Navigation – Plan du site

Jan Plamper, The History of Emotions

Nicolas Guyard
The History of Emotions
Jan Plamper, The History of Emotions. An Introduction, Oxford University Press, 2015, 368 p., ISBN : 978-0-19-966833-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jan Plamper, Geschichte und Gefühl: Grundlagen der Emotionsgeschichte, Berlin, Siedler, 2012.
  • 2 Ouvrage non publié.
  • 3 Les publications se multiplient, par exemple Ole Riis, Linda Woodhead, A sociology of religious emo (...)

1Les bilans historiographiques et méthodologiques témoignent souvent d’un champ de recherche arrivant à maturité. C’est précisément dans cette dynamique que s’inscrit l’ouvrage de Jan Plamper, traduction d’une parution en allemand Geschichte und Gefühl: Grundlagen der Emotionsgeschichte1. Jan Plamper, professeur d’histoire à l’Université de Londres, est un des principaux acteurs et animateurs de ce vaste champ de recherche. Il a notamment travaillé sur le sentiment de la peur, à travers son étude sur la peur chez les soldats de l’empire russe2, ce qui l’a amené à co-diriger plusieurs ouvrages de synthèse sur la question des émotions dans l’histoire. C’est donc un des spécialistes reconnus d’une discipline très active3.

2The History of Emotions. An Introduction est donc une tentative de proposer un premier bilan sur la question de l’histoire des émotions. L’introduction souligne bien la complexité de ce champ de recherche, transdisciplinaire, soulevant des problèmes méthodologiques depuis des siècles, dans un dialogue, parfois de sourd, entre les sciences dures comme la neurobiologie et les sciences humaines. Cependant, Jan Plamper ne se contente pas de retracer cette historiographie particulière (chapitres 1, 2 et 3). Il s’insère également dans la dynamique de ces recherches, en proposant lui-même des tentatives de définition et des pistes à approfondir (chapitre 4).

3Une des principales difficultés des études autour des émotions, soulignée par Jan Plamper dans son introduction, est la polarité très marquée entre deux approches. La première, souvent développée par les neurosciences, fait des émotions une réalité inscrite dans la nature humaine, donnée universelle, marqueur déterminant. À l’opposé, les sciences humaines, et l’anthropologie en particulier, ont montré depuis la seconde moitié du XIXe siècle que les émotions pouvaient être un phénomène culturel relatif, variant suivant les sociétés, l’espace et le temps. Pour l’auteur, cette dualité doit être dépassée par un dialogue transdisciplinaire.

4La seconde difficulté est de faire émerger des définitions. Jan Plamper fait le choix d’appréhender les émotions comme un « méta-concept », regroupant des réalités diverses et surtout réunissant les définitions des nombreuses disciplines à ce sujet.

  • 4 Lucien Febvre, « La sensibilité et l’histoire. Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ?  (...)

5Les trois premiers chapitres retracent l’histoire des émotions à travers les différentes approches scientifiques. Pour Jan Plamper, Lucien Febvre a introduit un premier tournant dans l’étude des émotions en histoire, en 19414. À partir de cette date, de nombreux historiens comme Jean Delumeau, Jack Goody, ont inclut dans leurs travaux l’étude des émotions comme objet historique. Cependant, pour Jan Plamper, les attentats du 11 septembre 2001 ont constitué un tournant important dans un champ scientifique désormais de plus en plus mondialisé. Cela a été un des évènements mondiaux les plus relayés par les médias, à travers une communication saturée par l’émotion. Cet évènement a eu des effets sur le long terme, soulignant notamment l’incapacité du post-structuralisme et du linguistic turn à analyser ce type d’objet, mais plaçant également les sciences du vivant à la tête des sciences dures, dont on attend désormais qu’elles expliquent les comportements humains. Les travaux sur l’histoire des émotions se sont alors multipliés à partir de 2001, principalement en Europe et Amérique du Nord.

