Navigation – Plan du site

Stefan Aykut et Amy Dahan, Gouverner le climat ? Vingt ans de négociations internationales

Émilien Schultz
Gouverner le climat ?
Stefan C. Aykut, Amy Dahan, Gouverner le climat ? Vingt ans de négociations internationales, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Développement durable », 2015, 750 p., ISBN : 978-2-7246-1680-4.
Haut de page

Texte intégral

1La référence au changement climatique est devenue monnaie courante dans l’actualité politique et internationale. Une telle abondance de discours facilite l’oubli de l’infrastructure composée d’arènes, d’institutions, d’instruments et d’acteurs de plus en plus nombreux qui participent à construire et à prendre en charge le problème. Avec les 650 pages de leur livre, Amy Dahan, historienne des sciences spécialiste des mathématiques, de l’expertise et, plus récemment, du changement climatique, en collaboration avec Stephan Aykut, dont elle a dirigé la thèse, signent un ouvrage éminemment utile pour mettre en perspective le système ramifié de la gouvernance du climat. Derrière ce terme de gouvernance les auteurs réunissent les dispositifs politique et institutionnel qui participent à délimiter et à inscrire à l’agenda la problématique du climat. S’il est possible de discuter le choix un peu voyant du bandeau annonçant sur la couverture que l’ouvrage constitue « la » référence sur les négociations climatiques, le travail de synthèse effectué par les auteurs constitue un repère important.

  • 1 Par exemple, Klein Naomi, This changes everything. Capitalism vs. The Climat, New York, Simon and S (...)

2Cependant, l’ouvrage en lui-même ne correspond que partiellement au format de type manuel, et les auteurs annoncent clairement dès le début l’engagement normatif – qu’ils qualifient de « réflexif » – qui prévaut largement dans les différents chapitres : la crise climatique est « réelle », « profonde », « grave », et les négociations à l’échelle internationale sur la question sont un échec « patent » devant l’incapacité à infléchir la trajectoire du réchauffement. Leur affirmation centrale est qu’un « hiatus est progressivement apparu entre un processus de gouvernance onusien civilisé et consensuel, qui traite le changement climatique comme un problème circonscrit et gouvernable, et une réalité du monde marquée par la lutte acharnée pour l’accès aux ressources par une globalisation économique et financière qui se nourrit de l'exploitation des énergies fossiles et par la propagation des styles de vie occidentaux » (p. 15). Il s’agit d’affirmer que les processus générateurs du problème sont maintenus en partie hors du discours politique sur le climat, et inversement, que les enjeux économiques ou sociaux tendent à ne pas intégrer cette thématique dans leur réflexion. Une thèse similaire se retrouve d’ailleurs dans d’autres publications récentes appelant à un changement de perspective sur la question climatique1.

  • 2 GIEC (ou IPCC en anglais) : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

3L’approche didactique proposée par les auteurs vise à donner à voir l’organisation multi-niveaux de ces politiques internationales, qui se déploie à la fois sur des États nations dotés de leurs propres histoires, des institutions intergouvernementales comme le GIEC2, des conférences, des communautés de chercheurs délocalisés et des actions locales. Les neuf chapitres sur lesquels nous revenons rapidement par la suite alternent les cadrages transversaux et les études de cas plus spécifiques. Ainsi, le premier chapitre ouvre sur la construction internationale du problème climatique par la communauté scientifique, jusqu’à la convention de Rio de 1992, suivi par un second chapitre qui décrit le « régime climatique » qui s’installe alors progressivement. Les cinq chapitres suivants portent sur des dimensions clés de ce régime : la logique marchande introduite par le protocole de Kyoto (chapitre 3), le rôle singulier des États-Unis dans les négociations (chapitre 4), la spécificité de l’Europe (chapitre 5), la croissance des pays en développement dans les arènes internationales de négociation (chapitre 6) puis l’épisode qui consacre pour les auteurs l’échec des deux décennies de négociation à Copenhague en 2009. Les chapitres 8 et 9, en partie programmatiques, permettent aux auteurs de clarifier leur réflexion sur les évolutions rapportées jusqu’alors et d’argumenter leur constat d’un « schisme avec le réel ». Enfin, les deux derniers chapitres, s’apparentant à des développements supplémentaires, proposent une étude comparée des politiques de transition énergétique de trois pays pour ensuite ouvrir le regard sur les avenirs possibles et souhaitables. Revenons sur quelques points importants abordés dans ces pages.

