Navigation – Plan du site

Patrick Boucheron, Jacques Dalarun, Georges Duby, portrait de l’historien en ses archives

Rachel Joly
Georges Duby
Jacques Dalarun, Patrick Boucheron (dir.), Georges Duby. Portrait de l'historien en ses archives, Paris, Editions Gallimard, coll. « Hors série Connaissance », 2015, 472 p., ISBN : 978-2-07-014920-9.
Haut de page

Texte intégral

1Si Georges Duby (1919-1996), le grand historien médiéviste, de renommée nationale et internationale, a déjà fait l’objet d’études historiographiques, aucune encore n’avait saisi l’historien « en ses archives ». C’est chose faite avec le présent ouvrage de près de 500 pages, dirigé par Patrick Boucheron et Jacques Dalarun qui rassemble 24 contributions en cinq grandes parties. Georges Duby est appréhendé ici au travers de ses archives, principalement celles qu’il a constituées au fil de sa vie et qui sont aujourd’hui conservées à l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC, Abbaye d’Ardenne) et à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH, Aix-en-Provence). L’ouvrage s’inscrit dans une historiographie des pratiques savantes, initiée par le travail collectif portant sur les archives et la bibliothèque d’une autre grande figure emblématique des sciences humaines : Michel Foucault (voir p. 13, note 1). Pour « éclairer » la façon dont  « Duby travailla à son œuvre d’historien », les auteurs, eux-mêmes médiévistes, et aguerris aux problématiques archivistiques et plus généralement à l’épistémologie, ont exploré et exploité ses archives et les ont confrontées aux publications scientifiques et aux récits autobiographiques du grand homme, parmi lesquels son « essai d’égo-histoire » (1989) et L’Histoire continue (Gallimard, 1991). Le résultat est implacable. Si Georges Duby demeure, à l’issue de l’étude, une grande figure d’historien, il apparaît souvent dans celle-ci sous un jour pas toujours flatteur. Les archives permettant, en effet, de saisir l’ambiguïté et la complexité du personnage. Mais la publication ne se limite pas à cela. Nous revenons ici sur quelques points essentiels.

2Tout d’abord - et cela est valable pour les fonds d’archives de personnalités en général - l’exploitation du fonds d’archives a été tributaire des tris et des traitements archivistiques opérés en amont par l’historien, sa famille et les archivistes. C’est ce qu’illustre Yann Potin en introduction (p. 25-59) à propos du fonds de l’IMEC, qui est conséquent (135 boîtes), riche et varié, mais ne concerne en fait que la carrière professionnelle de Duby, et au sein de celle-ci, majoritairement, son activité professorale au Collège de France, de 1970 à 1991. Ce fonds permet donc d’appréhender l’historien en son œuvre, mais de façon partielle. Une autre limite réside dans le reconditionnement matériel et intellectuel subi par le fonds initial, selon un classement pensé suivant un prisme littéraire (cf. p. 37-38), entraînant, parfois, une perte d’informations intrinsèques au fonds, et des incohérences de classement. Au fil de l’ouvrage, les auteurs relèvent, ainsi, diverses contraintes d’exploitation auxquelles ils ont été confrontés et exposent leur tentative d’une « archéologie des traces » pour y remédier. Felipe Brandi, quant à lui, évoque (p. 161-184) le fonds de la MMSH – essentiellement bibliographique – et en expose les potentialités mais aussi les contraintes d’exploitation.

