Navigation – Plan du site

Anurag Kashyap, Ugly

Lionel Francou
Ugly
Anurag Kashyap, Ugly, Blaq Out, 2015.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour faciliter la lecture de ce texte, les extraits cités le sont sur base de la traduction françai (...)

1Pour le réalisateur indien Anurag Kashyap, plus un film dérange, plus il remplit son office. Et il faut bien reconnaître qu’il est assez doué à ce jeu-là. En 2012, dans Gangs of Wasseypur, il mettait en scène de violents conflits entre deux groupes de malfaiteurs, mais aussi la quête d’honneur et de gloire d’un homme, tout en livrant une critique de la société indienne, et notamment de son rapport au cinéma (adulé par certains, viscéralement rejeté par d’autres). Comme il l’explique dans l’entretien inclus dans ce DVD édité par Blaq Out, le cinéma « obsède » les Indiens, les fait « fantasmer » et les divertit, mais évite de traiter des « vrais problèmes »1, problèmes que Kashyap, quant à lui, prend un malin plaisir à aborder de front et avec gravité certaine. Ugly (laid, en français), c’est l’anti Slumdog Millionaire, un film qui dépeint une société indienne extrêmement sombre et des bidonvilles délabrés, lieux de perdition où s’exprime une violence (à la fois physique et psychologique) difficilement soutenable. De Bollywood et de son faste, le réalisateur reprend, tout en les transformant, certains codes : la musique, par exemple, occupe une place importante, mais elle accompagne la narration plutôt qu’elle ne s’y substitue, et se fait oppressante. Quant aux images, loin des couleurs resplendissantes et du bonheur scintillant auquel le cinéma indien est souvent réduit, il s’en dégage une atmosphère emprunte d’une obscurité angoissante.

2Ce long métrage (126 minutes) nous raconte l’histoire de Kali, une petite fille de dix ans, ou plutôt l’histoire de sa disparition, vu qu’elle quitte rapidement l’écran. Là commence un thriller parcourant, à un rythme effréné, appuyé par de nombreux changements de plans, la noirceur des dédales de Mumbai. Les personnages principaux semblent tous être pour le moins en perte de repères, insatisfaits de leur vie voire carrément inquiétants. Leur sens moral est à géométrie plus que variable et les problèmes de communication interpersonnelle sont nombreux et d’une ampleur inimaginable. Cette disparition préoccupante lève le voile sur une société présentée comme corrompue et sordide, où se mêlent extrême précarité, rêves brisés, patriarcat, trahisons, appât du gain, etc. Rahul, le père, essaye de décrocher un premier rôle dans un film, depuis longtemps devine-t-on. Shalini, la mère est oisive et profondément malheureuse. Divorcés, ni l’un ni l’autre ne semblent assumer leur fonction parentale avec la moindre bienveillance. Au premier plan également, Shoumik, le nouveau mari de la mère, beau-père, commissaire de police omnipotent. Citons encore le meilleur ami du père, directeur de castings sans le sou, ainsi qu’une galerie de personnages secondaires qui semblent tous être plus tourmentés et malsains les uns que les autres ; de plus, le spectateur n’a pas toujours l’opportunité de saisir leur rôle et leur identité de façon très précise.

  • 2 Voyez notamment Christophe Jaffrelot, Jules Naudet (dir.), Justifier l'ordre social. Caste, race, c (...)

3L’identification aux personnages n’est pas une dynamique prisée par Anurag Kashyap qui préfère bousculer son public et le soumettre à un climat irrespirable de suspicion généralisée, brisant la narration bollywoodienne qui veut qu’un film s’achève sur une « fin heureuse ». Dans ses films, le réalisateur met en scène « une réalité déformée… Une réalité qui existe mais qu’on tente d’ignorer, de ne pas regarder ». Pour ce faire, il s’inspire de faits divers réels qui lui permettent d’interroger la société indienne dans ce qu’elle a de moins enviable, pour regarder ainsi ce qui se passe « sous le tapis ». Et il embrasse large : violence et conflits familiaux, vulgarité, ennui, trafics en tous genres, foules menaçantes, mensonges et duperies, corruption, écoutes téléphoniques invasives, violence policière, torture, assuétudes, adultère, etc. Le réalisateur plonge le spectateur dans les bas-fonds de la ville, l’immerge dans des quartiers délabrés où il est confronté à une très large pauvreté et aux inégalités sociales flagrantes entre (très) riches et (très) pauvres. Le film interroge aussi le patriarcat (« Les femmes, il vaut mieux les avoir à l’œil », affirme un personnage) et les rapports de pouvoir qui se jouent dans la société indienne2.

  • 3 Mike Davis, Le pire des mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global, Paris, La Dé (...)
  • 4 Laurent Gayer, Lionel Francou, « Luttes pour la ville. L’urbanité conflictuelle des mégapoles d’Asi (...)

4Anurag Kashyap cherche à garder le spectateur « captivé » et à l’« impliquer » : pour ce faire, la tension reste constamment élevée et les évènements inattendus sont légion. Il pense que le cinéma est « une forme d’art nécessaire » qui permet de parler des problèmes de société de façon détournée. Si ses films l’ont d’abord placé à la marge du cinéma indien, il est désormais reconnu et salue les évolutions de Bollywood qui « est en train de changer lentement », qui propose un cinéma plus « universel », « réaliste », et sans doute aussi plus critique. Au final, Ugly nous plonge dans une certaine vision de l’Inde, au cœur du « pire des mondes possibles »3 et d’une « urbanité conflictuelle »4 qui font froid dans le dos et invitent à la réflexion, comme l’a souhaité le réalisateur.

Haut de page

Notes

1 Pour faciliter la lecture de ce texte, les extraits cités le sont sur base de la traduction française fournie en sous-titres.

2 Voyez notamment Christophe Jaffrelot, Jules Naudet (dir.), Justifier l'ordre social. Caste, race, classe et genre, Paris, Presses universitaires de France, 2013. Compte rendu : http://lectures.revues.org/12787.

3 Mike Davis, Le pire des mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global, Paris, La Découverte, 2006. Compte rendu : http://gc.revues.org/2402.

4 Laurent Gayer, Lionel Francou, « Luttes pour la ville. L’urbanité conflictuelle des mégapoles d’Asie du Sud. Entretien avec Laurent Gayer », Urbanités, dossier « Mondes indiens », 2015. URL : http://www.revue-urbanites.fr/entretien-luttes-pour-la-ville-lurbanite-conflictuelle-des-megapoles-dasie-du-sud-entretien-avec-laurent-gayer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Anurag Kashyap, Ugly », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 27 avril 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17873

Haut de page

Rédacteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et du comité de lecture d’Urbanités.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page