Navigation – Plan du site

« Penser l’économie solidaire : une perspective internationale », Revue française de socio-économie, n° 15, 2015

Pierre Marie
Penser l'économie solidaire : une perspective internationale
« Penser l'économie solidaire : une perspective internationale », Revue française de socio-économie, n° 15, 2015, 332 p., Paris, La Découverte, ISBN : 978-2-7071-8574-7.
Haut de page

Texte intégral

1L’économie sociale et solidaire fait aujourd’hui l’objet d’une attention accrue, tant de la part des pouvoirs publics que de chercheurs. En France, la loi nº2014-856 du 31 juillet 2014 vient ainsi reconnaître et promouvoir ce secteur de l’économie nationale. Auparavant, l’Espagne (2011) et le Portugal (2013) avaient adopté des lois similaires. Malgré cette reconnaissance formelle, l’hétérogénéité des organisations et des activités incluses dans le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS) peut prêter à confusion. De même, l’ESS peut être perçue comme un tiers-secteur, venant pallier les manquements de l’État et du marché, ou tout au contraire comme la définition d’une autre économie, lançant les bases d’un dépassement de la logique capitaliste.

2Le dernier numéro de la Revue française de socio-économie traite de ces questions. Dans l’introduction du dossier, Jean-Louis Laville et Paul Cary commencent par distinguer l’économie sociale de l’économie solidaire. Selon ces auteurs, alors que l’économie sociale se fonde sur des organisations (coopératives, associations), l’économie solidaire est centrée sur la finalité de la production et pose le caractère politique de l’économie. Ces initiatives solidaires possèdent une logique propre qui doit être distinguée de celle du marché et de l’État, dans le cadre d’une économie multiple. Les deux auteurs soutiennent la perspective politique de ces mouvements, puisque « toutes ces expériences ne sont pas que des enclaves ; elles donnent à voir des contestations en acte des modèles de développement dominants » (p. 32).

3Treize contributions composent ce dossier qui permet de mettre en relief la diversité de l’économie solidaire, tant du point de vue des pratiques que des organisations qui leur donnent un cadre. Les contributions abordent ainsi des questions cruciales, telles que le rôle de l’économie solidaire dans la construction des politiques publiques, les liens entretenus avec les mouvements sociaux ou encore la gestion des ressources communes. Les travaux de Karl Polanyi et d’Elinor Ostrom constituent des références pour la plupart des contributions, signe de l’importance de ces deux auteurs pour penser l’économie solidaire aujourd’hui. Par ailleurs, l’éclairage international permet d’amorcer des comparaisons entre les pratiques et notamment le rôle des pouvoirs publics.

4Ce dossier s’ouvre avec un volet international, comprenant trois articles qui mettent en avant le rôle de l’économie solidaire dans l’hybridation des politiques publiques. Florence Bétrisey et Christophe Mager étudient les mécanismes de gestion de l’eau en Bolivie, au travers du cas de la Fondation Natura Bolivia. Cette organisation a mis en place des accords entre les communautés qui vivent en aval des bassins et les coopératives d’usagers, en amont. Ce mécanisme permet une préservation des forêts et une gestion rationnelle des ressources en eau. Si le système de paiement pour services environnementaux se situe dans le cadre néolibéral de la marchandisation des ressources naturelles, son application en Bolivie montre la survivance de logiques non marchandes. Selon les auteurs, ces accords ont permis la prise en compte des traditions indigènes dans le cadre de pratiques qui s’ancrent dans l’économie solidaire.

5Le cas de la Banque communautaire de développement Palmas au Brésil est ensuite étudié par Camille Meyer. Fruit de mobilisations sociales, cette banque créée en 1998 développe une large gamme de services (produits financiers, microcrédit, monnaie sociale, formations). Cette structure a pour objectif de participer à la création d’un marché communautaire dans cette région pauvre du Brésil. En Sicile, les coopératives sociales étudiées par Elisabetta Bucolo ont joué un rôle important dans la gestion des biens confisqués à la mafia. En mettant en place le label Libera Terra, ces organisations ont participé au développement local en soutenant l’agriculture biologique et l’insertion professionnelle. L’enjeu est alors de prendre le contre-pied de l’organisation criminelle en dynamisant localement une activité économique légale.

6Ces trois cas mettent la tonique sur la capacité de l’économie solidaire à participer à la résolution de problèmes sociaux et sociétaux. Ces initiatives ont la potentialité d’enrichir des programmes définis par la puissance publique en les adaptant aux besoins locaux. Elisabetta Bucolo parle ainsi de « co-construction d’action publique locale » (p. 93). Camille Meyer confirme cette idée en écrivant que « les expériences émancipatrices sont enracinées et vécues dans la mobilisation collective et formalisées par des dispositifs institutionnels hybrides » (p. 72). Résultats de la mobilisation des populations, les entités de l’économie solidaire sont à même de participer à la mise en place de mesures collectives.

7L’article de José-Luis Coraggio prolonge cette réflexion internationale en analysant le degré d’institutionnalisation de l’ESS en Amérique latine. Dans cette région, l’économie a fait l’objet d’une redéfinition au cours des dernières années, impliquant des formes d’institutionnalisation des initiatives d’économie solidaire. Les contextes économiques, les projets politiques ainsi que le développement de mouvements sociaux expliquent les différences existantes entre ces pays. Selon l’auteur, en Argentine et dans une moindre mesure au Brésil, l’ESS est perçue comme un vecteur de la politique sociale. Au Venezuela, le socialisme bolivarien a pris appui sur ces initiatives mais à partir de l’impulsion de l’État. Enfin, en Bolivie et en Équateur, de nouveaux textes constitutionnels ont permis de définir une économie plurielle, renforçant le rôle des communautés.

