Navigation – Plan du site

Alice Goffman, On the Run. Fugitive life in an American City

Isabel Boni-Le Goff
On the Run
Alice Goffman, On the Run. Fugitive Life in an American City, Chicago, University of Chicago Press, coll. « Fieldwork Encounters and Discoveries », 2014, 288 p., ISBN : 9780226136851.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette répression s’inscrit dans un mouvement général de la société américaine où les « politiques d (...)
  • 2 Michelle Alexander, The New Jim Crow. Mass Incarceration in The Age of Colorblindness, The New Pres (...)

1L’ambition de l’auteure d’On the Run – titre qu’on pourrait traduire par « en cavale » – est double : tout d’abord, restituer les résultats d’une ethnographie de plusieurs années au cœur d’un quartier pauvre et racialement ségrégué de Philadelphie ; ensuite, dans une perspective de sociologie critique, éclairer, au plus près des acteurs, la mise en œuvre concrète et l’engrenage d’une politique de répression policière et d’« incarcération de masse » (mass incarcération), entamée aux États Unis au tournant des années 19801. Alice Goffman rappelle ainsi dans sa préface le niveau inédit atteint par les incarcérations (un américain sur 107 en 2011) et la dimension racisée de ce phénomène (les Afroaméricains représentant 13% de la population des États-Unis mais 37% de la population carcérale). S’inscrivant dans une perspective micro-sociologique, son travail de terrain vient compléter ce que Michelle Alexander ou Loïc Wacquant, par exemple, ont déjà pu décrire, soit de façon également ethnographique, soit dans une perspective plus macro-sociologique2.

2Les six chapitres et l’annexe méthodologique de l’ouvrage sont conçus pour articuler différents éléments d’analyse de l’expérience sociale des habitants du quartier rebaptisé « 6e rue » (6th Street) et la façon dont l’incessante intrusion policière structure leur existence. Le premier chapitre (« The 6th Street Boys and their Legal Entanglements ») présente les acteurs et la topographie de ce quartier, essentiellement habité par des afro-américains, dans lequel l’auteure a élu domicile le temps de son ethnographie. Goffman nous présente en particulier un groupe de jeunes hommes, dont elle a partagé le quotidien. Les deux chapitres qui suivent (« The Art of Running » et « When the Police Knock Your Door in ») reviennent sur deux éléments majeurs du quotidien des habitants de la 6e rue. Si la pratique régulière de la cavale, dont l’apprentissage se fait dès la pré-adolescence, est plutôt le fait des cibles principales des descentes policières répétées, c’est-à-dire des jeunes de sexe masculin, Goffman souligne que l’usage extensif de la violence par la police s’adresse à l’ensemble des habitants du quartier, notamment lors de visites destinées à exercer une pression sur les proches des « poursuivis » – mères, grands-parents, sœurs, amies... Les conditions très particulières de socialisation du groupe, composé de Mike, Alex, Chuck et quelques autres – tous inscrits dans un itinéraire judiciaire et carcéral – font ensuite l’objet des chapitres suivants. Alors que le chapitre 3 (« Turning Legal Troubles into Personal Resources ») observe les stratégies de ces jeunes pour tirer quelques bénéfices d’une vie à la fois très précaire et sous haute surveillance, le chapitre 4 (« The Social Life of Criminal Young People ») s’intéresse aux relations sociales qu’ils développent et entretiennent, relations familiales, amicales, amoureuses, placées elles aussi sous le signe d’une grande incertitude. Dans les deux derniers chapitres (« The Market in Protection and Privileges » et « Clean People »), Goffman observe la frontière sociale qui sépare les individus « propres » (clean, sans casier) des « sales » (dirty, avec casier), en en questionnant l’étanchéité et en mettant en lumière l’économie parallèle qui permet de négocier une accalmie dans un itinéraire judiciaire (vente d’« urine propre », service de « figuration » lors de contrôles par des agents de probation, par exemple). L’annexe méthodologique revient sur les conditions de déroulement de l’enquête, depuis l’entrée sur le terrain, en soulignant les difficultés liées à la distance sociale initiale entre l’enquêtrice – blanche, issue de la bourgeoisie intellectuelle, étudiant à Princeton – et ses enquêté-e-s.

