Navigation – Plan du site

Michèle Monte et Claire Oger (dir.), « Discours d’autorité : des discours sans éclat(s) ? », Mots. Les langages du politique, n° 107, 2015

Bauvarie Mounga Ndounkeu
Discours d'autorité : des discours sans éclat(s) ?
Michèle Monte, Claire Oger (dir.), « Discours d'autorité : des discours sans éclat(s) ? », Mots, n° 107, mars, 2015, 160 p., Lyon, ENS Éditions, ISSN : 0243-6450, ISBN : 978-2-84788-6986.
Haut de page

Texte intégral

1Les discours d’autorité sont des discours qui dissuadent la contradiction, c’est pourquoi ils sont ternes et ennuyeux. C’est cette hypothèse qui se trouve au cœur de ce numéro de Mots. Les langages du politique coordonné par Michèle Monte et Claire Oger. Les contributeurs s’attèlent à analyser le fonctionnement des discours d’autorité et leur caractère stéréotypé, ainsi que les mécanismes mis en place par les locuteurs des discours institutionnels pour les rendre crédibles. Pour cela, pas moins de six domaines sont convoqués : judiciaire, journalistique, législatif, religieux, politique et éducatif.

2Stefano Vicari analyse dans son article comment l’Académie française élabore un ethos crédible qui fait autorité en langue française. Pour construire un discours qui fasse autorité, les académiciens font appel à plusieurs stratégies argumentatives. Sur le plan discursif, l’auteur note par exemple que Maurice Druon, dans la rubrique « Le bon français » du Figaro du 9 février 1999, emploie des interrogations rhétoriques, un nous collectif ou encore le pronom indéfini on pour susciter l’adhésion du lecteur à l’image du bon locuteur. Jean D’Ormesson et Jean-Marie Rouart recourent au présent de l’indicatif dans les énonciations sentencieuses, ainsi qu’aux valeurs communes censées être partagées par tous les Français. Vicari précise, toutefois, que malgré l’allure consensuelle qu’affichent les discours des académiciens, certains commentaires émanant de locuteurs ordinaires remettent en cause sur des forums internet l’autorité présumée de l’Académie, récusant des prises de position qui ne tiennent pas compte de l’avis des uns et des autres.

3L’évidence discursive est l’une des méthodes qui semble avoir la faveur des locuteurs des discours institutionnels lorsqu’ils souhaitent donner plus de fiabilité à leurs propos. Thierry Guilbert soutient dans ce sens que « l’effet d’évidence est donc une forme de discours d’autorité : il vise à persuader en se donnant comme reflet du consensus social » (p. 88). L’auteur, montre ainsi comment les discours des éditorialistes et des chroniqueurs du magazine Le Point s’autovalident en se basant sur le principe de l’évidence discursive, principe qui se réfère à un « préconstruit » et à l’opinion commune. Selon Guilbert, le locuteur doit faire en sorte que la recherche de l’effet d’évidence ne soit pas remarquée, qu’elle aille de soi, comme une certitude s’imposant à tous. Guilbert constate que les éditorialistes et les chroniqueurs du Point s’appuient sur un procédé introducteur d’évidence discursive pour persuader les lecteurs. L’auteur repère deux types d’approches utilisées par les journalistes. L’approche générique s’appuie sur un introducteur qui permet de présupposer l’existence d’une opinion partagée par tous. Ainsi, dans Le Figaro du 6 avril 2001, lorsque l’éditorialiste Jean de Bellot réagit à l’appel au boycott lancé par différentes associations suite à l’annonce de licenciements par le groupe Danone, il pose l’économie comme cadre unique de perception de la situation. L’approche déictique, quant à elle, met en scène un introducteur qui donne la possibilité de confondre actualité et réalité et sert de garantie évidente au propos du journaliste. C’est ce qu’on observe dans la chronique de Claude Allègre de L’Express du 5 juin 2003 lorsqu’il écrit ceci : « Plongés dans une mondialisation aveugle et sans régulation, nous subissons les “humeurs” du temps ». L’introducteur ancre son propos dans le présent et concourt à la forme constative de l’énoncé grâce au participe passé « plongés » qui anticipe le nous inclusif de la proposition qui suit.