4L’intérêt pour le climat a une histoire. La construction du problème climatique prend naissance dans des alertes lancées par la communauté scientifique, et si des voix se sont élevées dès le XIXe siècle, c’est à partir de la Seconde Guerre mondiale que la production des savoirs et les progrès instrumentaux d’une part, les préoccupations environnementales de l’autre, vont attirer l’attention sur le climat. Cette réflexion d’abord confinée à une communauté académique va donner naissance en 1988 au GIEC, doté d’une mission de « policy-relevant research », et à l’organisation de la première conférence internationale sur la question à Toronto. Les rapports d’évaluation et les différentes conférences qui sont organisées par la suite contribuent à mettre en place un régime climatique et un langage commun réunissant des pays aux intérêts divergents dont l’hétérogénéité sera – au moins dans les premiers temps – invisibilisée par le cadrage scientifique globalisant des questions climatiques.

5Les auteurs consacrent trois chapitres à approfondir la compréhension de certains acteurs centraux des négociations climatiques : les États-Unis, l’Europe et les pays émergents, qui ont connu des évolutions en interne et dans leurs rapports réciproques. La question du climat dans l’espace national des États-Unis évolue ainsi au gré des alternances politiques et des enjeux géopolitiques et énergétiques. L’échec des six initiatives fédérales majeures des années 2000 témoigne à la fois de l’existence d’élus favorables à une politique climatique et de la polarisation politique portant sur les choix énergétiques. Le cas de l’Europe est différent, avec l’importance qu’ont pu avoir ces enjeux dans la construction d’une identité communautaire partagée. À travers les enjeux climatiques, sur lesquels elle possède une complète légitimité, la Commission européenne intervient par différents leviers sur les politiques énergétiques des États membres sans en avoir directement les compétences. De leur côté, les pays émergents constituent un ensemble hétérogène. Les « pays du Sud » sont une catégorie définie par la priorité du développement sur les autres objectifs, ce qui les conduit à aborder les problèmes par le biais de l’adaptation à court terme aux changements, plutôt que par une réduction des émissions de gaz à effet de serre sur le temps long. Parmi eux, trois « poids lourds » se dégagent. La Chine, le Brésil et l’Inde proposent en effet trois modèles très différents de développement, devenant, en raison de leur démographie et de leur croissance économique, des acteurs centraux dans les négociations sur le climat.

  • 3 Le concept de gouvernance est utilisé de manière « heuristique » pour désigner une coordination non (...)

6Ce régime climatique, au sens d’un double cadrage sur les discours et sur la production de savoirs, est caractérisé jusqu’à récemment à la fois par le traitement de l’expertise, une stratégie de « partage du fardeau » et des attentes différenciées entre pays industrialisés et pays en développement. Cette gestion de l’expertise s’intègre plus généralement dans une gouvernance3 onusienne rythmée par les Conferences of Parties (COP). Ces conférences sont les moments de négociation incrémentale qui entraînent dans leurs sillages une constellation d’événements. Les auteurs font le constat que « le fonctionnement du processus onusien, lourd et inconfortable, a montré de graves limites [...] [et qu’il est] impossible de le défendre en l’état » (p. 124) ; en privilégiant la forme sur le fond, ce processus est associé par les auteurs à une « fabrique de la lenteur ». Un des mécanismes centraux de cette gestion procédurale a été la mise en place du protocole de Kyoto. À travers celui-ci, les États signataires s’engagent à la réduction de leurs émissions et à la mise en place d’un marché du carbone pour installer une régulation indirecte par les prix, régulation largement d’inspiration néolibérale. Le retrait des États-Unis suite à un différend sur la question des sanctions avec l’Europe a altéré la crédibilité du processus. L’absence d’engagement commun en 2009 lors de la COP 2015 de Copenhague, qui consacre néanmoins l’objectif d’un maximum de deux degrés d’augmentation de la température, est considérée comme le constat de l’impasse dans laquelle se trouve la négociation internationale et la transformation des équilibres entre les pays.

