Navigation – Plan du site

Bernard Perron, Antonio Dominguez Leiva et Samuel Archibald (dir.), Z pour Zombies

Émilien Schultz
Z pour Zombies
Bernard Perron, Antonio Dominguez Leiva, Samuel Archibald (dir.), Z pour Zombies, Montréal, Presses universitaires de Montréal, 2015, 222 p., ISBN : 9782760633834.
Haut de page

Texte intégral

1Les zombies studies sont-elles en passe de devenir un croisement interdisciplinaire fertile ou au contraire représentent-elles une abomination qu’il s’agit de renvoyer au cimetière des pastiches académiques ? Dans la continuité d’une première conférence internationale sur les zombies, Z pour Zombies propose d’apporter un éclairage sur les différentes zones intellectuelles et culturelles « déjà envahies par les morts-vivants ». Les treize contributions retenues pour ces actes relèvent de spécialités assez variées (études cinématographiques, histoire de l’art, études anglaises ou françaises) qui orbitent autour des cultural studies. Les pages consacrées aux commentaires de bandes dessinées, jeux vidéo, films populaires, alternent avec des contributions à vocation philosophique ou sociologique.

  • 1 Paris Vincent, Zombie. Sociologie des morts-vivants, Montréal, Les Éditions XYZ inc., 2013.
  • 2 Charlier Philippe, Zombis. Enquête sur les morts-vivants, Paris, Tallandier, 2015.
  • 3 Romero George, The Night of the Living Dead, 1968.
  • 4 Kirkman Robert, Moore Tony, The Walking Dead, Image Comics, 2003.

2Le zombie – un mort revenu parmi les vivants avec une identité partiellement ou totalement altérée, généralement agressif et amateur de cerveaux – a déjà capté l’attention des universitaires. En français, on peut noter la publication récente d’une sociologie des morts-vivants1 et d’une enquête sur les Zombis dans l’Haïti post-tremblement de terre2. À la fois croyance traditionnelle plus ou moins battue en brèche par la modernité et phénomène culturel des médias de masse qui le déclinent à l’envi en films, bandes dessinées, jeux vidéos et autre produits, le zombie peut être une entrée rafraîchissante pour interroger la notion de convention dans l’industrie culturelle (à travers la notion de film de genre), la perception des risques et de la résilience ou encore le rapport au corps et à la mort. La focale largement privilégiée dans l’ouvrage est celle du zombie dans les produits culturels, sous sa forme popularisée par le cinéma hollywoodien. La référence à Roméro (The Night of the Living Dead3) ou à la bande dessinée devenue The Walking Dead4 se retrouve de manière récurrente. Après un rapide panorama des contributions, nous essayerons de proposer des pistes pour dépasser la profusion un peu envahissante d’anecdotes et de détails narratifs.

3On l’aura compris, le zombie est à l’honneur. Et toutes les méthodes sont bonnes pour le disséquer. Pour faire face à une invasion de zombie, le fusil à pompe ou la bêche sont conseillés. Cependant, d’autres outils sont nécessaires pour comprendre (et repousser ?) une telle invasion dans l’espace culturel. Ainsi, Vincent Brault a recours à la philosophie et, utilisant la redoutable attaque par le paradoxe, argumente que « parler du zombie est une tâche impossible ». À coups d’Heidegger – plus ou moins utile qu’un pied-de-biche ? –, il peine cependant à convaincre que « le zombie [...] se retrouve nécessairement à l’extérieur du langage, et donc à l’extérieur de la pensée » (p. 23).

4S’il ne convainc pas le lecteur de l’impossibilité du zombie, c’est que ce dernier est bien présent dans l’industrie culturelle. Shawn McIntosh dresse la cartographie de cette dévoration par nos sociétés du mort-vivant, dont il affirme – un peu légèrement à notre avis – le pouvoir subversif contre les « modèles traditionnels de production et de consommation de masse [... car] les zombies représentent une menace pour les forces puissantes qui préféreraient préserver cette dichotomie où le public est cantonné à un rôle de consommateur » (p. 54). Plus encore, Antonio Dominguez Leiva y voit l’illustration parfaite du néobaroque contemporain (courant que le lecteur peu familier à quelque mal à cerner) : créature de l’excès, vouée à l’hubris la plus radicale, instable, animée par la fièvre des répétitions frénétiques, le zombie « met à mal notre système de catégorisation binaire ». L’auteur y voit un emblème de la nouvelle épistémè – faisant un lien, en passant, avec les « théories scientifiques dites “du chaos” » (p. 67) !

  • 5 Boyle Danny, 28 Days Later, 2002.

