Navigation – Plan du site

Yves Charles Zarka et Cristina Ion, Machiavel : le pouvoir et le peuple

Florian Besson
Machiavel : le pouvoir et le peuple
Yves Charles Zarka, Cristina Ion (dir.), Machiavel : le pouvoir et le peuple, Editions Mimesis, coll. « Philosophie et société », 2015, 200 p., ISBN : 978-88-575-2733-8.
Haut de page

Texte intégral

1Rassemblant neuf contributions, cet ouvrage collectif s'ajoute à une très longue liste d'études et d'analyses qui se sont penchées sur l’œuvre de Machiavel. C'est d'ailleurs l'une des grandes forces du livre, les différents auteurs ne cessant de revenir sur ces analyses, pour bien souligner la pluralité des interprétations : on a pu, au fil du temps, de Rousseau à Althusser en passant par Léo Strauss, dégager un Machiavel républicain, révolutionnaire, réaliste, libéral, ou démocratique. Au sein de cette immense masse de travaux, les auteurs ont ici choisi de suivre un fil directeur : la question du peuple et celle, corrélative, du pouvoir. Étudier les façons dont Machiavel pense le rapport du pouvoir et du peuple est dès lors présenté par Yves Charles Zarka et Cristina Ion comme un moyen de dépasser ces différentes lectures de Machiavel, et pour réaffirmer son actualité : Machiavel a, encore, quelque chose à nous dire de la politique et du politique.

  • 1 Frédérique Dubard de Gaillarbois, « Genre et conflit dans la pensée machiavélienne : du viol au mar (...)

2Pour l'entendre, il faut réinterroger en profondeur la pensée du philosophe florentin, non seulement à travers son ouvrage le plus connu, Le Prince, mais aussi dans ses autres œuvres, qu'elles soient historiques et philosophiques, comme les Discours sur la première décade de Tite-Live, ou littéraires : Frédérique Dubard de Gaillarbois1 livre un article très dense, interrogeant, dans une démarche inspirée des gender studies, la place du rapport entre les sexes dans la pensée de Machiavel, en se basant largement sur ses écrits littéraires – poèmes, romans, lettres. Il serait trop fastidieux de résumer les neuf contributions, toutes très denses sans être jamais trop longues, et qui savent donner une large place à Machiavel lui-même, sans cesse cité, analysé, discuté. On peut cela dit dégager trois lignes de force, qui traversent la majorité des articles, et qui sont aussi ce que met en valeur l'ouvrage dans son ensemble.

  • 2 Ottfried Höffe, « L'amoralité par provision dans Le Prince de Machiavel », p. 49-60.
  • 3 Gianfranco Borrelli, « Comment remédier aux conflits : « vivere politico » et « ripigliar lo stato  (...)

3Tout d'abord, plusieurs contributeurs rappellent que l'art de gouverner que Machiavel construit n'a pas pour seul but de permettre la domination du Prince : le vrai but, le but ultime, celui que même le prince doit avoir en vue, c'est la sécurité de tous, ce qu'Otfried Höffe2 appelle « le bien-être public » (p. 52). Certains contributeurs vont d'ailleurs très loin : G. Borrelli3 n'hésite pas à écrire que Machiavel a comme idéal un « autogouvernement politique » (p. 117) des citoyens par eux-mêmes. Cette idée peut sembler quelque peu exagérée, car la notion d'autogouvernement, faute d'être clairement définie, semble anachronique ici. Il n'en reste pas moins que l'ouvrage atteint son but : contre l'image courante d'un Machiavel amoral, prônant le vice et le mensonge, les auteurs mettent en lumière un républicain convaincu, engagé dans les luttes de son temps, et ne cessant d'inscrire la liberté de tous comme l'horizon politique par excellence.

  • 4 Sandro Landi, « Les opinions du peuple chez Machiavel : une relecture de Discours, I, 58 », p. 123- (...)