7La perspective historique restituée par les auteurs les conduit à pointer « l’impuissance flagrante de la gouvernance climatique à agir sur le réel » (p. 399), plus précisément l’existence d’un hiatus entre le discours d’une économie marchande globalisée et celui des institutions qui affirment leur action régulatrice. Ils ne se prononcent pas sur le caractère fonctionnel des discours climatiques – leur portée idéologique ou les fonctions latentes qu’ils remplissent – mais insistent sur les moments de vérité révélateurs de ce décalage, par exemple celui qui apparaît entre le volontarisme médiatique « frénétique » autour de la COP 2015 de Copenhague, et ses faibles résultats. Ce problème serait renforcé par la formalisation réductionniste, globalisante de l’expertise scientifique promue par le GIEC, qui nécessiterait d’être repolitisée. Cela consiste à reconnaître la dimension historique et institutionnelle des questions climatiques qui ne peuvent se régler dans un cadrage apolitique et environnemental.

  • 4 Cette dimension normative est très présente dans le texte, par exemple « le cadre législatif doit ê (...)

8Nous ne saurions résumer dans ce compte rendu l’ensemble des sujets abordés par les auteurs. Il est cependant envisageable de prendre un peu de recul pour interroger le projet d’ensemble de l’ouvrage. Celui-ci comporte trois niveaux d’analyse. Le premier est une restitution de l’histoire complexe des actions politiques internationales sur le climat. Il constitue pour le lecteur une référence importante. Le second est le passage en revue d’un ensemble de travaux issus du domaine des sciences politiques, des sciences de l’environnement et de la sociologie sur le gouvernement du climat. Celui-ci aurait pu donner matière à plus de précision sur les critères méthodologiques retenus. Le troisième relève des conclusions, et des prises de position personnelles4, issues de ce travail. Il semble que les conclusions des auteurs ne sont pas toujours clairement séparées des résultats rapportés par ailleurs de la littérature. Ainsi, une remarque que l’on pourrait alors former tient au peu de hiérarchisation entre ces différents niveaux. Dans un contexte plus pédagogique, la bibliographie aurait pu être clarifiée en séparant les références qui relèvent de journaux ou de rapports administratifs de celles qui renvoient à des travaux académiques. Un second constat porte sur le caractère fortement désincarné du récit proposé de la gouvernance – mis à part le chapitre 10 – qui, malgré un appel à plus de réalisme dans les rapports de force, fait finalement assez peu fond sur les travaux de sociologie des administrations et des organisations. Ce côté désincarné s’illustre également par l’absence des citoyens, des électeurs et des représentations sociales sur le climat. Enfin, un dernier point nous semble important à mentionner : il est souvent fait référence à la notion d’échec des politiques, pourtant la notion même de réussite (ou d’échec) n’est jamais clairement exposée. S’il s’agit alors de reprendre le discours de vérité du régime climatique, il serait intéressant de poser la question des effets de performativité d’un discours démagogique anticipé par les acteurs eux-mêmes.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Klein Naomi, This changes everything. Capitalism vs. The Climat, New York, Simon and Schuster, 2014.

2 GIEC (ou IPCC en anglais) : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

3 Le concept de gouvernance est utilisé de manière « heuristique » pour désigner une coordination non hiérarchique d’organisations hétérogènes.

4 Cette dimension normative est très présente dans le texte, par exemple « le cadre législatif doit être […] », ou encore « c’est donc une façon très habile […] » (p. 542).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Stefan Aykut et Amy Dahan, Gouverner le climat ? Vingt ans de négociations internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 mai 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/17979

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page