Navigation – Plan du site

Alain Giami, Gert Hekma (dir.), Révolutions sexuelles

Lilian Mathieu
Révolutions sexuelles
Alain Giami, Gert Hekma (dir.), Révolutions sexuelles, La Musardine, coll. « L'attrape-corps », 2015, 394 p., ISBN : 978-2-84271-763-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’idée que les sociétés occidentales auraient connue, au tournant des années 1960 et 1970, une « révolution sexuelle » relève aujourd’hui du lieu commun. Il n’était donc grand temps que les sciences sociales se penchent, avec plus de quatre décennies de recul, sur la pertinence de la notion et sur la réalité des transformations qu’elle désigne. C’est en grande partie chose faite avec ce livre collectif, fruit d’un séminaire international tenu à l’Université d’Amsterdam en 2011. Cette origine mérite d’être soulignée car elle signale l’un des apports majeurs de l’ouvrage, à savoir sa dimension internationale : si la deuxième partie est spécifiquement consacrée à la France, d’autres contributions portent sur les États-Unis, la Belgique, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou encore l’Union soviétique, ouvrant à des pistes comparatives stimulantes.

2Le bref chapitre introductif signé par Alain Giami et Gert Hekma entend à la fois défendre la notion de révolution sexuelle — parfois contestée au profit d’une conception plus progressive et évolutive des transformations des normes et des comportements sexuels — et en préciser les principales expressions, parmi lesquelles « la dissociation de la sexualité du mariage, de la reproduction et du genre, l’émancipation politique et subjective des gays et des lesbiennes, la multiplication des identifications de genre, l’importance des plaisirs érotiques pour le bien-être global des personnes, des attitudes plus détendues envers les mœurs sexuelles » (p. 12). La discussion est poursuivie par les mêmes auteurs dans le chapitre suivant, qui situe les bouleversements des années 1960-1970 dans la continuité des précédentes phases de problématisation des normes sexuelles, à savoir, successivement, la critique de la morale catholique d’Ancien Régime par les libertins et les philosophes des Lumières, l’élaboration des utopies socialistes de l’ère industrielle naissante, la constitution d’un savoir médical sur les sexualités à la fin du XIXe siècle et enfin la tentative de synthèse entre marxisme et freudisme pour penser une émancipation qui soit à la fois sexuelle et sociale – dont Reich et Marcuse constituent les figures de proue. Dans la continuité, la révolution sexuelle des années 1960-1970 s’est elle aussi caractérisée par sa dimension politique, donnant lieu à d’âpres débats pour savoir si la transformation des conduites et des subjectivités serait en mesure de saper les bases du capitalisme ou si, à l’inverse, seul un changement politique d’ampleur serait à même de radicalement bouleverser les intimités.

3La suite du volume explore ces pistes d’analyse sur différents terrains et en adoptant des focales plus ou moins resserrées sur des thématiques spécifiques. Le chapitre de Dagmar Herzog compare les débats ayant précédé la légalisation de l’avortement dans plusieurs pays d’Europe de l’Ouest. L’auteure montre combien ce sont les obsessions anciennes devant le risque de dénatalité qui, plus que le respect invoqué de la « vie », ont inspiré les oppositions souvent virulentes à l’avortement tandis que c’est l’incapacité à faire respecter sa prohibition qui a souvent motivé les gouvernements à le légaliser. Au tout début des années 1970, la solidarité entre minorités sexuelles avait permis à la cause des pédophiles de s’exprimer publiquement. David Patternotte montre comment cette solidarité s’est rapidement délitée, frappant la pédophilie d’illégitimité à mesure de l’institutionnalisation du mouvement gay et de l’imposition d’un idéal d’égalité entre partenaires sexuels.

4Ouvrant la partie consacrée à la France, Sylvie Chaperon se penche sur la période qui précède immédiatement la révolution sexuelle, en l’occurrence les années 1950 marquées par un renouvellement de la réflexion sexologique favorisé tant par des entreprises éditoriales (telle la réédition des œuvres de Sade par Jean-Jacques Pauvert) que par l’activisme d’associations telles qu’Arcadie, autour de l’homosexualité, ou que Maternité heureuse, concernant le contrôle de la fertilité. Rostom Mesli étudie le parcours et la réflexion du libertaire Daniel Guérin, pour qui la libération du désir était indissociable de l’émancipation politique et sociale. L’auteur relève les ambivalences, historiquement déterminées, des positions politiques de cet intellectuel homosexuel d’origine bourgeoise, rallié à la révolution par amour du « corps ouvrier » (p. 147). Alain Giami aborde l’articulation entre transformation de soi et désir de révolution sociale en revisitant les expériences de thérapie sexuelle fondées sur la « bioénergie » menées dans la première moitié des années 1970. Intrication entre politique et sexualité encore dans l’analyse, menée par Michael Sibalis, des évolutions du mouvement homosexuel français qui, volontiers perturbateur et étroitement lié à l’extrême gauche dans la foulée de Mai 68, s’est progressivement rapproché de la politique institutionnelle, voyant notamment le Comité d’urgence anti-répression homosexuelle soutenir la candidature de François Mitterrand à la présidentielle de 1981. Janine Mossuz-Lavau clôt le panorama consacré à la France en étudiant la sexualité des Françaises tant sous l’angle des transformations législatives (légalisation de la contraception puis de l’avortement) que des évolutions comportementales, concluant à ce propos à une « libération inaboutie » devant la persistance d’écarts notables dans la manière dont hommes et femmes vivent leur sexualité.