4Ensuite, les auteurs, en particulier Sandro Landi4 dans une contribution qui s'impose, dans cette perspective, comme l'une des pierres de touche de l'ouvrage, savent dégager la profonde ambivalence dont Machiavel fait preuve dans son traitement du peuple. Cette ambivalence est reflétée par le grand nombre de mots dont le philosophe se sert pour désigner ce peuple, de popolo à plebe en passant par multitudine. Doté de grandes qualités dans certains textes, par exemple dans le chapitre 58 du premier livre des Discours sur la première décade de Tite-Live, ou dans les Histoire de Florence, présenté comme plus fiable que les grands – qui aspirent à dominer, alors que le peuple n'aspire qu'à ne pas être dominé –, le peuple peut aussi se faire plèbe, masse aveugle, définie par sa crédulité, qu'un prince habile saura aisément manœuvrer, ou facilement terrifier.

  • 5 Fabio Raimondi, « Les « tumultes » dans Le Prince et dans les Discours. Notes pour un lexique machi (...)
  • 6 Christina Ion, « Machiavel et les désirs du peuple », p. 139-156.

5Enfin, et peut-être surtout, les auteurs montrent que le peuple est sans cesse pensé comme une force politique, alors qu'on aurait tendance à croire que Machiavel ne pense et ne parle qu'au prince. Force politique, que ce soit dans son expression la plus brutale, la révolte, dont Fabio Raimondi5 livre une stimulante lecture en montrant qu'elle est à la fois destructrice et productrice de nouvelles normes, ou dans des rapports moins violents, comme les élections. La contribution de Cristina Ion6 est, à mon avis, la plus intéressante de l'ouvrage : en posant la question de cette force politique du peuple, elle en vient à montrer que « le rôle des institutions dans la cité est de recréer du peuple » (p. 153) : autrement dit, la cité idéale n'est pas une cité figée dans un fonctionnement parfait des institutions et des mécanismes politiques, mais au contraire une cité vivante, où les rapports de pouvoir et de contre-pouvoir sont soigneusement agencés, pour laisser au peuple qui le souhaiterait la possibilité d'agir en politique.

  • 7 Robert Damien, « Entrer en mal, Machiavel et la conflictualité », p. 37-48.

6On peut émettre deux critiques. L'ouvrage s'articule en deux parties : « l'ambivalence du conflit » et « le peuple et la fécondité du conflit ». Les titres mêmes des parties soulignent ce qui est, à mon sens, la limite majeure de cet ouvrage collectif : on entend finalement très peu parler du peuple. Le sujet central de cet ouvrage, ce n'est pas le peuple, absent de plusieurs contributions, mais bien le conflit, omniprésent. Cet objet est finement analysé : Robert Damien7 et Otfried Höffe, notamment, savent dans leur contribution souligner que Machiavel n'est pas le penseur de l'amoralité de la politique, tel qu'on le décrit souvent et tel qu'il semble apparaître à travers l'adjectif tiré de son nom, mais celui qui a su, le premier, penser la fécondité du conflit. Le conflit engendre de la nouveauté, fait jouer les institutions, donne l'occasion au héros de s'affirmer comme tel, lorsqu'il sait saisir le moment – c'est le kairos grec. Dans sa contribution, Yves Charles Zarka, après une belle étude des lectures marxistes de Machiavel, réaffirme que si ce philosophe du XVIsiècle a encore une actualité, c'est précisément parce qu'il a su « révéler l'essence même du politique » (p. 30), et que cette essence, c'est à la fois la « lutte pour le pouvoir » (p. 33), et l'art de développer des institutions qui sauront, dans un équilibre toujours à refonder, canaliser cette lutte. Ce que nous dit Machiavel, et on a déjà cité la belle analyse de C. Ion, c'est que la république ne peut exister que dans un état de tension, entre ces deux pôles opposés que sont la tyrannie et la licence – on dirait, aujourd'hui, l'anarchie.

  • 8 John P. McCormick, « Le tyran grec en réformateur de la république chez Machiavel », p. 61-74.

