Navigation – Plan du site

Loïs Bastide, Habiter le transnational. Espace, travail et migration entre Java, Kuala Lumpur et Singapour

Claire Cosquer
Habiter le transnational
Loïs Bastide, Habiter le transnational. Espace, travail et migration entre Java, Kuala Lumpur et Singapour, Lyon, ENS Éditions, coll. « De l'Orient à l'Occident », 2015, 302 p., ISBN : 9782847886818.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Waldinger Roger, The Cross-Border Connection. Immigrants, Emigrants, and Their Homeland, Harvard Un (...)

1Le concept de « transnationalisme » est mobilisé par un nombre croissant d’études, notamment en sociologie des migrations. Il donne cependant lieu à de vifs débats1, s’interrogeant sur sa capacité à rendre compte de l’ancrage des migrants dans une localité concrète.

  • 2 TKI : « Tenaga kerja Indonesia ».

2L’ouvrage de Loïs Bastide peut se comprendre comme une intervention dans ces débats. Son étude des « migrations TKI »2, c’est-à-dire des migrations de la « force de travail indonésienne », revendique une approche ethnographique des phénomènes de globalisation, des migrations internationales et du transnationalisme, opposant une perspective « ancrée » à un point de vue « surplombant ».

3L’auteur mobilise à cette fin une ethnographie multisite, conduite entre 2007 et 2009 dans un village d’émigration, Banyu Putih (Indonésie), et deux métropoles d’immigration, Singapour et Kuala Lumpur (Malaisie). Dans un contexte où la sociologie des migrations se concentre sur les migrations Sud-Nord, ce choix d’objet mérite en lui-même d’être souligné, parce qu’il contribue à mettre en lumière les présupposés et les points aveugles qui entourent l’appréhension ordinaire des migrations.

4À l’observation et aux discussions informelles s’ajoutent des « récits de pratique » recueillis auprès de migrants, et quelques entretiens non structurés avec des personnels d’ONG. Les entretiens sont parfois consolidés par des questionnaires sur les sites indonésien et singapourien, et par une enquête documentaire – analyse d’un corpus textuel et de diverses statistiques descriptives.

5Dans une première partie, Bastide détaille le cadre théorique qui doit permettre de concilier approche large des migrations et approche ethnographique des expériences des migrants. Il se déploie selon deux axes : premièrement, une analytique d’influence pragmatiste qui cherche à lier expériences vécues et effets de structure ; deuxièmement, une approche inspirée de la pensée d’Henri Lefebvre, qui porte attention à la co-production de l’espace et du social. Par l’outil pragmatiste, il s’agit de tenir ensemble la pensée de l’assujettissement et celle de la subjectivation, c’est-à-dire rendre compte de la pluralité des formes de domination tout en examinant la façon dont elles contraignent la capacité des individus à exercer leur puissance d’agir. Bastide réinvestit donc des outils de l’action située – tels que le concept interactionniste de « carrière » – tout en tâchant de la replacer dans ses conditions macrosociales de possibilité. Par la mobilisation des processus socio-spatiaux de Lefebvre, l’espace est traité non pas comme support, mais comme condition, dimension et produit des pratiques – Bastide appréhende alors le transnational comme un « espace », et la mobilité transnationale comme mise en relation d’espaces-temps disjoints.

6Cette conceptualisation spatiale du transnationalisme est déclinée dans la deuxième partie de l’ouvrage, où l’auteur détaille l’effet des circulations migratoires sur les espaces transnationaux. Le chapitre IV décrit le village de Banyu Putih, traversé par une tension entre persistance d’un ordre local et « transnationalisation » des biographies villageoises. Ce processus de transnationalisation par les migrations constitue le village comme hub tout en réduisant sa centralité : il l’inscrit dans un espace à plusieurs centres, où les rapports sociaux se reconfigurent. Le chapitre suivant analyse la structuration de cet espace polycentrique, surdéterminé par « l’industrie migratoire », c'est-à-dire par le continuum entre les dispositifs étatiques et clandestins de circulation et de placement des migrants. L’industrie migratoire dessine des routes, dont la morphologie est présentée au cours du chapitre VI. Les routes migratoires sont conceptualisées comme des espaces d’exception : les différences juridiques, politiques et sociales formées le long des frontières nationales y mettent à mal, voire rompent les affiliations civiques et civiles des migrants. Dans ces espaces frontières, par lesquels les migrants s’acheminent vers leurs lieux de travail, naît une underclass transnationale. Le chapitre VII est consacré à ces lieux d’acheminement, c’est-à-dire aux villes de Kuala Lumpur et de Singapour, abordées au prisme des épreuves que les migrants y vivent. L’auteur défend l’intérêt de ne se limiter ni à l’étude du lieu de travail, ni à l’analytique victimaire qui prévalent souvent dans la narration des migrations de travail. En effet, les migrants contribuent à la ville, y développent des pratiques économiques et des ancrages collectifs visibles qui servent de support aux appropriations plus individuelles et discrètes de l’espace urbain. Au terme de cette deuxième partie, le chapitre VIII propose une vue d’ensemble des espaces transnationaux : analysés à partir des nouvelles formes de stratification sociale qui s’y déposent, il apparaît que les espaces transnationaux sont puissamment genrés. Le genre détermine la mobilité transnationale non seulement dans les possibilités de départ et de placement dans des lieux de travail des migrants, mais également dans leurs conditions de retour : les migrantes s’exposent par exemple à des risques de soupçon moral et de stigmatisation spécifiques à leur retour au village.

