtant sur les positionnements divergents au sein du Centre d’études sociologiques (CES) – fondé en 1946 par le CNRS2 – et sur l’éclatement de ce dernier. À travers le récit de la rupture entre Raymond Aron et son thésard Pierre Bourdieu, Marc Joly parvient à restituer finement les rapports entre les mandarins, « patrons » d’une discipline, et leurs maîtres-assistants. Les tensions entre travail individuel et travail collectif se retrouvent dans l’injonction à l’excellence – exigée par Aron, alors « symbole de l’Université ancienne »3 – et « une vocation irrépressible d’hétérodoxie » – symbole d’une sociologie critique et du renouveau de l’université, dont Bourdieu est devenu un représentant. Patricia Vannier réalise une étude des institutions dominant la sociologie des années 1960. 1968 marque ici un moment de reconfiguration totale : la sociologie prenant une place de plus en plus importante au sein des universités, en particulier hors de Paris, le CES – organe centralisé – n’a plus de raison d’exister. Ainsi, « 68 représenta bien une date charnière dans l’histoire du CES qui ne fut plus par la suite le seul laboratoire CNRS de sociologie » (p. 56). Sa dissolution coïncide avec un changement de l’analyse sociologique elle-même, le renouveau des modèles théoriques, en particulier en ce qui concerne les « nouveaux mouvements sociaux », permettant à la discipline de réaliser un renouvellement de sa pensée critique.

5L’article de Renaud Debailly, « Critique et discipline », propose d’examiner les relations entre critique des sciences et sociologie des sciences, en cartographiant la trajectoire de certains protagonistes. Jean-Jacques Salomon et Philippe Roqueplo, respectivement philosophe et sociologue des sciences, font l’objet de développements spécifiques permettant d’appréhender les mouvements théoriques entre expérience, science et politique ou, pour reprendre le triptyque lefebvrien, entre vécu, perçu et conçu. En ce sens, « Mai 68 bouleverse une minorité d’acteurs scientifiques entrés récemment dans l’enseignement ou la recherche qui, dans un mouvement réflexif, questionnent le sens de l’activité scientifique et le rôle de la science dans la société » (p. 79). La contribution de Mathieu Quet prolonge cette thématique par une analyse des logiques discursives bouleversées par Mai 68. Des « pratiques inédites d’éditorialisation de la parole des scientifiques » (p. 89), incarnées par des revues comme Pandore ou Impascience, offrent des cas d’étude pertinents de critique de la science, mais l’auteur constate à juste titre que l’influence de Mai 68 s’est rapidement estompée, le dispositif éditorial amenant souvent à « un effet d’effacement de la dimension militante » (p. 97).

6Annick Ohayon propose un article à la mémoire de Georges Lapassade, philosophe « agitateur et trublion ». Elle se demande si « la psychologie des groupes [est] aux sources de Mai 68 » (p. 101). Les séances non directives de dynamique des groupes font bien évidement penser aux happenings des années soixante. Le personnage de Lapassade, qui veut mettre la psychologie au service de la révolution, contraste avec celui de Didier Anzieu, mandarin réactionnaire et « chef de file d’une école psychosociologique d’inspiration psychanalytique où l’idée révolutionnaire n’a plus aucune place » (p. 112). Cette opposition a soulevé la question, toujours ouverte, de la place attribuée aux étudiants à la fois dans l’université et au sein de notre société.

7En gardant comme ligne directrice la méthode prosopographique, Jean-Christophe Coffin propose un travail à dimension internationale portant sur deux psychiatres : l’italien Franco Basaglia et le français Henri Ey. L’opposition entre les deux protagonistes touche au fond à l’idée de naturalité de la folie. Alors que Ey revendique la spécificité clinique de la discipline – par ailleurs reconnue comme discipline universitaire à part entière par le ministre de l’éducation nationale en 1968 –, Basaglia est plus enclin à une déconstruction de la psychiatrie et à une mise en valeur de la parole des acteurs dominés.