7En se repliant sur la question du conflit, les auteurs livrent une étude certes intéressante mais qui manque quelque peu l'enjeu qui était annoncé par le titre du livre ou par son introduction, et qui est au cœur de certaines contributions, notamment celles de S. Landi et de C. Ion, qui apparaissent du coup comme les plus fortes et les plus originales de l'ouvrage. On aurait pu souhaiter, par exemple, un chapitre sur le rôle du peuple en armes, tant ce thème traverse l’œuvre de Machiavel, qui fut lui-même, comme le rappelle John P. McCormick dans les dernières pages de sa contribution8, torturé par les Médicis pour leur avoir suggéré de s'appuyer davantage sur le peuple, notamment en créant une milice populaire qui leur permettrait de ne plus dépendre du pouvoir des seuls aristocrates.

  • 9 Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Sienne, 1338 : essai sur la force politique des images, Paris, (...)
  • 10 Elizabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes, 1380-1500, Paris, Albin Michel, 2013.
  • 11 Claire Judde de Larivière et Rosa M. Salzberg, « Le peuple est la cité. L'idée de popolo et la cond (...)

8La deuxième critique découle directement de ces manques du livre : il y a ici trop peu, selon moi, de références à des travaux d'historien. Malgré la mise en garde initiale d'Yves Charles Zarka sur les dangers de décontextualiser Machiavel, les historiens brillent par leur absence, tant au sommaire – seul Sandro Landi fait exception – que dans les notes de bas de page. Les réflexions sur le peuple, sur la liberté, sur la violence, sur la guerre, auraient gagné à être appuyées sur des études historiques solides, permettant de montrer le sens que ces notions avaient dans l'Italie de Machiavel. Les ouvrages et articles de Patrick Boucheron9, Elizabeth Crouzet-Pavan10, Claire Judde de Larivière11, auraient énormément enrichi cet ouvrage. Mais c'est là une critique d'historien, et c'est probablement un faux reproche à faire à un ouvrage de philosophie qui est à la fois très accessible et très stimulant, et qui sait mettre en valeur la profondeur de la réflexion politique de Machiavel.

Haut de page

Notes

1 Frédérique Dubard de Gaillarbois, « Genre et conflit dans la pensée machiavélienne : du viol au mariage », p. 75-102.

2 Ottfried Höffe, « L'amoralité par provision dans Le Prince de Machiavel », p. 49-60.

3 Gianfranco Borrelli, « Comment remédier aux conflits : « vivere politico » et « ripigliar lo stato » selon Machiavel », p. 103-120.

4 Sandro Landi, « Les opinions du peuple chez Machiavel : une relecture de Discours, I, 58 », p. 123-138.

5 Fabio Raimondi, « Les « tumultes » dans Le Prince et dans les Discours. Notes pour un lexique machiavélien des luttes », p. 157-174.

6 Christina Ion, « Machiavel et les désirs du peuple », p. 139-156.

7 Robert Damien, « Entrer en mal, Machiavel et la conflictualité », p. 37-48.

8 John P. McCormick, « Le tyran grec en réformateur de la république chez Machiavel », p. 61-74.

9 Patrick Boucheron, Conjurer la peur. Sienne, 1338 : essai sur la force politique des images, Paris, Seuil, 2013.

10 Elizabeth Crouzet-Pavan, Renaissances italiennes, 1380-1500, Paris, Albin Michel, 2013.

11 Claire Judde de Larivière et Rosa M. Salzberg, « Le peuple est la cité. L'idée de popolo et la condition des popolani à Venise (XVe-XVIe siècles) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 68e année, 2013, p. 1113-1140

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Besson, « Yves Charles Zarka et Cristina Ion, Machiavel : le pouvoir et le peuple », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 04 juin 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18229

Haut de page

Rédacteur

Florian Besson

Normalien, agrégé d'histoire, doctorant en histoire médiévale à Paris-Sorbonne, sous la direction d'Elizabeth Crouzet-Pavan, je travaille sur les relations féodales dans le royaume latin de Jérusalem au XIIe siècle

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page