5La troisième partie rassemble cinq études nationales. Celle de Gert Hekma est consacrée aux Pays-Bas et montre comment l’effondrement rapide des normes puritaines a permis une normalisation des modes de vie homosexuels et une approche pragmatique de questions telles que la prostitution. Mais l’auteur souligne également qu’hommes et femmes n’ont pas bénéficié au même titre de la révolution sexuelle et que celle-ci reste vulnérable devant les tentatives de restauration conservatrice. Le chapitre consacré par Dan Healy à la période de relative libéralisation des mœurs qu’a connue l’URSS dans les années 1960 insiste sur le rôle de la sociologie dans un pilotage politique inquiet du déclin démographique du pays — une inquiétude qui, aujourd’hui encore, inspire la politique homophobe de Poutine. Jeffrey Escoffier aborde la révolution sexuelle aux États-Unis sous l’angle de la pornographie, dont le développement tient en large part aux recompositions de l’industrie cinématographique mais également à l’évolution de la jurisprudence sur la liberté d’expression. Wannes Dupont étudie les vigoureux débats que la contraception a suscités au sein d’un clergé catholique flamand en désaccord sur ce point avec les positions conservatrices de l’encyclique Humanae Vitae. Le chapitre de Matt Cook termine le volume en abordant le cas de la Grande-Bretagne. Les transformations à la fois légales et sociales en matière de sexualité y ont été rapides et nombreuses pendant les années 1960 mais se sont révélées vulnérables lorsque la réaction conservatrice en a fait des boucs émissaires de la crise dans les années 1980.

6Comme toute entreprise collective de cet ordre, Révolutions sexuelles ouvre sans doute plus de pistes de réflexion qu’il ne peut totalement en défricher, laissant à d’autres le soin de s’y engager plus avant. Il en est ainsi de la tension — mentionnée dans plusieurs chapitres mais peu traitée frontalement — entre transformations des pratiques et évolutions des représentations et des attitudes. Il en est également des possibles distorsions d’un regard porté plus de quarante ans après sur la dite « révolution sexuelle ». Les trente dernières années n’ont pas été, elles non plus, exemptes de transformations majeures en matière de sexualité, notamment s’agissant de la légitimation de l’homosexualité et sous l’effet de la lutte contre le sida, mais sans que ces changements soient pour autant interprétés en termes de révolution — l’affaiblissement concomitant des projets de transformation politique et sociale n’étant probablement pas pour rien dans cette désaffection interprétative. Enfin, hormis Paternotte, rares sont les auteurs à relever que si les années 1960-1970 ont assisté à un élargissement de la sphère des pratiques sexuelles légitimes, elles ont également vu la disqualification de certaines conduites aujourd’hui exclues du domaine du sexuel pour relever de celui de la violence (viol, inceste, harcèlement et, désormais, prostitution). Le rôle du féminisme dans ces processus aurait peut-être mérité un peu plus d’attention.

7On regrettera également que le schème révolutionnaire n’ait pas été davantage travaillé pour penser les différents processus abordés dans le volume. Dans leur chapitre liminaire, les deux coordinateurs de l’ouvrage privilégient une lecture implicitement « avant-gardiste » de la révolution sexuelle, rapportant celle-ci à la pensée de quelques grandes figures intellectuelles (Reich, Marcuse, Kinsey, Foucault, Deleuze et Guattari parmi les principales) aux dépens des transformations macro-sociales telles que l’accès généralisé des femmes à l’enseignement et au marché du travail. J. Escoffier peut paraître plus proche de la réalité lorsqu’il suggère (p. 313) que la temporalité de la révolution sexuelle de la seconde moitié du XXe siècle est plus proche de celle, lente et progressive, de la révolution industrielle que de celle, plus incandescente, des révolutions politiques. Ces réserves, mineures, n’entament en rien l’intérêt d’un ouvrage richement documenté et dont la publication est bienvenue dans un contexte de remobilisation — la récente « Manif pour tous » en étant la principale expression — de courants que l’on peut à bon droit qualifier, sur ce plan, de « contre-révolutionnaires ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Alain Giami, Gert Hekma (dir.), Révolutions sexuelles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 08 septembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18807

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page