3Georges Duby ayant consacré dans L’Histoire continue 90 pages à ses années de thèse sur les 220 pages que compte l’ouvrage, il était intéressant de confronter archives et récit, relativement à cette fameuse thèse portant sur La Société aux XIe et XIIe siècles en Mâconnais, soutenue en 1952, publiée en 1953, et qui fit date dans l’historiographie médiévale française (voir la réception de la thèse, par Didier Méhu, p. 137-160). D’après Florian Mazel (p. 63-89), les archives donnent à voir l’ampleur du travail documentaire de G. Duby et sa méthodologie, avec la réalisation de fiches, de cartes (voir p. 111-115) et de plans, répondant avant tout à une fonction heuristique. Mais elles révèlent aussi que la genèse et la réalisation de la thèse furent beaucoup plus longues et plus laborieuses que ce que Duby en a relaté dans L’Histoire continue. Mazel note d’autres écarts encore entre ce que donne à voir les archives et le récit de Duby, notamment en matière « d’héritages ». À ce sujet, justement, Didier Méhu (p. 90-110) revient, plus particulièrement, sur la « dette » de Duby vis-à-vis de son prédécesseur André Déléage (1903-1944), auteur d’une thèse considérable de 1500 pages sur La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du XIe siècle, soutenue en 1941, publiée en 1944, aux résultats, originaux et déconcertants à l’époque. Si Georges Duby cite relativement peu Déléage dans le corps de sa thèse, et se montre condescendant à son égard dans L’Histoire continue, il en a pourtant repris plusieurs des idées notables (voir p. 99). Toujours à propos de la genèse de la thèse, Didier Panfili (p. 116-129) a examiné d’autres archives que celles de l’IMEC : les tomes IV et V du Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny (publiés entre 1876 et 1903 par A. Bruel), utilisés et annotés par Duby lorsqu’il était étudiant à Lyon, et qui sont aujourd’hui conservés à l’Université de Lyon. Il démontre que Duby a sélectionné les actes sur lesquels il allait fonder son argumentation d’un « tournant de l’an mil » et choisi de laisser de côté d’autres informations qui ne seraient pas allées dans le sens de son propos. On a là, au final, une démarche qu’on pourrait qualifier d’anhistorique.

4Le style, la fluidité de la parole : c’est ce qui a fait, entres autres, la marque et le succès de Georges Duby. Patrick Boucheron (p. 219-245) s’est donc penché sur la question. Et le fonds de l’IMEC est là aussi instructif. Il conserve des milliers de fiches  de cours (une année de cours au Collège de France représentant pour Duby, 600 à 800 fiches) ; fiches que Duby avait sous les yeux lorsqu’il professait et sur lesquelles il jetait un regard de temps en temps. Or elles donnent à voir un texte écrit, travaillé, élaboré, comprenant des effets de relance, d’insistance et de répétition propre à l’oralité. Le style oral de Duby n’avait donc rien de spontané : la voix se posait sur un texte déjà écrit, et au vue de la fine écriture, nécessitant d’être su pratiquement par cœur.

5Ce ne sont là que quelques exemples. L’imposant ouvrage illustre sur 500 pages comment Duby « pratiquait » l’histoire dans « son atelier », et comment il a œuvré, en parallèle, à bâtir son image d’historien. L’un des autres intérêts de la publication est de replacer l’historien à l’œuvre dans son contexte institutionnel, humain, et technique. Ainsi, relativement à l’apport de Déléage, Didier Méhu relève que les recenseurs de la thèse de Duby à l’époque avaient bien signalé cet apport, mais sans plus le commenter, l’analyser, et le critiquer. Patrick Boucheron, pour sa part, rappelle que Duby bénéficiait au Collège de France de moyens technique et humain : il pouvait enregistrer ses interventions orales (cours, séminaires…) sur cassettes, elles étaient ensuite saisies intégralement par sa secrétaire. Les retranscriptions tapuscrites corrigées pouvaient alors devenir, aisément, le premier état du manuscrit d’un livre. Plus largement, l’ouvrage expose comment questionner et aborder les archives d’un chercheur en sciences humaines.

6Pour terminer, signalons que Felipe Brandi a rassemblé en fin de volume (p. 417-472), par années de 1945 à 2002, la bibliographie (publications posthumes comprises) de Georges Duby, soit 760 références.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Joly, « Patrick Boucheron, Jacques Dalarun, Georges Duby, portrait de l’historien en ses archives », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18665

Haut de page

Rédacteur

Rachel Joly

Ingénieur d’Études à l’Université de Bourgogne, membre de ArTeHiS (Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés, UMR 6298). Diplômée d’un Master II d’Histoire de l’Université de Bourgogne, Docteur en Archéologie de l’Université de Paris I-Sorbonne ; a classé, inventorié et documenté plusieurs fonds d’archives de chercheurs en Sciences-Humaines, des 19e et 20e siècles : A. et G. de Mortillet, H. Corot, R. Agache et A. Deyber.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page