Navigation – Plan du site

Emmanuel Thiébot, Croquer la France en guerre 1939-1945

Claire-Lise Gaillard
Croquer la France en guerre
Emmanuel Thiébot, Croquer la France en guerre. 1939-1945, Paris, Armand Colin, 2014, 187 p., ISBN : 978-2-200-27980-6.
Haut de page

Texte intégral

1« Le crayon constitue une arme aussi redoutable qu’un fusil », écrit Emmanuel Thiébot en introduction de son ouvrage. Une idée qui résonne dernièrement comme un leitmotiv des mécanismes de structuration de l’opinion publique. L’auteur tient en effet à montrer qu’en période de guerre, le dessin de presse, la caricature, sortent de la banalité pour s’afficher comme de véritables armes de combat. Ainsi, au fil des nombreuses illustrations présentées, Emmanuel Thiébot offre-t-il un tour d’horizon de la production graphique d’un temps relativement long du second conflit mondial : de la fin des années 1930 jusqu’à la Libération.

  • 1 Spécialiste de l’histoire des images, elle est entre autre l’auteure de l’ouvrage Outils et méthode (...)

2Historien au Mémorial de Caen, spécialiste de la seconde guerre mondiale, Emmanuel Thiébot cherche ici à mettre en lumière une partie des illustrations récoltées dans les fonds du Mémorial ou provenant de sa collection personnelle. Frappé par l’omniprésence et l’importance de l’image dans ces sources, c’est avec ce beau livre de 200 pages qu’il révèle au grand public un corpus conséquent de dessins de presse. Sous l’égide d’Annie Duprat1, il se tourne d’avantage vers la caricature que vers le dessin d’humour dans le but d’étudier le rôle social du caricaturiste. Ainsi, l’importance qu’il accorde à l’image permet-elle non seulement d’illustrer les imaginaires des acteurs de la guerre, mais aussi de souligner l’importance de la réception du dessin de presse. La valeur historique de celui-ci ne réside en effet pas seulement dans le message de propagande qu’il porte, mais aussi dans la révélation de l’imaginaire qui est visé par le dessin. L’impact de l’image sur les populations est d’autant plus considérable dans la mesure où, s’il peut s’habituer à la violence des mots, le passant retient plus facilement le choc d’une image devant un kiosque (p. 7).

  • 2 Une du Charivari, 14 mars 1936.
  • 3 Est présenté Alerte aux avions !!, le manuel officiel rédigé par les services de la défense et de l (...)

3Parce que les images sont liées à l’actualité et qu’elles se démodent vite – car elles reposent sur un ensemble de prérequis de l’imaginaire collectif –, l’auteur se propose d’en resituer le contexte, et de donner quelques clés de lecture aux dessins qu’il présente. Mais les images sont finalement les supports d’un discours général disséminé au fil des pages qui se prête aisément à une lecture « à saut et à gambade ». Car, pour l’intelligibilité de l’ouvrage, l’auteur choisit une structure chrono-thématique qui a l’avantage de donner la parole, ou du moins, le crayon, aux différents acteurs de la guerre. On y découvre aussi bien des extraits de journaux d’avant-guerre, s’inquiétant de la montée du péril nazi, avec un Hitler sous les traits de Bismarck ou de Guillaume II2 (p. 14), que des brochures à l’initiative de la Défense passive durant la drôle de guerre3 (p. 28).

4À la grande diversité de supports (journaux, tracs aéroportés, brochures, albums de coloriages pour enfants, etc.) s’ajoute la plurivocité des tons et la complexité des prises de position qui cherchent à se faire entendre par le dessin. Car, souligne l’historien en introduction, il faut prendre en compte le changement majeur du statut professionnel des caricaturistes : si lors de la première guerre mondiale ils se rattachaient à de grands journaux pour soutenir l’effort de guerre, en 1936, ils obtiennent le statut de journaliste, avec une carte de presse. Forts de cette légitimité nouvelle, ils endossent également une responsabilité qui les expose aux mêmes attaques que celles dont leurs confrères avaient pu faire l’objet. Aussi, sous l’Occupation, plus besoin d’être accrédité : il suffit de savoir dessiner pour être publié par les officines de propagande française à la solde des Allemands. L’auteur donne alors des exemples frappants de ce type de propagande graphique inspirée de la droite nationaliste des années 1930 où « le cliché et la formule lapidaire sont élevés au rang de système » (p. 86). En décortiquant les mécanismes du rire, l’auteur expose les différents systèmes de pensée qui se juxtaposent pour se confronter au fil de la lecture.

5L’ouvrage a ce bel avantage de présenter pour chaque document un petit encart qui tantôt se veut biographique et tantôt fait la description de la source dont est tirée l’image. Parfois, ce développement devient le centre même du propos, probablement aux dépends de l’image étudiée. Mais à cette occasion, on découvre des parcours personnels signifiants, à l’instar de celui de Bernard Aldebert, dont Emmanuel Thiébot présente l’ouvrage, Chemin de Croix en 50 stations. Un dessin du caricaturiste que les autorités allemandes ont considéré insultant pour le Führer l’envoie en camp de concentration en janvier 1944. L’historien montre comment le témoignage de ce survivant, au lendemain de la guerre, est le reflet d’un traumatisme partagé qui peine à se dire auprès d’une France qui cherche à se reconstruire (p. 166).

6Ainsi, au fil des pages colorées et des atmosphères contrastées, le lecteur se laisse volontiers porter par cet ouvrage très maniable qui se lit sans effort. On regrette toutefois que les analyses de fond qui donnent sa cohérence à l’ouvrage soient disséminées au fil des études de cas. Peut être manque-t-il une petite mise en perspective générale en introduction de chaque chapitre ne serait-ce que pour en justifier la structure, en expliquer le ton. En balance, l’explicitation des mécanismes de lecture des images sont parfois mis de côté au profit d’un propos plus général, et le dessin devient une simple illustration, un prétexte pour raconter la guerre. On a parfois le sentiment d’une série de focus qui souffrent du nécessaire arbitraire d’une sélection qu’on peut exiger exhaustive. Toutefois, le grand mérite de Croquer la France en guerre réside autant dans la sélection des archives et leur présentation que dans la composition presque scolaire de l’ouvrage : une double page pour une image ou un thème, avec un propos savoureux visuellement concis et organisé. À mettre entre toutes les mains.

Haut de page

Notes

1 Spécialiste de l’histoire des images, elle est entre autre l’auteure de l’ouvrage Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, Belin, 2007.

2 Une du Charivari, 14 mars 1936.

3 Est présenté Alerte aux avions !!, le manuel officiel rédigé par les services de la défense et de l’éducation nationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire-Lise Gaillard, « Emmanuel Thiébot, Croquer la France en guerre 1939-1945 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 14 septembre 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18837

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page