6L’approche constructiviste souligne depuis ses débuts la variété des émotions, notamment grâce aux premiers anthropologues et ethnologues du XIXe siècle. Les grands noms des sciences humaines comme Durkheim, Lévi-Strauss, ont proposé des modèles d’analyse des émotions. Jan Plamper s’arrête également sur les nombreux sociologues et anthropologues qui, depuis les années 1990, produisent de plus en plus de travaux sur la question.

7Jan Plamper consacre ensuite un chapitre à l’approche universaliste des sciences de la vie. Cela lui permet de dialoguer avec les approches historiques, notamment autour des questions du particulier et de l’universel, grâce à cette ouverture. Là encore, le lecteur suit les différents travaux scientifiques sur le sujet, de Charles Darwin jusqu’aux neurosciences contemporaines en passant par Freud, et leurs conséquences sur la perception des émotions dans les sociétés humaines.

  • 5 William M. Reddy, The Invisible Code: Honor and Sentiment in Postrevolutionary France, 1814-1848, B (...)
  • 6 Monique Scheer, « Are Emotions a Kind of Practice (and Is That What Makes Them Have a History?), A (...)

8Le dernier chapitre, peut-être le plus intéressant, sort de l’exercice du bilan pour proposer quelques pistes de recherches. Jan Plamper insiste sur certaines dynamiques scientifiques, à travers des exemples comme les travaux de William M. Reddy5 qui utilisent à la fois les sciences humaines (histoire et anthropologie) mais aussi les sciences du vivant, pour étudier notamment le concept d’honneur dans la France postrévolutionnaire. Les travaux de ce chercheur ont entraîné de nombreux débats, notamment autour de l’articulation entre les régimes émotionnels et les régimes politiques et sociaux. Son emploi partiel et partial des sciences du vivant lui a été également reproché. Une deuxième piste se développe autour des travaux de Monique Scheer6 sur les pratiques émotionnelles, dans une visée davantage sociologique et ethnologique. D’autres dynamiques plus classiques sont enfin évoquées, notamment pour l’histoire politique et sociale, et à propos du lien entre histoire, émotion et mémoire.

9Cet ouvrage a donc un double intérêt. Très riche dans ses références bibliographiques, il présente une synthèse complète sur un domaine particulièrement dynamique de la recherche historique actuelle, grâce en particulier à la grande maîtrise scientifique et bibliographique de Jan Plamper, autant à l’aise pour rapporter les derniers travaux d’historiens que ceux de neurobiologistes. Cette vaste mise en perspective s’accompagne d’un recul épistémologique sur la place du chercheur face à l’histoire des émotions, tout en recontextualisant sans cesse les grands travaux qui ont jalonné l’histoire des émotions. Synthèse donc indispensable pour tout chercheur se lançant dans ce domaine actuellement très fécond des sciences humaines.

Haut de page

Notes

1 Jan Plamper, Geschichte und Gefühl: Grundlagen der Emotionsgeschichte, Berlin, Siedler, 2012.

2 Ouvrage non publié.

3 Les publications se multiplient, par exemple Ole Riis, Linda Woodhead, A sociology of religious emotion, Oxford, Oxford University Press, 2010.

4 Lucien Febvre, « La sensibilité et l’histoire. Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? » Annales d’histoire sociale, vol. 3, n° 1-2, 1941, p. 5-20.

5 William M. Reddy, The Invisible Code: Honor and Sentiment in Postrevolutionary France, 1814-1848, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 1997. Voir aussi The Navigation of Feeling: A Framework for the History of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

6 Monique Scheer, « Are Emotions a Kind of Practice (and Is That What Makes Them Have a History?), A Bourdieuan Approach to Understanding Emotion », History and Theory, vol. 51, n° 2, 2012, p. 193-220.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Guyard, « Jan Plamper, The History of Emotions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 mai 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18081

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Guyard

Professeur agrégé d’histoire, doctorant contractuel LabEx COMOD, LARHRA, Université Lyon 2.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page