Navigation – Plan du site

Laura King, Family Men. Fatherhood and Masculinity in Britain, 1914-1960

Mathilde Dorbessan
Family Men
Laura King, Family Men. Fatherhood and Masculinity in Britain, 1914-1960, Oxford, Oxford University Press, 2015, 256 p., ISBN : 978-0-19-967490-9.
Haut de page

Texte intégral

1Avec Family Men, Laura King s'inscrit dans une démarche d'histoire de la famille et du genre : il s'agit d'un ouvrage pionnier, en ce qu'il constitue une première ébauche pour une histoire de la paternité sur cette période. Cette étude est structurée par des questionnements portant sur le rôle du père comme soutien des besoins matériels et affectifs des enfants et interroge la paternité comme élément constitutif d'une identité de genre.

2La période étudiée s'étend du début de la Première guerre mondiale, en 1914, à 1960. Le choix de ces bornes par l'auteure nous place dans un contexte historique spécifique, marqué par des événements et des phénomènes qui influent plus ou moins nettement sur le comportement des pères envers leurs enfants. Dans le cadre d'une histoire de la paternité, les deux guerres mondiales sont des événements marquants en ce qu'elles entraînent fréquemment des absences prolongées des hommes du foyer familial. Cette période est également marquée par la crise économique des années 1930 et la montée du chômage qui en découle. Face à une certaine abondance documentaire, Laura King a fait le choix de placer la limite de son étude à l'année 1960. Cette borne rend compte d'un certain nombre de phénomènes sociaux et culturels qui justifient de penser une relative rupture dans l'histoire de la paternité. On compte, parmi eux, la diffusion de mode de pensées hérités de la psychologie, l'accroissement sans précédent du niveau de confort des individus, et le développement du contrôle des naissances. Le cadre chronologique de cette étude constitue donc une période charnière dans l'histoire de la paternité.

  • 1 L'auteure dit utiliser six collections d'histoire orale, dont elle détaille les références, sans pr (...)

3L'étude se concentre particulièrement sur ces discours : Laura King a notamment procédé par recherche de mots-clefs parmi un corpus de plus de 80 000 articles de journaux et une centaine d'articles de magazines. Elle a également eu recours à l'histoire orale, en s'appuyant sur un ensemble d'entretiens déjà réalisés1. Comme l'auteure ne manque pas de le rappeler, il ne s'agit pas d'un échantillon représentatif de la population dans toute sa diversité, ce qui implique la nécessité de confronter ces retranscriptions d'entretiens à des sources de nature différente. Par ailleurs, l'absence de représentativité statistique impose le traitement exclusivement qualitatif de ces sources ; impératif auquel l'ouvrage déroge parfois. Le corpus documentaire sur lequel repose les analyses de Family Men est extrêmement varié, ce qui permet de procéder à des comparaisons : l'auteure s'appuie en effet également sur un très large corpus de films, romans, œuvres littéraires pour enfants, ainsi que sur la littérature de conseils destinés aux parents. Notons enfin que Laura King a fait avec cette étude le choix d'un découpage thématique : le livre traite de la nécessité de subvenir aux besoins des enfants, des relations affectives et émotionnelles avec ces derniers, ainsi que du rôle joué par la paternité dans la construction d'une identité de genre. Cette organisation thématique de l'ouvrage met en évidence le fait que l'histoire de la paternité ne saurait s'envisager d'une manière purement linéaire, en identifiant des périodes clairement distinctes.

  • 2 Cette idée apparaît notamment dans Carolyn Steedman, Landscape for a Good Woman, London, Virago, 20 (...)

4Parmi les thèmes abordés par l'ouvrage, il convient de s'intéresser au rôle du père comme figure d'autorité. Laura King rappelle judicieusement le rôle qu'ont joué les deux guerres mondiales dans l'affirmation du rôle du père dans l'éducation des enfants : les sources, et notamment la presse, témoignent de la multiplication des discours qui associent l'absence des pères et le manque de discipline des enfants. La question des châtiments corporels est abordée par Family Men : les cas de procès de pères pour cruauté envers leurs enfants sont en effet très largement couverts par la presse, et l'auteure ne manque pas de les analyser. Laura King n'a pourtant pas recours aux questions de stratifications sociales comme clef d'interprétation de ces faits divers. Elle ne précise en effet pas si est spécifiée l'appartenance sociale des pères évoqués par les articles de presse sur lesquels elle s'appuie ; les exemples en question perdent alors une grande partie de leur lisibilité historique. Or, on sait que les différentes manifestations de domination sociale subie par les pères de la working class dans la sphère publique peuvent amoindrir leur autorité dans la sphère familiale, et que cette notion d'autorité paternelle est difficilement compréhensible sans prendre en compte le milieu social auquel appartiennent les individus2.

  • 3 Une telle croyance apparaît tout au long du livre, en filigrane, dans l'emploi récurrent du terme d (...)