  • 3 Ainsi le refus de retour des femmes ou la « turbulence » des jeunes migrants à leur retour.

7Dans sa troisième partie, l’ouvrage traite des expériences de circulation des migrants en les abordant par leurs carrières migratoires, et les épreuves qu’ils traversent en migration. Le chapitre IX amorce ce replacement dans le point de vue des acteurs en traitant de la construction sociale du sens de la migration, c’est-à-dire des investissements de sens dans les espaces transnationaux. Ordre transnational et ordre local peuvent être confrontés directement, par la dissidence normative3, mais également faire l’objet de tentatives de conciliation, par la formation d’une culture migratoire qui tâche de réduire les coûts symboliques de la migration. Le chapitre X, décrit les expériences de violence et de domination, en particulier dans les situations de travail, auxquelles donnent lieu les « migrations TKI ». Il fait également état de formes de résistance, allant des « tactiques psychiques muettes » (p. 224), telle la nrima – une attitude mêlant vigilance et acceptation de son sort, nourrie par la référence à un ordre « naturel » du monde –, à la révolte brutale – comme le retournement de la violence physique contre l’employeur –, en passant par le déploiement de savoirs-faires moraux et culturels mobilisés pour faire face à des situations d’incertitude et de détresse – par exemple, par la mobilisation d’une religiosité définissant l’existence comme destin, et Dieu comme maître de ce dernier. Le dernier chapitre introduit l’idée « d’habiter », définie par sa connotation affective, qui tente d’articuler local et transnational, et de fonder théoriquement une ethnographie de la circulation. Celle-ci recourt donc préférentiellement à la sociologie des affects : les réseaux d’attachement tissés par les migrants, toujours rapportés à des lieux, témoignent à la fois de la concrétude de leurs ancrages tout en illuminant les ruptures émotionnelles induites par la mobilité.

8S’appuyant sur un appareillage théorique stimulant, Bastide parvient à restaurer le transnationalisme dans son épaisseur locale sans occulter les effets de structure globaux qui le conditionnent. Certaines pistes de problématisation, comme celle de l’ethnicité dans la migration, sont cependant écartées rapidement : l’auteur pointe la tendance de la sociologie des migrations à envisager les processus d’affiliation dans les sociétés d’accueil par une surdétermination ethnoculturelle, dénonçant des approches « ethnicisantes ». Pourtant, la dimension ethnique transparaît à diverses reprises au cours des pages, malgré l’absence de thématisation. Si la question de l’ethnicité dans les migrations doit, comme tant d’autres, être posée avec prudence, si elle n’appelle certainement pas les mêmes termes selon qu’elle s’applique à des migrations Sud-Nord ou Sud-Sud, elle demeure un axe analytique vraisemblablement à même d’enrichir l’étude des migrations.

Haut de page

Notes

1 Waldinger Roger, The Cross-Border Connection. Immigrants, Emigrants, and Their Homeland, Harvard University Press, 2015.

2 TKI : « Tenaga kerja Indonesia ».

3 Ainsi le refus de retour des femmes ou la « turbulence » des jeunes migrants à leur retour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Cosquer, « Loïs Bastide, Habiter le transnational. Espace, travail et migration entre Java, Kuala Lumpur et Singapour », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 19 juin 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18499

Haut de page

Rédacteur

Claire Cosquer

Doctorante en sociologie à l'Observatoire sociologique du changement, Sciences Po Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page