  • 3 Everett Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

3L’ensemble livre un matériau d’observation extrêmement riche, dont émergent trois axes d’analyse éclairant les déterminants et les conditions de vie contemporains des quartiers pauvres et ghettoïsés aux États-Unis. Premier axe, majeur, à l’origine du titre de l’ouvrage : la politique de surveillance et de répression policière massive pratiquée par les autorités locales et fédérales conduit les très jeunes adultes de ces quartiers à entrer rapidement dans une « carrière » – pour le dire comme Everett Hughes3 – de fugitif ; carrière marquée par l’alternance entre des séjours dans divers établissements pénitentiaires et des périodes de « liberté », placées sous le signe d’un étroit contrôle de la part du système judiciaire et policier.

4Deuxième axe : l’omniprésence du contrôle policier structure la vie des fuyards mais aussi, de manière beaucoup plus large, celle de l’ensemble des résidents de la 6e rue. Une des forces de l’ouvrage est de rendre compte d’une vaste gamme de dommages et de coûts matériels ou moraux subis par tous les habitants du quartier. Il montre notamment le travail intense réalisé par les familles – tout particulièrement les mères – vis-à-vis des adolescents et des jeunes adultes pris dans la spirale pénale (voir, au chapitre 5, la description du travail de suivi administratif, émotionnel et social réalisé par Miss Linda et Miss Regina pour leurs rejetons respectifs). Des stratégies et solutions variées se trouvent ainsi déployées pour organiser la cohabitation, au sein d’un même quartier et parfois d’une même maison, entre les personnes « propres » et « sales », c’est-à-dire avec ou sans casier, avec ou sans boulot régulier, avec ou sans papiers et couverture sociale.

5Troisième axe : dans ce contexte de présence et de violence policières continues, le tissu social de la 6e rue se trouve profondément déstructuré. Certes, la surveillance généralisée et plus encore la pression constante exercée par la police sur les proches et connaissances des personnes en cavale contribuent à rapprocher les expériences sociales des individus, qu’ils soient clean ou dirty, et à renforcer certaines solidarités. Néanmoins, la totalité des relations sociales s’avère durablement fragilisée, chacun-e étant susceptible de devenir un mouchard (a snitch) pour les autres.

  • 4 Erving Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1989.
  • 5 Jean Peneff, Le Goût de l’Observation, Paris, La Découverte, 2009.

6Les apports de la démonstration développée par Goffman se situent à deux niveaux. D’abord, en livrant un éclairage précis des processus sociaux imbriqués mis en route par une politique policière inédite. L’impressionnante restitution de la violence quotidienne (violences physiques pratiquées par la police ou par des groupes rivaux, violence sociale des conditions de vie et de la pauvreté…), permet d’en saisir tout à la fois l’intensité, la banalisation et les effets sur des populations prises dans une nasse inextricable. Ensuite, parce que la description ethnographique donne à voir, outre un travail de terrain très poussé, l’« itinéraire moral »4 de la chercheuse et celui de ses enquêté-e-s. D’un côté, Goffman rend compte du nécessaire « dégonflage d’ego »5 auquel elle a dû se livrer, de l’autre, elle repère les moments où les résidents de la 6e rue se saisissent de la possibilité réflexive offerte par l’enquête, tentant d’échapper ainsi au « sur place » – social, matériel, moral, affectif – auquel la traque policière permanente semble les condamner.

  • 6 Voir par exemple en France : Julien Larregue, « Alice Goffman, On the Run. Fugitive Life in an Amer (...)