5 Le traitement des sources par l'auteure est bien souvent contestable. Laura King a en effet recours, pour soutenir ses thèses, à l'argument, aussi classique que problématique, qui consiste à garantir la représentativité de ses sources par le fait que les différents acteurs qui les ont produites n'avaient aucun intérêt rationnel à exprimer à travers elles des idées déviantes. La presse exprimerait les opinions du plus grand nombre, ou du moins, du modèle normatif reconnu comme légitime par le plus grand nombre. Cette affirmation est extrêmement contestable, car elle suppose l'existence d'un ensemble d'idéaux populaires homogène3. Si le caractère normatif de ces écrits dit surement beaucoup des représentations largement partagées concernant la paternité, celles-ci ne sauraient être envisagées comme le reflet de la réalité des comportements.

6L'ouvrage donne lieu à de nombreuses prises de position que la nature des sources choisies rend hasardeuses. L'auteure qualifie notamment de « minorité significative » le groupe plus ou moins homogène d'hommes qui ne remplissent pas leur tâche de soutien de famille et qui dépensent leurs revenus en alcool au lieu de subvenir aux besoins des enfants. Cette affirmation ne semble pas nécessairement aberrante, mais elle ne s'inscrit pas dans le cadre d'une étude qui ferait apparaître nettement les stratifications sociales et leur poids sur cette question ; aucune des sources exploitées ne permet d'ailleurs d'appréhender ce phénomène d'une manière quantitative. Cette conclusion ne nous renseigne sûrement qu'assez marginalement sur la réalité sociale prétendument mise en évidence. L'auteure reconnaît d'ailleurs d'elle-même qu'elle ne s'intéresse que trop peu aux questions d'ethnicité, de classe sociale, d'appartenance religieuse, et de particularismes régionaux.

7Les manques de l’analyse découleraient en fait d'un choix épistémologique (ou du moins d'une nécessité pratique) : adopter le prisme unique du genre pour comprendre la paternité au début du XXe siècle. On peut difficilement se satisfaire d'une compartimentation qui éliminerait les autres catégories explicatives des faits sociaux. En effet, si le recours au concept de genre est revendiqué, celui-ci gagnerait à s'appliquer à tous les individus concernés par la notion de paternité, et non seulement aux pères. On note en effet que les enfants occupent une place assez étonnamment marginale au sein de cette étude : s'intéresser aux différences dans l'éducation des filles et des garçons constitue une des nombreuses pistes de réflexion que l'auteure se contente d'esquisser. Elle prend notamment en compte le rôle du père comme gardien de la virginité de sa fille, et évoque l'importance de l'héritier mâle dans le prestige social d'un individu.

8Pour la middle class du XIXe°siècle, particulièrement prise en compte dans cette étude, en raison de sa surreprésentation dans les sources et en ce qu'elle constitue un modèle pour les classes sociales populaires, être père de famille procure à l'individu une dignité sociale accrue. Ce constat découle d'une approche qui utilise la psychologie, à la fois comme clef interprétative des comportements individuels et comme un discours inscrit dans l'histoire, et qui a eu une influence sur les manières de se représenter le rôle des pères au sein des familles. Cette prise de position explique que Laura King puisse sembler se placer souvent à l'échelle individuelle, dans un ouvrage qui traite finalement assez peu du poids déterminisme social sur les comportements paternels.

9 Family Men a le mérite d'ouvrir un champ d'étude, et de proposer de nouvelles pistes aux chercheurs et chercheuses qui traiteront de la paternité au XXe siècle. Il s'agit également d'un ouvrage qui ne dissimule pas son engagement en faveur d'une répartition plus égalitaire des tâches liées à la parentalité, en s'opposant explicitement aux discours qui font l'éloge des pères impliqués, comme s'il s'agissait d'un rapport exceptionnel et presque révolutionnaire à la paternité. Cette étude historique prouve que l'implication croissante des pères, loin d'être révélatrice d'un âge moderne dans l'histoire de la parentalité, relève d'un changement qui s'est opéré sous la forme d'une transition extrêmement lente et assez peu linéaire au cours des deux derniers siècles. On comprend alors que l'implication affective des pères n’est pas le résultat d'un progrès propre à nos sociétés contemporaines. Écrire cette histoire permet d'envisager enfin la paternité non plus comme un simple ensemble d'expériences individuelles, mais comme un phénomène historique intrinsèquement lié aux structures sociales dans lequel il s'inscrit.

Haut de page

Notes

1 L'auteure dit utiliser six collections d'histoire orale, dont elle détaille les références, sans préciser pour autant le nombre de personnes interrogées ou leurs propriétés sociales (profession, âge, milieu social).

2 Cette idée apparaît notamment dans Carolyn Steedman, Landscape for a Good Woman, London, Virago, 2005 [1986].

3 Une telle croyance apparaît tout au long du livre, en filigrane, dans l'emploi récurrent du terme de « culture populaire » pour désigner le contenu des articles de presse étudiés : le caractère populaire de ces sources est pourtant hautement contestable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Dorbessan, « Laura King, Family Men. Fatherhood and Masculinity in Britain, 1914-1960 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 18 août 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18698

Haut de page

Rédacteur

Mathilde Dorbessan

Étudiante en Master 2 d'Histoire moderne à l'École Normale Supérieure de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page