  • 1 Notamment exprimée par Garrett Hardin en 1968 dans son article « The tragedy of commons », Science, (...)

8Dans son article, Magdalena Isaurralde met en lumière de manière détaillée les travaux d’Elinor Ostrom. Contre la supposée « tragédie des communs »1, Ostrom montre la possibilité de la coopération dans la gouvernance des biens communs. Ces « arrangements institutionnels » sont ainsi possibles à partir d’interactions et de délibérations au sein de groupes limités. Marthe Nyssens et Francesca Petrella poursuivent dans cette ligne en liant directement ESS et ressources communes. Après avoir montré les différences entre les groupes étudiés par Ostrom et les organisations de l’ESS, les deux auteurs décrivent la propriété comme un faisceau de droits pouvant être séparés entre divers acteurs.

9Ces réflexions autour de la propriété ouvrent de nouvelles perspectives pour penser la gestion commune. Benjamin Chapas propose ainsi d’« arrimer l’ESS sur le concept de propriété sociale » (p. 150). Remontant à la genèse de l’associationnisme, la propriété sociale permet de contrecarrer la sacralisation de la propriété privée et de penser une gestion collective des biens communs, notamment les ressources naturelles. Malgré leur diversité, es initiatives d’économie solidaire pourraient alors trouver une référence commune au travers du recours au concept de propriété sociale.

10Les deux articles qui suivent établissent des liens entre les travaux de Karl Polanyi et l’étude de l’économie solidaire. L’auteur de La Grande Transformation apparaît ainsi comme une référence incontournable dans ce dossier. Nicolas Chochoy analyse en détail la thèse de l’autonomisation de l’économie du reste de la société avec l’émergence du marché. L’économie solidaire pose ainsi le problème de la démocratisation de la sphère économique. Odile Castel centre quant à elle son propos sur la réciprocité, comme notion fondamentale des initiatives d’économie solidaires. Cette réciprocité peut prendre une multitude de formes et permet la construction de mécanismes démocratiques. Pour l’auteure, l’économie sociale et solidaire définit une logique alternative de fonctionnement, distincte du marché et de l’État. Odile Castel pointe ainsi la possibilité d’un entremêlement de ces logiques et aboutit à une intéressante typologie des activités économiques (p. 179).

11Plusieurs communications mettent en lumière la relation entre économie solidaire et mouvements sociaux. Diane Rodet pose directement la question en s’appuyant sur les chartes et autres processus de reconnaissance venant certifier les organisations et initiatives de l’économie solidaire. Ces dispositifs de qualité permettent de construire une identité collective au sein des organisations et des expériences d’économie solidaire. Cette reconnaissance met en lumière une production engagée prenant en compte l’intérêt collectif. Dans leur article portant sur les coopératives d’activité et d’emploi (CAE), Marie-Christine Bureau et Antonella Corsani montrent l’importance de l’expérience militante, notamment au sein de l’éducation populaire. Les auteures s’appuient sur le cas de la coopérative Coopaname, qui constitue un cadre pour le développement d’activités économiques. L’organisation est pensée comme une mutuelle de travail, permettant l’échange et la mutualisation des risques entre les membres. Selon les auteures, les CAE ont la capacité d’infléchir les modèles d’entrepreneuriat diffusés par les politiques publiques. Ces coopératives concrétisent de nouvelles relations de travail, axées sur l’entrepreneuriat collectif et coopératif.

12Ce dossier se clôt par un intéressant entretien avec Nancy Fraser, soulignant les liens entre initiatives d’économies solidaires et féminisme. La philosophe insiste sur la notion d’émancipation, ouvrant ainsi une voie alternative à la protection sociale (État) et à la marchandisation (marché), dans le cadre d’un « schéma néo-polanyien » (p. 255). Nancy Fraser appelle de ses vœux de plus grandes convergences entre les mouvements sociaux et les expériences d’économie sociale et solidaire, « espaces de luttes et de pratiques » (p. 255).

  • 2 Laville Jean-Louis, Politique de l'association, Paris, Éditions du Seuil, 2010, p. 285.

13Ce dossier permet de mettre en lumière la richesse des recherches actuelles consacrées à l’économie solidaire. Élaborée au cours des années 1970, la notion d’économie sociale a conduit à l’émergence d’une économie solidaire, réhabilitant les liens qui unissent politique et économie. Les comparaisons internationales, comme le réinvestissement dans les œuvres de Karl Polanyi ou d’Elinor Ostrom, montrent la capacité des initiatives d’économie solidaire à construire des alternatives fondée sur la participation et la délibération. Si les degrés d’institutionnalisation varient selon les cadres nationaux, ces organisations apparaissent comme porteuses de nouvelles conceptions des politiques publiques et permettent d’envisager « l’économie au-delà du marché et le politique au-delà de l’État »2.

Haut de page

Notes

1 Notamment exprimée par Garrett Hardin en 1968 dans son article « The tragedy of commons », Science, vol. 162, nº 3859, p. 1243-1248.

2 Laville Jean-Louis, Politique de l'association, Paris, Éditions du Seuil, 2010, p. 285.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Marie, « « Penser l’économie solidaire : une perspective internationale », Revue française de socio-économie, n° 15, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 14 septembre 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18841

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page