7Pas étonnant que ce premier ouvrage publié par Alice Goffman ait suscité de nombreux articles et lectures critiques6, au sein du champ académique et au-delà. Fille d’Erving Goffman, ayant grandi dans une famille d’universitaires, l’auteure a sans doute bénéficié – elle le reconnaît elle-même – d’un environnement particulièrement favorable, avec en outre un soutien particulier de la part de figures importantes de la sociologie américaine, parmi lesquelles Randall Collins et Elijah Anderson. Elle souligne d’ailleurs dans sa notice méthodologique combien le poids symbolique de cette filiation et de ces parrainages a pu l’inciter à rechercher délibérément la difficulté. Difficulté du terrain mais aussi difficulté de la restitution ethnographique, dans un contexte de débats houleux sur les violences policières racisées. De fait, On the Run suscite la controverse et n’échappe ni à des réactions hostiles, ni à des critiques venant de différents horizons : levée de bouclier prévisible des courants politiques les plus réactionnaires ; mais aussi méfiance de journalistes et d’intellectuels, craignant une récupération des descriptions de Goffman, et dénonçant, pour certains, une forme de sensationnalisme dans la démarche de l’auteure. Mais ces réactions informent en définitive plus sur la virulence des débats aux États-Unis et sur le rapport de force inégal entre tenants et opposants à la mass incarceration. De fait, la clarté et le caractère méticuleux des restitutions (souci systématique d’un rappel des conditions, de la chronologie, des lieux des observations), comme la mise en perspective des différents participants au système social décrit infirment assez largement une telle critique.

8Un regret subsiste : les rapports sociaux de sexe sont à peine abordés dans l’ouvrage, alors que la question de départ de l’étude de Goffman était justement la situation spécifique des femmes dans ces quartiers défavorisés frappés par la surveillance policière généralisée. Si l’auteure consacre finalement une large partie de son observation au groupe très cohésif, apparemment moins accessible, des jeunes hommes en cavale, il nous semble qu’elle ne questionne pas suffisamment la dimension genrée de son entrée sur le terrain. Or cette entrée est rendue possible parce que le sexe de l’enquêtrice a permis une forme de neutralisation – partielle – des rapports sociaux racisés et de classe. Le peu d’attention accordé au genre est d’autant plus dommage que l’ouvrage offre à plusieurs reprises une observation précise des rapports entre les hommes en cavale et leurs compagnes, amantes et baby mothers, ainsi que les figures féminines de leur entourage. On y décèle combien la dégradation de la situation sociale, des conditions de vie et des droits civiques qui sévit dans la 6e rue contribue à rigidifier les rapports sociaux de sexe, ainsi que la division sexuelle du travail domestique, éducatif et de care.

Haut de page

Notes

1 Cette répression s’inscrit dans un mouvement général de la société américaine où les « politiques d’État [sont] passées du combat contre les disparités ethnoraciales et de classe à l’accompagnement à leurs conséquences par le déploiement d’une double stratégie d’indifférence bienveillante (benign neglect) aux échelons supérieurs de la structure sociale et de répression active (malign neglect) au bas de cette même structure » (p. 31) Loïc Wacquant, « “Une ville noire dans la blanche”. Le ghetto étatsunien revisité », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 160, 2005, p. 22-31, traduit par S. Chauvin.

2 Michelle Alexander, The New Jim Crow. Mass Incarceration in The Age of Colorblindness, The New Press, 2010 ; Loïc Wacquant, Urban Outcasts: A Comparative Sociology of Advanced Marginality. Cambridge, Polity Press, 2008.

3 Everett Hughes, Le regard sociologique. Essais choisis, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996.

4 Erving Goffman, Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit, 1989.

5 Jean Peneff, Le Goût de l’Observation, Paris, La Découverte, 2009.

6 Voir par exemple en France : Julien Larregue, « Alice Goffman, On the Run. Fugitive Life in an American City », Champ pénal, vol. XII, 2015, En ligne : http://champpenal.revues.org/9047 ; Nicolas Sallée, « La prison ou la fuite », La Vie des Idées, publié le 6 juillet 2015. http://www.laviedesidees.fr/IMG/pdf/20150706_goffman.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabel Boni-Le Goff, « Alice Goffman, On the Run. Fugitive life in an American City », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 14 septembre 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18838

Haut de page

Rédacteur

Isabel Boni-Le Goff

Docteure à l’EHESS, chercheure FNS senior à l’Université de Lausanne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page