Navigation – Plan du site

Marie-Laure Déroff, Thierry Fillaut (dir.), Boire : une affaire de sexe et d’âge

Anne-Charlotte Millepied
Boire : une affaire de sexe et d'âge
Marie-Laure Déroff, Thierry Fillaut (dir.), Boire : une affaire de sexe et d'âge. Genre, générations et alcool, Rennes, Presses de l'EHESP, coll. « Recherche santé social », 2015, 206 p., ISBN : 978-2-8109-0365-8.
Haut de page

Texte intégral

1Le sexe et l’âge sont deux variables essentielles qui structurent les rapports au boire et à l’alcool en particulier. L’ouvrage Boire : une affaire de sexe et d’âge propose des analyses variées pour saisir les représentations et pratiques autour de la boisson, en prenant en compte, toujours de manière croisée, les effets d’âge, de génération et de genre. Les perspectives adoptées sont historiques, sociologiques, anthropologiques, tant qualitatives que quantitatives.

2Soulignons avec intérêt que les chapitres sont entrecoupés de courtes sections intitulées « Contrechamp », « Verbatim » et « Chiffres à l’appui », qui présentent respectivement des textes d’une autre époque (la fin du XIXe ou le début du XXe siècle), des extraits d’entretien ou des données statistiques. Ces trois types de document sont toujours bien choisis pour illustrer le propos du chapitre qui les précède, venant ainsi enrichir l’ensemble de l’ouvrage de manière significative.

3Dans la première partie intitulée « Du sexe du buveur : essentialisation du boire », les deux premiers chapitres offrent une perspective historique sur les rapports entre genre et alcool. Thierry Fillaut retrace l’histoire des mouvements antialcooliques en France, entre 1870 et 1970, et analyse la place que les femmes y prennent. Il observe que le boire excessif est avant tout présenté comme un attribut masculin, les femmes étant assignées à un rôle de gardiennes du foyer. Il relève trois figures féminines stéréotypées : la femme victime (de l’alcoolisme masculin), la femme coupable (responsable de l’alcoolisme de son mari, mais aussi la femme alcoolique) et la femme exemplaire (sur laquelle l’antialcoolisme cherche à s’appuyer pour diffuser son message). Une constante est que les femmes sont toujours ramenées à leur fonction maternelle, une idée que l’on retrouve dans la contribution de Muriel Salle, qui étudie la construction d’une nature féminine à travers les discours médicaux sur l’alcoolisme féminin au XIXe siècle. Elle met au jour l’invisibilisation dont a fait l’objet l’alcoolisme féminin, du fait de la « nature » prétendument tempérante des femmes. Ainsi, il ne peut y avoir de femme alcoolique, « parce qu’en s’alcoolisant, on abdique sa féminité » (p. 36). Cependant, la femme qui boit est aussi ramenée à une nature féminine plus fragile, et serait donc plus affectée par la boisson que ne le sont les hommes, ce qui fait apparaitre un alcoolisme spécifiquement féminin, présenté comme clandestin. Le troisième chapitre est un entretien avec la sociologue Monique Membrado, qui revient sur ses premières recherches, pionnières, sur l’alcoolisme féminin, et sur les caractéristiques récurrentes qui lui sont attachées : son augmentation, sa clandestinité et son caractère névrotique. Elle rappelle qu’il vient perturber l’ordre sexué et remettre en cause l’identité sexuelle des buveuses, ce qui n’est pas le cas pour les hommes. Au contraire, et c’est une idée mise en avant dans la plupart des travaux sur le boire et le genre, la consommation d’alcool vient davantage renforcer l’image virile plutôt que la menacer.

4Dans la deuxième partie, « Boire au féminin / au masculin : le poids des représentations », le premier chapitre fait écho aux propos de Monique Membrado, qui mettait en avant la nécessité d’une approche sous l’angle de la masculinité. Hugues Pentecouteau et Omar Zanna interrogent l’impact de l’abstinence sur l’identité masculine. Leur enquête par observation de réunions des Alcooliques Anonymes et par récits de vie d’anciens buveurs conclut que l’abstinence entraîne le plus souvent une recomposition du masculin. Les hommes abstinents voient leur masculinité bouleversée et se trouvent confrontés à la nécessité de la reconstruire différemment. Dans la continuité de ce thème du « non-boire », le chapitre de Ludovic Gaussot, Nicolas Palierne et Loïc Le Minor porte sur les « jeunes non-buveurs », une catégorie qui « fait déviance » au regard des normes identitaires de la jeunesse. Ils s’aperçoivent que la menace qui pèse sur l’identité sexuelle est genrée : l’identité masculine est mise en jeu, mais pas l’identité féminine. Ils explorent la pression sociale, mais aussi le poids de l’éducation parentale dans la structuration de l’expérience et le mode de vie de ces jeunes non-buveurs.

