Navigation – Plan du site

Réjane Sénac, L’égalité sous conditions. Genre, parité, diversité

Eric Keslassy
L'égalité sous conditions
Réjane Sénac, L'égalité sous conditions. Genre, parité, diversité, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », 2015, 260 p., Préface de Janine Mossuz-Lavau, post-face de JoanW.Scott, ISBN : 978-2-7246-1735-1.
Haut de page

Texte intégral

1La question des inégalités est centrale dans une démocratie. Elle prend une dimension particulière dans la République française qui s’appuie sur des textes fondateurs et une devise qui font de l’égalité une valeur cardinale. Mais Réjane Sénac n’entend pas seulement s’interroger sur la place des inégalités dans notre société et sur la façon dont les pouvoirs publics tentent de les combattre, elle souhaite également approcher les conditions qui font de certains citoyens des « non-frères » historiques, à savoir les femmes et les personnes que l’on présente comme issues de la diversité. Ainsi, du triptyque républicain inscrit au fronton de tous de nos bâtiments administratifs, la « Fraternité » est ici également appréhendée comme une valeur fondamentale. Au total, il s’agit donc de procéder à une ambitieuse redéfinition de l’articulation entre la liberté, l’égalité et la fraternité.

2Au travers des débats soulevés par la volonté d’obtenir la parité entre hommes et femmes en politique et une plus grande diversité dans de nombreux champs de la vie sociale, et au travers des vives controverses qui se sont nouées autour de la « supposée » « théorie du genre » – notamment lors des débats sur le « mariage pour tous »–, Réjane Sénac nous montre combien ces politiques de promotion ne s’effectuent pas gratuitement. D’une certaine façon, elles cherchent à inclure les femmes et les « minorités visibles » précisément pour les mêmes raisons qu’on les a exclues : au nom de leur différence ! Or, il faudrait plutôt chercher à les « intégrer » au nom de leur similarité – parce toutes et tous sont pleinement des citoyen-ne-s. L’auteur propose alors une hypothèse stimulante : en transformant les facteurs d’exclusion puis de discrimination en arguments d’inclusion, les politiques de promotion de la parité et de la diversité portent une « égalité sous condition de performance de la différence ». Ainsi, tout en s’appuyant sur l’héritage républicain, elles ne sont pas conduites sans exigence de contreparties : les femmes et les « racialisés » ne peuvent prétendre à l’inclusion qu’à partir du moment où ils mettent en avant et rentabilisent leur(s) différence(s). L’égalité n’est pas recherchée pour elle-même, mais pour apporter une sorte de plus-value : la performance de la différence.

3La façon dont les états-majors des partis politiques appliquent la loi sur la parité offre une remarquable illustration de cette « dérive » difficilement contestable : les femmes sont d’autant plus facilement choisies qu’elles sont également jeunes et relevant de la diversité – des critères qui interviennent beaucoup moins souvent pour les hommes – ; ce cumul des différences est en effet perçu comme pouvant rapporter de nombreuses voix car devant susciter l’adhésion des groupes qui sont censés être ainsi représentés : les femmes, les jeunes mais aussi les habitants des quartiers populaires ou encore les membres supposés d’une communauté religieuse ou ethnique etc. La parité permet de remplir plusieurs cases – de « faire du trois en un » – et peut donc, à cette condition seulement, se révéler performante sur le plan électoral.

4Les politiques entrepreneuriales de promotion de la diversité présentent également ce type d’arrière-pensée : les « minorités visibles » ne sont pas d’abord retenues pour leur(s) compétence(s) professionnelle(s) mais parce que « la diversité est bonne pour le business ». L’égalité devant l’insertion dans le marché du travail ne peut exister que dans la mesure où les singularités se révèlent rentables sur le plan économique.

5Ainsi, au total, sous couvert de recherche de l’égalité, on maintient certaines catégories de citoyens dans un statut de non-frère : les femmes et les non-blancs ne sont pas inclus en tant que « pair-e-s » mais seulement comme « complémentaires » (d’abord parce qu’ils apportent une plus-value liée à leur-s différence-s).

6Réjane Sénac ne sous-estime pas l’aspect positif des politiques de promotion de la parité et de la diversité : l’inclusion politique et économique des femmes et des « divers » est en effet devenue une question parfaitement légitime ; et la reconnaissance des inégalités est évidemment un premier pas permettant de les combattre. Mais la façon dont les politiques visant l’égalité sont menées mérite clairement d’être interrogée et repensée. Cet ouvrage le démontre d’une façon à la fois limpide et documentée.

  • 1 Réjane Sénac, L’invention de la diversité, Paris, PUF, 2012.

7S’appuyant sur une immense connaissance de son domaine de recherche (comme les multiples et fines références bibliographiques en attestent), sur une remarquable analyse des discours publics en provenance des divers acteurs (responsables politiques, institutionnels, syndicaux, associatifs, religieux et universitaires), ainsi que sur des enquêtes menées depuis 2004 – et déjà utilisées pour son précédent ouvrage L’invention de la diversité1 –, Réjane Sénac livre un ouvrage fondamental. Enquêtes qui doivent, à terme, nous conduire à renouveler les politiques de promotion de la parité et de la diversité. Pour que l’égalité retrouve une réelle « épaisseur politique ».

Haut de page

Notes

1 Réjane Sénac, L’invention de la diversité, Paris, PUF, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Réjane Sénac, L’égalité sous conditions. Genre, parité, diversité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 07 juillet 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18598

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page