5Les analyses de différentes productions culturelles fournissent un contenu plus concentré sur des questions précises. Claudia Boutin interprète, dans une analyse du film 28 Days Later5, le processus de zombification comme une esthétique gothique où le corps devient abhumain, cessant d’être « un état fixe ou une destination à atteindre ; il est transgressif car il butine d’un pôle à l’autre, sans jamais se poser » (p. 136). Sarah Cleary identifie le vide moral du récit de zombie en se concentrant sur sa sexualité, qui permet des transgressions similaires au carnaval – comme l’outrance et la liberté par rapport aux tabous sociaux. Lucy Swanson revient aux sources du zombi à travers l’étude d’un roman-feuilleton sur sa représentation moderne en Haïti, tandis que Pierre Chemartin et Bernard Perron s’intéressent à différents aspects de sa représentation – du corps et du mouvement – dans les bandes dessinées. À travers trois films, Jérôme-Olivier Allard suit la dynamique d’humanisation du mort-vivant, tantôt monstre terrifiant, tantôt créature pathétique, tantôt citoyen de troisième zone et tantôt étranger. Mentionnons encore le questionnement de Frédérick Maheux sur le traitement de l’espace dans les scripts de jeux vidéo, la contribution de Katharine Streip sur les usages de la photo dans les scénarios de films zombis, et l’on prendra la mesure de la diversité des perspectives.

6Le chapitre qui porte la plus grande ambition pour capter les marées de ces (travaux sur les) morts-vivants est peut-être celui de Kyle William Bishop, qui s’intéresse à l’émergence des zombie studies. Le zombie prend naissance dans les pratiques traditionnelles haïtiennes pour passer par les écrans d’Hollywood et maintenant s’épanouir dans des articles académiques où les universitaires le transforment à travers une multitude d’interprétations : métaphore des masses laborieuses, symptôme de l’angoisse de la modernité triomphante, du terrorisme ou de la peur de l’immigration. Mais ce texte est à l’image du recueil : bien que ponctué de détails et d’anecdotes, il souffre d’une certaine indigence empirique pour soutenir ses interprétations. Face à l’affirmation que « la renaissance du zombie s’explique principalement par la peur et l’angoisse collective que suscitent les attaques terroristes et les pandémies mondiales » (p. 39), nulle trace de référence empirique. Pas plus que dans la contribution de Shawn McIntosh, la typologie alambiquée n’est justifiée par une méthodologie claire. Pourtant, ce n’est pas le matériau empirique qui manque pour caractériser ce phénomène des zombies. Pour preuve, nous mettons ici à disposition un début d’analyse quantitative de la base de données ZMDB6 qui référence l’ensemble des films de zombies7, mentionnée d’ailleurs dans l’ouvrage.

7La question que ce livre manque peut-être de poser vraiment est : pourquoi s’intéresser aux zombies ? À notre avis, cette question est d’importance. À la fois comme produit culturel, stéréotype médiatique codifié et croyance traditionnelle, le zombie est une expérience de pensée qui permet d'interroger en creux certains présupposés sur l’allant de soi des situations sociales. L’altérité, d’abord, et le rapport au handicap. La série In the flesh8 utilise ainsi le zombie comme une analogie de l’immigrant et travaille la question de son intégration dans la communauté anglaise. Le rapport entre le biologique et le social : que faudrait-il au zombie pour être un agent social à part entière ? Récemment, l’émission DirtyBiology9 mobilise le zombie pour éclairer le fonctionnement du cerveau. Pour faire du thème du zombie un dispositif de réflexion efficace et un sujet d’étude empirique à part entière, il faudrait préciser et clarifier les outils analytiques afin de limiter la fausse évidence d’un terme polysémique. Synthétisant les études de l’ouvrage qui explorent une multitude de perspectives, nous pouvons faire une (première) proposition d’axes de différenciation de cette masse de zombies anonymes, donnés ici sous forme de dichotomies : multiple/unique ; esclave/libre ; réflexif/instinctif ; fiction/anticipation ; identité/anonymat ; agressif/passif ; naturel/surnaturel  ; humanité/altérité. Dotés de ce crible non pas du, mais des zombies, nous pouvons peut-être un peu mieux discerner les entrailles de ce concept au-delà de la variété de ses occurrences.

Haut de page

Notes

1 Paris Vincent, Zombie. Sociologie des morts-vivants, Montréal, Les Éditions XYZ inc., 2013.

2 Charlier Philippe, Zombis. Enquête sur les morts-vivants, Paris, Tallandier, 2015.

3 Romero George, The Night of the Living Dead, 1968.

4 Kirkman Robert, Moore Tony, The Walking Dead, Image Comics, 2003.

5 Boyle Danny, 28 Days Later, 2002.

6 http://www.zmdb.org/.

7 Les données utilisées ici sont disponibles publiquement sur Github : https://github.com/emilienschultz/researchnotebooks/blob/master/Zombies%20Data.ipynb.

8 Mitchell Dominic, In the flesh, BBC3, 2009.

9 Grasset Leo, DirtyBiology, 2014, http://dirtybiology.com.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Bernard Perron, Antonio Dominguez Leiva et Samuel Archibald (dir.), Z pour Zombies », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 septembre 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18831

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page