5Le chapitre « Vins à vendre, femmes « objets » de convoitise », qui clôt la seconde partie de l’ouvrage, retient notre attention, notamment en raison du ton plus ouvertement féministe adoptée par sa rédactrice, Christelle Pineau. Cette dernière s’intéresse aux stratégies de communication des professionnels de la commercialisation du vin auprès de la clientèle féminine. Son enquête, qui mêle entretiens mais surtout observation participante, montre comment ces stratégies reposent sur la « reproduction des stéréotypes associés au « féminin » » (p. 95). Elle met au jour la manière dont le visuel de la bouteille de vin est travaillé, notamment au niveau des couleurs, ce qui lui fait dire que parfois, pour vendre, l’apparence l’emporte sur la qualité du vin. Elle montre que les logiques de vente reposent le plus souvent sur l’idée qu’il existe un goût spécifiquement féminin : les femmes préfèreraient les vins rosés, doux, sucrés ou fruités. Notons qu’il s’agit de la seule contribution où une approche de genre compris dans sa dimension relationnelle, c’est-à-dire comme relation asymétrique entre les hommes et les femmes et qui implique des rapports de pouvoir et de domination, est adoptée, à l’exception peut-être des chapitres de la première partie.

6La troisième partie, intitulée « Boire au gré des générations », met davantage l’accent sur une approche qui prend l’âge comme porte d’entrée, tout en intégrant le genre à chaque niveau d’analyse. Le chapitre de Marie-Laure Déroff montre que les pratiques d’alcoolisation excessive chez la jeunesse ne sont pas nouvelles et qu’elles témoignent davantage d’un effet de cycle de vie plutôt que d’un effet de génération. Cependant, elles posent plus de problèmes aujourd’hui à cause de leur déroulement dans l’espace public et donc de leur visibilité. Christophe Moreau, Christophe Pecqueur et Sotria Amarantos proposent une étude, principalement statistique, comparant les « pratiques festives juvéniles » de deux générations. Ils observent le passage de la fête d’un cadre ritualisé à un cadre plus improvisé. D’exceptionnelle, la fête devient de plus en plus ordinaire et intégrée à la vie quotidienne. Une autre évolution que les chercheurs observent est celle du rapport des femmes à l’alcoolisation dans la mesure où les filles consomment plus dans le passé et revendiquent le droit de boire autant que le sexe opposé, même si les stéréotypes de genre persistent et que leur consommation d’alcool les expose moins que celle des garçons. Le chapitre de la psychiatre Véronique Griner-Abraham offre un éclairage intéressant sur la question du boire et de la vieillesse, trop souvent invisibilisée, alors même que plus l’on avance en âge, plus la consommation quotidienne d’alcool augmente. L’auteure présente les risques de cette pratique, les problèmes auxquels sont confrontés les professionnels et cherche des pistes pour y répondre.

7L’ouvrage se clôt sur la partie « Regards croisés sur le boire jeune », qui comme la troisième partie, part de l’âge et de la génération tout en prenant en compte la dimension de genre. Les deux premiers chapitres nous offrent une ouverture géographique, avec celui de Gaël Le Roux sur le binge drinking en Irlande et celui d’Arnaud Morange sur le botellón espagnol. Le premier se concentre sur le rapport des femmes à la consommation d’alcool et au lien que celle-ci entretient avec leur identité d’Irlandaises, et conclut que l’alcoolisation excessive des jeunes femmes répond à une double quête identitaire, celle de l’identité de genre (les femmes peuvent boire autant que les hommes) et de l’identité nationale (l’Irishness), dans une société où les catégories de genre se recomposent et où la jeunesse serait en perte de repères. Le deuxième de ces chapitres interroge le phénomène du botellón, qui consiste en un grand rassemblement hebdomadaire de milliers de jeunes sur les places publiques des grandes villes d’Espagne, et qui est né il y une trentaine d’année. Le chercheur relève qu’il s’agit avant tout d’une « aventure collective inscrite dans la tradition » (p. 174), d’un espace de sociabilité et de socialisation spontané mais où les interactions sont en fait très codifiées et autorégulées, ce qui explique notamment la quasi-absence de débordements. Dans le dernier chapitre, Éric Le Grand présente un courant pédagogique du champ de la prévention, l’éducation pour la santé par les pairs, et explore les possibilités de son utilisation dans la prévention concernant la consommation d’alcool.

8L’ouvrage se veut un outil pour les chercheurs en sciences sociales comme pour les acteurs et professionnels de terrain, au sein des collectivités locales ou des services de santé. Cette volonté de répondre aux attentes du monde professionnel se rencontre dans la postface de Christine Ferron, qui insiste sur la nécessité d’une recherche interventionnelle, dont le but est d’analyser et de comprendre les politiques, actions et programmes qui agissent efficacement sur le problème des comportements d’alcoolisation. Finalement, cet ouvrage constitue un ensemble composite intéressant qui vient enrichir nos connaissances sur l’alcool et ses rapports à l’âge et au genre, et qui montre que sur les problèmes de santé publique, les chercheurs en sciences sociales et les acteurs professionnels ou politiques peuvent difficilement être séparés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Millepied, « Marie-Laure Déroff, Thierry Fillaut (dir.), Boire : une affaire de sexe et d’âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 29 septembre 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/18970

Haut de page

Rédacteur

Anne-Charlotte Millepied

Master « Genre, politique et sexualité » à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page