8La question de « la prise de parole » revient lorsque Liora Israël propose une analyse des effets de Mai 68 sur le droit, à travers une étude micro-historique de la revue Actes (Cahiers d’action juridique)et non son célèbre homonyme, les Actes de la recherche en sciences sociales. La création de cette revue, en 1973, marque une volonté pratique de faire évoluer le droit par la publication de jurisprudences laissées dans l’ombre par les éditeurs de la rue Soufflot – Dalloz en particulier –, muselés par leurs liens avec les grands groupes financiers. La revue opère ensuite un glissement vers les sciences humaines et sociales, avant de s’essouffler progressivement et de s’éteindre en 1992. Cette prise de parole est à nouveau centrale lorsque Olivier Chadoin et Jean-Louis Violeau mettent en lumière des événements marquants de l’architecture des années 1960 en se focalisant sur les colloques, revues et personnalités – parfois « écrasantes », telle la figure d’Henri Lefebvre – qui animaient cette discipline. L’articulation entre théorie et pratique touche au fondement épistémologique des disciplines ; elle est point clef de Mai 68. C’est aussi la base épistémologique qui est remise en question dans le cas de la géographie ouest-allemande que Nicolas Ginsburger vient analyser. Il explique que l’explosion des effectifs étudiants mène à une polarisation de la discipline, avec d’un côté les adeptes d’une vision pratique focalisée sur les débouchés professionnels et, de l’autre, ceux qui prônent une approche théorique, visant une ouverture vers les sciences sociales. Oliver Orain résume ensuite l’histoire de la géographie en France durant cette décennie charnière, dont Mai 68 est le point de pivot. En effet, le consensus entretenu dans la corporation durant les décennies 1930 à 1950 va éclater en 1968, et la géographie voit émerger une polarisation autour du clivage « gauche » révolutionnaire « droite » légitimiste. Les colloques, revues, et personnalités sont autant de points nodaux pour un processus de déconstruction-reconstruction disciplinaire.

  • 4 Luc Ferry, Alain Renaut, La Pensée 68. Essai sur l'anti-humanisme contemporain, Paris, Gallimard, 1 (...)
  • 5 Serge Audier, La pensée anti-68. Essai sur une restauration intellectuelle, Paris, La Découverte, 2 (...)

9Le dossier se termine par un article d’Olivier Orain qui offre une synthèse des nombreux travaux « académiques » portant sur Mai 68. On observe un clivage polémique entre La pensée 684 et La pensée anti-685, dont l’auteur se demande s’il ne s’agit pas des deux faces « d’un même traitement causal “en gros” des effets supposés de Mai 68 » (p. 254). Un retour sur l’historiographie permet à l’auteur de dégager une périodisation de ces travaux. Pour terminer, il jette les bases d’un programme de recherches pour prolonger la réflexion amorcée dans cette revue.

10À la lecture de ce dossier, deux remarques nous viennent à l’esprit. D’abord, les femmes sont les grandes absentes de ce numéro, en ce que celui-ci ne prête aucune attention à l’incidence de Mai 68 sur la pensée féministe, aussi bien militante qu’académique. On peut ensuite regretter qu’en plus du cas français, seuls soient traités de manière micro-historique les exemples allemand et italien alors que la dimension internationale de la contestation des années 1960 s’étend bien au-delà du cadre européen. La prosopographie des mandarins permet en quelque sorte de pallier ce défaut, car si leur influence disciplinaire peut être mondiale, leur carrière institutionnelle demeure nationale. C’est l’alliance de ces deux approches méthodologiques qui est le véritable point fort de cette revue, elle permet à la fois un retour analytique intéressant et une ouverture stimulante.

Haut de page

Notes

1 Jean-François Sirinelli, Mai 68. L’événement Janus, Paris, Fayard, 2008, p. 9. En 1968, Michel de Certeau écrit déjà : « “Mai se vend bien”, L’Express le constatait dès la fin de juillet » (La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Seuil, 1994, p. 78).

2 Sur la genèse du CES voir : Vannier Patricia, « Les caractéristiques dominantes de la production du Centre d'Études Sociologiques (1946-1968) : entre perpétuation durkheimienne et affiliation marxiste », Revue d'Histoire des Sciences Humaines, no 2, 2000, accessible en ligne sur : www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2000-1-page-125.htm.

3 Raymond Aron, Le spectateur engagé, Paris, Julliard, 1981, p. 264.

4 Luc Ferry, Alain Renaut, La Pensée 68. Essai sur l'anti-humanisme contemporain, Paris, Gallimard, 1985.

5 Serge Audier, La pensée anti-68. Essai sur une restauration intellectuelle, Paris, La Découverte, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Olivier Orain (dir.), « Les “années 68” des sciences humaines et sociales », Revue d'histoire des sciences humaines, n° 26, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 20 avril 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17735

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Doctorant en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Sophiapol.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page