4La rhétorique de l’évidence est également le prisme qu’utilise Anne Régent-Susini pour étudier le discours religieux dans la France de la première modernité. Elle s’attarde sur deux grands types de discours pratiqués par les Églises catholique et réformée aux XVIe et XVIIe siècles : le discours catéchétique et le discours polémique. Les catéchismes se présentent comme un dialogue entre les questions du « Maître » et les réponses de l’« Élève ». Cependant, « les catéchismes dialogués […] ne sont guère dialogiques » (p. 53) dans la mesure où les réponses s’apparentent à des discours objectifs dénués d’éléments discursifs qui attestent de la présence du locuteur. C’est pourquoi on ne peut pas dire qu’il existe une contradiction réelle dans les discours catéchétiques. Les réponses constituent plutôt un moyen de consolider le point de vue des catéchistes comme universel, légitime et admis par tous. On observe le même procédé d’effacement énonciatif dans le discours polémique tourné ad extra qui s’adresse pourtant au camp adverse avec pour ambition de réduire la concurrence et de persuader l’adversaire. C’est ainsi qu’on remarque par exemple l’emploi des tours impersonnels qui donnent un aspect assertif à l’énonciation ; l’adresse à l’adversaire se fait comme à un délocuté et non à un allocutaire. L’auteur prend l’exemple d’un passage de l’ouvrage de Bossuet, Catéchisme de Meaux, dans lequel les catéchistes s’insurgent contre l’assertion qui stipule que la religion catholique s’apparente à de l’idolâtrie. La périphrase causative font assez voir dont la force assertive est accrue par l’adverbe véritablement n’empêche pas l’énoncé d’être orienté et de ce fait fortement polémique, tout en préservant la face de l’adversaire. Les discours religieux étudiés atténuent la présence du locuteur et de l’allocutaire et énoncent des arguments qui peuvent être adoptés par un très large public.

5Emilie Devriendt et Michèle Monte repèrent également ce procédé d’effacement énonciatif dans l’exposé des motifs des lois françaises de 2003, 2010 et 2014 sur les retraites. Rappelons que l’« exposé des motifs » est un impératif auquel doit se soumettre le gouvernement lorsqu’il dépose un projet de loi. Au lieu de susciter les débats, les exposés de motifs analysés par Devriendt et Monte s’imposent plutôt comme une évidence. Les principales chaînes argumentatives des trois textes sont basées sur le « cadrage » qui relève de l’établissement de liens cause-conséquence et moyens-fins. Ainsi ces textes présentent-ils le déficit des systèmes de retraite comme résultant essentiellement du déséquilibre grandissant entre personnes actives et retraitées du fait de l’allongement de l’espérance de vie. Du fait de leur impartialité externe, les arguments présentés apparaissent comme irréfutables et incontestables.

6Aude Dontenwille-Gerbaud met en exergue, dans son article, des discours des leaders républicains qui prennent la parole au nom de la France pour défendre le suffrage universel, entre 1871 et 1882. Lorsque Léon Gambetta, président de la Chambre des députés, prend la parole en avril 1881 au cours d’un banquet devant les membres de la Ligue de l’enseignement, le tribun aguerri s’efface de l’énonciation au profit d’un discours à la troisième personne. Comme le dit Dontenwille-Gerbaud, « l’ethos discursif se détache de l’ethos préalable par une minimisation du poids de l’orateur » (p. 40). L’effacement énonciatif confère alors à son discours une crédibilité absolue. Toutefois, l’auteur précise que le public ne réagit pas et demeure silencieux face à l’hyperénonciation de Gambetta. Ainsi, le discours sur le suffrage universel est un discours d’autorité, certes, mais un discours qui semble ne pas admettre de contradiction puisqu’il est stéréotypé et se présente de façon sentencieuse.

7Alice Krieg-Planque se montre assez formelle : « les discours d’autorité se présentent bien comme des “discours sans éclats”, au sens où, de la façon la plus littéralement formelle, ils ne présentent ni aspérité ni saillie » (p. 115). Autrement dit, les discours d’autorité ne présentent aucune fausse note, aucune dissension, si bien que leur caractère uniforme devient finalement ennuyeux. Krieg-Planque insiste sur le figement discursif dans les discours d’autorité, et cite, de ce fait, les diverses unités qui permettent de bien observer le phénomène : unités lexicales, unités locutionnelles, unités phrastiques et unités textuelles.

8L’article d’Isabelle Huré tranche avec tous les autres dans la mesure où il analyse comment le discours des magistrats est mis à mal par les journalistes face aux victimes, notamment dans le cadre des débats télévisés sur la récidive criminelle. L’auteur prend l’exemple du débat animé par le journaliste Yves Calvi dans l’émission C dans l’air sur France 5 en 2006. Le journaliste emploie des exclamations telles que « c’est inacceptable », « ça choque » pour qualifier l’action des magistrats. L’expression d’indignation du journaliste vient ainsi décrédibiliser le discours du magistrat.

9En définitive, les contributeurs de ce dossier essayent de montrer que les locuteurs des discours institutionnels s’appuient très souvent sur leur statut pour légitimer la crédibilité de leur propos. Ils élaborent un discours sans contradiction qui doit être accepté par tous. Ce dossier a donc le mérite de lever un pan de voile sur ce qui peut être considéré comme une petite dérive communicationnelle de la part des locuteurs des discours institutionnels.

10Le seul article « hors-thème » du dossier est rédigé par Annabelle Seoane et s’intéresse au « couac » comme levier pragmatico-énonciatif dans le discours journalistique. L’auteur analyse comment le lexème « couac », dans les grands titres de presse, induit une connotation dépréciative de la communication des membres du gouvernement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bauvarie Mounga Ndounkeu, « Michèle Monte et Claire Oger (dir.), « Discours d’autorité : des discours sans éclat(s) ? », Mots. Les langages du politique, n° 107, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 15 octobre 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/19141

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page